Les théories sur l'enfance de Freud, faites sans enfants

Proposé par
le

Sigmund Freud, connu pour ses théories sur le développement psycho-sexuel des jeunes enfants, n'a jamais analysé un seul de ces derniers en tant que patient. En effet, il bâtit sa théorie par reconstruction à partir de l’analyse d’adultes présentant une pathologie.


Commentaires préférés (3)

Je n aime du tout les théories de Freud...

Posté le

unknown

(157)

Répondre

Je ne connais pas ces théories... Mais trouver des résultats pour des enfants a partir d'adultes qui on raconte leurs enfances... Je trouves ça normal non ? Je vois pas le soucis....

Posté le

unknown

(69)

Répondre

Non Hwoa :) rien à voir.

Pour commencer, le viol est une expérience assez extrême, donc ton exemple est un peu extrême aussi, mais ce n'est pas trop grave pour la suite.

Un enfant violé (pour reprendre un exemple que je n'approuve pas totalement, mais qui peut rentrer dans le cadre de l'échange^^) comprendra de façon très différente cet acte dans son enfance, et en grandissant, sa compréhension évoluera de plus en plus. En fait, à la réflexion, ton exemple est assez intéressant et frappe tout à fait là où il faut pour que j'explique mieux mon point de vue. Dans le cas d'un viol, il faut bien comprendre qu'un enfant, donc un individu au début de sa construction, est confronté de façon hyper violente et intrusive à un domaine théoriquement réservé au monde adulte, et auquel il n'est supposé être confronté que peu à peu (en douceur, soit disant) à travers la découverte de son propre corps lors de la puberté. L'enfant se sentira sale, vulnérable, perdra confiance en les adultes et aura parfaitement conscience qu'il a vécu quelque chose qu'il n'aurait pas du vivre, et que les autres n'ont pas vécu, faisant de lui quelqu'un de différent. On peut extrapoler en envisageant qu'il protège sa propre construction en atténuant voir en effaçant carrément les souvenirs précis de l'évènement, ce qui explique qu'une fois adulte, quand il voudra les retrouver ou quand ils reviendront, ils ne seront pas nécessairement fidèles à l'expérience vécue.

Une fois adulte, l'enfant continuera probablement (mais ce n'est pas absolument certain) à se sentir de la façon décrite plus haut, mais il aura également une approche plus construite (grâce à l'expérience et au développement de son esprit) et "intellectualisée" de l'évènement. Il sera en mesure de comprendre et d'identifier de façon plus claire les notions de mépris, de "dégradation", d'égoïsme et de domination qui résident dans l'acte qu'il a subit, des choses qu'il n'aurait probablement pas vues si clairement plus jeune, parce que plus jeune on n'est tout simplement pas encore entraîné à penser comme ça.

Bon, évidemment, c'est un sujet très vaste et très complexe, et mon, petit paragraphe n'a aucunement la prétention d'en couvrir toutes les ramifications et subtilités. J'espère juste que du coup tu comprend mieux mes propos. J'ajouterais que je suis resté très général et que c'est à noter, pour ces deux raisons:
-si les êtres humains réagissaient de la même façon à chaque expérience, on ne pourrait plus les qualifier "d'humains" (le principe de l'humanité reposant entre autres sur celui de l'individualité)
-si on peut parfaitement anticiper un certain nombre de possibilités pour des personnes qui se retrouvent dans des situations données, on ne peut avoir aucune certitude dans la mesure où l'humain est relativement imprévisible, que l'existence est relativement imprévisible, et enfin qu'il n'est pas possible d'envisager toutes les possibilités.

Je terminerais là-dessus:

"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

-Socrate

Posté le

unknown

(249)

Répondre


Tous les commentaires (63)

Je n aime du tout les théories de Freud...

Posté le

unknown

(157)

Répondre

Ironie du sort, on a parlé de sa en cours aujourd'hui ! ^^

Posté le

unknown

(7)

Répondre

C'est tout bidon ! Comment est-ce-qu'on peut élaborer des théories sur une population d'individus en s'appuyant sur l'étude d'une autre population donné. Il devait avoir des cases en moins le Sigmund.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

1 avec le reste! La majorité de ses théories semble abracadabrantesque! Quelques unes sortent du lot, cependant...

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Je ne connais pas ces théories... Mais trouver des résultats pour des enfants a partir d'adultes qui on raconte leurs enfances... Je trouves ça normal non ? Je vois pas le soucis....

Posté le

unknown

(69)

Répondre

Tu verras quand tu seras grand, Hwoa...

Posté le

unknown

(0)

Répondre

C toi ki vera kan tu sera adulte! ;)! Moi aussi je trouve ça normal! C faire des deduction en hypothese dans un premier temp, qui vont se confirmer ou non suite a deferent temoignage du sujet!

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Je vous conseille de lire le livre de Michel Onfray sur Freud.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Il parle de libido donc de pulsion de vie Ca n'est pas au sens sexualité comme beaucoup le pensent...
Cependant la moitié de ses théories sont fausses et cela a été prouve mais cet homme a fait avancer la vision de l'être humain c'est certain

Posté le

unknown

(16)

Répondre

Il est normal de prendre les adultes dans ses recherches...
Freud recherchait les cause infantile des pathogies des adultes, donc a partir de quoi voulez vous etudier les enfants, s'ils ne presentent encore aucune pathologie ... >.

Posté le

unknown

(29)

Répondre

Ce qui est grave, c que les fondements de la psychologie et la psychanalyse ne repose pratiquement que sur les théories de Freud.

Posté le

unknown

(3)

Répondre

1 la pluparts des théories de Freud sont de plus en plus contrecarrer dans le monde de la psychanalyse.
Il basait énormément de théorie sur le rapport mère/enfant femme/homme .

Posté le

unknown

(10)

Répondre

a écrit : Ironie du sort, on a parlé de sa en cours aujourd'hui ! ^^ De "ça" !

Posté le

unknown

(25)

Répondre

Un escroc ce mec. Il a pondu 3 théories intéressantes, les 800 autres c'est du blabla. Rien que dentendre son nom ça me file des urticaires

Posté le

unknown

(0)

Répondre

C'était un malade, vraiment !
Pour pondre des théories pareilles, 'faut vraiment être mal luné ..

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Hihi.. C'est la base de la majorité de la pédiatrie, que d'extrapoler et tenter d'adapter un paquet de choses vues chez l'adulte a l'enfant.. Vous n'imaginez pas faire préférentiellement des experiences sur des êtres fragiles qui n'ont aucune conscience de ce qu'est un consentement libre et eclairé.. C'est écrit dans les lois de bioéthique de la recherche : si une recherche est faisable sur un animal, on la fait préférentiellement sur un animal. Si elle est faisable sur un adulte, on la fait preferentiellement sur un adulte.

// Quand a Freud.. Même si en un siècle, beaucoup de choses ont changé, tous saccordent a dire que la base, c'est lui qui l'a pensée.. Après, j'avoue que la psychanalyse n'est pas ma tasse de thé.

Posté le

unknown

(8)

Répondre

Faux! Il a étudié le cas d'un petit garçon prénommé Hans, ce dernier avait très peur des chevaux, qui ce sont avérés en fait être la représentation symbolique du père, un père qui ne tenait pas son rôle castrateur. Je suis en troisième année de psychologie et c'est l'un des premiers cas étudié à la faculté.

Posté le

unknown

(20)

Répondre

Haaaa moi aussi, on en a parlé en cours une heure après la lecture de l'anecdote !

Après faut savoir que ses résultats étaient assez choquant pour l'époque.. Imaginez vous au tout début du XXe siècle, qu'on vous dise que "le bébé a une libido" ou encore que "l'enfant est un pervers polymorphe".

Évidemment il ne faut pas voir la libido du bebe comme une libido d'un adulte. En fait, Freud dit que dès la naissance, l'enfant est en quête de son propre corps, et va chercher a se donner du plaisir par différents moyens. Il passerait ainsi par trois stades. Oral d'abord, où il va se mettre a sucer tout et n'importe quoi. Un passage précaire de ce stade au stade suivant expliquerai que certains adultes sucent encore leur pouce. Ensuite viens le stade anal, où l'enfant cherche sa satisfaction (mais surtout celle des parents) en présentant ses sels comme un "trophée". Enfin viens le stade phallique, parfaitement consciente contrairement aux stades précédents, où l'enfant va chercher du plaisir par la voie génitale.

Il parle aussi brièvement du complexe d'Œdipe (le petit garçon amoureux de sa mère, voulant prendre la place du père)

Bien sûr, il n'applique ces théories que pour les garçons, et en conclu que c'est la même chose pour les filles, ce que démentira une certaine Mélanie "Klin" (pas du tout sûr de l'orthographe du nom).

Même si ça peut paraitre choquant, de très nombreux psychanalystes étaient d'accord avec Freud.

Posté le

unknown

(31)

Répondre