L'anglais a eu des différences de genre

Proposé par
le

L'anglais ne fait pas de différence entre les genres, mais cela n'a pas toujours été le cas. En anglais ancien, il existait, comme pour l'allemand, trois genres : féminin, masculin et neutre. La transition s'effectua vers le XIIe siècle, lorsque l'anglais ancien côtoyait le vieux norrois des Vikings. Ces deux langues étaient genrées, mais beaucoup de mot n'avaient pas le même genre, ce qui mena à l'abandon de cette distinction.


Commentaires préférés (3)

En grec ancien et en latin, il y avait 3 genres donc toutes les langues "anciennes" qui en ont découlé ont eu 3 genres et on retrouve quelques résidus dans les différentes langues (les pronoms "ce et cela" neutre en français, les noms de métiers ou de grades genrés en anglais "empress/emperor", etc...).

a écrit : Ce qui amène parfois chez nous des combats sur le genre qu'on doit donner à des acronymes anglais comme COVID.

Pour ma part, la traduction de cet acronyme signifiant "maladie à coronavirus", le féminin s'impose.
Vous dites donc dire une week-end ?

a écrit : Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu des combats sur ce sujet (contrairement aux métiers où titres pour les féministes), c'était plutôt une méconnaissance et une hésitation.
L'Académie a tranché, c'est féminin, et dire "pour la part" sous-entend qu'il y a une interprétation personn
elle alors que la règle existe (ce qui n'empêche pas les gens de se tromper par habitude ou par ignorance volontaire ou non de cette règle) Afficher tout
Mouai c’est surtout que l’académie est arrivée après la bataille. Quand la majorité des Français parle du COVID, faut arrêter de se prendre la tête à essayer d’imposer un féminin, ça perturbe tout le monde et on a par la suite des heures paumées sur des débats un peu stériles.


Tous les commentaires (14)

Ce qui amène parfois chez nous des combats sur le genre qu'on doit donner à des acronymes anglais comme COVID.

Pour ma part, la traduction de cet acronyme signifiant "maladie à coronavirus", le féminin s'impose.

a écrit : Ce qui amène parfois chez nous des combats sur le genre qu'on doit donner à des acronymes anglais comme COVID.

Pour ma part, la traduction de cet acronyme signifiant "maladie à coronavirus", le féminin s'impose.
Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu des combats sur ce sujet (contrairement aux métiers où titres pour les féministes), c'était plutôt une méconnaissance et une hésitation.
L'Académie a tranché, c'est féminin, et dire "pour la part" sous-entend qu'il y a une interprétation personnelle alors que la règle existe (ce qui n'empêche pas les gens de se tromper par habitude ou par ignorance volontaire ou non de cette règle)

a écrit : Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu des combats sur ce sujet (contrairement aux métiers où titres pour les féministes), c'était plutôt une méconnaissance et une hésitation.
L'Académie a tranché, c'est féminin, et dire "pour la part" sous-entend qu'il y a une interprétation personn
elle alors que la règle existe (ce qui n'empêche pas les gens de se tromper par habitude ou par ignorance volontaire ou non de cette règle) Afficher tout
Il y en a bel et bien eu, plus tard c'est le sujet "Omicron" qui lança un débat de prononciation bien qu'il n'y en ait aucun dès lors que l'on sait que Epsilon se prononce "Epsilone" et pas "Epsilong" (pas moyen d'écrire en phonétique sur téléphone désolé), donc pas de Omicrone mais bien Omicron.. Attendez je suis largué maintenant ! (d'où le débat).. Pour covid c'était "le virus covid" qui faussait tout, car comme le dit le commentaire du dessus la dénomination coviD (D pour disease) determine le genre avec "une maladie"

En grec ancien et en latin, il y avait 3 genres donc toutes les langues "anciennes" qui en ont découlé ont eu 3 genres et on retrouve quelques résidus dans les différentes langues (les pronoms "ce et cela" neutre en français, les noms de métiers ou de grades genrés en anglais "empress/emperor", etc...).

a écrit : Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu des combats sur ce sujet (contrairement aux métiers où titres pour les féministes), c'était plutôt une méconnaissance et une hésitation.
L'Académie a tranché, c'est féminin, et dire "pour la part" sous-entend qu'il y a une interprétation personn
elle alors que la règle existe (ce qui n'empêche pas les gens de se tromper par habitude ou par ignorance volontaire ou non de cette règle) Afficher tout
Il y a bien eu un débat. D'ailleurs sans débat il n'y aurait rien eu à trancher. Le "pour ma part" fait eco à l'époque pas si lointaine ou la règle n'était pas encore posée. Covid étant l'acronyme de "Corona virus disease" (maladie du corona virus) le féminin s'imposait.

Ce qui fait bizarre en français est l'amalgame entre "coronavirus" (un virus, masculin) et la covid (la maladie, féminin).

a écrit : Ce qui amène parfois chez nous des combats sur le genre qu'on doit donner à des acronymes anglais comme COVID.

Pour ma part, la traduction de cet acronyme signifiant "maladie à coronavirus", le féminin s'impose.
Vous dites donc dire une week-end ?

a écrit : Ce qui amène parfois chez nous des combats sur le genre qu'on doit donner à des acronymes anglais comme COVID.

Pour ma part, la traduction de cet acronyme signifiant "maladie à coronavirus", le féminin s'impose.
Moi je dis la MaCoV, la Maladie du Coronavirus ;)
Quitte à le faire à la française…

a écrit : Vous dites donc dire une week-end ? Et bien maintenant que tu me le fais remarquer, je dirais à présent la week-end, bien que ce ne soit pas un acronyme... ;)

a écrit : Je ne suis pas sûr qu'il y ait eu des combats sur ce sujet (contrairement aux métiers où titres pour les féministes), c'était plutôt une méconnaissance et une hésitation.
L'Académie a tranché, c'est féminin, et dire "pour la part" sous-entend qu'il y a une interprétation personn
elle alors que la règle existe (ce qui n'empêche pas les gens de se tromper par habitude ou par ignorance volontaire ou non de cette règle) Afficher tout
Mouai c’est surtout que l’académie est arrivée après la bataille. Quand la majorité des Français parle du COVID, faut arrêter de se prendre la tête à essayer d’imposer un féminin, ça perturbe tout le monde et on a par la suite des heures paumées sur des débats un peu stériles.

a écrit : Il y en a bel et bien eu, plus tard c'est le sujet "Omicron" qui lança un débat de prononciation bien qu'il n'y en ait aucun dès lors que l'on sait que Epsilon se prononce "Epsilone" et pas "Epsilong" (pas moyen d'écrire en phonétique sur téléphone désolé), donc pas de Omicrone mais bien Omicron.. Attendez je suis largué maintenant ! (d'où le débat).. Pour covid c'était "le virus covid" qui faussait tout, car comme le dit le commentaire du dessus la dénomination coviD (D pour disease) determine le genre avec "une maladie" Afficher tout Il ya bien eu un débat, mais peut-on appeler ça un combat ?

Pour ma part je dit le Covid. Tant pi si je me trompe ya pire dans la vie.
Bonne journée tlm !

a écrit : Il ya bien eu un débat, mais peut-on appeler ça un combat ? à partir du moment où il y a bien un vainqueur à la sortie d'une joute (verbale ou non )... Je pense qu'on peut le dire !