Le silbo, pour communiquer à travers les montagnes

Proposé par
le

Les habitants de l'île de la Gomera aux Canaries utilisent un langage bien particulier pour communiquer à travers les montagnes escarpées : le Silbo. Il est uniquement composé de sifflements et malgré un vocabulaire restreint, des conversations entières peuvent être sifflées. La portée de ces sifflements peut atteindre 8 à 10 kilomètres.


Tous les commentaires (43)

a écrit : Ils ont pas besoin de portable les types sur cette ile Ils ne l'entendaient pas sonner !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Très intéressant.

Par contre, je n'arrive pas à comprendre. Ils sifflent la prononciation et la tonalité des mots si on écoute bien, mais alors, lorsque deux mots se prononcent pareil, comment font-ils la différence dans une conversation ?
Déduction par rapport au reste de la phrase, sans doute ^^

Posté le

unknown

(3)

Répondre

pour l'avoir vu en vrai, c'est très impressionnant!

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Très intéressant.

Par contre, je n'arrive pas à comprendre. Ils sifflent la prononciation et la tonalité des mots si on écoute bien, mais alors, lorsque deux mots se prononcent pareil, comment font-ils la différence dans une conversation ?
Certainement contexte aidant ^^

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Le langage sifflé est utilisé un peu partout sur la planète, généralement dans les régions montagneuses où le sifflement porte plus loin que la voix. C'est d'ailleurs le cas dans le petit village mexicain où j'habite. fr.wikipedia.org/wiki/Langage_sifflé

Posté le

unknown

(6)

Répondre

c'était le sujet de mon examen de compréhension à la lecture en Anglais cette année :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Oui j'ai vu ça je ne sais plus où, en plus, ils sifflent avec le pouce ( c'est compliqué à expliquer )

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ce language si je ne m'abuse a été crée par des résistants au régime de franco afin que ses troupes et sa police ne puissent comprendre ce qui se disait tu n'aurais pas vue un reportage sur discovery channel il y a de ça 3/4 ans ? ;)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pelatarte: Wind of Change, Scorpions, je me manifeste! très belle chanson d'ailleurs *-*

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Moi en sifflant je sais dire "le vent du changement" :) s'il y en a un qui comprend, qu'il fasse signe ^^ Wind of change ... Très bonne référence musicale ;)

Étudié en classe européenne en 4ème. Les professeurs feraient même l'appel des élèves en sifflant et certains cours se déroulent aussi grâce aux sifflements.

Posté le

android

(1)

Répondre

Tout cela me rappelle les symboles que représentent les sifflements, notamment les "geais moqueurs" que l'on peut observer dans la dystopie (bientôt trilogie) hunger games. Ici, le geai moqueur signifie l'espoir.

A noter que dans le village de Aas (64), il y avait aussi un language sifflé jusque dans les années 70/80, et qu'une association locale essaye de la perpetuer actuellement.

Posté le

windowsphone

(3)

Répondre

Une chanson autre que wind of change et moins connue existe concernant ce langage, elle s'appel Silbo justement de Féloche, à écouter ! Et si vous voulez en savoir plus regardez une interview de Féloche dans laquelle il explique le pourquoi de cette chanson.

Pelatarte ton commentaire ne parlerai pas plutôt de monstre et compagnie par hasard ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Moi en sifflant je sais dire "le vent du changement" :) s'il y en a un qui comprend, qu'il fasse signe ^^ Monstre et compagnie !!! :)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Aaah j'aime ce genre d'anecdote, au moins ici on partira pas en débat politique :) Bah ! D'ailleurs !
La politique, tiens, parlons-en !!

Je déconne :p ;)

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Très intéressant.

Par contre, je n'arrive pas à comprendre. Ils sifflent la prononciation et la tonalité des mots si on écoute bien, mais alors, lorsque deux mots se prononcent pareil, comment font-ils la différence dans une conversation ?
C'est comme a l'oral simple : le contexte