Un avion de ligne s'est déjà posé dans un aéroport sans gouvernes

Proposé par
le
dans

Le 22 novembre 2003, un vol DHL parti de Bagdad fut touché par un missile sol-air endommageant tout le circuit hydraulique, rendant inutilisables les gouvernes. Les pilotes arrivèrent toutefois à poser l'appareil à l'aéroport en agissant uniquement sur le régime des moteurs. Ils contrôlèrent la montée ou descente de l'appareil en agissant sur la puissance des moteurs et la direction en augmentant la puissance du moteur droit pour tourner à gauche et inversement.

C'était un exercice auquel les pilotes n'étaient pas entraînés car il n'était pas considéré possible jusqu'alors.


Commentaires préférés (3)

Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail...

"Pilote à contrôle . . . pilote à contrôle . . . Je suis à 300 miles des côtes . . . 600 pieds au-dessus de l'eau . . . Gouvernes inutilisables . . . qu'est ce que je fais ???!"
"Contrôle à pilote . . . contrôle à pilote . . . répétez après moi : "Notre Père qui est aux cieux . . ."

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !


Tous les commentaires (62)

Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail...

Ça serait arrivé dans un film on aurait crié au FAKE.
Le pilote est trop BADASS

"Pilote à contrôle . . . pilote à contrôle . . . Je suis à 300 miles des côtes . . . 600 pieds au-dessus de l'eau . . . Gouvernes inutilisables . . . qu'est ce que je fais ???!"
"Contrôle à pilote . . . contrôle à pilote . . . répétez après moi : "Notre Père qui est aux cieux . . ."

La vie, c'est bizarre : tu te tues en avalant de travers, mais tu rentres chez toi après avoir pris un missile en avion...

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
Pas si simple que ça en fait, y a eu un Air Crash dessus et franchement ils ont lutté. Puis il y à l'atterrissage, tu ne peux ni manoeuvrer pour t'adapter au vent latéral ni utiliser les volets donc la limite de décrochage est beaucoup plus élevée, l'avion atterrit très vite donc pas vraiment comme un kayak y a beaucoup plus de périmètres. D'autres ici s'y connaissent et expliqueront mieux. Et surtout t'as qu'un essai... Tu peux pas remettre les gaz t'imagines le stress. C'est des as les les mecs, bravo à eux, on a envie de les avoir aux commandes quand on prend l'avion.

Il s'agissait d'un Airbus A300. L'appareil avait un peu dévié de la piste et a fini sa course en terrain miné, ce qui a posé quelques difficultés à l'équipage pour en sortir.
L'autre difficulté, c'est que pour maîtriser leur vitesse de descente, sans volets, ils ont du faire un tour complet au dessus de l'aéroport, avec la crainte de subir une seconde attaque qui leur aurait été certainement fatale.
L'appareil trop endommagé et dans un pays en conflit, a été abandonné.
Un des épisodes de Mayday : Danger dans le ciel relate cet incident, c'est un des plus remarquables.

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
C'est quand même plus compliqué qu'en canoë ;) En canoë si tu pagayes parallèle à ton embarcation tu iras tout droit, c'est juste en faisant des mouvements circulaires que tu tournes ! Or la les moteurs sont bien restés parallèles à la carlingue (enfin à ce que je sache), une différence de poussée entraîné un virage vraiment minime en lacet, les gars devaient pas être si moins de leur aéroport pour se poser ...

a écrit : Il s'agissait d'un Airbus A300. L'appareil avait un peu dévié de la piste et a fini sa course en terrain miné, ce qui a posé quelques difficultés à l'équipage pour en sortir.
L'autre difficulté, c'est que pour maîtriser leur vitesse de descente, sans volets, ils ont du faire un tour
complet au dessus de l'aéroport, avec la crainte de subir une seconde attaque qui leur aurait été certainement fatale.
L'appareil trop endommagé et dans un pays en conflit, a été abandonné.
Un des épisodes de Mayday : Danger dans le ciel relate cet incident, c'est un des plus remarquables.
Afficher tout
m.youtube.com/watch?v=CNKzDutPEmc

Je n'ai pas le temps de regarder... J'irais plus tard ;)

On peut noter le souci du détail dans la reconstitution au port de la moustache ^^

Posté le

windowsphone

(13)

Répondre

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !

Le début de l'anecdote m'a fait penser à Seul au Monde !
Bon, la chute n'est pas la même...

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
Dit comme ça même un enfant pourrait poser un avion dans ces conditions alors?...

a écrit : Le début de l'anecdote m'a fait penser à Seul au Monde !
Bon, la chute n'est pas la même...
Pour ça que je ne passe pas par FedEx... Avec DHL, y a du retard, mais je reçois le coli ^^

Posté le

windowsphone

(9)

Répondre

a écrit : Ça serait arrivé dans un film on aurait crié au FAKE.
Le pilote est trop BADASS
Dwayne Johnson et son hélicoptère au début de "San Andreas" mdr

a écrit : Ca parrait logique en fait : comme dans une barque ou un kayak, pour tourner à droite on ne rame que à gauche , et pour tourner à gauche on ne rame que à droite !

Bon là, à la place de la rame, on a un système de propulsion qui transforme l'énergie potentielle contenue dans un carburant, associé à un
comburant qu'est l'air ambiant, en énergie cinétique permettant de générer une force de réaction en milieu élastique dans le sens opposé à l'éjection. Mais c'est du détail... Afficher tout
Tu as oublié le référentiel ! Vous oubliez tous vos référentiels et ça ne donne plus aucun sens à ces définitions !

C'est d'ailleurs la première fois qu'un pilote posa un appareil suite à un problème de perte totale d'hydraulique (c'est déjà arrivé plusieurs fois, malgré la redondance des circuits hydraulique).
En bonus, après leur atterrissage, ils finirent dans un champ de mine en bout de piste

En 60 ans, on est passés pour les avions de lignes de 5 personnes au cockpit, à 2... Grâce aux progrès techniques... Ne restent que les 2 pilotes aujourd'hui : "exit" radios, navigateurs, mécanos nav... Beaucoup pensent que l'on pourrait tout à fait se passer aussi des pilotes désormais. Reste le débat du pouvoir de décision humain face aux machines, etc... Dans ce cas de l'anecdote : une "machine", ou un pilotage du sol, aurait-ils fait aussi bien que ces pilotes ? Attention : de notre réponse dépend l'avenir d'un métier et de l'aéronautique :)

a écrit : En 60 ans, on est passés pour les avions de lignes de 5 personnes au cockpit, à 2... Grâce aux progrès techniques... Ne restent que les 2 pilotes aujourd'hui : "exit" radios, navigateurs, mécanos nav... Beaucoup pensent que l'on pourrait tout à fait se passer aussi des pilotes désormais. Reste le débat du pouvoir de décision humain face aux machines, etc... Dans ce cas de l'anecdote : une "machine", ou un pilotage du sol, aurait-ils fait aussi bien que ces pilotes ? Attention : de notre réponse dépend l'avenir d'un métier et de l'aéronautique :) Afficher tout Si ils décident de se passer de pilotes, je pense qu'ils devront également se passer d'un bon nombre de voyageurs (moi y compris biensur :-)