Alice aimait bien la Libye

Proposé par
Invité
le

Vanessa Hessler est une actrice qui joua durant des années le rôle d'Alice dans les publicités pour le fournisseur d'accès à Internet du même nom. Elle fut remerciée pour une raison assez surprenante : elle avait pour compagnon un des fils Khadafi et tint des propos controversés qui ne plurent pas du tout à la marque.


Commentaires préférés (3)

On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique

Posté le

windowsphone

(223)

Répondre

a écrit : On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique
C'est surtout que la marque n'a rien à voir avec le président. Ils se fichent de l'image du président, ils regardent l'image qu'ils ont vis à vis du consommateur. Ils n'ont d'ailleurs même pas à soutenir ou partager les idées du consommateur, mais uniquement à condamner ce que condamnerai la majorité des consommateurs.
C'est moche dit comme ça, mais c'est une réalité. Les entreprises sont là pour vendre et gagner de l'argent, et leurs images à long terme comptent plus que l'argent à court terme.

«Ce sont des gens très simples (les Khadafi), comme vous et moi», ose la belle blonde. «Nous -la France et la Grande-Bretagne- avons financé les rebelles. Les gens ne savent pas ce qu'ils (les rebelles) font, observe-t-elle encore. Le peuple libyen n'était pas particulièrement pauvre ou fanatique. Il ne faut pas croire tout ce qu'on entend.»

Voilà les propos qui lui ont valu son licenciement. En soit elle a juste dit la vérité :)


Tous les commentaires (53)

Le monde d'aujourd'hui tout ce que vous dites ou faites pourra être retenu contre vous.

a écrit : Le monde d'aujourd'hui tout ce que vous dites ou faites pourra être retenu contre vous. sera* retenu contre vous. :/
Dire que les Khadafi n'étaient pas des dictateurs sanguinaires et que le peuple Lybiens n'était pas complètement opprimé, c'est pas politiquement correct.

On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique

Posté le

windowsphone

(223)

Répondre

a écrit : On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique
C'est surtout que la marque n'a rien à voir avec le président. Ils se fichent de l'image du président, ils regardent l'image qu'ils ont vis à vis du consommateur. Ils n'ont d'ailleurs même pas à soutenir ou partager les idées du consommateur, mais uniquement à condamner ce que condamnerai la majorité des consommateurs.
C'est moche dit comme ça, mais c'est une réalité. Les entreprises sont là pour vendre et gagner de l'argent, et leurs images à long terme comptent plus que l'argent à court terme.

a écrit : C'est surtout que la marque n'a rien à voir avec le président. Ils se fichent de l'image du président, ils regardent l'image qu'ils ont vis à vis du consommateur. Ils n'ont d'ailleurs même pas à soutenir ou partager les idées du consommateur, mais uniquement à condamner ce que condamnerai la majorité des consommateurs.
C'est moche dit comme ça, mais c'est une réalité. Les entreprises sont là pour vendre et gagner de l'argent, et leurs images à long terme comptent plus que l'argent à court terme.
Afficher tout
Ce qui est ironique c'est que certaines de ces entreprises réagissant comme ça sont tout à fait susceptibles d'avoir des intérêts dans des pays dirigés par des dictateurs voir avec les dictateurs eux mêmes.

a écrit : On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique
L'anecdote précise bien qu'elle a été renvoyée pour des propos, par pour "tricoter" (sinon elle aurait été viree avant). Ça me paraît aussi évident que les intérêts entre "Alice" et le président ne sont pas similaires.

Posté le

android

(7)

Répondre

«Ce sont des gens très simples (les Khadafi), comme vous et moi», ose la belle blonde. «Nous -la France et la Grande-Bretagne- avons financé les rebelles. Les gens ne savent pas ce qu'ils (les rebelles) font, observe-t-elle encore. Le peuple libyen n'était pas particulièrement pauvre ou fanatique. Il ne faut pas croire tout ce qu'on entend.»

Voilà les propos qui lui ont valu son licenciement. En soit elle a juste dit la vérité :)

Elle n'était plus avec lui quand elle a dit ça. Il a été tué par les rebelles en même temps que son père. Elle a réagit en disant que les libyens n'étaient pas malheureux, et que les rebelles étaient des barbares. Elle a en partie tord et raison d'un côté. Comme on a pu voir par la suite, ça a été pas forcément mieux après. Mais dire que c'étaient des gentils dictateurs c'est pas très futé. Pour ceux qui crachent sur la France pour ça, j'ai juste envie de dire que c'était pas une boite française à l'époque. C'est la maison mère espagnole qui l'aurait viré.

a écrit : Alors pourquoi elle fût remercier? Dans le doute...
"Congédier quelqu'un, le priver de son emploi : Remercier
un employé"

a écrit : sera* retenu contre vous. :/
Dire que les Khadafi n'étaient pas des dictateurs sanguinaires et que le peuple Lybiens n'était pas complètement opprimé, c'est pas politiquement correct.
Il fait nuancer, ce n'était pas QUE un dictateur sanguinaire, il a apporté des choses à son peuple comme l'eau et l'électricité gratuite, pas d'impôts, le prix de l'essence était très bas et il a pas mal investi dans la création d'emploi etc. Et l'ingérence est venue foutre ça en l'air, donc un dictateur oui mais pas seulement

a écrit : On renvoie une personne car elle est soutient kadhafi alors que d'un autre coté l'ex président de la république fricottait avec lui quand il était en fonction.

Merci la logique
Ca s'appelle de la propagande ;)

a écrit : C'est surtout que la marque n'a rien à voir avec le président. Ils se fichent de l'image du président, ils regardent l'image qu'ils ont vis à vis du consommateur. Ils n'ont d'ailleurs même pas à soutenir ou partager les idées du consommateur, mais uniquement à condamner ce que condamnerai la majorité des consommateurs.
C'est moche dit comme ça, mais c'est une réalité. Les entreprises sont là pour vendre et gagner de l'argent, et leurs images à long terme comptent plus que l'argent à court terme.
Afficher tout
Tout a fait. D'ailleurs, pour faire un clin d'oeil à l'anecdote du dessus, Macdo a remplacé le rouge par le vert sur son logo. Hé oui, le vert, ça fait écolo, c'est du pipeau mais ça marche! ^^

a écrit : Il fait nuancer, ce n'était pas QUE un dictateur sanguinaire, il a apporté des choses à son peuple comme l'eau et l'électricité gratuite, pas d'impôts, le prix de l'essence était très bas et il a pas mal investi dans la création d'emploi etc. Et l'ingérence est venue foutre ça en l�39;air, donc un dictateur oui mais pas seulement Afficher tout C'est à peu près le type d'arguments qu'employaient les pro colonialistes, du genre "on vous apporte la démocratie, une administration, des infrastructures" alors que tout le monde (ou presque) reconnait aujourd'hui que c'était une immense connerie, et un grand pas en arrière pour l'humanité.

a écrit : C'est à peu près le type d'arguments qu'employaient les pro colonialistes, du genre "on vous apporte la démocratie, une administration, des infrastructures" alors que tout le monde (ou presque) reconnait aujourd'hui que c'était une immense connerie, et un grand pas en arrière pour l'humanité. Sauf que le dictateur était libyen et non étranger. Il n'était certes pas un enfant de coeur mais il a très bien pu développer certains secteurs économiques, sociaux, etc... de son pays. De toute manière, il faut bien qu'un pays se développe à un moment ou un autre. Dans ce cas là, il s'est en partie développé sous une dictature qui, étant originaire du pays en question, n'a rien à voir avec la dictature.

Posté le

android

(19)

Répondre

a écrit : Il fait nuancer, ce n'était pas QUE un dictateur sanguinaire, il a apporté des choses à son peuple comme l'eau et l'électricité gratuite, pas d'impôts, le prix de l'essence était très bas et il a pas mal investi dans la création d'emploi etc. Et l'ingérence est venue foutre ça en l�39;air, donc un dictateur oui mais pas seulement Afficher tout C'est pas tout à fait faux. Mais cela dit, c'est le même principe qu'une organisation criminelle qui fait dans la vente de drogue. Ils ont de l'argent qui réinvestissent parfois (pour le blanchir) dans des œuvres caritatives, des constructions d'écoles, rénovation d'un immeuble ou quartier.

En soit, c'est choses seraient très bien, si ce n'était financé avec l'argent de la drogue.

La question se pose donc. Un bien est-il réellement un bien, s'il se fait dans le mal ? C'est après tout une réflexion plutôt personnel, car il est en fonction de notre définition personnel, du bien et du mal.

a écrit : C'est à peu près le type d'arguments qu'employaient les pro colonialistes, du genre "on vous apporte la démocratie, une administration, des infrastructures" alors que tout le monde (ou presque) reconnait aujourd'hui que c'était une immense connerie, et un grand pas en arrière pour l'humanité. L'argument de "civiliser" les autres peuples a toujours été un argument pour justifier la colonisation mais jamais la raison principale de la dite colonisation. Je ne vois donc pas trop le rapport avec un dictateur qui a fait des choses biens et d'autres mauvaises dans son pays.

On ne peut nier qu'avant la révolution, la Lybie était le pays d'Afrique avec le meilleur IDH (le seul de plus de 0,7). Celz voulait dire que c'était dans ce pays que les gens vivaient le mieux en Afrique (meilleur hôpitaux et système de santé, bon accès à l'éducation...), malgré (ou grâce au ?) le fait qu'il était dirigé d'une main de fer par Kadhaffi depuis 40 ans

Je veux préciser que le dernier mot dans mon précédent commentaire est colonialisme et non dictature que j'ai écrit par erreur.

Posté le

android

(6)

Répondre

Pas besoin d'aller jusqu'en Italie, rien qu'en France... Jean Marie Bigard s'est mît à contester les attentats du 11 septembre en direct sur une radio FM ... Quelques jours plus tard il ne contestait plus rien !
Ensuite ils vous parlent de la liberté d'expression mdr