Les échasses des bergers landais

Proposé par
le

Entre le XVIIe et le XIXe siècle, les bergers landais se déplaçaient sur des échasses. Elles leur permettaient de mieux surveiller les troupeaux et de se déplacer plus facilement dans les marécages des Landes, tout en protégeant leurs pieds des blessures et du froid.

Ces échasses se composaient de deux pièces de bois : l’escasse et le « paousse pé » (en gascon : pose pied), fixé sur l’escasse, à environ un mètre du sol. L’ensemble était fixé autour de la jambe avec une lanière de cuir.


Commentaires préférés (3)

Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois

a écrit : Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois
Tu m'as fait rire, du coup j'ai cherché... et j'ai trouvé :)
www.pinterest.fr/pin/315181673922637272/

a écrit : J'ai tout de suite tilté sur l'utilité des échasses pour marcher dans les marais, ca n'a pas de sens, les échasses s'enfonceraient au premier pas, et en plus je vois mal un mouton brouter dans la flotte croupie, cela dit, pour ce qui est de la gestion/surveillance du troupeau, voir de loin s'avère très utile (et j'ai oui dire qu'un coup d'échasse dans l'arrière-train d'un mouton stimulait grandement sa marche^^) Afficher tout Effectivement : "L’utilisation des échasses lui permettait de surveiller en hauteur ses troupeaux qui s’étalaient sur de grandes distances et aussi de se faufiler à travers les buissons sans se mouiller les pieds. Contrairement aux idées reçues, les landais n’utilisaient pas les échasses pour aller dans les marécages, car ils se seraient immédiatement enfoncés ! …Ils utilisaient les échasses dans des zones humides où le sol, sous l’eau stagnante, était dur grâce à la présence d’un grès ferrugineux, appelé l’alios."

www.les-bergers-du-seignanx.fr/histoire-les-echassiers-landais/


Tous les commentaires (14)

Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois

a écrit : Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois
Tu m'as fait rire, du coup j'ai cherché... et j'ai trouvé :)
www.pinterest.fr/pin/315181673922637272/

Ma grand-mère maternelle, qui était de cette région, m'avait raconté de nombreuses histoires à ce sujet. Je me suis souvent demandé si l'histoire des échasses n'était pas une légende folklorique, peut-être une exagération d'un fait ou deux. Se promener dans des landes marécageuses avec des échasses doit être tout sauf pratique. Des échasses s'enfoncent plus facilement que des chaussures ou des sabots, et doivent rendre les déplacements pénibles. De mon côté, les vrais bergers landais n'existant plus depuis Napoléon III (plantation des pins pour assécher les landes) les seuls que j'ai vu sont ceux qui venaient dans les fêtes de villages et dans les foires, avec leurs belles vestes en mouton bien propres, et leurs échasses de nettement plus d'un mètre - un spectacle

Pour avoir traîné un peu dans les Landes. Les échasses tiendraient du folklore. Je ne conteste pas l'anecdote, mais comme dans la neige, plus le poids est réparti mieux on marche. Maintenant c'est vrai, on trouve plein de peintures et clichés anciens avec le berger, gilet peau de mouton, béret ET échasses. Comme le français vu par les étrangers avec sa baguette, son foulard noué et son béret . Mais on parle de coutumes du XIX ème. Allez savoir...

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Ma grand-mère maternelle, qui était de cette région, m'avait raconté de nombreuses histoires à ce sujet. Je me suis souvent demandé si l'histoire des échasses n'était pas une légende folklorique, peut-être une exagération d'un fait ou deux. Se promener dans des landes marécageuses avec des échasses doit être tout sauf pratique. Des échasses s'enfoncent plus facilement que des chaussures ou des sabots, et doivent rendre les déplacements pénibles. De mon côté, les vrais bergers landais n'existant plus depuis Napoléon III (plantation des pins pour assécher les landes) les seuls que j'ai vu sont ceux qui venaient dans les fêtes de villages et dans les foires, avec leurs belles vestes en mouton bien propres, et leurs échasses de nettement plus d'un mètre - un spectacle Afficher tout J'ai tout de suite tilté sur l'utilité des échasses pour marcher dans les marais, ca n'a pas de sens, les échasses s'enfonceraient au premier pas, et en plus je vois mal un mouton brouter dans la flotte croupie, cela dit, pour ce qui est de la gestion/surveillance du troupeau, voir de loin s'avère très utile (et j'ai oui dire qu'un coup d'échasse dans l'arrière-train d'un mouton stimulait grandement sa marche^^)

a écrit : J'ai tout de suite tilté sur l'utilité des échasses pour marcher dans les marais, ca n'a pas de sens, les échasses s'enfonceraient au premier pas, et en plus je vois mal un mouton brouter dans la flotte croupie, cela dit, pour ce qui est de la gestion/surveillance du troupeau, voir de loin s'avère très utile (et j'ai oui dire qu'un coup d'échasse dans l'arrière-train d'un mouton stimulait grandement sa marche^^) Afficher tout Effectivement : "L’utilisation des échasses lui permettait de surveiller en hauteur ses troupeaux qui s’étalaient sur de grandes distances et aussi de se faufiler à travers les buissons sans se mouiller les pieds. Contrairement aux idées reçues, les landais n’utilisaient pas les échasses pour aller dans les marécages, car ils se seraient immédiatement enfoncés ! …Ils utilisaient les échasses dans des zones humides où le sol, sous l’eau stagnante, était dur grâce à la présence d’un grès ferrugineux, appelé l’alios."

www.les-bergers-du-seignanx.fr/histoire-les-echassiers-landais/

a écrit : Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois
Ahah pour ma part j'avais lu "Berger Islandais" qui, lui, existe bel et bien (ou alors on m'aurait menti sur la race de ma chienne! :D).

a écrit : Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois
De toutes façons, nous avons des hauts Landais qui viendront peut-être en Région PACA voir des bas Varois ...

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Tu m'as fait rire, du coup j'ai cherché... et j'ai trouvé :)
www.pinterest.fr/pin/315181673922637272/
Et l'ensemble des 2 commentaires fait encore plus rire... Scmb c'est les anecdotes, les compléments d'anecdote (les commentaires, les vrais) et ça... Donc merci à vous aussi

Posté le

android

(15)

Répondre

C’est d’ailleurs étonnant pour qui connaît les Landes aujourd’hui: point de marécages ni de grandes étendues de la des sans relief mais des forêts de pins à perte de vue, jusqu’aux dunes du littoral atlantique. C’est que jusqu’au second Empire il n’y avait pas le moindre arbre par là-bas. C’est sous le second Empire, dans les années 1860 - plus précisément après un édit de 1857 -que la forêt de pins maritimes a été massivement plantée. L’objectif était d’abord d’assainir ce territoire marécageux, donc malsain. Il était aussi de mieux fixer les dunes littorales, pour limiter l’érosion maritimes. Il fallait aussi beaucoup de bois pour construire les traverses d’un chemin de fer qui se développait très fortement à l’époque. C’est d’ailleurs au même moment qu’Arcachon s’est développée, grâce aux frères Pereire, deux grands industriels de l’époque. Le rapport ? Les frères Pereire étaient grands propriétaires terriens dans les Landes, industriels de chemin de fer et promoteurs immobiliers: ils ont fortement poussé le décret de 1857, fait construire les lignes de chemin de fer reliant Paris à Bordeaux et au Midi et construit la ville d’hiver d’Arcachon, en promouvant les cures d’air marin pour les riches Parisiens... Malin.

Près de chez moi, dans la commune de Auguiano (La Rioja, Espagne), a lieu tous les ans, la "Danza de los zancos" ( Danse des échasses), lors des fêtes parroquiales. Celle-ci a lieu chaque 21, 22 et 23 juin, en l'honneur de la Sainte Patronne Maria Magdalena.
De tradition pluricentenaire, la "Danza de los zancos" est d'origine incertaine, bien que la théorie (contestée) voudrait qu'elle soit également issue de bergers locaux, faisant usage d'échasses, afin de se déplacer plus facilement en milieux humides et enneigés.
La "Danza de los zancos" a lieu dans une rue pentue du bourg, effectuée par 8 danseurs.
Voici une vidéo :
youtu.be/Ls0BbQhddQs
Notez la "jupe" orange portée par les danseurs. Appelée "saya", elle sert au danseur à garder l'équilibre durant ses virevoltes.

Le spectacle a de nouveau lieu le premier dimanche suivant le jour de l'Ascension, ainsi que le dernier fin de semaine (samedi et dimanche) de septembre.

a écrit : Je suis complètement perdu...
J’avais lu « berger Irlandais » donc je pensais à un chien avec des échasses.
D’une part le chien « berger irlandais » n’existe pas mais j’aurais surtout du me dire qu’un chien avec des échasses ça court pas les rues (sans jeux de mots).

Je vais retourner dormir je crois
Joli jeu de mots, heureusement car les jeux de mollets sont pour les jambettes !

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Pour avoir traîné un peu dans les Landes. Les échasses tiendraient du folklore. Je ne conteste pas l'anecdote, mais comme dans la neige, plus le poids est réparti mieux on marche. Maintenant c'est vrai, on trouve plein de peintures et clichés anciens avec le berger, gilet peau de mouton, béret ET échasses. Comme le français vu par les étrangers avec sa baguette, son foulard noué et son béret . Mais on parle de coutumes du XIX ème. Allez savoir... Afficher tout Le béret est Béarnais car fabriqué à Nay ! Pas dans les Landes ! Grrr