Mars, petite soeur de la Terre

Proposé par
le

On qualifie parfois Mars de « petite sœur » de la Terre du fait des similitudes avec notre planète, mais ce surnom est aussi vrai de par sa taille, son rayon étant quasiment 2 fois plus petit. Pour faire un parallèle, l’océan Pacifique (166 millions de km2) est plus vaste que Mars toute entière (144 millions de km2.

Vénus est en fait beaucoup plus similaire en taille, son rayon représente 95% de celui de la Terre.


Commentaires préférés (3)

Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représentant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés.

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
Comment le livre va bruler sans oxygène ? Ca fait un problème de moins pour tes millionnaires. Et je comprends que tu l'aies cité avant les pluies d'acide sulfurique, ça, ça me parait plus facile à résoudre.

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
L'humanité, elle, a le défaut de croire que la conquête spatiale est une affaire de mégalos milliardaires...
Pour ce qui est de Vénus ces défauts qui semblent quelque peu dérangeants à première vue ne sont vraiment problématiques qu'au niveau du sol. À quelques dizaines de kilomètres d'altitude les conditions de pressions et de température sont semblables à celles que nous avons ici sur le plancher des vaches. Et étant donné la composition de l'atmosphère vénusienne, l'air (càd azote + oxygène, le mélange que nous aimons respirer) y est portant. On peut donc l'utiliser pour remplir une sorte de gros ballon dirigeable et avoir une petite station pas spatiale accrochée en dessous. Si on utilise de l'hydrogène on peut évidemment augmenter la masse de ladite station.
À beaucoup beaucoup (beaucoup) plus long terme, terraformer Vénus n'est pas forcément plus compliqué que de terraformer Mars, et potentiellement plus rentable, étant donné qu'on ne sait toujours pas si les humains s'adapteraient à long terme à la gravité martienne qui n'est qu'un tiers de celle de la Terre. D'ailleurs si Mars est parfois appelée petite soeur de la Terre, Vénus est surnommée soeur jumelle de la Terre, tant ses dimensions sont similaires. Il suffirait de la refroidir par exemple en plaçant un gros objet au point de Lagrange L1 du système Vénus solaire pour qu'elle devienne immédiatement moins invivable et qu'une grosse partie de son atmosphère se liquéfie et tombe au sol. Les deux plus gros problèmes qui resteraient à résoudre seraient sa période de rotation extrêmement longue (les jours y durent plus d'un an) et son manque d'hydrogène pour pouvoir former des océans. Mais contrairement à une exploration par des ballons dans la haute atmosphère cela reste bien entendu hors de notre portée...

Posté le

android

(39)

Répondre


Tous les commentaires (36)

Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représentant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés.

De là à rêver d'installer une colonie Humaine sur Mars...

Sauf que depuis quelques années, il a été découvert la présence de perchlorate dans le sol Martien, à une concentration qui n'est pas bonne pour la vie sous presque toutes ses formes.

Ceci hypothéquerait en très grande mesure la possibilité d'utiliser le sol martien, tout comme terrain de culture pour produire des végétaux destinés à l'alimentation, comme de faire usage de bactéries, d'algues ou d'arbres, pour rendre l'atmosphère respirable par photosynthèse.

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
Comment le livre va bruler sans oxygène ? Ca fait un problème de moins pour tes millionnaires. Et je comprends que tu l'aies cité avant les pluies d'acide sulfurique, ça, ça me parait plus facile à résoudre.

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
Lis bien la fin de l’anecdote, il parle de la similitude au niveau de la « taille », pas de la pression atmosphérique, de la température ou de la composition...

a écrit : De là à rêver d'installer une colonie Humaine sur Mars...

Sauf que depuis quelques années, il a été découvert la présence de perchlorate dans le sol Martien, à une concentration qui n'est pas bonne pour la vie sous presque toutes ses formes.

Ceci hypothéquerait en très grande me
sure la possibilité d'utiliser le sol martien, tout comme terrain de culture pour produire des végétaux destinés à l'alimentation, comme de faire usage de bactéries, d'algues ou d'arbres, pour rendre l'atmosphère respirable par photosynthèse. Afficher tout
Ceci devrait t'intéresser... ;-)

youtu.be/ZGmJyQzb7Vk

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
Et il pleut de l'acide sulfurique. J'imagine le parapluie.

L'idée de ces mégalos milliardaires est rester dans l'atmosphère, à une altitude où les conditions seraient idéales.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Et il pleut de l'acide sulfurique. J'imagine le parapluie.

L'idée de ces mégalos milliardaires est rester dans l'atmosphère, à une altitude où les conditions seraient idéales.
J'avais imaginé que, si on refroidit Vénus via des boucliers empêchant une partie des rayons solaire de frapper l'atmosphère, es ce que celle-ci pourrait se condenser? Après il faudrait neutraliser l'acide, virer l'excès de carbone... tout un programme! ^^

Pour ce qui est de Mars, actuellement, on a la technologie pour y aller (même si c'est que sur le papier pour certains engins), pour y vivre en exploitant certaines ressources, mais de là à parler d'une colonie... plutôt un petit avant-poste expérimental qui, selon les résultats, pourrait mener à une deuxième phase un peu plus ambitieuse, mais avant d'imaginer une colonisation, va y avoir encore énormément de R&D.

Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre, raison de plus pour prendre soin d'elle pour qu'elle continue d'être habitable pour nous et pas l'inverse. On entend beaucoup de personnes dire "vous allez détruire la Terre", je vous assure la terre sera là même sans vie (elle sera probablement absorbé par le soleil quand cette dernière se transformera en géante rouge).

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Oui mais Vénus a deux défauts majeurs pour tous les millionnaires mégalos qui rêvent de créer des colonies post-apocalyptiques sur d'autres planètes : L'atmosphère y est 93 fois plus lourde, on s'y sent comme à 920 mètres sous le niveau de la mer.
Et il y fait plus de 450 degrés, le CO2 représent
ant 96.5% de l'air, ce qui a quelques problèmes majeurs, comme l'ébullition de nos corps, ou le fait qu'on ne puisse pas lire un livre : ce dernier s'enflamme passé 233 degrés. Afficher tout
Il faut tout de même préciser que Venus serait habitable dans sa haute atmosphère, à une altitude de 50 km où la pression et la température sont similaires à la Terre. Il semblerait même qu'on pourrait y survivre sans équipement spécifique

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre, raison de plus pour prendre soin d'elle pour qu'elle continue d'être habitable pour nous et pas l'inverse. On entend beaucoup de personnes dire "vous allez détruire la Terre", je vous assure la terre sera là même sans vie (elle sera probablement absorbé par le soleil quand cette dernière se transformera en géante rouge). Afficher tout En fait je vais faire un restriction à tes propos : «Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre»
Oui, à la vie telle que nous la connaissons
Mais pourquoi se focaliser sur la ."vie" que nous connaissons? de une cellule à 180 tonnes.
Comment pourrait-on reconnaitre la "vie" si celle-ci est portée par des êtres de plusieurs centaines de km et de plusieurs millions de tonnes qui "vivraient" des centaines de milliers d'années? ou d'une fraction de mg, qui vivraient moins d'une seconde?
La Terre ne serait-elle pas un être vivant cherchant à se débarrasser des microbes qui infestent sa surface, à l'aide des volcans, sur un référentiel temporel tellement différent du notre qu'on ne voit rien?
Les fourmis pensent quoi des voitures qui passent à 130 km/h à 25 m de la fourmilière à côté de l'autoroute, elles ne savent même pas que les humains existent
Et les conducteurs ne savent même pas qu'il y a des millions de fourmis à 25 m de leur voiture...
NOTRE référentiel nous dit que la vie est favorisée par la position et l'état de la Terre par rapport au Soleil, mais ce N'est QUE notre référentiel

a écrit : Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre, raison de plus pour prendre soin d'elle pour qu'elle continue d'être habitable pour nous et pas l'inverse. On entend beaucoup de personnes dire "vous allez détruire la Terre", je vous assure la terre sera là même sans vie (elle sera probablement absorbé par le soleil quand cette dernière se transformera en géante rouge). Afficher tout Nous ne coloniserons jamais l'espace si nous ne commençons pas par prendre soin de la Terre, j'en suis convaincu aussi car c'est une opération qui prendra des siècles pour qu'elle réussisse, peut être 1000 ans! Et vu l'avenir sur 100 ans qui se profile... Pour le moment, la colonisation n'est encore qu'un rêve pour certains, mais on a le droit de rêver et de commencer à travailler sur comment faire pour que ce rêve devienne réel? ;)

J'ai toujours pensé que ce serait une bonne chose, de mettre nos industries lourdes et nos mégapoles là haut et de préserver la Terre de notre manie à tout faire pour la bétonner et de n'y aller que pour les vacances, mais c'est pas gagné...

a écrit : En fait je vais faire un restriction à tes propos : «Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre»
Oui, à la vie telle que nous la connaissons
Mais pourquoi se focaliser sur la ."vie" que nous connaissons? de une cellule à 180
tonnes.
Comment pourrait-on reconnaitre la "vie" si celle-ci est portée par des êtres de plusieurs centaines de km et de plusieurs millions de tonnes qui "vivraient" des centaines de milliers d'années? ou d'une fraction de mg, qui vivraient moins d'une seconde?
La Terre ne serait-elle pas un être vivant cherchant à se débarrasser des microbes qui infestent sa surface, à l'aide des volcans, sur un référentiel temporel tellement différent du notre qu'on ne voit rien?
Les fourmis pensent quoi des voitures qui passent à 130 km/h à 25 m de la fourmilière à côté de l'autoroute, elles ne savent même pas que les humains existent
Et les conducteurs ne savent même pas qu'il y a des millions de fourmis à 25 m de leur voiture...
NOTRE référentiel nous dit que la vie est favorisée par la position et l'état de la Terre par rapport au Soleil, mais ce N'est QUE notre référentiel
Afficher tout
On ne peut pas répondre à toutes tes questions, mais celle de savoir si la Terre est un être vivant on peut. D'après Larousse : "Caractère propre aux êtres possédant des structures complexes (macromolécules, cellules, organes, tissus), capables de résister aux diverses causes de changement, aptes à renouveler, par assimilation, leurs éléments constitutifs (atomes, petites molécules), à croître et à se reproduire."

Donc non, la terre n'est pas un être vivant.

a écrit : On ne peut pas répondre à toutes tes questions, mais celle de savoir si la Terre est un être vivant on peut. D'après Larousse : "Caractère propre aux êtres possédant des structures complexes (macromolécules, cellules, organes, tissus), capables de résister aux diverses causes de changement, aptes à renouveler, par assimilation, leurs éléments constitutifs (atomes, petites molécules), à croître et à se reproduire."

Donc non, la terre n'est pas un être vivant.
Afficher tout
1)- je m'en doutais un peu, c'était une (petite) provocation
2)- si c'est Larousse qui le dit... ha oui, justement, Larousse se sert de notre référentiel
3)- je pense que dans 6 ou 700 ans, le Larousse actuel semblera aussi fiable que les livres religieux le paraissent aujourd'hui, mais c'est facile de dire ça, je ne serai pas là pour le vérifier
3)- a- enfin je crois que je ne serai pas là...

a écrit : En fait je vais faire un restriction à tes propos : «Aucun corps du système solaire est (et sera jusqu'à un avenir lointain) aussi favorable à la vie que la Terre»
Oui, à la vie telle que nous la connaissons
Mais pourquoi se focaliser sur la ."vie" que nous connaissons? de une cellule à 180
tonnes.
Comment pourrait-on reconnaitre la "vie" si celle-ci est portée par des êtres de plusieurs centaines de km et de plusieurs millions de tonnes qui "vivraient" des centaines de milliers d'années? ou d'une fraction de mg, qui vivraient moins d'une seconde?
La Terre ne serait-elle pas un être vivant cherchant à se débarrasser des microbes qui infestent sa surface, à l'aide des volcans, sur un référentiel temporel tellement différent du notre qu'on ne voit rien?
Les fourmis pensent quoi des voitures qui passent à 130 km/h à 25 m de la fourmilière à côté de l'autoroute, elles ne savent même pas que les humains existent
Et les conducteurs ne savent même pas qu'il y a des millions de fourmis à 25 m de leur voiture...
NOTRE référentiel nous dit que la vie est favorisée par la position et l'état de la Terre par rapport au Soleil, mais ce N'est QUE notre référentiel
Afficher tout
En l'état actuel des choses, les seules références que l'Humain possède sur ce qu'est le concept de "Vie", est ce qui se trouve sur la planète Terre.
Bien que la Science connait l'existence de systèmes de Vie basés sur d'autres modèles que le carbone, pour le moment, ceci ne peut être que hypothétique... par manque de quelque preuve, aussi ténue que ce soit.

Ce lien permet d'explorer d'autres voies. fr.m.wikipedia.org/wiki/Biochimies_hypoth%C3%A9tiques

Il faut également prendre en compte, ce qui est appelé " habitabilité d'une planète". Là encore, par manque de quelque preuve extraterrestre (le terme "extraterrienne" serait plus explicite et moins équivoque) que ce soit, la Science doit se contenter sur des extrapolations à partir de ce qui existe ici.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Habitabilit%C3%A9_d%27une_plan%C3%A8te
www.rtbf.be/tendance/green/detail_24-planetes-superhabitables-decouvertes-elles-pourraient-etre-plus-adaptees-a-la-vie-que-la-terre?id=10603583

a écrit : 1)- je m'en doutais un peu, c'était une (petite) provocation
2)- si c'est Larousse qui le dit... ha oui, justement, Larousse se sert de notre référentiel
3)- je pense que dans 6 ou 700 ans, le Larousse actuel semblera aussi fiable que les livres religieux le paraissent aujourd'hui, mais
c'est facile de dire ça, je ne serai pas là pour le vérifier
3)- a- enfin je crois que je ne serai pas là...
Afficher tout
Ma réponse était justement de mettre l'accent que ce n'est pas à chacun de mettre la définition qu'il souhaite sur un mot (c'est ma vision des choses), mais qu'il existe pour chaque mot une ou des définitions précises et acceptées par tous. Dans le cas contraire aucune discussion ou débat sérieux ne peut avoir lieu.
Moi perso, je discute en me fondant sur les définitions actuelles, pas sur celles de dans 700 ans.
Tu as vu que Larousse a bien pris garde de ne pas restreindre sa définition à une vie basée sur le carbone et ne parle pas de taille ou d'échelle de temps. Bref, ça laisse la porte ouverte quand même.

C'est un peu comme les lois : elles changent, on peut ne pas être d'accord, mais il faut les respecter quand même.

Bon après je fais de la polémique pour la polémique, j'avoue.

a écrit : Ma réponse était justement de mettre l'accent que ce n'est pas à chacun de mettre la définition qu'il souhaite sur un mot (c'est ma vision des choses), mais qu'il existe pour chaque mot une ou des définitions précises et acceptées par tous. Dans le cas contraire aucune discussion ou débat sérieux ne peut avoir lieu.
Moi perso, je discute en me fondant sur les définitions actuelles, pas sur celles de dans 700 ans.
Tu as vu que Larousse a bien pris garde de ne pas restreindre sa définition à une vie basée sur le carbone et ne parle pas de taille ou d'échelle de temps. Bref, ça laisse la porte ouverte quand même.

C'est un peu comme les lois : elles changent, on peut ne pas être d'accord, mais il faut les respecter quand même.

Bon après je fais de la polémique pour la polémique, j'avoue.
Afficher tout
De ce que j'ai retenu de la définition du Larousse, c'est que la vie, ca se reproduit, et la planète Terre n'a pas encore enfanté des petits terreaux ^^

Mais peut être que des mondes Gaïa existent ailleurs... ca chamboulerait toutes nos connaissances et faudra revoir la définition de ce qu'est le vivant, et nos lointains descendant liront les derniers exemplaires du Larousse actuel en se disant que c'est touchant, autant de naïveté. :)

a écrit : Ma réponse était justement de mettre l'accent que ce n'est pas à chacun de mettre la définition qu'il souhaite sur un mot (c'est ma vision des choses), mais qu'il existe pour chaque mot une ou des définitions précises et acceptées par tous. Dans le cas contraire aucune discussion ou débat sérieux ne peut avoir lieu.
Moi perso, je discute en me fondant sur les définitions actuelles, pas sur celles de dans 700 ans.
Tu as vu que Larousse a bien pris garde de ne pas restreindre sa définition à une vie basée sur le carbone et ne parle pas de taille ou d'échelle de temps. Bref, ça laisse la porte ouverte quand même.

C'est un peu comme les lois : elles changent, on peut ne pas être d'accord, mais il faut les respecter quand même.

Bon après je fais de la polémique pour la polémique, j'avoue.
Afficher tout
Il n'y a pas de soucis, mon propos était juste de dire qu'il n'y a RIEN de gravé dans le marbre, et que, comme dit Nicontrarié, nos certitudes d'aujourd'hui sont nos naïvetés de demain.
Il y a peut être sur Vénus des êtres étranges qui se satisfassent béatement de leur bain d'acide sulfurique à 450°C.
Ou, plus probablement, rien
Et c'est aussi vrai que polémique pour polémique, je ne suis pas le dernier

a écrit : De ce que j'ai retenu de la définition du Larousse, c'est que la vie, ca se reproduit, et la planète Terre n'a pas encore enfanté des petits terreaux ^^

Mais peut être que des mondes Gaïa existent ailleurs... ca chamboulerait toutes nos connaissances et faudra revoir la définition de ce qu&#
039;est le vivant, et nos lointains descendant liront les derniers exemplaires du Larousse actuel en se disant que c'est touchant, autant de naïveté. :) Afficher tout
J'avais pris au départ comme condition la reproduction, mais je me suis dit qu'alors un mulet ou un tigron ne se reproduisant pas, ils ne sont pas vivants... Alors j'ai pas insisté la dessus

a écrit : Il n'y a pas de soucis, mon propos était juste de dire qu'il n'y a RIEN de gravé dans le marbre, et que, comme dit Nicontrarié, nos certitudes d'aujourd'hui sont nos naïvetés de demain.
Il y a peut être sur Vénus des êtres étranges qui se satisfassent béatement de leur bain d'acide
sulfurique à 450°C.
Ou, plus probablement, rien
Et c'est aussi vrai que polémique pour polémique, je ne suis pas le dernier
Afficher tout
Le sujet sur le vivant est passionnant, si on construit des télescopes géants, c'est surtout pour étudier les planètes extrasolaires, la vie peut même être mécanique si on sort un peu des sentiers battus, où gazeuse, où électrique, où comme dit plus haut, géologique avec des échelles de temps qui nous dépassent... le seul moyen de le savoir, c'est de continuer à chercher :)

Dans le jeu Stellaris, on trouve des choses sympa, je suis tombé sur une civilisation gazeuse qui avait besoin de mes vaisseaux et de très grosses bombonnes de gaz pour émigrer, ils payaient avec de la connaissance. On est devenu potes! Classe, hein! ;)