La grotte de Movile, isolée depuis des millions d'années

Proposé par
le

La grotte de Movile, en Roumanie, est unique en son genre. Découverte en 1986 par des ouvriers testant le sol afin d'y implanter une centrale électrique, celle-ci renferme un nombre conséquent d'espèces endémiques, isolées de la surface depuis 5,5 millions d'années. Ces espèces ont pour la plupart évolué indépendamment du reste du monde.

L'atmosphère de la grotte est composée de seulement 10% d'oxygène et les taux de dioxyde de carbone, de méthane et d'ammonium y sont anormalement élevés. L'eau s'y trouvant ne provient pas de la surface, mais d'une source souterraine, renforçant l'isolement de cet écosystème particulier.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Bel exemple de formes de vie complètement différentes de celles que nous n'imaginons toujours qu'à notre ressemblance, et qui pourraient exister sur des planètes bien différentes de la terre. Il est vrai que les variations des conditions environnementales causent des différences de structure plus ou moins grandes entre les organismes vivants sur Terre. Mais l'organisation générale reste la même, qu'on soit un nématode (ver de terre) ou un cétacé ...
Juste un tube digestif, avec tout ce qu'il faut autour pour lui permettre d'avoir le plus de trucs possible à digérer !

elles ressemblent tout de même grosso modo à nos bébêtes classiques

Pas de poissons ni de gros prédateurs, (les plus gros étant des araignées et des mille-pattes) sa à reduit mon imagination de 99% sur les possibilités de créatures que l'on pourrait y trouver... Je retourne lire Voyage au centre de la Terre pour me consoler...


Tous les commentaires (25)

Bel exemple de formes de vie complètement différentes de celles que nous n'imaginons toujours qu'à notre ressemblance, et qui pourraient exister sur des planètes bien différentes de la terre.

a écrit : Bel exemple de formes de vie complètement différentes de celles que nous n'imaginons toujours qu'à notre ressemblance, et qui pourraient exister sur des planètes bien différentes de la terre. Il est vrai que les variations des conditions environnementales causent des différences de structure plus ou moins grandes entre les organismes vivants sur Terre. Mais l'organisation générale reste la même, qu'on soit un nématode (ver de terre) ou un cétacé ...
Juste un tube digestif, avec tout ce qu'il faut autour pour lui permettre d'avoir le plus de trucs possible à digérer !

elles ressemblent tout de même grosso modo à nos bébêtes classiques

Pas de poissons ni de gros prédateurs, (les plus gros étant des araignées et des mille-pattes) sa à reduit mon imagination de 99% sur les possibilités de créatures que l'on pourrait y trouver... Je retourne lire Voyage au centre de la Terre pour me consoler...

a écrit : elles ressemblent tout de même grosso modo à nos bébêtes classiques Les yeux en moins apparement

a écrit : Il est vrai que les variations des conditions environnementales causent des différences de structure plus ou moins grandes entre les organismes vivants sur Terre. Mais l'organisation générale reste la même, qu'on soit un nématode (ver de terre) ou un cétacé ...
Juste un tube digestif, avec tout ce qu&#
039;il faut autour pour lui permettre d'avoir le plus de trucs possible à digérer ! Afficher tout
Certes, l'organisation générale reste la même, du moins sur cette planète... Il peut très bien y avoir des formes de vie qu'on imagine pas et dans cette grotte, certains organismes peuvent s'en approcher

a écrit : Pas de poissons ni de gros prédateurs, (les plus gros étant des araignées et des mille-pattes) sa à reduit mon imagination de 99% sur les possibilités de créatures que l'on pourrait y trouver... Je retourne lire Voyage au centre de la Terre pour me consoler... Ahah, désolé pour les faux espoirs ! Mais comme dit dans un autre commentaire, la structure "de base" des êtres vivants de cette grotte ne saurait être bien différente de celle des animaux que l'on retrouve à la surface. Au fond, 5,5 millions d'années ne sont pas grand chose à l'échelle de l'évolution.

a écrit : Ahah, désolé pour les faux espoirs ! Mais comme dit dans un autre commentaire, la structure "de base" des êtres vivants de cette grotte ne saurait être bien différente de celle des animaux que l'on retrouve à la surface. Au fond, 5,5 millions d'années ne sont pas grand chose à l'échelle de l'évolution. Oui c'est certain. Je suis bien d'accord avec toi, néanmoins rien qu'avec l'atmosphère s'y trouvant des espèces pouvaient avoir subsister alors quelles auraient disparues à la surface pour diverses raisons, c'est la porte ouverte au possibilités :). Ce n'est malheureusement pas le cas, alors trêve de rêveries dirait certains mais sa laisse tout de même songeur. Peut être un jour...

a écrit : Il est vrai que les variations des conditions environnementales causent des différences de structure plus ou moins grandes entre les organismes vivants sur Terre. Mais l'organisation générale reste la même, qu'on soit un nématode (ver de terre) ou un cétacé ...
Juste un tube digestif, avec tout ce qu&#
039;il faut autour pour lui permettre d'avoir le plus de trucs possible à digérer ! Afficher tout
Je conteste que l'organisation générale de tous les êtres vivants (un virus en est-il un?) soit similaire, d'une bactérie à une baleine en passant par les insectes. Nous ne savons même pas bien définir la vie .
Nous découvrons des milliers de nouvelles espèces chaque année, certaines vivant dans des conditions stupéfiantes de températures ou d'acidité, et connaissons très mal la vie au fond des océans.
Ce que je voulais dire est que nous n'imaginons la vie qu'à base de carbone et d'eau, parce que nous n'en connaissons pas d'autre. Mais le silicium est dans la même colonne que le carbone, a des propriétés analogues à très haute température.
Et qui sait s'ils ne peut pas exister, sur d'autres planètes, des organismes à base de silicium capables de survivre et se reproduire, à des températures très élevées dans un bain de méthane ou d'ammoniac?

Il n'a pas tort. L'évolution fait tout de même de belles choses et relativement surprenante. Ça ne me choquerait pas tant que ça de découvrir des formes des vies radicalement différentes. Sur terre, c'est peu probable en effet, mais "loin" il y a des chances.

C'est incroyable !!! C'est vraiment passionnant de découvrir de telle merveille !
Maintenant comment la grotte à vécu cette découverte ? (apport d'O2, de nouvelle bactéries) j'espère que ça n'a pas déséquilibré cette grotte

Posté le

android

(18)

Répondre

a écrit : Je conteste que l'organisation générale de tous les êtres vivants (un virus en est-il un?) soit similaire, d'une bactérie à une baleine en passant par les insectes. Nous ne savons même pas bien définir la vie .
Nous découvrons des milliers de nouvelles espèces chaque année, certaines vivant dans des con
ditions stupéfiantes de températures ou d'acidité, et connaissons très mal la vie au fond des océans.
Ce que je voulais dire est que nous n'imaginons la vie qu'à base de carbone et d'eau, parce que nous n'en connaissons pas d'autre. Mais le silicium est dans la même colonne que le carbone, a des propriétés analogues à très haute température.
Et qui sait s'ils ne peut pas exister, sur d'autres planètes, des organismes à base de silicium capables de survivre et se reproduire, à des températures très élevées dans un bain de méthane ou d'ammoniac?
Afficher tout
Concernant le silicium, voilà ce que dit Wikipedia:

Il a été évoqué la possibilité d'une toute autre forme de vie basée principalement sur le silicium et non pas le carbone. Ceci pourrait se fonder sur le fait que le silicium est non seulement tétravalent comme le carbone, mais qu'il est susceptible de former des complexes penta- et hexa-coordinés chargés et stables. Ceux-ci pourraient avoir des propriétés catalytiques intéressantes qui ont été peu explorées dans les hypothèses exobiologiques.
Toutefois il faut remarquer l'extrême difficulté du silicium à former des liaisons multiples qui sont nécessaires au fonctionnement des échanges dans la cellule. Les exemples de molécules de silicium présentant des liaisons multiples ou des valences différentes de IV sont possibles uniquement avec des substituants particulièrement complexes. Un moment donné des recherches de médicaments contenant du silicium ont été menées et finalement n'ont apporté aucun avantage, cela se vérifie quand on fait une recherche d'informations sur ce thème.

Certains scientifiques[Lesquels ?] croient devoir conclure par la négative à ce genre de proposition. Selon eux, le silicium ne participerait que peu à des réactions biologiques mais servirait plutôt de support (enveloppes, squelettes, gels). Cependant, le silicium se trouve étroitement associé à l'ADN, à l'intérieur du noyau des cellules donc, pour une fonction qui reste à identifier. Il existe aussi une enzyme dans la paroi des mitochondries qui participe au transport du silicium vers l'intérieur de celles-ci et pourrait être associé au cycle de Krebs.[réf. nécessaire]

Enfin, les arguments définitifs qui peuvent remettre en cause la possibilité de l'existence de forme de vie basée sur le silicium sont d'une part l'abondance relative du carbone dans l'univers qui est très largement supérieure à celle du silicium et d'autre part, l'inertie chimique de la silice SiO2, solide, comparativement à la labilité du dioxyde de carbone CO2, gazeux.

À noter que 95 % des bactéries présentes sont propriétaires de la grotte

a écrit : Il n'a pas tort. L'évolution fait tout de même de belles choses et relativement surprenante. Ça ne me choquerait pas tant que ça de découvrir des formes des vies radicalement différentes. Sur terre, c'est peu probable en effet, mais "loin" il y a des chances. Merci, si je ne m'attribue pas avec outrecuidance que "il n'a pas tort" parle de moi.

Je ne vais certainement pas dire du mal de la démarche scientifique, mais enfin, il y a des domaines où nous ne savons toujours pas grand'chose: les modèles cosmologiques, à l'autre bout ceux des particules dites élémentaires, et au milieu comment des molécules chimiques peuvent créer la vie, nous piétinons tous.

Et le pire, c'est peut-être de croire que notre cerveau serait capable de tout comprendre un jour; nous n'attendons pas d'un chien qu'il sache jamais résoudre une équation, même très simple pour nous? Alors pourquoi serions-nous capables de comprendre l'effroyable complexité de la nature?

Que ce soit bien clair: la démarche scientifique nous a donné de très nombreuses connaissances, et pratiquement une qualité de vie inégalée (avec des ratés!). Mais de là à espérer acquérir un savoir complet, il y a une marge.

a écrit : Concernant le silicium, voilà ce que dit Wikipedia:

Il a été évoqué la possibilité d'une toute autre forme de vie basée principalement sur le silicium et non pas le carbone. Ceci pourrait se fonder sur le fait que le silicium est non seulement tétravalent comme le carbone, mais qu'il est suscepti
ble de former des complexes penta- et hexa-coordinés chargés et stables. Ceux-ci pourraient avoir des propriétés catalytiques intéressantes qui ont été peu explorées dans les hypothèses exobiologiques.
Toutefois il faut remarquer l'extrême difficulté du silicium à former des liaisons multiples qui sont nécessaires au fonctionnement des échanges dans la cellule. Les exemples de molécules de silicium présentant des liaisons multiples ou des valences différentes de IV sont possibles uniquement avec des substituants particulièrement complexes. Un moment donné des recherches de médicaments contenant du silicium ont été menées et finalement n'ont apporté aucun avantage, cela se vérifie quand on fait une recherche d'informations sur ce thème.

Certains scientifiques[Lesquels ?] croient devoir conclure par la négative à ce genre de proposition. Selon eux, le silicium ne participerait que peu à des réactions biologiques mais servirait plutôt de support (enveloppes, squelettes, gels). Cependant, le silicium se trouve étroitement associé à l'ADN, à l'intérieur du noyau des cellules donc, pour une fonction qui reste à identifier. Il existe aussi une enzyme dans la paroi des mitochondries qui participe au transport du silicium vers l'intérieur de celles-ci et pourrait être associé au cycle de Krebs.[réf. nécessaire]

Enfin, les arguments définitifs qui peuvent remettre en cause la possibilité de l'existence de forme de vie basée sur le silicium sont d'une part l'abondance relative du carbone dans l'univers qui est très largement supérieure à celle du silicium et d'autre part, l'inertie chimique de la silice SiO2, solide, comparativement à la labilité du dioxyde de carbone CO2, gazeux.
Afficher tout
Ce commentaire est intéressant, mais juste quelques remarques:
- la silice est relativement inerte à nos températures usuelles sur Terre, mais peut se comporter de façons opposées à d'autres températures, et nous savons faire des verres de propriétés très différentes;
- il est effectivement difficile d'imaginer une labilité comparable à celle du gaz carbonique, en particulier une photosynthèse, mais qui sait?
- le silicium n'est pas très sensiblement plus rare que le carbone dans la voie lactée
fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_d%27un_%C3%A9%C3%A9ment_chimique
- la vie sur terre tient à une multiplicité de coïncidences extraordinaires: bonne orbite, champ magnétique, présence d'eau qui a des propriétés que j'ose qualifier d'anormales, etc.;
si elles n'avaient pas eu lieu, nous ne serions pas là pour en parler;
- mais il y a des milliards de galaxies de chacune des milliards d'étoiles, dont beaucoup sont probablement entourées de planètes; alors d'autres miracles que nous ne pouvons imaginer car complètement différents ont pu se produire.

De plus, nous n'avons que très peu de sens (vue, pression tactile et acoustique, goût et odorat); c'est très limité; pourquoi il n'y aurait pas des phénomènes complètement différents dans l'univers, que nous ne pouvons concevoir?

Tout ce que je voulais dire, c'est de Montaigne: "Que sais-je?"

a écrit : Bel exemple de formes de vie complètement différentes de celles que nous n'imaginons toujours qu'à notre ressemblance, et qui pourraient exister sur des planètes bien différentes de la terre. Sans vouloir chipoter les nematodes ne sont pas des vers de terre...

a écrit : Il est vrai que les variations des conditions environnementales causent des différences de structure plus ou moins grandes entre les organismes vivants sur Terre. Mais l'organisation générale reste la même, qu'on soit un nématode (ver de terre) ou un cétacé ...
Juste un tube digestif, avec tout ce qu&#
039;il faut autour pour lui permettre d'avoir le plus de trucs possible à digérer ! Afficher tout
C'est la reproduction qui est la fonction essentielle, pas l'alimentation. Certains insectes n'ont pas de tube digestif : quand la larve éclot, l'imago vit sans s'alimenter, juste assez de temps pour se reproduire.

a écrit : Concernant le silicium, voilà ce que dit Wikipedia:

Il a été évoqué la possibilité d'une toute autre forme de vie basée principalement sur le silicium et non pas le carbone. Ceci pourrait se fonder sur le fait que le silicium est non seulement tétravalent comme le carbone, mais qu'il est suscepti
ble de former des complexes penta- et hexa-coordinés chargés et stables. Ceux-ci pourraient avoir des propriétés catalytiques intéressantes qui ont été peu explorées dans les hypothèses exobiologiques.
Toutefois il faut remarquer l'extrême difficulté du silicium à former des liaisons multiples qui sont nécessaires au fonctionnement des échanges dans la cellule. Les exemples de molécules de silicium présentant des liaisons multiples ou des valences différentes de IV sont possibles uniquement avec des substituants particulièrement complexes. Un moment donné des recherches de médicaments contenant du silicium ont été menées et finalement n'ont apporté aucun avantage, cela se vérifie quand on fait une recherche d'informations sur ce thème.

Certains scientifiques[Lesquels ?] croient devoir conclure par la négative à ce genre de proposition. Selon eux, le silicium ne participerait que peu à des réactions biologiques mais servirait plutôt de support (enveloppes, squelettes, gels). Cependant, le silicium se trouve étroitement associé à l'ADN, à l'intérieur du noyau des cellules donc, pour une fonction qui reste à identifier. Il existe aussi une enzyme dans la paroi des mitochondries qui participe au transport du silicium vers l'intérieur de celles-ci et pourrait être associé au cycle de Krebs.[réf. nécessaire]

Enfin, les arguments définitifs qui peuvent remettre en cause la possibilité de l'existence de forme de vie basée sur le silicium sont d'une part l'abondance relative du carbone dans l'univers qui est très largement supérieure à celle du silicium et d'autre part, l'inertie chimique de la silice SiO2, solide, comparativement à la labilité du dioxyde de carbone CO2, gazeux.
Afficher tout
l'homme a l'avantage d'être raisonnable. mais n'oublions pas que c'est nous même qui avons donné définition a la raison. lequel définition donnée par rapport a la mince connaissance que nous avons du TOUT existant. si le peux de vie que nous connaissons est basée sur le carbone et tolérant une certaine température et pression, il peut tout aussi avoir des vies basées sur le silicium, ou l'aluminium (ou soyons fou l'or--Oui pourquoi pas--) et si on arrivait un jour a le découvrir, on fera comme d'habitude. essayer de comprendre, et corriger des centaines d'années de fausse conviction. comme récemment avec la déclassification de pluton. comme 9eme planète.

Posté le

windowsphone

(13)

Répondre