Une ville de 2 millions d'habitants fut vidée de ses habitants en 24 heures

Proposé par
le
dans

En une journée, le 17 avril 1975, la ville de Phnom Penh, au Cambodge, fut évacuée de ses 2 millions d'habitants, installés de force dans des villages. La dictature Khmer Rouge jugeait en effet les citadins corrompus et exploiteurs des paysans. Elle fut laissée à l'abandon pendant presque 4 ans.


Commentaires préférés (3)

C'est pas l'homme qui prend les Khmers c'est les Khmers qui prennent l'homme...

Posté le

android

(214)

Répondre

Les khmers rouges, communistes, etaient au pouvoir entre 1975 et 1979 (jusqu à l invasion vietnamienne). En 4 ans, ils ont reussi "l exploit" de mettre à mort un tiers de leur population (2 millions sur 6), ce qui, en proportion, fait d eux le regime le plus sanglant du XXe siecle.

Posté le

android

(202)

Répondre

La paranoïa de ces dictateurs me surprendra toujours. Plus que pour rétablir une justice sociale entre paysans et citadins, et remettre ces derniers dans le chemin de la "vertu", c'est surtout pour éviter les gros regroupements de population que la capitale a été évacuée. Ceux-ci sont en effet le terreau fertile de toutes les révolutions ; or, éparpiller les citoyens tout en restreignant les communications et les déplacements empêche à un mouvement vaste, cohérent et organisé de se mettre en place. Dans la même idée, le pays voisin, la Birmanie (Myanmar), a complètement réaménagé sa capitale, Naypyidaw, pour qu'elle ressemble a un ensembles "d'îlots" d'habitations, séparées par des zones de vides et des barrages de sécurité, et que les ministères et autres centres de pouvoir soient séparés de plusieurs kilomètres les uns des autres. Il y a peut-être eut une anecdote à ce sujet, je ne sais plus... En tout cas, cela permet au dictateur d'être lové dans sa ville comme une araignée au milieu de sa toile, et de ne pas avoir à craindre le soulèvement populaire.

Au moins, ça a le mérite de montrer que ces dictateurs ont conscience de la nullité de leur système politique :)

Posté le

android

(203)

Répondre


Tous les commentaires (47)

C'est pas l'homme qui prend les Khmers c'est les Khmers qui prennent l'homme...

Posté le

android

(214)

Répondre

Les citadins corrompus... Mais par qui donc?

Posté le

android

(6)

Répondre

Quelqu'un a une idée de comment ils ont pu realiser un tel exploit technique ?

Les khmers rouges, communistes, etaient au pouvoir entre 1975 et 1979 (jusqu à l invasion vietnamienne). En 4 ans, ils ont reussi "l exploit" de mettre à mort un tiers de leur population (2 millions sur 6), ce qui, en proportion, fait d eux le regime le plus sanglant du XXe siecle.

Posté le

android

(202)

Répondre

C'est ce qui s'appelle déplacer le problème ... ah la folie des hommes

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Quelqu'un a une idée de comment ils ont pu realiser un tel exploit technique ? la peur ?

Posté le

windowsphone

(11)

Répondre

La paranoïa de ces dictateurs me surprendra toujours. Plus que pour rétablir une justice sociale entre paysans et citadins, et remettre ces derniers dans le chemin de la "vertu", c'est surtout pour éviter les gros regroupements de population que la capitale a été évacuée. Ceux-ci sont en effet le terreau fertile de toutes les révolutions ; or, éparpiller les citoyens tout en restreignant les communications et les déplacements empêche à un mouvement vaste, cohérent et organisé de se mettre en place. Dans la même idée, le pays voisin, la Birmanie (Myanmar), a complètement réaménagé sa capitale, Naypyidaw, pour qu'elle ressemble a un ensembles "d'îlots" d'habitations, séparées par des zones de vides et des barrages de sécurité, et que les ministères et autres centres de pouvoir soient séparés de plusieurs kilomètres les uns des autres. Il y a peut-être eut une anecdote à ce sujet, je ne sais plus... En tout cas, cela permet au dictateur d'être lové dans sa ville comme une araignée au milieu de sa toile, et de ne pas avoir à craindre le soulèvement populaire.

Au moins, ça a le mérite de montrer que ces dictateurs ont conscience de la nullité de leur système politique :)

Posté le

android

(203)

Répondre

a écrit : Quelqu'un a une idée de comment ils ont pu realiser un tel exploit technique ? Oui dans les 3 sources.

Posté le

android

(13)

Répondre

Les Khmers rouges furent horribles.
Le simple fait d'avoir des lunettes, une montre ou de parler français était un signe de bourgeoisie et était suffisant pour aller aux camps.
Certaines tortures furent inventés d'après les fresques des temples d'Angkor, comme par exemple se faire décapiter avec une feuille de palmier (c'est très long et très douloureux).
Mon guide au Cambodge a vécu cette période et s'est enfuie dans la forêt, pour survivre il a essayé de manger des sangsue ou des vers de terre (mais il n'a pas réussi, trop écœurant).


Sinon je vous conseille l'excellent film "La Déchirure" tiré d'une histoire vraie.

En France on pourrait évacuer un peu plus de 500 personnes d'un hémicycle afin de les mettre au chantier, à l'usine ou autres activités ludiques et passionnantes qui les ramèneraient( au moins un minimum) à la réalité.

Posté le

android

(30)

Répondre

Installation de la dictature qui a été largement facilitée par le départ des américains du Vietnam. Si l'Occident -notamment la France qui a commencé cette guerre puis l'a lâchement refilée aux américains- s'étaient engagés au Vietnam, cet épisode sanguinaire aurait pu être évité (même si, pour de nombreux français, les régimes communistes avaient du bon...)

C'est un peu hungers games quoi !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Les citadins corrompus... Mais par qui donc? D'après Polpote, le FBI ou la CIA. Mais surtout Popolte faisait en sorte qu'il n'y est aucune rébellion de la part de la population, donc le fait de déplacer les habitants de la capital lui éviterait des représailles ! La capital est la seule grosse ville du Cambodge et c'est très impressionnant !

a écrit : Quelqu'un a une idée de comment ils ont pu realiser un tel exploit technique ? Prend des hommes et des enfants, donnent leurs des armes, et dis leurs de faire bouger la population ! Aussi simple que ça

a écrit : La paranoïa de ces dictateurs me surprendra toujours. Plus que pour rétablir une justice sociale entre paysans et citadins, et remettre ces derniers dans le chemin de la "vertu", c'est surtout pour éviter les gros regroupements de population que la capitale a été évacuée. Ceux-ci sont en effet le terreau fertile de toutes les révolutions ; or, éparpiller les citoyens tout en restreignant les communications et les déplacements empêche à un mouvement vaste, cohérent et organisé de se mettre en place. Dans la même idée, le pays voisin, la Birmanie (Myanmar), a complètement réaménagé sa capitale, Naypyidaw, pour qu'elle ressemble a un ensembles "d'îlots" d'habitations, séparées par des zones de vides et des barrages de sécurité, et que les ministères et autres centres de pouvoir soient séparés de plusieurs kilomètres les uns des autres. Il y a peut-être eut une anecdote à ce sujet, je ne sais plus... En tout cas, cela permet au dictateur d'être lové dans sa ville comme une araignée au milieu de sa toile, et de ne pas avoir à craindre le soulèvement populaire.

Au moins, ça a le mérite de montrer que ces dictateurs ont conscience de la nullité de leur système politique :)
Afficher tout
Interressant, ça me fait penser á Louis XIV avec Versailles, ou mieux encore à Napoléon III avec les travaux hausmaniens, la construction des grandes avenues permettant entre autres de creer des "ilôts" ouvriers , les ´separant entre eux et surtout les séparant des quartiers cossus, rendant plus aisée la répression d une éventuelle révolte.

Si j me trompe pas les Kmhers Rouges sont encore au pouvoir, et ce depuis juillet 97 si je me rappelle bien, suite à un coup d état réussi dirigé par Hun-Sen. Hun-Sen, ancien Khmer Rouge ayant su retourner sa veste au bon moment, c est à dire lorsque les Vietnamiens envahirent le Cambode mettant fin au régime de Pol-Pot, était co-premier ministre avec le fils du roi du Cambode. Le truc du co premier ministre, c etait la meilleur solution pour éviter la guerre civile.

Les Kmers Rouges n ont jamais vraiment perdu, il sont resté trés fort dans une part importante du pays. Le génocide est resté impuni ( comme en Indonésie d ailleurs ). En 97 ( si mes souvenirs sont bon ), Hun-Sen avec l aide des Khmers Rouges attaque sur Pnom Pen et au bout de quelques jours de tirs de guns et de mortiers, ils avaient gagné ´la partie. Ce fut vite fait, il y eut peu de morts. Depuis j ai pas entendu dire que ça avait changé, en même temps je pourrais faire un tour sur wikipedia, n est ce pas.. En tout cas en 97 les anciens assassins, enfin pas les plus connus certes, etaient revenus aux affaires ( mais déjà convertis au capitalisme )

Sujet à caution car souvenirs de jeunesse je precise.

Si on veut l idée de Pol Pot, c est du Rousseauïsme psychopathe, l idée c est que l Homme bon est un simple paysan, s il commence à faire du commerce, à étudier...naît le vice, la recherche de la plus value, c est à dire le profit d un homme sur le travail d un autre. De là la constitution d une classe dominante qui parasite la société.

Mais si tous les Hommes sont égaux, si tous sont paysans et rien d autre, vivant simplement de la terre, alors tous seront égaux et heureux.

Donc il faut envoyer les citadins à la campagne et trucider les gens instruits, car ce sont eux qui, se servant de leur intelligence, manipulent les autres, simples et innocents. Si on regarde bien les plus grands assassins voulaient creer une societe meilleur..!

a écrit : La paranoïa de ces dictateurs me surprendra toujours. Plus que pour rétablir une justice sociale entre paysans et citadins, et remettre ces derniers dans le chemin de la "vertu", c'est surtout pour éviter les gros regroupements de population que la capitale a été évacuée. Ceux-ci sont en effet le terreau fertile de toutes les révolutions ; or, éparpiller les citoyens tout en restreignant les communications et les déplacements empêche à un mouvement vaste, cohérent et organisé de se mettre en place. Dans la même idée, le pays voisin, la Birmanie (Myanmar), a complètement réaménagé sa capitale, Naypyidaw, pour qu'elle ressemble a un ensembles "d'îlots" d'habitations, séparées par des zones de vides et des barrages de sécurité, et que les ministères et autres centres de pouvoir soient séparés de plusieurs kilomètres les uns des autres. Il y a peut-être eut une anecdote à ce sujet, je ne sais plus... En tout cas, cela permet au dictateur d'être lové dans sa ville comme une araignée au milieu de sa toile, et de ne pas avoir à craindre le soulèvement populaire.

Au moins, ça a le mérite de montrer que ces dictateurs ont conscience de la nullité de leur système politique :)
Afficher tout
Interressant, ça me fait penser á Louis XIV avec Versailles, ou mieux encore à Napoléon III avec les travaux hausmaniens, la construction des grandes avenues permettant entre autres de creer des "ilôts" ouvriers , les ´separant entre eux et surtout les séparant des quartiers cossus, rendant plus aisée la répression d une éventuelle révolte.

a écrit : Quelqu'un a une idée de comment ils ont pu realiser un tel exploit technique ? Ils leur ont dit c'est par ici la sortie, et le peuple sorti. :-)

Posté le

android

(0)

Répondre