En maitrisant les langues locales, un général allemand souleva une armée

Proposé par
le
dans

Paul von Lettow-Vorbeck était un général allemand pendant la Première Guerre mondiale en Tanzanie. Maitrisant les langues locales, l'officier parvint a recruter des indigènes d'une grande loyauté avec lesquels il infligea de lourdes défaites aux alliés tout au long de la guerre, ravageant leurs colonies et restant invaincu jusqu'à la fin de la guerre.


Tous les commentaires (36)

Qui a dit qu'apprendre les langues vivantes était inutile ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je n'ai vraiment rien compris ou suis-je le seul à trouver bizarre qu'on se batte avec ses alliés??? Peut être écouter pendant les cours d'histoire. Ça sera bien non

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Comme quoi nous sommes de la chair à canon pour ces gens là. Pendants que des familles pleurent la pertes d'un proche ou que des hommes ce retrouve infirmes ou fou a cause des atrocités de la guerre. Et bien ces messieurs bedonnant trinquent en sirotant un verre de cognac. Scandaleux! En quoi le fait que 2 adversaires se respectent et partagent un verre, sous drapeau blanc qui plus est, fait d'eux des hommes détestables. Penses-tu que les soldats allemands comme les askaris (auxiliaires africains) vouaient à leur commandant une loyauté sans faille sans raison ? Lettow-Vorbeck était un officier très humain, sans préjugé raciste et également très rusé (article très intéressant dans Guerre&Histoire). Il était très avare de la vie de ses hommes, ce qui est prouvé par la durée de son combat : isolé et sans renfort, il n'aurait tenu si longtemps (il s'est rendu après l'armistice si je me souviens bien) s'il avait envoyé ses hommes au massacre.
De manière plus générale, il faut arrêter de voir les hauts gradés comme de vieux personnages lâches et envoyant leurs troupes au casse-pipe sans aucune considération humaine. La WW1 a surpris tous les belligérants par sa violence. D'autre part, la nature de la guerre était très différente à cette époque (notamment au niveau de l'échelle) et cela était accepté par les soldats. Il faut aussi penser que beaucoup de généraux sont issus de familles de militaires. Il est ainsi fort probable que certains d'entre eux ont perdu des proches.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Surtout qu'on parle de bataille de la première guerre mondiale alors que ce camp à été construit durant la seconde guerre mondiale En effet, durant la WW1, lorsque l'on parle d'alliés, c'est de la triple alliance dont on parle (-Italie + Empire Ottoman).

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Comme quoi nous sommes de la chair à canon pour ces gens là. Pendants que des familles pleurent la pertes d'un proche ou que des hommes ce retrouve infirmes ou fou a cause des atrocités de la guerre. Et bien ces messieurs bedonnant trinquent en sirotant un verre de cognac. Scandaleux! En fait en lisant les sources, tu aurais vu que :
1-) Lettow-Worbek et Aitken sont devenus amis vers 1911, mais que la guerre as fait d'eux les commandants respectifs des forces anglaises et allemandes en Afrique de l'Est. En conséquence de cette amitié, la guerre dans cette région a été assez fair-play.
2-) Lettow-Worbek n'était pas le moins du monde raciste cintrairement à ces contemporains, et c'est jusement ça qui lui a valu la loyauté de ces hommes, tandis qu'en face, les indigènes recrutés de force et traités comme de la merde n'avaient pas autant de volonté de se battre avec un moral en berne.
D'ailleurs, Hitler, qui a essayé de l'approcher pour le convaincre de s'inscrire au parti nazi, a eu pour seul et unique réponse : "Allez vous faire foutre ! "

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : En quoi le fait que 2 adversaires se respectent et partagent un verre, sous drapeau blanc qui plus est, fait d'eux des hommes détestables. Penses-tu que les soldats allemands comme les askaris (auxiliaires africains) vouaient à leur commandant une loyauté sans faille sans raison ? Lettow-Vorbeck était un officier très humain, sans préjugé raciste et également très rusé (article très intéressant dans Guerre&Histoire). Il était très avare de la vie de ses hommes, ce qui est prouvé par la durée de son combat : isolé et sans renfort, il n'aurait tenu si longtemps (il s'est rendu après l'armistice si je me souviens bien) s'il avait envoyé ses hommes au massacre.
De manière plus générale, il faut arrêter de voir les hauts gradés comme de vieux personnages lâches et envoyant leurs troupes au casse-pipe sans aucune considération humaine. La WW1 a surpris tous les belligérants par sa violence. D'autre part, la nature de la guerre était très différente à cette époque (notamment au niveau de l'échelle) et cela était accepté par les soldats. Il faut aussi penser que beaucoup de généraux sont issus de familles de militaires. Il est ainsi fort probable que certains d'entre eux ont perdu des proches.
Afficher tout
Dans Guerre et Histoire aussi, il y avait un article sur les familles des généraux français : la majorité d'entre eux ont perdu un proche et certains en ont perdu jusqu'à 4 voire 5 ! Je suis quasimment persuadé que le gars a qui ça arrive prend soin de ne pas gaspiller la vie de ses hommes si ce n'était pas le cas avant.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Dans Guerre et Histoire aussi, il y avait un article sur les familles des généraux français : la majorité d'entre eux ont perdu un proche et certains en ont perdu jusqu'à 4 voire 5 ! Je suis quasimment persuadé que le gars a qui ça arrive prend soin de ne pas gaspiller la vie de ses hommes si ce n'était pas le cas avant. Afficher tout C'est certain. Et puis selon toute logique, mieux vaut préserver ses forces au maximum.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ben ça dépend des promesses qui leur ont été faites. C'est tout. Tout le monde n'a pas fait de l'Assimiliation comme la France ... Pour l"Algérie on repassera... pauvres harkis!

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J'adore ce genre d'histoire où quand tout semble perdu pour un petit groupe moins nombreux et moins équipé, il extermine l'adversaire par des ruses et la connaissance du terrain Si tu veux , il y a la première guerre d"Éthiopie (juste avant la 2nde guerre mondiale) les italiens s"y sont illustrés comme perdants :-)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Si tu veux , il y a la première guerre d"Éthiopie (juste avant la 2nde guerre mondiale) les italiens s"y sont illustrés comme perdants :-) Les italiens ont gagné celle là, mais en trichant (emploi de gaz moutarde par exemple). En revanche ils se sont fait démonter lors d'une précédente tentative d'invasion en 1896.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Si tu veux , il y a la première guerre d"Éthiopie (juste avant la 2nde guerre mondiale) les italiens s"y sont illustrés comme perdants :-) petite rectification , l invasion de Éthiopie par Mussolini a ete une réussite militaire (rare) a l epoque pour les italiens qui souhaitait prendre leurs revanche d une grosse defaite coloniale d'une première invasion quelques décennies plus tot. et a permit à l'Ethiopie de rester indépendant

Ah concernant l anecdote, je decouvre ce personnage qui grâce a un grand pragmatisme et une mentalité ouverte comparer a son époque a put brillamment resister a la puissance allié a l epoque en Afrique

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : En plus d'avoir découvert l'histoire de ce général, je viens de découvrir grâce aux sources un site internet qui a l'air vraiment sympa pour ceux, comme moi, qui aiment les anecdotes historiques :
badassoftheweek.com/index.cgi
Très drôle même si faute d'être parfaitement bilingue on passe à côté de la moitié des jeux de mots et autres plaisanteries...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Comme quoi nous sommes de la chair à canon pour ces gens là. Pendants que des familles pleurent la pertes d'un proche ou que des hommes ce retrouve infirmes ou fou a cause des atrocités de la guerre. Et bien ces messieurs bedonnant trinquent en sirotant un verre de cognac. Scandaleux! Tiens, ça faisait longtemps que quelqu'un ne s'était pas scandalisé tout seul derrière son écran sans rien savoir d'autre qu'un résumé de 3 lignes. La dernière fois je crois que c'était pour le cascadeur mort pendant un tournage et dont la scène avait été conservée au montage. A moins que l'exploitation de l'hélium sur la lune compte aussi ? Mais ce n'était pas une histoire de mort et d'honneur. Ça ne seraient pas plutôt ces jugements hâtifs et ces procès d'intention faits confortablement caché derrière un écran et un pseudo qui sont scandaleux ?

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Nos manuels ne parlent pas non plus du seul camp de concentration qu'il y ait eu en France, celui de Natzwiller-Struthof (fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_concentration_de_Natzwiller-Struthof)
et pourtant c'est pas une mince affaire non plus !
Tout dépend de ton manuel personnellement dans le miens au lycée il y avait deux pages consacrées. Saviez vous qu'il y avait un camps de concentration dans une forêts près de Vichy ?

a écrit : Tout dépend de ton manuel personnellement dans le miens au lycée il y avait deux pages consacrées. Saviez vous qu'il y avait un camps de concentration dans une forêts près de Vichy ? Je ne suis pas sur que c'était un camp de concentration. En revanche il y avait des camps "d'internement" qui servaient à rassembler les prisonniers le temps d'en avoir assez et qu'un train soit disponible. Le plus connu doit être Drancy, près de Paris.

Posté le

android

(0)

Répondre