Le sang impur de la Marseillaise désigne les révolutionnaires

Proposé par
le

Le "sang impur" dans les paroles de La Marseillaise ne désigne pas les ennemis de la France, mais bien les révolutionnaires eux-mêmes ! Ces derniers, par opposition à la noblesse qui se disait de "sang pur' ou de "sang bleu", se qualifiaient de sang impur, qu'ils étaient prêts à verser au combat dans les sillons du pays, alors majoritairement agricole.

De la même manière ils se disaient "sans culottes" par opposition à la noblesse qui portait des "culottes" (bas de soie très à la mode à l'époque).


Commentaires préférés (3)

"Qu'un sang impur abreuve nos sillons" signifierait ainsi métaphoriquement : "que nos soldats (au sang impur) marchent sur (abreuvent) nos routes (nos sillons) pour aller au combat". C'était donc un chant qui mettait en avant la mobilisation des troupes. En effet, qui voudrait que le sang de sa propre patrie coule sur ses terres ?

Cependant, cette théorie n'est pas acceptée à l'unanimité ; en effet certains historiens pensent que la notion de sang pur (ou bleu) et impur, est apparue bien après la création de la Marseillaise.

Très bonne anecdote !

Cependant j'ai toujours appris à l'école que "sang impur" ne désignait pas les ennemis de la France (ni les révolutionnaires eux-mêmes comme le dit SCMB) mais les ennemis de la Révolution, toutes nationalités confondues : les monarchistes vendéens, les autrichiens, les anglais etc..

Je suis donc perpexple...

Alors qu’un instituteur demande à ses élèves leur personnage historique préféré, les noms d’illustres héros fusent de toute part – Jules César, Alexandre, Hannibal, Napoléon, Jeanne d’Arc et j’en passe. Un enfant au fond de la classe veut participer lui aussi et lance un timide: « le soldat Séféro, M’sieur »! L’instituteur, n’ayant jamais entendu parler de ce ce soldat au nom étrange, demande à l’élève d’approfondir.

« Ben oui, le soldat Séféro, quoi… »
Et le voilà qui fredonne la Marseillaise: « Entendez-vous, dans nos campagnes, mugir Séféro, ce soldat »…

Je ne sais pas si cette petite anecdote est véridique, mais elle est révélatrice en tout cas du fait que la Marseillaise est, encore aujourd’hui, un chant dont le sens réel est largement méconnu par le plus grand nombre!

Dans le même genre on a les soldat de 1848 qui n'étaient pas très instruits et qui apprenaient les paroles à l'oreille, qui ont momentanément transformé les paroles de la marseillaise. Notamment au passage "Qu'un sang impur, la veuve des six lions". Et non ça ne voulait rien dire, n'empêche que ça n'est pas choquant dans le contexte de la marseillaise, encore aujourd'hui un peu méconnue dans sa signification brute :)


Tous les commentaires (92)

JLSD Et malgré cela il y a toujours des bobos pour critiquer ces paroles par manque de culture, façon Lambert Wilson... tout ça pour se donner un style oecuménique et tolérant...

"Qu'un sang impur abreuve nos sillons" signifierait ainsi métaphoriquement : "que nos soldats (au sang impur) marchent sur (abreuvent) nos routes (nos sillons) pour aller au combat". C'était donc un chant qui mettait en avant la mobilisation des troupes. En effet, qui voudrait que le sang de sa propre patrie coule sur ses terres ?

Cependant, cette théorie n'est pas acceptée à l'unanimité ; en effet certains historiens pensent que la notion de sang pur (ou bleu) et impur, est apparue bien après la création de la Marseillaise.

Très bonne anecdote !

Cependant j'ai toujours appris à l'école que "sang impur" ne désignait pas les ennemis de la France (ni les révolutionnaires eux-mêmes comme le dit SCMB) mais les ennemis de la Révolution, toutes nationalités confondues : les monarchistes vendéens, les autrichiens, les anglais etc..

Je suis donc perpexple...

Alors qu’un instituteur demande à ses élèves leur personnage historique préféré, les noms d’illustres héros fusent de toute part – Jules César, Alexandre, Hannibal, Napoléon, Jeanne d’Arc et j’en passe. Un enfant au fond de la classe veut participer lui aussi et lance un timide: « le soldat Séféro, M’sieur »! L’instituteur, n’ayant jamais entendu parler de ce ce soldat au nom étrange, demande à l’élève d’approfondir.

« Ben oui, le soldat Séféro, quoi… »
Et le voilà qui fredonne la Marseillaise: « Entendez-vous, dans nos campagnes, mugir Séféro, ce soldat »…

Je ne sais pas si cette petite anecdote est véridique, mais elle est révélatrice en tout cas du fait que la Marseillaise est, encore aujourd’hui, un chant dont le sens réel est largement méconnu par le plus grand nombre!

Dans le même genre on a les soldat de 1848 qui n'étaient pas très instruits et qui apprenaient les paroles à l'oreille, qui ont momentanément transformé les paroles de la marseillaise. Notamment au passage "Qu'un sang impur, la veuve des six lions". Et non ça ne voulait rien dire, n'empêche que ça n'est pas choquant dans le contexte de la marseillaise, encore aujourd'hui un peu méconnue dans sa signification brute :)

La façon dont il faut interpréter ces paroles font débat il me semble, personne n'arrive à se mettre d'accord sur leur signification. Et à quoi faisait référence Rouget de Lisle lorsqu'il les a composé. Chacun son interprétation en somme, de la parole xénophobe à la métaphore subtile.

Interprétation astucieuse, mais qui me laisse sceptique. On vient de dire qu'ils y a des féroces soldats qui égorgent vos fils et vos compagnes, et on les encourage à continuer?

Savez vous qu'il y a aussi une chant nommé le petit frère de la Marseillaise, il a failli remplacer l'hymne national sous napoleon.
C'est "le chant du départ"

J'entends souvent dire que la Marseillaise est un chant raciste, violent, etc... mais avec un peu de bon sens on pouvait deviner que ça ne l'est pas.
A l'époque il y avait très peu d'immigrés en France, donc rien à voir avec les prétendu supériorité raciale (même si il y avait les colonisation et l'esclavage ça ne concernait pas le peuple paysan de France).
C'est une opposition entre les nobles et les paysans, comme l'anecdote le dit si bien, les nobles qui se disaient de "sang pur".
C'est un chant patriotique et de révolte, c'est normal d'avoir des paroles violente, ils allaient pas chanter une berceuse pour raviver les foules non plus.
Beaucoup de personnes qui n'apprécie pas le gouvernement français, les valeurs française ou sa culture, au lieu de critiquer ces choses là s'attaque souvent à l'hymne en disant des choses tel que "Déjà vu la violence de votre hymne, les militaires le 14 juillet etc..." il ne faut pas oublier que la France a une histoire riche avec des atrocités, conquête de territoire, pillage comme beaucoup de pays partout dans le monde (c'est un peu l'histoire de l'humanité les différents conquête de territoire depuis les homo sapiens) mais aussi de belles choses comme la révolution ou les lumières.
C'est dommage qu'il y a autant de critique sur cet hymne qui est quand même vachement symbolique pour la France.

a écrit : Alors qu’un instituteur demande à ses élèves leur personnage historique préféré, les noms d’illustres héros fusent de toute part – Jules César, Alexandre, Hannibal, Napoléon, Jeanne d’Arc et j’en passe. Un enfant au fond de la classe veut participer lui aussi et lance un timide: « le soldat Séféro, M’sieur »! L’instituteur, n’ayant jamais entendu parler de ce ce soldat au nom étrange, demande à l’élève d’approfondir.

« Ben oui, le soldat Séféro, quoi… »
Et le voilà qui fredonne la Marseillaise: « Entendez-vous, dans nos campagnes, mugir Séféro, ce soldat »…

Je ne sais pas si cette petite anecdote est véridique, mais elle est révélatrice en tout cas du fait que la Marseillaise est, encore aujourd’hui, un chant dont le sens réel est largement méconnu par le plus grand nombre!

Dans le même genre on a les soldat de 1848 qui n'étaient pas très instruits et qui apprenaient les paroles à l'oreille, qui ont momentanément transformé les paroles de la marseillaise. Notamment au passage "Qu'un sang impur, la veuve des six lions". Et non ça ne voulait rien dire, n'empêche que ça n'est pas choquant dans le contexte de la marseillaise, encore aujourd'hui un peu méconnue dans sa signification brute :)
Afficher tout
J'ai voulu en savoir plus sur cette anecdote et je suis tomber sur la même mot a mot, ça serai sympa de mettre tes sources :)

Edit: La même pour Jethu ;)
omnilogie.fr/O/Les_paroles_de_la_Marseillaise_%C3%A0_la_loupe

Les 3 sources me paraissent assez faibles pour un sujet complexe. Duhamel n'est pas historien.

a écrit : Interprétation astucieuse, mais qui me laisse sceptique. On vient de dire qu'ils y a des féroces soldats qui égorgent vos fils et vos compagnes, et on les encourage à continuer? Ces soldats en questions se sont ceux des ennemis de la révolution (Prusse et Autriche notamment) qui sont alors en train de battre les troupes françaises à plate couture. Ne pas oublier que la Marseillaise est écrite alors que des soldats sont levés dans toute la France et qu'ils convergent vers les régions transfrontalières pour contrer les monarchies européennes en train d'envahir la France.

a écrit : Très bonne anecdote !

Cependant j'ai toujours appris à l'école que "sang impur" ne désignait pas les ennemis de la France (ni les révolutionnaires eux-mêmes comme le dit SCMB) mais les ennemis de la Révolution, toutes nationalités confondues : les monarchistes vendéens, les autrichiens
, les anglais etc..

Je suis donc perpexple...
Afficher tout
En tout cas, toutes les sources et beaucoup de sites sur internet vont dans le sens de l'anecdote. Donc ça serait bien de poster un lien afin de valider ce que tu dis...

Pour ma part, c'est celui des autrichiens, qui par la suite deviendra celui des ennemis de la république, quels qu'ils soient...
Mais bon, ça reste de l'interprétation, comme tous les textes.

edit : c'est un chant guerrier. Je ne vais pas chanter que je vais aller crever en partant au combat, mais bien mon ennemi... Sinon au premier refrain je fais demi-tour :P

Posté le

windowsphone

(7)

Répondre

Plus j'y pense, et plus je trouve l'interprétation intenable. On vient de comparer les ennemis à des bestiaux de boucherie ("mugissent"), et après le martial "marchon, marchons", ce serait pour aller se faire tuer pour fertiliser les cultures?

Lisez le refrain et les couplets suivants, très peu connus, et le manuscrit de l'auteur, ,il n'y a aucune doute

www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/dossier-historique-la-marseillaise/les-paroles-de-la-marseillaise

Je vois plus de champs et de forêt que de villes même de nos jours.

a écrit : Savez vous qu'il y a aussi une chant nommé le petit frère de la Marseillaise, il a failli remplacer l'hymne national sous napoleon.
C'est "le chant du départ"
En voici un extrait:
"Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards ;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer notre paupière
Quand les tyrans ne seront plus."

Il n'est pas du tout question non plus de se laisser faire.

ATTENTION CECI N'EST QU'UNE DES THEORIES !
Lisez la page wikipédia de la marseillaise, cette anecdote
devrait être mise au conditionnel
fr.wikipedia.org/wiki/La_Marseillaise
Paragraphe : « Qu'un sang impur abreuve nos sillons », polémiques et critiques

Patati...patata, la tyrannie est contre nous... l'étendard (autrichien) sanglant est levé... ces féroces autrichiens font bobo sans distinction tel des barbares... faisons couler leur sang (à ces barbares) impurs, qu'il coule (leur sang) sous nos pas.

je n'ai rien contre les autrichiens aujourd'hui... quoique...
ça n'est que mon interprétarion personnel.

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre