Le papillon vice-roi mime pour se protéger des prédateurs

Proposé par
le
dans

Le papillon monarque et le vice-roi sont deux papillons très ressemblants. Cependant, le premier est toxique contrairement au deuxième. C'est pourquoi les prédateurs qui ne peuvent les différencier n'attaquent aucune des deux espèces. Ce processus de mimétisme s'appelle le mimétisme batésien.


Commentaires préférés (3)

Un autre exemple bien connu est le serpent corail dont la peau est colorée d'anneaux rouge/jaune/noir et est très venimeux (famille des elipidae) et le faux-corail, dont les anneaux colorés sont noir/rouge/jaune pâle, (famille des colibridae), qui ne l'est pas.

Posté le

android

(119)

Répondre

a écrit : Qui sont les prédateurs des papillons??? Oiseaux, Chauve-souris (pour les papillons de nuit), et probablement des espèces d'araignées, et d'autres encore.

Posté le

android

(75)

Répondre

a écrit : Nan le deuxième papillon n'a sûrement pas "fait expres" mais le gêne le faisant se ressembler avec l'autre papillon à du apparaître sur un ou plusieurs individus augmentant considérablement les chances de survie donc de se reproduire des papillons portant le gène et au fil des générations les papillons ont transmis le dit gène pour arriver a cette ressemblance entre les deux espèces . Je sais pas si j'ai été clair. Afficher tout voici une explication dite scientifique "Un papillon A est toxique. La majorité des oiseaux savent le reconnaître et donc évitent de le consommer. Un autre papillon B non toxique, lui ressemble un peu. Si une mutation modifie légèrement — dans les cellules germinales — un des allèles codant pour les dessins alaires d'un papillon B, (il faut qu'elle soit dominante, ou alors qu'elle se trouve chez un homozygote pour l'allèle récessif) on aura alors des descendants avec différentes sortes de couleurs d'ailes. Ceux qui ressembleront le plus au papillon A seront moins consommés par les oiseaux. Leur taux de survie légèrement supérieur, et au moment de la reproduction la fréquence de l'allèle muté aura cru dans la population. Progressivement, à chaque génération la fréquence de cet allèle va croître. Il se peut qu'une nouvelle mutation rapproche encore l'apparence de B de celle de A. Ainsi, l'espèce B va ressembler de plus en plus à l'espèce A"

Posté le

android

(111)

Répondre


Tous les commentaires (86)

Qui sont les prédateurs des papillons???

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Un autre exemple bien connu est le serpent corail dont la peau est colorée d'anneaux rouge/jaune/noir et est très venimeux (famille des elipidae) et le faux-corail, dont les anneaux colorés sont noir/rouge/jaune pâle, (famille des colibridae), qui ne l'est pas.

Posté le

android

(119)

Répondre

a écrit : Qui sont les prédateurs des papillons??? J'avoue que je me pose la même questions la...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Qui sont les prédateurs des papillons??? Oiseaux, Chauve-souris (pour les papillons de nuit), et probablement des espèces d'araignées, et d'autres encore.

Posté le

android

(75)

Répondre

Ce peut être des oiseaux par exemple...

Posté le

android

(0)

Répondre

Je ne comprends pas bien l'anecdote... Est ce que mimétisme batesien signifie que l'imitation est volontaire? J'entends par là que le second papillon à muté pour ressembler à son voisin " en constatant" que lui ne se faisait pas manger... Je n'arrive pas a comprendre en quoi il y aurait une démarche de survie volontaire de la part du papillon à part s'il a muté en conséquence comme un camouflage mais il n'en est fait mention nulle part dans les liens. ( ou alors j'ai mal lu!)

Posté le

iphone

(15)

Répondre

Je crois que leur toxicité provient de la nourriture qu'ils mangeaient étant chenille

Posté le

android

(1)

Répondre

La nature est bien faite, enfin surtout pratique pour celui qui n'est pas toxique ! Chance

Posté le

iphone

(1)

Répondre

c'est grâce à la selection naturelle, des papillons non toxiques ont par exemple pu à un moment ou un autre une mutation qui leur a donné une couleur proche de celui qui est toxique. ce sont donc eux qui ont survécu et fé caractère se transmet de génération en génération...

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Je ne comprends pas bien l'anecdote... Est ce que mimétisme batesien signifie que l'imitation est volontaire? J'entends par là que le second papillon à muté pour ressembler à son voisin " en constatant" que lui ne se faisait pas manger... Je n'arrive pas a comprendre en quoi il y aurait une démarche de survie volontaire de la part du papillon à part s'il a muté en conséquence comme un camouflage mais il n'en est fait mention nulle part dans les liens. ( ou alors j'ai mal lu!) Afficher tout Nan le deuxième papillon n'a sûrement pas "fait expres" mais le gêne le faisant se ressembler avec l'autre papillon à du apparaître sur un ou plusieurs individus augmentant considérablement les chances de survie donc de se reproduire des papillons portant le gène et au fil des générations les papillons ont transmis le dit gène pour arriver a cette ressemblance entre les deux espèces . Je sais pas si j'ai été clair.

Posté le

iphone

(19)

Répondre

a écrit : Je crois que leur toxicité provient de la nourriture qu'ils mangeaient étant chenille Donc si une chenille de race "toxic" mange de la salade elle est moins toxic?
C'est pas des pokemon si elle naît pour être mortelle elle le sera je pense quoi qu'elle mange.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Nan le deuxième papillon n'a sûrement pas "fait expres" mais le gêne le faisant se ressembler avec l'autre papillon à du apparaître sur un ou plusieurs individus augmentant considérablement les chances de survie donc de se reproduire des papillons portant le gène et au fil des générations les papillons ont transmis le dit gène pour arriver a cette ressemblance entre les deux espèces . Je sais pas si j'ai été clair. Afficher tout voici une explication dite scientifique "Un papillon A est toxique. La majorité des oiseaux savent le reconnaître et donc évitent de le consommer. Un autre papillon B non toxique, lui ressemble un peu. Si une mutation modifie légèrement — dans les cellules germinales — un des allèles codant pour les dessins alaires d'un papillon B, (il faut qu'elle soit dominante, ou alors qu'elle se trouve chez un homozygote pour l'allèle récessif) on aura alors des descendants avec différentes sortes de couleurs d'ailes. Ceux qui ressembleront le plus au papillon A seront moins consommés par les oiseaux. Leur taux de survie légèrement supérieur, et au moment de la reproduction la fréquence de l'allèle muté aura cru dans la population. Progressivement, à chaque génération la fréquence de cet allèle va croître. Il se peut qu'une nouvelle mutation rapproche encore l'apparence de B de celle de A. Ainsi, l'espèce B va ressembler de plus en plus à l'espèce A"

Posté le

android

(111)

Répondre

a écrit : c'est grâce à la selection naturelle, des papillons non toxiques ont par exemple pu à un moment ou un autre une mutation qui leur a donné une couleur proche de celui qui est toxique. ce sont donc eux qui ont survécu et fé caractère se transmet de génération en génération... Oui, ce n'est pas volontaire. Il y a eu des mutations génétiques aléatoirement et l'espèce qui ressemblait beaucoup à ce papillon s'est moins faite bouffer que les autres. C'est donc elle qui a pu prospérer

Posté le

iphone

(6)

Répondre

a écrit : voici une explication dite scientifique "Un papillon A est toxique. La majorité des oiseaux savent le reconnaître et donc évitent de le consommer. Un autre papillon B non toxique, lui ressemble un peu. Si une mutation modifie légèrement — dans les cellules germinales — un des allèles codant pour les dessins alaires d'un papillon B, (il faut qu'elle soit dominante, ou alors qu'elle se trouve chez un homozygote pour l'allèle récessif) on aura alors des descendants avec différentes sortes de couleurs d'ailes. Ceux qui ressembleront le plus au papillon A seront moins consommés par les oiseaux. Leur taux de survie légèrement supérieur, et au moment de la reproduction la fréquence de l'allèle muté aura cru dans la population. Progressivement, à chaque génération la fréquence de cet allèle va croître. Il se peut qu'une nouvelle mutation rapproche encore l'apparence de B de celle de A. Ainsi, l'espèce B va ressembler de plus en plus à l'espèce A" Afficher tout Le caractère "non toxique" est avantagé car il évite le cout associé à la production de la toxine tout en bénéficiant de l'effet dissuasif du patron de ses ailes, de ce fait sa fréquence augmente par rapport au caractère "toxique". En revanche les prédateurs font vite le lien entre le patron dominant et sa non-toxicité, ce qui fait que sa fréquence re-diminue, cycliquement. C'est ce que l'on appelle de la sélection balancée.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Nan le deuxième papillon n'a sûrement pas "fait expres" mais le gêne le faisant se ressembler avec l'autre papillon à du apparaître sur un ou plusieurs individus augmentant considérablement les chances de survie donc de se reproduire des papillons portant le gène et au fil des générations les papillons ont transmis le dit gène pour arriver a cette ressemblance entre les deux espèces . Je sais pas si j'ai été clair. Afficher tout La Phalène du boulot est un bon exemple. Il y a des Phalène claires et foncées. Si je ne me trompe pas, les Phalènes dans les régions où l'écorce des arbres est claire et recouvert de licken sont claires pour se camoufler sur l'écorce. Alors que sur les troncs polués ou foncés, les Phalènes sont sombres.
C'est une selection naturelle.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Donc si une chenille de race "toxic" mange de la salade elle est moins toxic?
C'est pas des pokemon si elle naît pour être mortelle elle le sera je pense quoi qu'elle mange.
J'ai trouvé une référence qui me semble plus sérieuse que ta pensée ou la comparaison aux pokemon qui explique "que la chair est rendue toxique par la nourriture absorbée par sa chenille",
australie.uco.fr/~cbourles/Ethology/Glossair/Mimetism.htm

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Oui, ce n'est pas volontaire. Il y a eu des mutations génétiques aléatoirement et l'espèce qui ressemblait beaucoup à ce papillon s'est moins faite bouffer que les autres. C'est donc elle qui a pu prospérer Faux, rien a voir. La dérive est une force éoluiv expliquant les changements de fréquences alléliques par le hasard seul, sans impliquer les processus sélectifs. Or le processus ici est clairement sous l influence de la selection naturelle, la biblio sur cet exemple est importante .

Posté le

android

(0)

Répondre