Certaines plantes permettent de ralentir les incendies

Proposé par
le

Pour lutter contre les incendies qui font des ravages, notamment dans le sud de la France, certains départements ont mis en place une politique de plantation de certaines plantes ou arbres, qui ont la faculté d'être peu sensibles au feu et donc de stopper la progression d'un éventuel incendie. C'est le cas par exemple des vignes ou des oliviers, qui sont alors mis sur des parcelles bien déterminées.


Commentaires préférés (3)

Alors si en plus ça permet de pouvoir déguster un ptit verre de blanc avec quelques olives, moi je dis pas non

a écrit : Pourquoi ne pas s'abstenir tout simplement de planter ces parcelles ?
Le feu sera ainsi davantage ralenti ou même stoppé par ces coupe-feu artificiels moyennant un débroussailler régulier.
Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point....
Comme tu l'as dis, moyennant un débroussaillage régulier. Le problème principal des incendies est le fait que la forêt n'est pas entretenue, faute de moyen, et cela empire la situation. Or si l'on crée des parcelles cultivables elles seront entretenues :)

Dixit les sources, le vin tiré de vignes exposées au feu développe un goût de plastique, viande fumée et cendre... Bonjour la vinasse ! :)
L'olivier a une particularité aussi ; celle de se régénérer de manière curieuse. Il repousse par le bas en conservant ses branches supérieures brûlées, qui ressemblent alors à des racines... Au bout d'une saison ou deux, le bas devient touffu et on a l'impression qu'ils sont "plantés" à l'envers.


Tous les commentaires (28)

Alors si en plus ça permet de pouvoir déguster un ptit verre de blanc avec quelques olives, moi je dis pas non

J'ai récemment vu un reportage sur le sujet, je ne dis pas que cette affirmation est fausse mais ils disaient que les arbres utilisés ont la capacité de se régénérer malgré le tronc et une grosse partie des racines calcinés.

La meilleure façon de lutter contre les incendies, c'est d'entretenir les forêts. Quelles que soient les essences plantées, si on n'entretient pas ces zones, les incendies menaceront.

Pourquoi ne pas s'abstenir tout simplement de planter ces parcelles ?
Le feu sera ainsi davantage ralenti ou même stoppé par ces coupe-feu artificiels moyennant un débroussailler régulier.
Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point....

a écrit : Pourquoi ne pas s'abstenir tout simplement de planter ces parcelles ?
Le feu sera ainsi davantage ralenti ou même stoppé par ces coupe-feu artificiels moyennant un débroussailler régulier.
Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point....
Comme tu l'as dis, moyennant un débroussaillage régulier. Le problème principal des incendies est le fait que la forêt n'est pas entretenue, faute de moyen, et cela empire la situation. Or si l'on crée des parcelles cultivables elles seront entretenues :)

a écrit : Pourquoi ne pas s'abstenir tout simplement de planter ces parcelles ?
Le feu sera ainsi davantage ralenti ou même stoppé par ces coupe-feu artificiels moyennant un débroussailler régulier.
Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point....
Simple hypothèse : c'est peut-être un compromis fait entre la sécurité incendie et la diminution des surfaces utilisables pour planter des arbres ?

Entre une forêt uniforme (et donc sensible) et une lande sans aucun arbre (pas d'arbres pas d'incendie), il est peut-être délicat de mettre un juste milieu des surfaces exploitées et de celles "sacrifiées" à la protection. Du coup le principe des oliviers serait peut-être moins intrusif ?

(Et permet peut-être une meilleure circulation des espèces animales ?)

Je n'en connais pas plus que toi, ce ne sont que des suppositions.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Pourquoi ne pas s'abstenir tout simplement de planter ces parcelles ?
Le feu sera ainsi davantage ralenti ou même stoppé par ces coupe-feu artificiels moyennant un débroussailler régulier.
Si quelqu'un pouvait m'éclairer sur ce point....
Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'arbres que les incendies en seront impossible. L'an dernier près de chez moi à Beligneux dans l'Ain pour être précis un incendie (dû à un feu de palettes) à ravagé 400 hectares d'herbe sèche. Pense aussi aux incendies qui ont détruit un grand nombre de communes dans tous les pays autrefois.

Dixit les sources, le vin tiré de vignes exposées au feu développe un goût de plastique, viande fumée et cendre... Bonjour la vinasse ! :)
L'olivier a une particularité aussi ; celle de se régénérer de manière curieuse. Il repousse par le bas en conservant ses branches supérieures brûlées, qui ressemblent alors à des racines... Au bout d'une saison ou deux, le bas devient touffu et on a l'impression qu'ils sont "plantés" à l'envers.

Tant qu'il y aura des forêts il y aura des incendies... On ne peut pas tout avoir...

a écrit : J'ai récemment vu un reportage sur le sujet, je ne dis pas que cette affirmation est fausse mais ils disaient que les arbres utilisés ont la capacité de se régénérer malgré le tronc et une grosse partie des racines calcinés. C'est exact. Comme les chênes d'ailleurs. Le problème c'est qu'on a eu tendance à replanter des pins, très inflammables et ne se régénérant pas des racines après les incendies car il poussent très vite, ce qui a rendu les incendies encore plus dévastateurs car le chêne vivant brûle très mal contrairement aux résineux qui s'enflamment comme des torches.
Aujourd'hui, la tendance est de couper les pins (pas tous, mais l'essentiel) pour y réimplanter une végétation plus ressemblante à la couverture d'origine.

D'ailleurs si les chênes-liège sont abondants dans le pourtour méditerranéen, ce n'est pas pour faire des bouchons (bande d'alcooliques, va^^) mais parce que le liège est une écorce naturellement résistante au feu et permettait au tronc de l'arbre de mieux résister aux incendies naturels et de repartir d'autant mieux après le feu.
J'ai vu une forêt de chênes brûler près de chez moi, en deux ans, il ne restait plus que quelques traces de brûlé sur les troncs pour deviner qu'il y avait eu un feu, tout avait reverdi, même sur le sol et avec les cendres comme engrais c'était encore plus joli qu'avant, des fleurs et des fraises des bois dans tout les sens; c'est dingue comme la nature s'adapte!!!

a écrit : Tant qu'il y aura des forêts il y aura des incendies... On ne peut pas tout avoir... Bah si justement, presque! Comme le disent les coms plus hauts, une forêt entretenue est un espace moins propice à incendie. Là où ta réponse s'avère malheureusement exacte, c'est que justement pour obtenir des forêts entretenues, il faut des moyens humains et financiers que nous n'engageons pas... Et précisé également par un autre commentaire, un incendie peut se propager sur une lande selon les herbes présentes, mais sans végétation ce sont les intempéries pluvieuses qui emportent les paysages... Donc effectivement on ne peut tout avoir!...

J ai ouï-dire que dans le temps c'était les moutons qui s'occupaient du débroussaillage, limitant ainsi les riques d'incendies. Les éleveurs de vers chez moi ( garrigue ) cependant avaient la réputation ( avaient car ils ont disparus face à la pression immobilière et au mouton All-Black ) de provoquer des feux pour refertiliser des espaces pour leurs bêtes. Si quelqu'un peut con/infirmer?

a écrit : Comme tu l'as dis, moyennant un débroussaillage régulier. Le problème principal des incendies est le fait que la forêt n'est pas entretenue, faute de moyen, et cela empire la situation. Or si l'on crée des parcelles cultivables elles seront entretenues :) Et si nous mettions les jeunes au chômage pour entretenir les forêts, cela permet un petit pécule pour les jeunes en recherche d'emploi, et d'éviter ces dramatiques incendies. Encore pour le dernier, je demeure à côté il n'y a eu que de la perte matériel. (Qui est un drame pour ceux qui ont tout perdu). Heureusement qu'il n'y a pas eu de perte humaine. Un grand respect et merci à tous les hommes de feux qui sauvent des vies au péril de la leur.

a écrit : J ai ouï-dire que dans le temps c'était les moutons qui s'occupaient du débroussaillage, limitant ainsi les riques d'incendies. Les éleveurs de vers chez moi ( garrigue ) cependant avaient la réputation ( avaient car ils ont disparus face à la pression immobilière et au mouton All-Black ) de provoquer des feux pour refertiliser des espaces pour leurs bêtes. Si quelqu'un peut con/infirmer? Afficher tout Même de nos jours, les moutons sont réquisitionnés pour débroussailler !
C'est vrai dans les Alpes, en Provence et en Occitanie.
Les chèvres sont aussi de service, mais il faut les surveiller de près pour ne pas qu'elles mangent les basses branches des arbres.
Les ânes aussi, parfois, apportent leur contribution, et pas seulement en Corse !

a écrit : Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'arbres que les incendies en seront impossible. L'an dernier près de chez moi à Beligneux dans l'Ain pour être précis un incendie (dû à un feu de palettes) à ravagé 400 hectares d'herbe sèche. Pense aussi aux incendies qui ont détruit un grand nombre de communes dans tous les pays autrefois. Afficher tout C'est exa t, parce qu'il existe 3 types de feux :
Le feu de cimes, le plus spectaculaire, surtout avec les résineux, qui se propage de cime en cime.
Le feu de surface, qui se propage avec les buissons, la garrigue, le maquis, très dangereux parce que ce sont surtout des plantes à essences.
Le feu de profondeur, qui se propage dans le sous-sol par les racines, très sournois parce qu'il renaît plus loin, brusquement ...

a écrit : Tant qu'il y aura des forêts il y aura des incendies... On ne peut pas tout avoir... Ne soyons pas trop pessimistes : Dans le Sud de la France, les départements qui bordent la Méditerranée sont les plus touchés par les incendies mais aussi les plus surveillés pendant la Période Rouge (du 01.07 au 30.09).
Par des moyens terrestres fixes : les vigies (ONF, FORCE 06, DFCI).
Par des moyens terrestres mobiles : les quadrillages des pompiers et les patrouilles des CCFF (Comités Communaux contre les Feux de Forêt).
Par des moyens aériens : les HBE (Hélicoptères Bombardiers d'Eau), les célèbres Canadairs, les Trackers sont prêts à intervenir sur tout feu naissant.
C'est pourquoi la Base de Marignane a été déplacée à Nîmes pour avoir une position plus centrale entre les Pyrénées et les Alpes.
C'est grâce à ces moyens que les incendies ont diminué de 60% depuis 1970.
Etn'oublions pas que 80% des feux sont dus à des imprudences ...

Les incendies se produisent pour la plupart le long des autoroutes...j'ai encore vu quelqu'un jeter sa cigarette par la fenêtre l'autre jour!à quelques kilomètres du lieu de l'incendie de Perpignan! Je ne dirais pas de gros mots mais je n'en pense pas moins!

Posté le

android

(8)

Répondre

Bonsoir à tous .
Franchement vous avez déjà fait brûler de l Olivier ?? ( même vert )
C est de l essence !!!
Ça brûle très bien , le problème ici c est que le feu atteint une zone entretenue .
En permettant la culture sur ces zones on se dédouane juste de l entretien qui est fais par l oléiculteur car si personne n'entretient ces oliveraies ( ou olivettes pour des tailles raisonnables ) la garrigue reprendras le dessus et les feu recommencerons .
Les animaux fesaient très bien le boulot a l époque .

a écrit : Les incendies se produisent pour la plupart le long des autoroutes...j'ai encore vu quelqu'un jeter sa cigarette par la fenêtre l'autre jour!à quelques kilomètres du lieu de l'incendie de Perpignan! Je ne dirais pas de gros mots mais je n'en pense pas moins! Ouais, j'en vois souvent balancer leurs mégots par la fenêtre, et pas que sur les autoroutes. Mais il faut les excuser, ils n'ont pas eu les moyens de se payer l'option "Cendrier" dans leurs caisses climatisées à 20 000€... les pauvres!

Un jour je m'en suis pris un dans la gueule (de mégot allumé), fenêtre ouverte (pas de clim chez moi), ca a fait aspiration et cette saleté est entrée dans ma bagnole et a foutu des braises de partout...

Un autre jour un pote qui trouvait que mon cendrier (de ma caisse que je conduisais moi-même avec mes mains^^) était trop plein et il a tout balancé par la fenêtre... sans commentaires. (ah si je l'ai pourri bien comme il faut mais je ne peux pas répéter ici, ça passerai pas la modération^^)

La connerie n'a pas de limites, mais elle manque de baffes!

a écrit : Bonsoir à tous .
Franchement vous avez déjà fait brûler de l Olivier ?? ( même vert )
C est de l essence !!!
Ça brûle très bien , le problème ici c est que le feu atteint une zone entretenue .
En permettant la culture sur ces zones on se dédouane juste de l entretien qui est fais par l oléicu
lteur car si personne n'entretient ces oliveraies ( ou olivettes pour des tailles raisonnables ) la garrigue reprendras le dessus et les feu recommencerons .
Les animaux fesaient très bien le boulot a l époque .
Afficher tout
Oui mais le métier de berger dans les collines n'est pas rentable.

Que faire?

D'un coté il y a les chasseurs qui considèrent que la nature leur appartient de droit (j'ai une dizaine d'histoires à raconter là dessus mais je ne m'y étalerai pas, sauf si on me le demande vu que c'est H.S), de l'autre il y a les taxes, les réglementations, les lois de salubrité (une petite fromagerie de cambrousse, ça coûte environ 40 000€ à construire dans les normes, et les normes sont de plus en plus dures)

Les petits bergers ont presque tous mis la clé sous la porte... et les forêts deviennent des bombes à retardement. A qui la faute?