Le trash-talking est monnaie courante en NBA

Proposé par
le
dans

Le trash-talking, cet art de provoquer l'adversaire, est une pratique habituelle en NBA et est même devenu la marque de fabrique de certains joueurs. Larry Bird était un spécialiste : au cours d'un match, il annonçait avec exactitude à son adversaire l'endroit d'où il allait marquer. Lors d'un concours de tirs à trois points, entrant dans le vestiaire des participants, il leur déclara : "Je me demande qui d'entre vous finira deuxième".


Commentaires préférés (3)

Si la NBA la pratique la communauté de LoL a fait du trash-talking un art à part entière. Pour ceux qui veulent rigoler un bon coup (et qui connaissent le jeu) je conseille la chaîne "Bronze Chat" sur YouTube qui est juste excellente.

Puni depuis plusieurs années par les arbitres qui infligent des fautes techniques aux joueurs qui s'en servent (rappelons que deux fautes techniques entraînent l'exclusion définitive du joueur pour le match).
Le roi du trashtalking et des fautes techniques étant sans conteste le "Sheed" Rasheed Wallace, qui a même réussi l'exploit de se prendre une faute technique pour un simple regard envers l'arbitre, sans prononcer le moindre mot. On peut également mentionner son fameux "Ball don't lie!" qu'il hurlait à ses adversaires lorsqu'ils tiraient des lancer-francs.
Ceux que ça intéresse je vous invite à regarder des vidéos de ce joueur, c'est vraiment drôle en général.

Posté le

android

(113)

Répondre

Aussi doué dans le trash talking, his Airness Michael Jordan pouvait aussi se montrer taquin. Lors d'un match, il fermera les yeux afin de rentrer son lancer franc tout en lançant un "celui là est pour toi" à son adversaire.

Lors d'un autre match, un autre joueur est venu se vanter d'avoir lui aussi une Ferrari. Michael le regarda et lui dira "Toi, tu l'as acheté, moi on me l'a offerte".

Rasheed Wallace criait "ball don't lie" avant chaque lancé franc. Ce qui provoquait chez les joueurs les moins expérimentés des ratés.

Larry Bird lui, est une fois allé chez le coach adverse demander si il ne pouvait pas mettre un joueur qui était capable un tant soit peu défendre sur lui.

Posté le

android

(124)

Répondre


Tous les commentaires (19)

Si la NBA la pratique la communauté de LoL a fait du trash-talking un art à part entière. Pour ceux qui veulent rigoler un bon coup (et qui connaissent le jeu) je conseille la chaîne "Bronze Chat" sur YouTube qui est juste excellente.

Ça sonne bien fair-play et dans l'esprit sportif cet "art"

Posté le

android

(3)

Répondre

Puni depuis plusieurs années par les arbitres qui infligent des fautes techniques aux joueurs qui s'en servent (rappelons que deux fautes techniques entraînent l'exclusion définitive du joueur pour le match).
Le roi du trashtalking et des fautes techniques étant sans conteste le "Sheed" Rasheed Wallace, qui a même réussi l'exploit de se prendre une faute technique pour un simple regard envers l'arbitre, sans prononcer le moindre mot. On peut également mentionner son fameux "Ball don't lie!" qu'il hurlait à ses adversaires lorsqu'ils tiraient des lancer-francs.
Ceux que ça intéresse je vous invite à regarder des vidéos de ce joueur, c'est vraiment drôle en général.

Posté le

android

(113)

Répondre

Aussi doué dans le trash talking, his Airness Michael Jordan pouvait aussi se montrer taquin. Lors d'un match, il fermera les yeux afin de rentrer son lancer franc tout en lançant un "celui là est pour toi" à son adversaire.

Lors d'un autre match, un autre joueur est venu se vanter d'avoir lui aussi une Ferrari. Michael le regarda et lui dira "Toi, tu l'as acheté, moi on me l'a offerte".

Rasheed Wallace criait "ball don't lie" avant chaque lancé franc. Ce qui provoquait chez les joueurs les moins expérimentés des ratés.

Larry Bird lui, est une fois allé chez le coach adverse demander si il ne pouvait pas mettre un joueur qui était capable un tant soit peu défendre sur lui.

Posté le

android

(124)

Répondre

C'est mal connaître Richard Sherman,clin d'oeil à la nfl

Posté le

android

(1)

Répondre

Autre exemple, Gary Payton surnommé "The Glove", faisant référence au fait qu'il tenait ses adversaires comme une balle de baseball dans un gant. En plus de cela, il était adepte des remarques déstabilisantes.
On peut aussi mentionner Kevin Garnett, joueur adulé de ses équipiers et haï par ses adversaires.
Je vous conseille la série "The ball never lies" sur YouTube pour en apprendre plus sur ces joueurs!

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Ça sonne bien fair-play et dans l'esprit sportif cet "art" Aujourd'hui, le trash-talking est sanctionné par les arbitres et plus généralement par la ligue. Cependant on pouvait dire que jusqu'au début des années 2000, le trash-talking avait une place à part entière dans le jeu. Les joueurs ne pensaient pas que c'était un manque de fair-play, il fallait faire avec. Cela était une façon de sortir l'autre joueur de son match.

Posté le

android

(8)

Répondre

Mohamed Ali aussi était un maître en la manière et provoquer souvent ses adversaires avant chaque combats.
Je vole comme le papillon, pique comme l'abeille...

Posté le

android

(4)

Répondre

Pour avoir joué souvent jouer au basket aux US, je dois avouer que cette pratique est courante et vraiment impitoyable. Ça destabilise et fait perdre toute confiance en soi

a écrit : Aussi doué dans le trash talking, his Airness Michael Jordan pouvait aussi se montrer taquin. Lors d'un match, il fermera les yeux afin de rentrer son lancer franc tout en lançant un "celui là est pour toi" à son adversaire.

Lors d'un autre match, un autre joueur est venu se vanter d�
39;avoir lui aussi une Ferrari. Michael le regarda et lui dira "Toi, tu l'as acheté, moi on me l'a offerte".

Rasheed Wallace criait "ball don't lie" avant chaque lancé franc. Ce qui provoquait chez les joueurs les moins expérimentés des ratés.

Larry Bird lui, est une fois allé chez le coach adverse demander si il ne pouvait pas mettre un joueur qui était capable un tant soit peu défendre sur lui.
Afficher tout
Correction à ton commentaire, il me semble bien que le Sheed scandait cette fameuse phrase une fois que son adversaire avait loupé son LF (et là justement ça a d'autant plus de sens), et non avant.

Posté le

android

(5)

Répondre

Euh... vous ne confondriez pas trash talking avec teasing ? Parce que la c un peu soft pour du trash talk

a écrit : Aussi doué dans le trash talking, his Airness Michael Jordan pouvait aussi se montrer taquin. Lors d'un match, il fermera les yeux afin de rentrer son lancer franc tout en lançant un "celui là est pour toi" à son adversaire.

Lors d'un autre match, un autre joueur est venu se vanter d�
39;avoir lui aussi une Ferrari. Michael le regarda et lui dira "Toi, tu l'as acheté, moi on me l'a offerte".

Rasheed Wallace criait "ball don't lie" avant chaque lancé franc. Ce qui provoquait chez les joueurs les moins expérimentés des ratés.

Larry Bird lui, est une fois allé chez le coach adverse demander si il ne pouvait pas mettre un joueur qui était capable un tant soit peu défendre sur lui.
Afficher tout
Pour Jordan, ce n'était pas contre n'importe qui, contre Dikembe Mutombo avec un célèbre "Welcome to NBA".
Mutombo a aussi chambré Jordan quelques années plus tard pour lui rappeler qu'il n'avait jamais dunké sur lui. Jordan corrigea ça durant le match qui suivait :)

On peut aussi cité le "In ya face" de Tim Hardaway contre Charles Barkley.

Le Trash talk c'est simplement parler très mal. Insulter, être sâlé.

Le Taunting, ça c'est l'art de provoquer.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Si la NBA la pratique la communauté de LoL a fait du trash-talking un art à part entière. Pour ceux qui veulent rigoler un bon coup (et qui connaissent le jeu) je conseille la chaîne "Bronze Chat" sur YouTube qui est juste excellente. Oui, après c'est bien plus facile par PC interposés, je ne critique pas mais je pense pas qu'on puisse parler de trash talk, mais plutôt de "chambrage classique".

La faut assumer devant les mecs que tu branche et ensuite tenir son rang sur le parquet, parce que les coups que tu prends ils sont réels.

a écrit : Mohamed Ali aussi était un maître en la manière et provoquer souvent ses adversaires avant chaque combats.
Je vole comme le papillon, pique comme l'abeille...
Sans oublier son "it's gonna be a thrilla when I hit the gorilla in Manilla"

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Aussi doué dans le trash talking, his Airness Michael Jordan pouvait aussi se montrer taquin. Lors d'un match, il fermera les yeux afin de rentrer son lancer franc tout en lançant un "celui là est pour toi" à son adversaire.

Lors d'un autre match, un autre joueur est venu se vanter d�
39;avoir lui aussi une Ferrari. Michael le regarda et lui dira "Toi, tu l'as acheté, moi on me l'a offerte".

Rasheed Wallace criait "ball don't lie" avant chaque lancé franc. Ce qui provoquait chez les joueurs les moins expérimentés des ratés.

Larry Bird lui, est une fois allé chez le coach adverse demander si il ne pouvait pas mettre un joueur qui était capable un tant soit peu défendre sur lui.
Afficher tout
Pour le tir aux yeux fermés c'était en réponse à l'immense Dikembe Mutumbo.

Posté le

android

(4)

Répondre