Il se trompe d'aérodrome et donne accès à son chasseur top secret

Proposé par
Invité
le
dans

Durant la Seconde Guerre mondiale, un pilote allemand se posa en urgence à la suite d'un combat aérien qui avait mis à mal ses réserves de carburant. Pensant avoir atterri en France, il était en réalité au Pays de Galles. Les alliés purent alors étudier avec attention les points faibles de son appareil, un chasseur Focke-Wulf 190 qui leur posait bien des problèmes et pour lequel ils avaient élaboré des projets pour en voler un exemplaire.


Commentaires préférés (3)

Du coup le point faible c'était quoi? La boussole?

Posté le

android

(315)

Répondre

Quel étourdi ! La troisième source donne l'histoire du pilote. Si je comprend qu'en situation de combat, on puisse être momentanément désorienté, je trouve ça fou qu'il ai pu voler sur des dizaines de kilomètres sans se rendre compte de son erreur !

Remarquez, l'heure de la bataille n'est pas précisé, et si de jour le Soleil permet de facilement déduire les points cardinaux, c'est une tout autre histoire la nuit.

Tu m'étonne qu'il a eu un problème de carburant si il a fini au pays de Galles

Posté le

android

(166)

Répondre


Tous les commentaires (15)

Ah ben pas besoin finalement hé hé

Posté le

android

(22)

Répondre

Du coup le point faible c'était quoi? La boussole?

Posté le

android

(315)

Répondre

Quel étourdi ! La troisième source donne l'histoire du pilote. Si je comprend qu'en situation de combat, on puisse être momentanément désorienté, je trouve ça fou qu'il ai pu voler sur des dizaines de kilomètres sans se rendre compte de son erreur !

Remarquez, l'heure de la bataille n'est pas précisé, et si de jour le Soleil permet de facilement déduire les points cardinaux, c'est une tout autre histoire la nuit.

Tu m'étonne qu'il a eu un problème de carburant si il a fini au pays de Galles

Posté le

android

(166)

Répondre

En 1966, un pilote irakien, Munir Redfa, a livré volontairement son MiG-21 à Israël. Il était chrétien maronite, donc brimé dans son avancement, et répugnait à attaquer des Kurdes. Avec une récompense d'un million de dollars, et sa famille ayant été évacuée, il n'a plus hésité.
Ce fut évidemment une aubaine pour Israël et les USA, qui étudièrent toutes les possibilités et les points faibles de l'appareil.

"Quoi?! Ça fait des semaines qu'on bosse sur un plan pour voler cet appareil et vous me dites qu'il y en a un qui s'est posé à notre base par erreur? Ah non non non, ça va pas se passer comme ça! On le renvoi chez lui avec son avion et c'est fini. Pour qui il se prend pour gâcher les plans des autres celui-là?! Jte jure... "

Posté le

android

(37)

Répondre

Quand il a atteri je parie qu'il a crié " Focke "

Posté le

android

(21)

Répondre

Je site la source :
"Bien que prisonnier de guerre au Canada, Faber réussit à convaincre les autorités britanniques qu'il souffrait d'épilepsie. Il semble que les autorités furent convaincues par sa ruse et, en 1944, elles autorisèrent son rapatriement. Peu de temps après son retour, il volait de nouveau dans des opérations de combat en première ligne."

Comment sa a pu se produire les allier n'ont pas des hôpitaux pour les prisonniers ?

a écrit : En 1966, un pilote irakien, Munir Redfa, a livré volontairement son MiG-21 à Israël. Il était chrétien maronite, donc brimé dans son avancement, et répugnait à attaquer des Kurdes. Avec une récompense d'un million de dollars, et sa famille ayant été évacuée, il n'a plus hésité.
Ce fut évidemment une aub
aine pour Israël et les USA, qui étudièrent toutes les possibilités et les points faibles de l'appareil. Afficher tout
Merci pour l'anecdote, c'était super intéressant ! :)

Pour les anglo-saxons le nom aurait alors été interprété par "le Bayzeur de Loup 190"

Posté le

android

(1)

Répondre

La blague est sympa ! ^^

Ses points faibles découlaient de ses points forts:

- L'appareil était naturellement instable aux ailerons, et possédait donc un très bon taux de roulis, meilleur que celui du Spitfire britannique (incliner les ailes vers la gauche ou la droite rapidement). Seulement, cet instabilité innée due en partie à la forme des ailes provoquait un décrochage brutal dans le domaine de vol lent, l'aile gauche s'inclinant brutalement et sans vraiment prévenir, tandis que l'appareil anglo-saxon ne surprenait pas autant son pilote.

- Le FW190 excellait dans le plan vertical (mise en piqué et prise de vitesse très rapide) mais l'appareil perdait alors un peu de sa manœuvrabilité aux ailerons, ceux-ci devenant plus durs. Mais son gros défaut dans ce plan là était une perte d'énergie et donc de vitesse lors de la ressource après le piqué, la gouverne de profondeur étant assez dure à manœuvrer, et encore plus aux hautes vitesses. Les pilotes avaient donc des restrictions pour redresser leur appareil progressivement.

- De par sa conception (ailes et motorisation en étoile), l'avion allemand était beaucoup moins performant et manœuvrant à haute altitude qu'à basse ou moyenne altitude.

- la conception de l'avion faisait en plus qu'il volait naturellement le nez en bas (mais les ailes bien à plat). Seulement à l'atterrissage, un avion doit se cabrer un peu: les ailes prenaient de l'angle comme tout avion, mais le nez se "relevait", pour en fait revenir à plat par rapport à l'assiette naturelle de vol. Du coup le pilote n'ayant pas le fuselage de son avion penché le nez en haut comme la plupart des avions, sa visibilité était moins bonne.


C'est donc en réalité la doctrine de combat qui a changé chez les britanniques contre ce type d'appareil: le Spitfire devait tenter de prendre l'avantage sur le plan horizontal car il pouvait tourner plus court en combat tournoyant, tout en cherchant à amener l'avion allemand à plus haute altitude, ou à base vitesse, car il y tournait mieux. Le FW190 devait lui essayer d'emmener le Spitfire dans un combat sur le plan vertical, en piquant pour utiliser son accélération supérieure, avant de tenter de dégager en virant sur l'aile grâce à ses ailerons permettant un taux de roulis supérieur, pour reprendre ensuite de l'altitude.

Le Spitfire a d'ailleurs eu une version visant à rétablir l'équilibre à basse altitude, la version MkVb aux ailes tronquées. Cela lui permettait de gagner en taux de roulis par rapport à la version originale, les ailes s'accrochant moins dans l'air dense près du sol. Mais le revers de la médaille était similaire au chasseur allemand: les ailes courtes ne pouvaient porter aussi bien l'avion dans l'air plus raréfié des moyennes et hautes altitudes, et il perdait en performances et en manœuvrabilité s'il tentait d'y combattre.

a écrit : En 1966, un pilote irakien, Munir Redfa, a livré volontairement son MiG-21 à Israël. Il était chrétien maronite, donc brimé dans son avancement, et répugnait à attaquer des Kurdes. Avec une récompense d'un million de dollars, et sa famille ayant été évacuée, il n'a plus hésité.
Ce fut évidemment une aub
aine pour Israël et les USA, qui étudièrent toutes les possibilités et les points faibles de l'appareil. Afficher tout
Et ce MIG-21 il a été fabriqué par qui les Russes ?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Et ce MIG-21 il a été fabriqué par qui les Russes ? Bien entendu. M i G est l'acronyme de Микоян и Гуревич, Mikoyan et Gurevitch ( и se prononce "i" et signifie "et").
Les Israëliens avaient des Mirages. Chaque avion ayant ses qualités et ses défauts, il était très précieux de s'exercer en combat simulé avec des appareils réels.
Je n'ai pas précisé que la Jordanie avait demandé à l'Irak ce que faisait cet avion dans son espace aérien. Les Irakiens l'ont rassurée en disant que c'était un vol d'entraînement bien à eux. D'ailleurs, on ne remplissait que partiellement les réservoirs, pour limiter le rayon d'action (on se méfiait quand même d'un chrétien). Mais il n'avaient pas pensé qu'il allait se poser en Israël, dont la défense avait ordre directement du premier ministre de ne pas tirer.

Tout comme le pilote Soviétique qui déserta et posa son MIG 25 sur une base au Japon; avion qui fut analysé par les Américains et qui livra ses secrets (notamment son énorme radar à capacité de verrouillage vers le bas dit "lock down")

a écrit : Quel étourdi ! La troisième source donne l'histoire du pilote. Si je comprend qu'en situation de combat, on puisse être momentanément désorienté, je trouve ça fou qu'il ai pu voler sur des dizaines de kilomètres sans se rendre compte de son erreur !

Remarquez, l'heure de la bataille n
'est pas précisé, et si de jour le Soleil permet de facilement déduire les points cardinaux, c'est une tout autre histoire la nuit. Afficher tout
Heu...et les etoiles?

Posté le

android

(0)

Répondre