Le « calmar volant japonais »

Proposé par
le
dans

Todarodes pacificus est également appelé le « calmar volant japonais ». Cette espèce a la particularité de pouvoir se propulser hors de l’eau et de planer sur une trentaine de mètres, ce qui peut lui permettre d’échapper à ses prédateurs. En « vol », il peut même modifier sa trajectoire, en utilisant ses nageoires et tentacules pour se diriger.


Commentaires préférés (3)

Il faut savoir que cette stratégie de "vol" est à double tranchant. Oui c'est vrai les calamars et poissons volants échappent ainsi à leurs prédateurs marins.
Mais, et ce "mais" est assez important, ils échappent à Charybde pour se retrouver face à Scylla : les oiseaux les choppent à la sortie de l'eau. Les albatros et autres goélands notamment attendent patiemment à la surface pour les chopper. Du coup même une fois tiré d'affaire avec le prédateur marin, ils doivent redoubler de vigilance face aux oiseaux.

Ca reste une stratégie impressionnante et un bijou de l'évolution :)

Je suis déçu par la vidéo mise en source qui n'est en fait qu'une suite de photographies.

Je vous la conseille toutefois, le générique est un joyau du kitsch. En l'espace de 5 secondes, je me suis retrouvé en 6e avec mon prof de "bio" (pantalon en velours côtelé et collier de barbe blanche) qui nous passait des VHS sur les animaux.

a écrit : Il faut savoir que cette stratégie de "vol" est à double tranchant. Oui c'est vrai les calamars et poissons volants échappent ainsi à leurs prédateurs marins.
Mais, et ce "mais" est assez important, ils échappent à Charybde pour se retrouver face à Scylla : les oiseaux les choppent à la
sortie de l'eau. Les albatros et autres goélands notamment attendent patiemment à la surface pour les chopper. Du coup même une fois tiré d'affaire avec le prédateur marin, ils doivent redoubler de vigilance face aux oiseaux.

Ca reste une stratégie impressionnante et un bijou de l'évolution :)
Afficher tout
A peine mort Encornet, le temps t’accule.


Tous les commentaires (7)

Il faut savoir que cette stratégie de "vol" est à double tranchant. Oui c'est vrai les calamars et poissons volants échappent ainsi à leurs prédateurs marins.
Mais, et ce "mais" est assez important, ils échappent à Charybde pour se retrouver face à Scylla : les oiseaux les choppent à la sortie de l'eau. Les albatros et autres goélands notamment attendent patiemment à la surface pour les chopper. Du coup même une fois tiré d'affaire avec le prédateur marin, ils doivent redoubler de vigilance face aux oiseaux.

Ca reste une stratégie impressionnante et un bijou de l'évolution :)

Je suis déçu par la vidéo mise en source qui n'est en fait qu'une suite de photographies.

Je vous la conseille toutefois, le générique est un joyau du kitsch. En l'espace de 5 secondes, je me suis retrouvé en 6e avec mon prof de "bio" (pantalon en velours côtelé et collier de barbe blanche) qui nous passait des VHS sur les animaux.

Il me fait un peu penser au SN8 de Space X ^^

Posté le

android

(0)

Répondre

Dommage qu’on est pas de vrais vidéos de cette prouesse en lien !

a écrit : Il faut savoir que cette stratégie de "vol" est à double tranchant. Oui c'est vrai les calamars et poissons volants échappent ainsi à leurs prédateurs marins.
Mais, et ce "mais" est assez important, ils échappent à Charybde pour se retrouver face à Scylla : les oiseaux les choppent à la
sortie de l'eau. Les albatros et autres goélands notamment attendent patiemment à la surface pour les chopper. Du coup même une fois tiré d'affaire avec le prédateur marin, ils doivent redoubler de vigilance face aux oiseaux.

Ca reste une stratégie impressionnante et un bijou de l'évolution :)
Afficher tout
A peine mort Encornet, le temps t’accule.

a écrit : A peine mort Encornet, le temps t’accule. Oh p*tain, ça y est, je l'ai !