Los Angeles version temple antique

Proposé par
le
dans

En 1925, à la suite d'un concours lancé par la ville de Los Angeles afin de repenser le centre-ville, l'architecte Lloyd Wright proposa un projet pharaonique pour complètement rebâtir la ville, en s'inspirant entre autres des temples antiques. Le résultat, vertigineux, ne réussit pas à convaincre les décideurs.


Commentaires préférés (3)

Dans le même genre :
www.vice.com/fr/article/7xzgez/folie-des-grandeurs-les-projets-architecturaux-les-plus-fous-jamais-realises

Chaque projet mériterait son anecdote mais autant le mettre ici. J'ai un petit faible pour les Maisons-Tours d'Auguste Perret : "250 nouveaux gratte-ciels de 200 mètres de haut sur des avenues de 250 mètres de large, le tout relié par des ponts aériens.".
Cela aurait battu le record d'une précédente anecdote.

Cet architecte s'appelait en réalité Frank Lloyd Wright. J'ai l'impression que Lloyd est son 2e prénom, comme Walker pour George Walker Bush qu'on appelle plus couramment George W. Bush mais je n'ai pas trouvé de source précise sur le sujet et j'ai bien l'impression que c'est son 2e prénom même si on ne l'abrège jamais en Frank L. Wright comme c'est souvent le cas pour les 2e prénoms. Il aurait été baptisé Frank Lincoln Wright et aurait changé lui-même plus tard Lincoln pour mettre à la place Lloyd en l'honneur de sa famille maternelle les Lloyd Jones. Mais je n'ai pas l'impression que Lloyd était la première partie d'un nom de famille composé. Et le fait que ses enfants s'appelaient aussi Lloyd ne prouve rien car il aurait justement pu leur donner Lloyd comme 2e prénom à eux aussi. Toujours est-il qu'on ne l'appelle jamais Lloyd Wright comme dans l'anecdote, et pas non plus Frank L. Wright comme c'est souvent le cas quand on abrège le 2e prénom.

Donc il faut l'appeler soit Frank Lloyd Wright, soit Wright tout court (les américains ont l'habitude de désigner les gens, dans les phrases, par leur nom de famille sans rien devant).

J'avais entendu parler d'un "secret" en visitant sa maison-atelier (Frank Lloyd Wright home and studio) dans la banlieue de Chicago. Il était reconnu et très célèbre mais ses maisons avaient apparemment souvent un défaut moins connu : le toit fuyait. Il aurait d'ailleurs dit lui-même : "Si le toit ne fuit pas, l'architecte n'a pas été assez créatif". Il faut dire que les américains aiment bien les toits tarabiscotés : on voit rarement des maisons cossues avec un simple toit à 2 pentes ou 4 pentes comme en France, la moindre maison un peu élaborée a forcément des ruptures de toit, des avancées de toit, et autres fioritures. Et donc il se raconte que les propriétaires de ses maisons étaient souvent obligés de mettre des seaux sous les fuites pour éviter les inondations les jours de pluie et qu'ils l'appelaient souvent pour se plaindre des fuites du toit. Une fois un de ses clients l'appelle car le toit s'est mis à fuir pendant un repas et l'eau coule justement sur un des invités ! Et Wright aurait répondu "Eh bien déplacez-le !".

Vous pouvez chercher "Frank Lloyd Wright roof leak" dans un moteur de recherche si vous ne me croyez pas ou si vous voulez des exemples.


Tous les commentaires (23)

Dans le même genre :
www.vice.com/fr/article/7xzgez/folie-des-grandeurs-les-projets-architecturaux-les-plus-fous-jamais-realises

Chaque projet mériterait son anecdote mais autant le mettre ici. J'ai un petit faible pour les Maisons-Tours d'Auguste Perret : "250 nouveaux gratte-ciels de 200 mètres de haut sur des avenues de 250 mètres de large, le tout relié par des ponts aériens.".
Cela aurait battu le record d'une précédente anecdote.

Cet architecte s'appelait en réalité Frank Lloyd Wright. J'ai l'impression que Lloyd est son 2e prénom, comme Walker pour George Walker Bush qu'on appelle plus couramment George W. Bush mais je n'ai pas trouvé de source précise sur le sujet et j'ai bien l'impression que c'est son 2e prénom même si on ne l'abrège jamais en Frank L. Wright comme c'est souvent le cas pour les 2e prénoms. Il aurait été baptisé Frank Lincoln Wright et aurait changé lui-même plus tard Lincoln pour mettre à la place Lloyd en l'honneur de sa famille maternelle les Lloyd Jones. Mais je n'ai pas l'impression que Lloyd était la première partie d'un nom de famille composé. Et le fait que ses enfants s'appelaient aussi Lloyd ne prouve rien car il aurait justement pu leur donner Lloyd comme 2e prénom à eux aussi. Toujours est-il qu'on ne l'appelle jamais Lloyd Wright comme dans l'anecdote, et pas non plus Frank L. Wright comme c'est souvent le cas quand on abrège le 2e prénom.

Donc il faut l'appeler soit Frank Lloyd Wright, soit Wright tout court (les américains ont l'habitude de désigner les gens, dans les phrases, par leur nom de famille sans rien devant).

Si d'aventure la Loi ou la coutume de votre État/pays, vous octroie un pourcentage fixe sur toute oeuvre architecturale (par exemple un 3%), plus votre projet sera pharaonique et cher... Plus votre cachet s'en ressentira et votre compte en banque aussi !

En long, large et travers de la géographie et de l'Histoire (parfois récente), ne manquent pas les exemples de dépenses Architecturales parfois peu justifiées.
Mais de plus, quand ceci est issu d'une connivence entre le cabinet d'architecte et le Pouvoir local ou national en place, là, tout un chacun est en Droit de se poser des questions.
Cherchez près de chez vous, tous ces flops architecturaux de douteuse véritable utilité quotidienne, et pensez au nom qu'ils portent... Celui d'un Président ou d'un maire de grande ville, qui est déjà passé à meilleure vie. Certes personne ne viendra dorénavant lui demander des comptes, même si une affaire de pots-de-vin est suspectée.

J'avais entendu parler d'un "secret" en visitant sa maison-atelier (Frank Lloyd Wright home and studio) dans la banlieue de Chicago. Il était reconnu et très célèbre mais ses maisons avaient apparemment souvent un défaut moins connu : le toit fuyait. Il aurait d'ailleurs dit lui-même : "Si le toit ne fuit pas, l'architecte n'a pas été assez créatif". Il faut dire que les américains aiment bien les toits tarabiscotés : on voit rarement des maisons cossues avec un simple toit à 2 pentes ou 4 pentes comme en France, la moindre maison un peu élaborée a forcément des ruptures de toit, des avancées de toit, et autres fioritures. Et donc il se raconte que les propriétaires de ses maisons étaient souvent obligés de mettre des seaux sous les fuites pour éviter les inondations les jours de pluie et qu'ils l'appelaient souvent pour se plaindre des fuites du toit. Une fois un de ses clients l'appelle car le toit s'est mis à fuir pendant un repas et l'eau coule justement sur un des invités ! Et Wright aurait répondu "Eh bien déplacez-le !".

Vous pouvez chercher "Frank Lloyd Wright roof leak" dans un moteur de recherche si vous ne me croyez pas ou si vous voulez des exemples.

a écrit : Si d'aventure la Loi ou la coutume de votre État/pays, vous octroie un pourcentage fixe sur toute oeuvre architecturale (par exemple un 3%), plus votre projet sera pharaonique et cher... Plus votre cachet s'en ressentira et votre compte en banque aussi !

En long, large et travers de la géograp
hie et de l'Histoire (parfois récente), ne manquent pas les exemples de dépenses Architecturales parfois peu justifiées.
Mais de plus, quand ceci est issu d'une connivence entre le cabinet d'architecte et le Pouvoir local ou national en place, là, tout un chacun est en Droit de se poser des questions.
Cherchez près de chez vous, tous ces flops architecturaux de douteuse véritable utilité quotidienne, et pensez au nom qu'ils portent... Celui d'un Président ou d'un maire de grande ville, qui est déjà passé à meilleure vie. Certes personne ne viendra dorénavant lui demander des comptes, même si une affaire de pots-de-vin est suspectée.
Afficher tout
C'était surement vrai auparavant mais je n'ai pas l'impression que ce soit encore le cas (en tout cas, pas chez moi).
Sur les projets immobiliers sur lequel je travaille, les budgets sont fixés à l'avance entre le client et le promoteur immobilier sur base d'un besoin sommaire (bâtiment administratif, école, parc de jeux, résidence, etc.). Ensuite on établie les contraintes éventuelles venant du PAG et du PUL (limitation en hauteur, limitation en profondeur, contrainte de sécurité, distance aux voisins ou à la voirie, etc.). Et ensuite seulement on contacte un cabinet d'archi qui devra se plier au budget, aux contraintes règlementaires, aux contraintes de génie civil puis aux besoins et envies du client.

Généralement on dépasse un peu le budget et on a droit a de belles engueulades entre le chef archi et le PM promoteur. Alors évidemment, si le budget de base est élevé, l'archi se fera plaisir pour toucher une plus grosse commission mais c'est la seule possibilité que je vois. Surtout que les contrôles sur l'utilisation de l'argent publique sont bien plus strictes aujourd'hui.

a écrit : Cet architecte s'appelait en réalité Frank Lloyd Wright. J'ai l'impression que Lloyd est son 2e prénom, comme Walker pour George Walker Bush qu'on appelle plus couramment George W. Bush mais je n'ai pas trouvé de source précise sur le sujet et j'ai bien l'impression que c'est son 2e prénom même si on ne l'abrège jamais en Frank L. Wright comme c'est souvent le cas pour les 2e prénoms. Il aurait été baptisé Frank Lincoln Wright et aurait changé lui-même plus tard Lincoln pour mettre à la place Lloyd en l'honneur de sa famille maternelle les Lloyd Jones. Mais je n'ai pas l'impression que Lloyd était la première partie d'un nom de famille composé. Et le fait que ses enfants s'appelaient aussi Lloyd ne prouve rien car il aurait justement pu leur donner Lloyd comme 2e prénom à eux aussi. Toujours est-il qu'on ne l'appelle jamais Lloyd Wright comme dans l'anecdote, et pas non plus Frank L. Wright comme c'est souvent le cas quand on abrège le 2e prénom.

Donc il faut l'appeler soit Frank Lloyd Wright, soit Wright tout court (les américains ont l'habitude de désigner les gens, dans les phrases, par leur nom de famille sans rien devant).
Afficher tout
Né sous l'identité de Franklin Lincoln Wright, il modifia son identité,de "Lincoln" à "Lloyd", suite au départ de son père de sa maison natale.
En effet, la relation tumultueuse entre ses parents, provoquera le départ du progéniteur, fait que le fils ne lui pardonnera jamais.
Il est logique de penser que le futur architecte voudra gommer l'identité du père, et la remplacer par celle qui a continué à l'élever, malgré les adversités.
Sa mère s'appelait Anna Lloyd Jones Wright.

es.wikiarquitectura.com/arquitecto/wright-frank-lloyd/

a écrit : C'était surement vrai auparavant mais je n'ai pas l'impression que ce soit encore le cas (en tout cas, pas chez moi).
Sur les projets immobiliers sur lequel je travaille, les budgets sont fixés à l'avance entre le client et le promoteur immobilier sur base d'un besoin sommaire (bâtiment a
dministratif, école, parc de jeux, résidence, etc.). Ensuite on établie les contraintes éventuelles venant du PAG et du PUL (limitation en hauteur, limitation en profondeur, contrainte de sécurité, distance aux voisins ou à la voirie, etc.). Et ensuite seulement on contacte un cabinet d'archi qui devra se plier au budget, aux contraintes règlementaires, aux contraintes de génie civil puis aux besoins et envies du client.

Généralement on dépasse un peu le budget et on a droit a de belles engueulades entre le chef archi et le PM promoteur. Alors évidemment, si le budget de base est élevé, l'archi se fera plaisir pour toucher une plus grosse commission mais c'est la seule possibilité que je vois. Surtout que les contrôles sur l'utilisation de l'argent publique sont bien plus strictes aujourd'hui.
Afficher tout
"Les contrôles sur l'argent public sont bien plus stricts aujourd'hui"...

Oui, et heureusement !!!
Néanmoins, je pourrai te parler de tous les scandales que nous avons ici...
Ce serait trop long.

Bon après-midi. Que je vais faire un tour. Le brouillard vient - enfin ! - de se lever.

a écrit : Né sous l'identité de Franklin Lincoln Wright, il modifia son identité,de "Lincoln" à "Lloyd", suite au départ de son père de sa maison natale.
En effet, la relation tumultueuse entre ses parents, provoquera le départ du progéniteur, fait que le fils ne lui pardonnera jamais.
Il
est logique de penser que le futur architecte voudra gommer l'identité du père, et la remplacer par celle qui a continué à l'élever, malgré les adversités.
Sa mère s'appelait Anna Lloyd Jones Wright.

es.wikiarquitectura.com/arquitecto/wright-frank-lloyd/
Afficher tout
C'est à peu près ce que j'avais lu aussi (en anglais et en français car je comprends moins bien l'espagnol) et ce que je dis dans mon commentaire, mais je suis moins affirmatif car la source en anglais est moins affirmative sur son nom de baptème et dit qu'on n'est pas sûr qu'il s'est appelé Lincoln car on n'a jamais retrouvé les papiers, et d'autre part tu ne peux pas dire non plus qu'il a gommé l'identité de son père puisqu'il en garde le nom de famille (Wright).

L'incertitude que j'avais, et tu n'es pas plus sûr que moi à ce sujet, c'est s'il a utilisé le nom de sa mère pour en faire une partie de son nom de famille ou pour en faire son deuxième prénom, et donc s'il s'appelait Franck LLOYD WRIGHT ou Franck Lloyd WRIGHT, qu'on pourrait dans ce second cas abréger en Franck L. WRIGHT ou Franck WRIGHT. Mais j'ai plutôt l'impression qu'il avait utilisé Lloyd comme 2e prénom puisqu'on l'appelle Wright tout court quand on veut utiliser seulement son nom. Et ça expliquerait pourquoi son deuxième prénom n'est jamais abrégé ni omis : puisqu'il y tenait tellement au point de l'avoir ajouté lui-même, il n'aurait pas voulu le voir réduit à un simple L. ou omis, contrairement aux gens qui ne tiennent pas spécialement à leur deuxième prénom et utilisent simplement son initiale pour se distinguer d'un homonyme, comme George W. Bush.

De toute façon, on ne l'appelle jamais Lloyd Wright comme dans l'anecdote et c'est ce que je voulais signaler comme correction, c'est forcément Frank Lloyd Wright quand on dit son nom pour la première fois, ou Wright quand on l'a déjà dit et pour ne pas tout répéter à chaque fois.

D'après ce site, dont je ne connais pas du tout la fiabilité, son nom de famille est ici Lloyd Wright et son prénom Franck.
www.jesuismort.com/tombe/frank-lloyd-wright#biographie

Sur un autre lien de vente aux enchères de ses croquis (peut-être un peu plus fiable), on peut noter la mention : WRIGHT, Frank Lloyd. Ausgeführte Bauten und Entwürfe. Berlin: Ernst Wasmuth, 1910. (www.christies.com/lotfinder/Lot/wright-frank-lloyd-ausgefuhrte-bauten-und-entwurfe-5963219-details.aspx)
Son nom de famille est donc ici Wright et ses prénoms Franck Lloyd.

On pourra noter une citation plutôt rigolote de sa part :
"Les physiciens peuvent enterrer leurs erreurs, les architectes seulement conseiller à leurs clients de planter des plantes grimpantes. Aussi devraient-ils aller le plus loin possible de chez eux pour édifier leurs premières constructions."

a écrit : D'après ce site, dont je ne connais pas du tout la fiabilité, son nom de famille est ici Lloyd Wright et son prénom Franck.
www.jesuismort.com/tombe/frank-lloyd-wright#biographie

Sur un autre lien de vente aux enchères de ses croquis (peut-être un peu plus fiable), on peut noter la men
tion : WRIGHT, Frank Lloyd. Ausgeführte Bauten und Entwürfe. Berlin: Ernst Wasmuth, 1910. (www.christies.com/lotfinder/Lot/wright-frank-lloyd-ausgefuhrte-bauten-und-entwurfe-5963219-details.aspx)
Son nom de famille est donc ici Wright et ses prénoms Franck Lloyd.

On pourra noter une citation plutôt rigolote de sa part :
"Les physiciens peuvent enterrer leurs erreurs, les architectes seulement conseiller à leurs clients de planter des plantes grimpantes. Aussi devraient-ils aller le plus loin possible de chez eux pour édifier leurs premières constructions."
Afficher tout
Devant l'intérêt général (d'au moins 2 personnes) et comme le site jesuismort se contredit (il l'appelle Wright tout court dans toute sa biographie avant d'écrire Lloyd Wright en toute fin de page dans la case nom de famille), j'ai fait des recherches un peu plus poussées et j'ai trouvé que Lloyd était bien son deuxième prénom (middle name en anglais), et donc c'est incorrect de l'appeler Lloyd Wright comme le fait l'anecdote, et il ne faut pas non plus omettre le 2e prénom car il y tenait et donc il faut écrire dans l'anecdote Frank Lloyd Wright :

www.britannica.com/biography/Frank-Lloyd-Wright

www.legacy.com/news/the-frank-lloyd-wright-50/#:~:text=4.,invented%20Lincoln%20Logs%20in%201918.

a écrit : Dans le même genre :
www.vice.com/fr/article/7xzgez/folie-des-grandeurs-les-projets-architecturaux-les-plus-fous-jamais-realises

Chaque projet mériterait son anecdote mais autant le mettre ici. J'ai un petit faible pour les Maisons-Tours d'Auguste Perret : "250 nouveaux gratte
-ciels de 200 mètres de haut sur des avenues de 250 mètres de large, le tout relié par des ponts aériens.".
Cela aurait battu le record d'une précédente anecdote.
Afficher tout
On pourra remarquer, parmi ces projets, que pour celui d'une ile-navire pouvant prétendument héberger 10 000 personnes, les architectes ne devaient pas avoir une idée bien précise du comportement d'un navire sur l'eau, ce qui serait pourtant la base d'une réflexion sur un tel projet, car sur la représentation les sillages, aussi bien du gros navire du projet que des plus petits bateaux qui croisent dans les parages, ne sont pas des triangles avec un angle de 39° ce qui est pourtant une constante pour tout ce qui se déplace sur l'eau (que ce soit un canard ou un super-tanker ou même une ile-navire) et qu'on doit donc connaitre si on s'intéresse à ce sujet...

a écrit : Dans le même genre :
www.vice.com/fr/article/7xzgez/folie-des-grandeurs-les-projets-architecturaux-les-plus-fous-jamais-realises

Chaque projet mériterait son anecdote mais autant le mettre ici. J'ai un petit faible pour les Maisons-Tours d'Auguste Perret : "250 nouveaux gratte
-ciels de 200 mètres de haut sur des avenues de 250 mètres de large, le tout relié par des ponts aériens.".
Cela aurait battu le record d'une précédente anecdote.
Afficher tout
Le projet de Le Corbusier, question horreur, était pas mal non plus, raser Paris pour y construire des gratte-ciels tous identiques reliés par des autoroutes en damier...où en échiquier plutôt, des tours... un échiquier... ^^

L'image de l'anecdote ressemble beaucoup au projet Germania, non? C'était une époque où il était de bon ton de faire table rase du passé pour aller vers le monde idyllique technocentré, heureusement que ca a jamais été fait, enfin, jamais à ce point.

J'essaie de trouver des grandes villes qui ont été pensées par un seul architecte et qui fonctionnent, mais j'en ai trouvé aucune, je pense qu'une ville, il ne faut pas la voir comme un "concept", mais comme quelquechose de vivant, qui s'adapte en permanence. La seule fois où je suis monté à Paris, j'ai trouvé ca étrange mais chouette de voir des bâtiments modernes couper par-ci par-là les lignes des immeubles Haussmanniens qui se ressemblent tous, ca change un peu, ca casse la monotonie, non?

Dans les villes, on a des bâtiments qui ont des siècles qui côtoient des bâtiments ultramodernes, un peu comme cette incroyable "tour-spaghetti" a N.Y qui a une emprise au sol équivalente à un immeuble standard du 19ème siècle, c'est spectaculaire, ca a son charme, je trouve, plus que les monstrueuses horreurs cubiques imaginées dans la première moitié du 20ème siècle. On est pas passés loin d'une catastrophe visuelle, mais bien entendu, ce n'est que mon point de vue. ;)

a écrit : Le projet de Le Corbusier, question horreur, était pas mal non plus, raser Paris pour y construire des gratte-ciels tous identiques reliés par des autoroutes en damier...où en échiquier plutôt, des tours... un échiquier... ^^

L'image de l'anecdote ressemble beaucoup au projet Germania, non? C
9;était une époque où il était de bon ton de faire table rase du passé pour aller vers le monde idyllique technocentré, heureusement que ca a jamais été fait, enfin, jamais à ce point.

J'essaie de trouver des grandes villes qui ont été pensées par un seul architecte et qui fonctionnent, mais j'en ai trouvé aucune, je pense qu'une ville, il ne faut pas la voir comme un "concept", mais comme quelquechose de vivant, qui s'adapte en permanence. La seule fois où je suis monté à Paris, j'ai trouvé ca étrange mais chouette de voir des bâtiments modernes couper par-ci par-là les lignes des immeubles Haussmanniens qui se ressemblent tous, ca change un peu, ca casse la monotonie, non?

Dans les villes, on a des bâtiments qui ont des siècles qui côtoient des bâtiments ultramodernes, un peu comme cette incroyable "tour-spaghetti" a N.Y qui a une emprise au sol équivalente à un immeuble standard du 19ème siècle, c'est spectaculaire, ca a son charme, je trouve, plus que les monstrueuses horreurs cubiques imaginées dans la première moitié du 20ème siècle. On est pas passés loin d'une catastrophe visuelle, mais bien entendu, ce n'est que mon point de vue. ;)
Afficher tout
C'est certain que le brutalisme n'est pas apprécié par tout le monde sauf peut-être par les architectes qui y voit souvent du génie ^^.

a écrit : On pourra remarquer, parmi ces projets, que pour celui d'une ile-navire pouvant prétendument héberger 10 000 personnes, les architectes ne devaient pas avoir une idée bien précise du comportement d'un navire sur l'eau, ce qui serait pourtant la base d'une réflexion sur un tel projet, car sur la représentation les sillages, aussi bien du gros navire du projet que des plus petits bateaux qui croisent dans les parages, ne sont pas des triangles avec un angle de 39° ce qui est pourtant une constante pour tout ce qui se déplace sur l'eau (que ce soit un canard ou un super-tanker ou même une ile-navire) et qu'on doit donc connaitre si on s'intéresse à ce sujet... Afficher tout J'ai déjà lu quelques papiers là dessus, le concept, c'est justement de construire une île capable de se déplacer, très lentement, pas un navire. Ce truc un peu farfelu ne serait pas destiné à voyager, mais à y vivre, un genre de Elysium (si tu connais le film) où de Golden-City(si tu connais la B.D), une ville flottante pour blindards affranchie des lois internationales, en gros.

Niveau structurel, je ne suis pas architecte, mais on sait faire des super plates formes pétrolières non amarrées qui tiennent parfaitement la mer (sauf accident...), ca serait un peu la même chose mais en plus grand, en plus beau, en plus cher... ^^

a écrit : On pourra remarquer, parmi ces projets, que pour celui d'une ile-navire pouvant prétendument héberger 10 000 personnes, les architectes ne devaient pas avoir une idée bien précise du comportement d'un navire sur l'eau, ce qui serait pourtant la base d'une réflexion sur un tel projet, car sur la représentation les sillages, aussi bien du gros navire du projet que des plus petits bateaux qui croisent dans les parages, ne sont pas des triangles avec un angle de 39° ce qui est pourtant une constante pour tout ce qui se déplace sur l'eau (que ce soit un canard ou un super-tanker ou même une ile-navire) et qu'on doit donc connaitre si on s'intéresse à ce sujet... Afficher tout Ce sont des architectes et non des physiciens, on pourrait les excuser surtout que les dessins de projets sont toujours un peu fantaisistes. Cela reste des esquisses.

Concernant le sillage de Kelvin, c'est effectivement une constante à 38,94° quelque soit la forme ou la longueur du bateau. Par contre et contrairement à ce que croyait Lord Kelvin (qui plus tard sera mis en équation par le physicien britannique William Thomson), cela ne fonctionne que pour les petites vitesses. C'est à dire pour les vitesses dont le sillage possède une longueur d'onde inférieure à la taille de la coque du navire (ce qui correspond tout à fait à tes exemples d'ailleurs).

En simplifiant, quand la vitesse des bateaux augmentent, la longueur d'onde du sillage augmente également et atteint sa taille maximale correspondant plus ou moins à la taille de la coque du navire (paramètre le plus influent). On entre alors dans un régime particulier qui réduit la taille du cône de sillage. Ce régime est notamment étudié par M. Rabaud et F. Moisy.
www.refletsdelaphysique.fr/articles/refdp/pdf/2014/02/refdp201439p10.pdf

a écrit : J'ai déjà lu quelques papiers là dessus, le concept, c'est justement de construire une île capable de se déplacer, très lentement, pas un navire. Ce truc un peu farfelu ne serait pas destiné à voyager, mais à y vivre, un genre de Elysium (si tu connais le film) où de Golden-City(si tu connais la B.D), une ville flottante pour blindards affranchie des lois internationales, en gros.

Niveau structurel, je ne suis pas architecte, mais on sait faire des super plates formes pétrolières non amarrées qui tiennent parfaitement la mer (sauf accident...), ca serait un peu la même chose mais en plus grand, en plus beau, en plus cher... ^^
Afficher tout
En effet le texte semble dire que le projet serait de faire une ile destinée à rester immobile ou à se déplacer très lentement... sauf que les architectes ont dessiné un gros sillage sur leur vue d'artiste !

a écrit : C'est certain que le brutalisme n'est pas apprécié par tout le monde sauf peut-être par les architectes qui y voit souvent du génie ^^. Le Brutalisme? Ca s'appelle comme ça? Ok oui
-On va faire un gros cube creux, ca va le faire, mais on va pas le faire aligné sur l'arc de Triomphe.
-Pourquoi?
-Parce qu'on peut pas à cause de l'autoroute qui passe dessous mais on va dire que le décaler de 5 degrés ca a un sens. Trouvez moi un sens, C'EST UN ORDRE!
-Pour casser la perspective des Champs Elysées et rendre le tout moins brutal?
-Un bon point. Ca vous tente un poste officiel? ;)

Ça me fait penser au projet de nouveau Berlin appelé Germania par Hitler dans les années 30. Un projet colossal et grandiose pour mettre Berlin au niveau de Paris et de l'Alexandrie antique...qui ne verra jamais le jour à cause des coûts faramineux et de la guerre.