Les Scandinaves étaient purs selon les nazis

Proposé par
le
dans

Les nazis considéraient les Scandinaves comme la "race pure". Ainsi, dans la Norvège occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, des nazis étaient envoyés pour s'accoupler avec des norvégiennes afin de diffuser la race aryenne. Plus de 10 000 enfants norvégiens sont issus de ce phénomène, dont par exemple Anni-Frid Lyngstad, chanteuse du groupe de musique ABBA.


Commentaires préférés (3)

Je vous conseille Max, un livre poignant sur les Lebensborn (bon c'est pas avec les norvégiennes juste le système de reproduction programmé) il est horriblement bien (le livre),Carol fait parler un enfant qui naît complètement nazi...

Posté le

android

(113)

Répondre

"Frida Lyngstad, de son nom complet Anni-Frid Synni Lyngstad, est l'une des 12 000 enfants norvégiens nés des amours entre soldats allemands et femmes norvégiennes"

"des amours", on est quand même d'accord que ça veut pas dire ce que ça dit ? :p

Je lis sur Wikipedia : "Après la guerre, ces femmes et leurs enfants sont devenus des parias de la société norvégienne : nombre d'entre elles furent violées par des résistants, enfermées dans des maisons closes, internées ou expulsées. Certaines d'entre elles et leurs enfants auraient servi de cobayes pour l'expérimentation de drogues comme le LSD par l'armée norvégienne et la CIA".
çà, évidemment, on en parle moins...


Tous les commentaires (26)

Pourquoi pas l'inverse aussi, des Norvégiens invités en Allemagne?
Et même de préférence, les petits bons-z-Aryens étant livrés à domicile.
Une autre raison est qu'il y avait dix fois plus d'Allemandes que de Norvégiennes.

Je vous conseille Max, un livre poignant sur les Lebensborn (bon c'est pas avec les norvégiennes juste le système de reproduction programmé) il est horriblement bien (le livre),Carol fait parler un enfant qui naît complètement nazi...

Posté le

android

(113)

Répondre

a écrit : Je vous conseille Max, un livre poignant sur les Lebensborn (bon c'est pas avec les norvégiennes juste le système de reproduction programmé) il est horriblement bien (le livre),Carol fait parler un enfant qui naît complètement nazi... On peut naître naze, mais pas nazi; on le devient.

"Frida Lyngstad, de son nom complet Anni-Frid Synni Lyngstad, est l'une des 12 000 enfants norvégiens nés des amours entre soldats allemands et femmes norvégiennes"

"des amours", on est quand même d'accord que ça veut pas dire ce que ça dit ? :p

Je lis sur Wikipedia : "Après la guerre, ces femmes et leurs enfants sont devenus des parias de la société norvégienne : nombre d'entre elles furent violées par des résistants, enfermées dans des maisons closes, internées ou expulsées. Certaines d'entre elles et leurs enfants auraient servi de cobayes pour l'expérimentation de drogues comme le LSD par l'armée norvégienne et la CIA".
çà, évidemment, on en parle moins...

a écrit : On peut naître naze, mais pas nazi; on le devient. Justement c'est le livre qui est écrit comme ça,lis le on en reparle

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : On peut naître naze, mais pas nazi; on le devient. Je pense qu'il faut le prendre dans le sens où ces enfants sont le "produit" de l'idéologie et du régime nazi. Ils sont l'aboutissement d'un programme de ce régime là. Sinon que penser des jeunesses hitlérienne, où des bambins défilaient en costume nazi? Je ne pense pas qu'ils étaient tous conscient d'être embrigadés de la sorte. Ce n'était pas vraiment une adhésion pleine et spontanée aux idéologies nazies. Eux aussi sont nés nazis, ils ont pas vraiment eu le choix...

Posté le

android

(29)

Répondre

Et voilà comment les Nazis eux-mêmes sont allés propager des gènes juifs en Scandinavie!

a écrit : Je lis sur Wikipedia : "Après la guerre, ces femmes et leurs enfants sont devenus des parias de la société norvégienne : nombre d'entre elles furent violées par des résistants, enfermées dans des maisons closes, internées ou expulsées. Certaines d'entre elles et leurs enfants auraient servi de cobayes pour l'expérimentation de drogues comme le LSD par l'armée norvégienne et la CIA".
çà, évidemment, on en parle moins...
Afficher tout
Alors les "auraient".. à prendre avec des pincettes. Je rappelle que les pseudo résistants qui ont commis des actes de barbaries sur certains collabos de petite catégorie (puisque les gros collabos avaient les moyens de s'acheter protection et de se blanchir), et sur les femmes qui par amour ou necessité avaient connu des Allemands, étaient souvent des résistants de la dernière heure, du type qui a quelques petites choses à se faire pardonner éventuellement. Ou qui sent que y a du profit à faire.

a écrit : "Frida Lyngstad, de son nom complet Anni-Frid Synni Lyngstad, est l'une des 12 000 enfants norvégiens nés des amours entre soldats allemands et femmes norvégiennes"

"des amours", on est quand même d'accord que ça veut pas dire ce que ça dit ? :p
Je comprends pas ton comm'. Y a bien eu des histoires d amour entre certains Allemands et certaines femmes des pays occupés, non? La nature primant sur les identités. C est beau de penser que l attirance entre deux êtres peut surpasser l "appartenance" et le "devoir", d ailleurs.

a écrit : Justement c'est le livre qui est écrit comme ça,lis le on en reparle Justement, je ne le lirai pas sauf s'il est encore considéré comme un chef-d'œuvre dans quelques années. Ce qui m'intéresse, ce sont les faits, bien assez dramatiques comme cela, pas la dramatisation artificielle que je suppose à des fins lucratives - un livre qui disparaît sans laisser d'autre trace que dans les poches de l'éditeur et de l'auteur.

Pourquoi pas un film, voici le synotique improvisé.

a) Kristian aime Ida; tous deux ruraux norvégiens pleins de simplicité, ils projettent de se marier;
b) Voilà qu'en fonction de la collaboration forcée, Ida est contrainte d'accorder ses faveurs (enfin, pas vraiment) à Hans, un odieux occupant qui parle aussi mal le bokmål que le nynorsk, rien qu'une langue dégénérée d'outre-Baltique, celle que Friedrich der Große utilisait pour parler à son cheval;
c) Hans est rappelé dans son pays, mais laisse un souvenir.

Puis, selon la demande commerciale (ce ne serait pas le premier film pour lequel deux fins contradictoires avaient été prévues):
d1) Ida, ne voulant pas survivre à son déshonneur, se suicide avec l'enfant; Kristian reste désespéré, dans un magnifique coucher du soleil de minuit;
d2) Kristian pardonne la faute involontaire d'Ida, et ils décident d'élever le bébé innocent, devant le même soleil, mais levant.

Ça serait autrement plus porteur que de simplement exposer les faits historiques!

a écrit : Justement, je ne le lirai pas sauf s'il est encore considéré comme un chef-d'œuvre dans quelques années. Ce qui m'intéresse, ce sont les faits, bien assez dramatiques comme cela, pas la dramatisation artificielle que je suppose à des fins lucratives - un livre qui disparaît sans laisser d'autre trace que dans les poches de l'éditeur et de l'auteur.

Pourquoi pas un film, voici le synotique improvisé.

a) Kristian aime Ida; tous deux ruraux norvégiens pleins de simplicité, ils projettent de se marier;
b) Voilà qu'en fonction de la collaboration forcée, Ida est contrainte d'accorder ses faveurs (enfin, pas vraiment) à Hans, un odieux occupant qui parle aussi mal le bokmål que le nynorsk, rien qu'une langue dégénérée d'outre-Baltique, celle que Friedrich der Große utilisait pour parler à son cheval;
c) Hans est rappelé dans son pays, mais laisse un souvenir.

Puis, selon la demande commerciale (ce ne serait pas le premier film pour lequel deux fins contradictoires avaient été prévues):
d1) Ida, ne voulant pas survivre à son déshonneur, se suicide avec l'enfant; Kristian reste désespéré, dans un magnifique coucher du soleil de minuit;
d2) Kristian pardonne la faute involontaire d'Ida, et ils décident d'élever le bébé innocent, devant le même soleil, mais levant.

Ça serait autrement plus porteur que de simplement exposer les faits historiques!
Afficher tout
J'ai pas compris ce que tu disais. Tu le lira pas, sauf si il est considéré comme un chef d'œuvre dans le futur ? Il peut pas être un chef d'œuvre maintenant ? Si tout le monde fait ce que tu dis, aucun livre ne pourra être considéré comme un chef d'œuvre non ? Je ne l'ai pas lu, et je ne le connais même pas ce bouquin, mais lire un livre en gardant un esprit critique, c'est possible même si le bouquin est récent non ? Enfin, c'est juste que j'ai pas saisi tout ton commentaire, ce n'est pas une attaque contre toi je te rassure.

Posté le

android

(29)

Répondre

a écrit : Justement, je ne le lirai pas sauf s'il est encore considéré comme un chef-d'œuvre dans quelques années. Ce qui m'intéresse, ce sont les faits, bien assez dramatiques comme cela, pas la dramatisation artificielle que je suppose à des fins lucratives - un livre qui disparaît sans laisser d'autre trace que dans les poches de l'éditeur et de l'auteur.

Pourquoi pas un film, voici le synotique improvisé.

a) Kristian aime Ida; tous deux ruraux norvégiens pleins de simplicité, ils projettent de se marier;
b) Voilà qu'en fonction de la collaboration forcée, Ida est contrainte d'accorder ses faveurs (enfin, pas vraiment) à Hans, un odieux occupant qui parle aussi mal le bokmål que le nynorsk, rien qu'une langue dégénérée d'outre-Baltique, celle que Friedrich der Große utilisait pour parler à son cheval;
c) Hans est rappelé dans son pays, mais laisse un souvenir.

Puis, selon la demande commerciale (ce ne serait pas le premier film pour lequel deux fins contradictoires avaient été prévues):
d1) Ida, ne voulant pas survivre à son déshonneur, se suicide avec l'enfant; Kristian reste désespéré, dans un magnifique coucher du soleil de minuit;
d2) Kristian pardonne la faute involontaire d'Ida, et ils décident d'élever le bébé innocent, devant le même soleil, mais levant.

Ça serait autrement plus porteur que de simplement exposer les faits historiques!
Afficher tout
Il y a autant d'histoires différentes qu'il y a d'hommes. Les faits historiques sont là pour avoir une vue d'ensemble, objective, d'une période, mais il ne faut pas omettre les points de vue des individus de la dite époque. C'est ce qui fait autant la richesse de l'Histoire que de simples faits balancés comme à l'école.
Autrement dit, même ton scénario de film larmoyant pourrait atteindre un certain degré de poésie, si le metteur en scène y voyait ce qui fait la beauté de l'individu.

Posté le

android

(15)

Répondre

Merci de ce commentaire, dont la dernière phrase. Le mien n'était aucunement non plus une attaque personnelle contre LolheimD.Hair, dont j'approuve souvent les commentaires. Et si ce que je voulais dire n'a pas été bien compris, la faute en est à moi.

Le sens de ma diatribe lourdement ironique, c'est de dénoncer l'exploitation commerciale de tragédies. Que de livres et films que la "critique" déclare des chefs-d'œuvre, qui engendrent des recettes, et sont très vite oubliés parce que réflexion faite les auteurs n'ont fait qu'ajouter des couleurs clinquantes. J'ai essayé de ridiculiser dans un scenario larmoyant la façon dont on manipule l'opinion.

Prenons le journal d'Anne Frank. Le titre qu'elle voulait était "Het Achterhuis: Dagboekbrieven van 12 Juni 1942 – 1 Augustus 1944" (L'Arrière-maison : Notes de journal du 12 juin 1942 – 1er août 1944). Très peu porteur, n'est-ce pas, et en plus en flamand! Alors on change le texte (je l'ai lu deux fois: il y a des choses qui ne collent pas - mais laissons ça aux exégètes qualifiés), et surtout le titre, on filme avec une actrice photogénique, et l'on encaisse auprès du public très légitimement horrifié. Ce qui me touche, c'est la vérité historique, que deux générations avant nous des gens ordinaires aient pu faire ça - et la nôtre n'a hélas pas de leçons à donner - pas le choc des images ni le poids des photos.

Donc, je ne vais pas lire ce livre dans l'immédiat, sauf s'il se révèle un chef-d'œuvre littéraire, ce serait a priori perdre du temps, et me laisser émouvoir pour des faits peut-être extrapolés, en ce sens que la vérité statistique me suffit pour me faire une opinion, et que je ne veux pas laisser dévier mon appréciation par un seul drame personnel.

Autre exemple: je vois un documentaire sur les gazelles: les pauvres, toujours en train de se défendre contre les méchants lions! J'en vois un autre sur les lions: quelle sollicitude, la lionne pour ses petits, elle les défend même contre leurs mâles, et puis, il faut bien donner à manger aux adorables lionceaux! On manipule la réalité objective - la nature est ainsi faite, de chaînes alimentaires en fonction de sensibleries.

J'espère que mon commentaire ne sera pas pris tellement à contre-sens qu'il passerait pour l'avis que le nazisme serait dans l'ordre des choses!

Et puis, je n'innocente pas tellement le public, qui va être bouleversé si un drame fictif lui est proposé, bien plus que si des chiffres précis, documentés, lui sont donnés.

Edit: pendant que je tapais, je n'avais pas pu lire le commentaire de 01Syd, puisque taper bloque l'écran. Je comprends le point de vue, mais je suis indigné du fait de profiter financièrement d'un drame personnel, vrai, extrapolé, ou inventé.
Mais, j'y pense, mon scénario mérite d'être proposé! Il suffit de trouver trois acteurs principaux, deux bons, et une brute. Je verrais bien Gary Cooper, Greta Garbo, et Michel Simon respectivement - enfin, pas exactement eux. À moi la fortune et la célébrité! ;D

a écrit : Je lis sur Wikipedia : "Après la guerre, ces femmes et leurs enfants sont devenus des parias de la société norvégienne : nombre d'entre elles furent violées par des résistants, enfermées dans des maisons closes, internées ou expulsées. Certaines d'entre elles et leurs enfants auraient servi de cobayes pour l'expérimentation de drogues comme le LSD par l'armée norvégienne et la CIA".
çà, évidemment, on en parle moins...
Afficher tout
Pour la CIA c'est une souche du projet mk ultra

D'ailleurs, les allemands venaient littéralement kidnapper des enfants norvégiens dit "de race pure", afin qu'ils deviennent de bons petits nazis dans des genres de camps d'endoctrinement... Après la guerre, la plupart de ces pauvres gamins ont essayé de chercher leurs parents, bien souvent en vain.
Source: (un reportage vu sur Arte dont le nom m'échappe)

a écrit : Je vous conseille Max, un livre poignant sur les Lebensborn (bon c'est pas avec les norvégiennes juste le système de reproduction programmé) il est horriblement bien (le livre),Carol fait parler un enfant qui naît complètement nazi... Je l'ai lu en 6ième en classe d'histoire, c'était vraiment génial !

Il me semble que ce programme est abordé dans la série "The Man in the high castle".

Posté le

android

(3)

Répondre

Partir des nazis et conclure sur ABBA c'est plus de la culture c'est de l'art ! :)

Posté le

android

(8)

Répondre