Le plus grand samouraï japonais a sa statue

Proposé par
Invité
le

Miyamoto Musashi fut un illustre samouraï ayant vécu au XVIIe siècle au Japon. Il est considéré comme le plus grand guerrier du pays, ayant remporté de très nombreux duels à mort dans sa carrière. Son dernier duel fut face à Sasaki Kojiro, un autre guerrier renommé, qu'il vainquit. Ils s'affrontèrent sur l'île de Funashima où des statues ont été érigées reproduisant leur combat.


Commentaires préférés (3)

Il était également philosophe.
D’après les sources :
"L'enseignement de Musashi peut se ramener à neuf principes :

-Éviter toutes pensées perverses
-Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
-Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
-Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi--même
-Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
-En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
-Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
-Prêter attention au moindre détail
-Ne rien faire d'inutile"

Créateur de la voie des deux sabres, son ecole enseigne encore aujourd'hui, et auteur du traité des cinq roues!
Pour le duel de l'anecdote, il médita durant tout le transport en barque en sculptant un boken dans une rame naturellement courbée par l'effort, ca lui a permis d'affronter le sabre démesuré de son adversaire :)
Autre fait d'arme faisant partie de sa légende, après avoir battu le maître d'une école de sabre, il parvient à se défaire de tous ses élèves cherchant à l'affronter!

C'est un peu l'archétype du samouraï pour les japonnais, un genre de chevalier arthur modèle de virtuosité et de vertu

Les romans de Eiji Yoshikawa sont assez sympas et racontent (en fictionnant) son histoire, sinon y a le manga vagabond de takehiho inoue!
Sinon, le film de Inagaki "la légende de Musashi" avec le mythique Toshiro Mifune dans le rôle titre :)

Sasaki Kojiro était un grand maître bretteur (il a enseigné le kenjutsu à des seigneurs du Japon Médiéval), expert du "no-dachi", le sabre long.
Musashi, lui, était l'un des samouraïs les plus célèbres du Japon, fondateur du "Niten-Ryu", style où l'épéiste utilise simultanément un sabre court et un sabre long.

Les deux étaient considérés comme des rivaux, et parmi les plus grand sabreurs de leur temps.

D'après la légende, Musashi arriva avec deux heures de retard sur l'île sur laquelle le duel devait avoir lieu. Ayant oublié son sabre, il sculpta un "Bokken" (sabre de bois) dans une rame.
Une anecdote assez amusante raconte que Kojiro, voyant arriver Musashi, de colère, dégaîne et jette son fourreau au sol, ce qui fit dire à Musashi que Kojiro "avait déjà perdu", d'où un mythe persistant, celui-qui-dégaine-le-premier-a-perdu (comme dans les westerns)

Musashi tua Kojiro en lui fendant le crâne. Il éprouva du regret d'avoir tué un maître d'arme si talentueux, et décida qu'il arrêterait dès lors les duels. (Notons tout de même qu'à l'époque, Musashi avait, de mémoire, livré quelque chose comme 54 duels à mort, et n'en était donc pas à son coup d'essai. C'est à la fois le nombre immense de duels livré et le fait qu'il soit resté toute sa vie invaincu qui explique sa renommée)

D'ailleurs, la prochaine grande tourbde Tokyo est censée faire 634m de haut en hommage au personnage. (En japonais, 6=Mu, 3=san, 4=shi)


Tous les commentaires (56)

Il était également philosophe.
D’après les sources :
"L'enseignement de Musashi peut se ramener à neuf principes :

-Éviter toutes pensées perverses
-Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
-Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
-Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi--même
-Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
-En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
-Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
-Prêter attention au moindre détail
-Ne rien faire d'inutile"

a écrit : Il était également philosophe.
D’après les sources :
"L'enseignement de Musashi peut se ramener à neuf principes :

-Éviter toutes pensées perverses
-Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
-Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
-Connaître l
a Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi--même
-Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
-En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
-Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
-Prêter attention au moindre détail
-Ne rien faire d'inutile"
Afficher tout
Ça pourrait être les préceptes de SCMB !

Le groupe IAM à écrit une chanson sur ce personnage, et moi qui n'aime pas trop le rap d'ordinaire, ça sonne bien

Il est aussi l'auteur du "traité des 5 roues"

L'anecdote et les statues me font penser à Naruto le manga où 2 illustres ninja se sont affrontés dans une vallée qu'ils ont appelé "la vallée de la fin" ou leur 2 statues sont face à face

Créateur de la voie des deux sabres, son ecole enseigne encore aujourd'hui, et auteur du traité des cinq roues!
Pour le duel de l'anecdote, il médita durant tout le transport en barque en sculptant un boken dans une rame naturellement courbée par l'effort, ca lui a permis d'affronter le sabre démesuré de son adversaire :)
Autre fait d'arme faisant partie de sa légende, après avoir battu le maître d'une école de sabre, il parvient à se défaire de tous ses élèves cherchant à l'affronter!

C'est un peu l'archétype du samouraï pour les japonnais, un genre de chevalier arthur modèle de virtuosité et de vertu

Les romans de Eiji Yoshikawa sont assez sympas et racontent (en fictionnant) son histoire, sinon y a le manga vagabond de takehiho inoue!
Sinon, le film de Inagaki "la légende de Musashi" avec le mythique Toshiro Mifune dans le rôle titre :)

a écrit : L'anecdote et les statues me font penser à Naruto le manga où 2 illustres ninja se sont affrontés dans une vallée qu'ils ont appelé "la vallée de la fin" ou leur 2 statues sont face à face C'est tout à fait inspiré de ça

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Il est aussi l'auteur du "traité des 5 roues" Oui, il l'a écrit vers 1645, à l'âge de 60 ans, en se retirant dans la grotte du Reigandō, à Kumamoto, pour réfléchir et écrire sur son art.

Est ce que tous les duels devaient se terminer par la mort ? Ou c'était au premier sang versé ?

a écrit : Est ce que tous les duels devaient se terminer par la mort ? Ou c'était au premier sang versé ? Ca dépendait, comme chez nous,
mais pour un duel d'honneur, c'était souvent à mort et de toute manière vu l'escrime pratiquée et les équipements, les blessures étaient terribles, pas d'armure, des assauts très rapides, quasi impossibilité de parer (les sabres étant trop fins et trop précieux, on déviait ou au pire on présentait le dos du sabre)

Sasaki Kojiro était un grand maître bretteur (il a enseigné le kenjutsu à des seigneurs du Japon Médiéval), expert du "no-dachi", le sabre long.
Musashi, lui, était l'un des samouraïs les plus célèbres du Japon, fondateur du "Niten-Ryu", style où l'épéiste utilise simultanément un sabre court et un sabre long.

Les deux étaient considérés comme des rivaux, et parmi les plus grand sabreurs de leur temps.

D'après la légende, Musashi arriva avec deux heures de retard sur l'île sur laquelle le duel devait avoir lieu. Ayant oublié son sabre, il sculpta un "Bokken" (sabre de bois) dans une rame.
Une anecdote assez amusante raconte que Kojiro, voyant arriver Musashi, de colère, dégaîne et jette son fourreau au sol, ce qui fit dire à Musashi que Kojiro "avait déjà perdu", d'où un mythe persistant, celui-qui-dégaine-le-premier-a-perdu (comme dans les westerns)

Musashi tua Kojiro en lui fendant le crâne. Il éprouva du regret d'avoir tué un maître d'arme si talentueux, et décida qu'il arrêterait dès lors les duels. (Notons tout de même qu'à l'époque, Musashi avait, de mémoire, livré quelque chose comme 54 duels à mort, et n'en était donc pas à son coup d'essai. C'est à la fois le nombre immense de duels livré et le fait qu'il soit resté toute sa vie invaincu qui explique sa renommée)

D'ailleurs, la prochaine grande tourbde Tokyo est censée faire 634m de haut en hommage au personnage. (En japonais, 6=Mu, 3=san, 4=shi)

a écrit : Ça pourrait être les préceptes de SCMB ! "Ne rien faire d inutile" commence par celui là de précepte.

Et encore merci pour hier d'avoir aidé à la désinformation et à la propagation de connerie, on en a toujours besoin sur ce genre de site.

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : L'anecdote et les statues me font penser à Naruto le manga où 2 illustres ninja se sont affrontés dans une vallée qu'ils ont appelé "la vallée de la fin" ou leur 2 statues sont face à face Uchiha Madara et Hashirama Senju.
J'ai pensé exactement la même chose.

Pour ceux qui aime les mangas il y a vagabond qui raconte sont histoire

"Personne, par la guerre, ne devient grand." Maître Yoda

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Sasaki Kojiro était un grand maître bretteur (il a enseigné le kenjutsu à des seigneurs du Japon Médiéval), expert du "no-dachi", le sabre long.
Musashi, lui, était l'un des samouraïs les plus célèbres du Japon, fondateur du "Niten-Ryu", style où l'épéiste utilise simultanément un sa
bre court et un sabre long.

Les deux étaient considérés comme des rivaux, et parmi les plus grand sabreurs de leur temps.

D'après la légende, Musashi arriva avec deux heures de retard sur l'île sur laquelle le duel devait avoir lieu. Ayant oublié son sabre, il sculpta un "Bokken" (sabre de bois) dans une rame.
Une anecdote assez amusante raconte que Kojiro, voyant arriver Musashi, de colère, dégaîne et jette son fourreau au sol, ce qui fit dire à Musashi que Kojiro "avait déjà perdu", d'où un mythe persistant, celui-qui-dégaine-le-premier-a-perdu (comme dans les westerns)

Musashi tua Kojiro en lui fendant le crâne. Il éprouva du regret d'avoir tué un maître d'arme si talentueux, et décida qu'il arrêterait dès lors les duels. (Notons tout de même qu'à l'époque, Musashi avait, de mémoire, livré quelque chose comme 54 duels à mort, et n'en était donc pas à son coup d'essai. C'est à la fois le nombre immense de duels livré et le fait qu'il soit resté toute sa vie invaincu qui explique sa renommée)

D'ailleurs, la prochaine grande tourbde Tokyo est censée faire 634m de haut en hommage au personnage. (En japonais, 6=Mu, 3=san, 4=shi)
Afficher tout
la tour dont tu parles existe déjà il me semble.

Posté le

windowsphone

(2)

Répondre

En fait I AM parle de Minamoto no Yoshitsune...

Wahoo mon anecdote ! Je vous conseil de lire les romans d'eiji yoshikawa qui sont géniaux !
Pour informations, la renommée de Musashi est dû à la persévérance et au respect de la voie du sabre

a écrit : Ca dépendait, comme chez nous,
mais pour un duel d'honneur, c'était souvent à mort et de toute manière vu l'escrime pratiquée et les équipements, les blessures étaient terribles, pas d'armure, des assauts très rapides, quasi impossibilité de parer (les sabres étant trop fins et trop précieux,
on déviait ou au pire on présentait le dos du sabre) Afficher tout
Une épée trop précieuse pour parer (sous-entendu que son possesseur préfère mourir ou, au mieux, être blessé plutôt qu'elle ne se plie), c'est quand même pas courant dans la réalité!

Pour les katana, c'est vrai qu'ils se sont amincis depuis les temps de guerre, mais de là à dire qu'ils sont trop fins... Faut pas exagérer non plus, le dos est quand même assez énorme.