Des cellules bactériennes servent de calculatrice

Proposé par
le

Des ingénieurs du MIT ont mis au point un calculateur fait à base de bactéries ! Les cellules bactériennes permettent de calculer des additions, soustractions, divisions, racines carrées et logarithmes. Pour réaliser ces opérations, ils utilisent les caractéristiques génétiques déjà présentes dans les cellules et les modifient de manière à créer le circuit de calcul dont ils ont besoin.

Concrètement, pour résoudre une addition par exemple, les deux hommes ont utilisé 2 circuits, activés par 2 molécules spécifiques : la GFP (Green Fluorescent Protein) et l'AHL (une molécule produisant aussi du GFP). Il ne reste plus qu'à mesurer le nombre de GFP total pour calculer le nombre de molécules qui se sont ajoutées dans les 2 circuits.


Commentaires préférés (3)

L'avancée de la recherche en matière de nouvelles technologies est vraiment impressionnante.
En particulier les moyens employés pour arriver à ce niveau !

a écrit : L'utilité la dedans ?

Rechercher donc une solution contre le cancer ou le sida. Ça , sa sera utile au moins.
Y en a encore qui ont rien compris à la recherche fondamentale qui débouche sur de la recherche appliquée...

Posté le

android

(547)

Répondre

Même les bactéries sont meilleures que moi en maths maintenant...

Posté le

android

(722)

Répondre


Tous les commentaires (65)

L'avancée de la recherche en matière de nouvelles technologies est vraiment impressionnante.
En particulier les moyens employés pour arriver à ce niveau !

Je vois pas où est vraiment le principe..

Si j ai bien compris : ils mesurent GFP1 et GFP2 et lors de la fusion GFP Total ils retrouvent la somme de GFP1 et GFP2. Par contre je vois pas comment mesurer un logarithme...en même temps je suis Sur2rien

L'utilité la dedans ?

Rechercher donc une solution contre le cancer ou le sida. Ça , sa sera utile au moins.

L'intérêt principal de la bio-informatique est évidemment militaire, étonnant qu'aucune des 2 sources n'en parlent.
On obtient avec ces techniques des modules organiques indétectables. Quand on sait le cout d'un F117, trouver 1 ou 2 milliards de dollars pour financer de telles recherches doit être facile.
Espérons qu'il y ait aussi de vraies retombées utiles pour tous.

J aimerais connaître le temps que mettrai une bactérie pour faire une équation différentielle ^^

Posté le

android

(50)

Répondre

a écrit : L'utilité la dedans ?

Rechercher donc une solution contre le cancer ou le sida. Ça , sa sera utile au moins.
Y en a encore qui ont rien compris à la recherche fondamentale qui débouche sur de la recherche appliquée...

Posté le

android

(547)

Répondre

Même les bactéries sont meilleures que moi en maths maintenant...

Posté le

android

(722)

Répondre

Vite ! Placez le en chambre d'isolement, il a brisé sa calculette !

Peut être même que nos ordinateurs seront fait comme cela plus tard..
Plus de problème de virus après..

a écrit : L'utilité la dedans ?

Rechercher donc une solution contre le cancer ou le sida. Ça , sa sera utile au moins.
Il y a juste une différence entre ingénieur et scientifique, et ça ne veut pas dire que tu es scientifique que tu es spécialisé dans la recherche du sida ou du cancer, arrêtez avec vos critiques alors que vous attendez sagement qu'il y ait des remèdes.
Avec l'avance de la médecine qu'on a vous trouverez toujours le moyen de râler..

Posté le

android

(32)

Répondre

a écrit : Si j ai bien compris : ils mesurent GFP1 et GFP2 et lors de la fusion GFP Total ils retrouvent la somme de GFP1 et GFP2. Par contre je vois pas comment mesurer un logarithme...en même temps je suis Sur2rien Pour les logarithmes, il existe des tables (tableau contenant les valeurs des différentes valeurs que prend une fonction) pour chacun des Log indice x, ils pourraient donc comparer l'intensité lumineuse produite par une réaction entre deux bactéries à ces tables et vérifier ainsi expérimenralement leur postulat.
Dans cette réaction, la première bactérie serait fixée, c'est la bactérie soupçonnée d'avoir un comportement logarithmique. Et pour la seconde, on utiliserait un groupe le plus grand possible de bactéries produisant un GFP connu à l'avance ; ces bactéries joueront le rôle de variable dans la fonction. Ils comparent les résultats aux tables (probablement via un logiciel calculant les écarts) et vérifient que ca colle bien...! J'ai l'impression que ce scnéario est plausible mais ... en même temps je suis Sur2Rien

C'est cool ça! Dans quelque année on auras des mini ordinateur de gamer, où il y aurait juste l'écran qui seras grand!! Bon après le prix seras proportionnel a la puissance de l'ordinateur ! (Quoi que les bactéries sont bon marché! ^^)

Ca va être juste plus compliqué de poser les opérations... au lieu d'appuyer sur des touches, faudra choisir la bonne bactérie.
- 1 = microbe de la gastro
- 2 = varicelle
- 3 etc
Pour effacer une faute de frappe, utiliser de la javel.

Posté le

android

(43)

Répondre

Je comprends pourquoi j'ai eu 1/20 au bac en maths...

Posté le

android

(15)

Répondre

a écrit : Peut être même que nos ordinateurs seront fait comme cela plus tard..
Plus de problème de virus après..
Donc plus d'antivirus mais des antibiotiques.

Posté le

android

(36)

Répondre

L'intérêt de la bio-informatique n'est pas tout à fait ce que l'on croit. La vitesse d'exécution d'un bio-processeur est très mauvaise par rapport à du silicium, de l'optique ou du quantique.

Son intérêt majeur est le faible coût de fabrication, le faible coût d'utilisation et, surtout, l'utilisation de ressources renouvelables.
De plus, la densité de stockage des informations est très bonne, même si son "accès" est plutôt lent. Cela pourrait devenir une alternative très intéressante pour le stockage de masse d'informations, à la place des robots graveurs de DVD qui occupent une place monstrueuse et sont tout aussi lents à accéder aux données.

Dans un tout autre domaine d'application, un ordinateur biologique offre l'intérêt d'être bio-compatible et donc d'envisager des axes thérapeutiques inédits, similaires aux nanorobots.

a écrit : L'utilité la dedans ?

Rechercher donc une solution contre le cancer ou le sida. Ça , sa sera utile au moins.
Plutôt que d'être agressif sans raison, lis les sources. Ou à défaut la dernière partie de mon commentaire précédent.

Vu comme je n'ai rien compris je v garder ma bonne vieille calculatrice casio ...

a écrit : Y en a encore qui ont rien compris à la recherche fondamentale qui débouche sur de la recherche appliquée... Exactement comme avec le développement de l'IRM. Aujourd'hui, c'est quand même l'outil le plus performant en ce qui concerne la radiologie et c'est parti d'une "simple" théorie. Mon prof de biophysique en parlait en cours pour nous montrer à quel point la recherche est importante.