La pyramide de Ball est un roc pentu au milieu de l'océan

Proposé par
le

La pyramide de Ball est un neck (reste de volcan) de 1100 mètres de long qui s'élève à 562 mètres au-dessus de la mer de Tasman. Inhospitalière et extrêmement pentue, elle servait pourtant de refuge à 24 individus de Dryococelus australis, un phasme géant que l'on croyait éteint depuis les années 1930. Depuis, on a réussi à partir de 4 individus prélevés à relancer l'espèce en captivité.


Commentaires préférés (3)

Il me semble que cette anecdote avaut déjà publiée, non ? Le titre parlait d'une arche de Noé il me semble

Les phasmes géants mesurent jusqu'à 15 cm de longueur et 1,5 cm de diamètre.
Aujourd'hui, j'ai appris ce qu'est un neck !

jmcmb × 2 !

a écrit : C'est étonnant comme, même sur des ilots aride et désolés, il suffit que l'homme n'y soit pas passée pour y retrouver des espèces qu'on a fait disparaître...

.
Tu racontes un peu vite l'histoire... Ce sont les rats qui avaient fait disparaître cet insecte. L'homme le croyait complètement disparu (ce qui signifie qu'il le connaissait avant ; les sources disent qu'il les utilisait pour la pêche, mais pas de quoi éradiquer l'espèce), et en a découvert assez récemment quelques spécimen.
Depuis, au contraire, il essaie de préserver cette espèce.


Tous les commentaires (52)

Il me semble que cette anecdote avaut déjà publiée, non ? Le titre parlait d'une arche de Noé il me semble

On peut dire que les phasmes ont eu un sacré coup de Ball !

Avec un tel niveau de consanguinité je me demande si l'espèce n'a, malheureusement pas un peu dégénèré au fil du temps..

Les phasmes géants mesurent jusqu'à 15 cm de longueur et 1,5 cm de diamètre.
Aujourd'hui, j'ai appris ce qu'est un neck !

jmcmb × 2 !

a écrit : Il me semble que cette anecdote avaut déjà publiée, non ? Le titre parlait d'une arche de Noé il me semble Ça me dit également quelque chose ;)

çà semble montrer que les phasmes primitifs ne ressemblaient pas tant que çà à des brindilles, mais que, au fil des générations, les individus y ressemblant le plus échappaient aux prédateurs, et se reproduisaient donc entre survivants, accentuant encore le caractère génétique de ressemblance.

Vive la consanguinité de l'espèce ! Cette île se trouverait-elle dans le Nord ?

a écrit : çà semble montrer que les phasmes primitifs ne ressemblaient pas tant que çà à des brindilles, mais que, au fil des générations, les individus y ressemblant le plus échappaient aux prédateurs, et se reproduisaient donc entre survivants, accentuant encore le caractère génétique de ressemblance. Ou sinon ils aimaient à se camoufler que sur les grosses branches !

C'est étonnant comme, même sur des ilots aride et désolés, il suffit que l'homme n'y soit pas passée pour y retrouver des espèces qu'on a fait disparaître...

.

a écrit : C'est étonnant comme, même sur des ilots aride et désolés, il suffit que l'homme n'y soit pas passée pour y retrouver des espèces qu'on a fait disparaître...

.
Tu racontes un peu vite l'histoire... Ce sont les rats qui avaient fait disparaître cet insecte. L'homme le croyait complètement disparu (ce qui signifie qu'il le connaissait avant ; les sources disent qu'il les utilisait pour la pêche, mais pas de quoi éradiquer l'espèce), et en a découvert assez récemment quelques spécimen.
Depuis, au contraire, il essaie de préserver cette espèce.

a écrit : Avec un tel niveau de consanguinité je me demande si l'espèce n'a, malheureusement pas un peu dégénèré au fil du temps.. Ben tu sais, je ne suis pas sûr que la consanguinité y change quelque chose à la vie des insectes.

a écrit : Vive la consanguinité de l'espèce ! Cette île se trouverait-elle dans le Nord ? non! dans les Landes

a écrit : Ben tu sais, je ne suis pas sûr que la consanguinité y change quelque chose à la vie des insectes. Dans une ruche, par exemple, toutes les abeilles ne sont-elles pas "consanguines"?
Y compris l'heureux mâle qui féconde la reine? Heureux, façon de parler, car ça lui coûte la vie.

a écrit : On peut dire que les phasmes ont eu un sacré coup de Ball ! J'attendais mieux de ta part, Stiffler ..

a écrit : Vive la consanguinité de l'espèce ! Cette île se trouverait-elle dans le Nord ? Les phasme ne se reproduise pas par accouplement il n'y a quasiment que des femelle les phase se "clone" parthenogenese donc bon la consanguinité ne les concerne que peux de memoire
Mais apparemment le géant lui si il se reproduit par copulation.

Posté le

android

(16)

Répondre

a écrit : Tu racontes un peu vite l'histoire... Ce sont les rats qui avaient fait disparaître cet insecte. L'homme le croyait complètement disparu (ce qui signifie qu'il le connaissait avant ; les sources disent qu'il les utilisait pour la pêche, mais pas de quoi éradiquer l'espèce), et en a découvert assez récemment quelques spécimen.
Depuis, au contraire, il essaie de préserver cette espèce.
Afficher tout
Le truc c'est que l'homme rapporte avec lui dans ses explorations les dit rats. Indirectement ici et dans de nombreux cas comme avec l'oiseau Dodo ou le Kiwi, nous avons fait éteindre cette espèces. Ou presque heureusement pour ce phasme

Déjà cité dans une vidéo de axolot une chaîne que je vous conseil

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Tu racontes un peu vite l'histoire... Ce sont les rats qui avaient fait disparaître cet insecte. L'homme le croyait complètement disparu (ce qui signifie qu'il le connaissait avant ; les sources disent qu'il les utilisait pour la pêche, mais pas de quoi éradiquer l'espèce), et en a découvert assez récemment quelques spécimen.
Depuis, au contraire, il essaie de préserver cette espèce.
Afficher tout
La présence des rats est très certainement due à l'homme...

a écrit : Il me semble que cette anecdote avaut déjà publiée, non ? Le titre parlait d'une arche de Noé il me semble C'était sur SCMB Images que vous avez dû la voir.