Sur une île, les espèces deviennent plus grosses ou plus petites

Proposé par
le

L'évolution insulaire est un phénomène de mutation d'une espèce végétale ou animale visible lorsque celle-ci se retrouve isolée, sur une île par exemple. L'espèce change par rapport à ses cousins du continent et devient plus grosse ou plus petite. C'est le cas par exemple du dragon de komodo, plus grand varan du monde.

On parle de gigantisme insulaire lorsque l'espèce grandit considérablement. Elle n'a pas de prédateur et a de la nourriture, ce qui lui permet de dominer son habitat. À l'inverse, on parle de nanisme insulaire. Ce genre de cas ne se retrouve pas que sur terre mais aussi en mer avec les calamars géants, les regalecs ou encore les crabes-araignées géants.


Commentaires préférés (3)

C'est ce qu'on appelle la dérive génétique menant à la speciation (création d'une nouvelle espèce ). L'isolement géographique d'individus les poussent à évoluer différemment ( ici sur une île )

Posté le

android

(138)

Répondre

a écrit : C'est ce qu'on appelle la dérive génétique menant à la speciation (création d'une nouvelle espèce ). L'isolement géographique d'individus les poussent à évoluer différemment ( ici sur une île ) Couplé à un effet goulot d'étranglement soit l'isolement d'un échantillon sur cette île, non représentatif de la réalité génétique de la population du continent. De plus plus le groupe isolé est petit plus la dérive agira de façon puissante et rapide et plus les deux populations divergeront vite.

C'est notamment pour cela que les îles témoignent d'un haut niveau d'endemisme et de richesse spécifique !

Posté le

android

(87)

Répondre


Tous les commentaires (30)

C'est ce qu'on appelle la dérive génétique menant à la speciation (création d'une nouvelle espèce ). L'isolement géographique d'individus les poussent à évoluer différemment ( ici sur une île )

Posté le

android

(138)

Répondre

a écrit : C'est ce qu'on appelle la dérive génétique menant à la speciation (création d'une nouvelle espèce ). L'isolement géographique d'individus les poussent à évoluer différemment ( ici sur une île ) Couplé à un effet goulot d'étranglement soit l'isolement d'un échantillon sur cette île, non représentatif de la réalité génétique de la population du continent. De plus plus le groupe isolé est petit plus la dérive agira de façon puissante et rapide et plus les deux populations divergeront vite.

C'est notamment pour cela que les îles témoignent d'un haut niveau d'endemisme et de richesse spécifique !

Posté le

android

(87)

Répondre

Alors c'est donc çà le phénomène de popol ?! le nanisme dû à l'isolement et le gigantisme dû à la présence de femelles .

Posté le

android

(0)

Répondre

Ne pas regarder le crabe araignée géant. Je vais pas pouvoir me coucher moins bête. :'(

Posté le

android

(1)

Répondre

"Crabe-Araignée Géante" Cette vision d'horreur ><

Posté le

android

(5)

Répondre

Que ceux qui ne croient pas au système évolutionniste de Darwin lisent cette anecdote !

Posté le

android

(8)

Répondre

C'est ce qui arrive à mon chat qui prend 5kg par mois...

a écrit : C'est ce qui arrive à mon chat qui prend 5kg par mois... Cela arrive aussi au gens qui migrent près d'un mac Donald ! Lol

Super anecdote, j'adore l'évolution !

Et j'aimerais en profiter pour rappeler que la sélection naturelle de Darwin n'est qu'UNE théorie parmi tant d'autre pouvant expliquer l'évolution !

En effet, notre petit Charlie lui même a admis que sa théorie ne pouvait expliquer entièrement l'évolution, puisqu'elle ne concerne que l'évolution lente et non l'évolution rapide.

Posté le

android

(5)

Répondre

C'est une partie du programme de SVT (science de la vie et de la terre) de terminal au lycée

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Super anecdote, j'adore l'évolution !

Et j'aimerais en profiter pour rappeler que la sélection naturelle de Darwin n'est qu'UNE théorie parmi tant d'autre pouvant expliquer l'évolution !

En effet, notre petit Charlie lui même a admis que sa théorie ne pouva
it expliquer entièrement l'évolution, puisqu'elle ne concerne que l'évolution lente et non l'évolution rapide. Afficher tout
Merci d'aller voir la première idée reçue sur le Darwinisme ici www.letemps.ch/sciences/2015/08/11/dix-idees-recues-theorie-levolution

Posté le

android

(11)

Répondre

bah je crois que c'est aussi le cas des humains.. C'est pour ça qu'l y a des différence entre noirs/blancs/asiat/etc...

a écrit : Merci d'aller voir la première idée reçue sur le Darwinisme ici www.letemps.ch/sciences/2015/08/11/dix-idees-recues-theorie-levolution Ce qu'il dit ne me semble pas confirmer la première idée reçu.
Il ne dit pas que la théorie de Darwin est une hypothèse non vérifiée, mais que la proposition de Darwin sur l'adaptabilité (qui est aujourd'hui vérifiée et prouvée) n'est pas l'unique facteur d'évolution.

a écrit : Ce qu'il dit ne me semble pas confirmer la première idée reçu.
Il ne dit pas que la théorie de Darwin est une hypothèse non vérifiée, mais que la proposition de Darwin sur l'adaptabilité (qui est aujourd'hui vérifiée et prouvée) n'est pas l'unique facteur d'évolution.
En effet la théorie de Darwin ne répond pas à toutes les questions. Par exemple elle explique pourquoi le nombre et la disposition des os de la main est similaire entre un grand nombre de vertébrés, que ce soit ceux de la main de l'homme, de la patte avant du chien, de l'aile de l'oiseau ou de la nageoire du dauphin, la similitude est tellement troublante qu'elle ne pourrait s'expliquer que par un ancêtre commun duquel ces espèces descendent toutes et à partir duquel elles auraient évolué... Mais alors comment expliquer que les os de notre pied ont une configuration proche de celle de notre main ? Notre pied ne descend pas de notre main, ni l'inverse ! A ma connaissance cette énigme n'a pas été résolue et elle illustre qu'il y a d'autres phénomènes qui ont décidé de notre aspect actuel que la seule théorie de l'évolution.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : En effet la théorie de Darwin ne répond pas à toutes les questions. Par exemple elle explique pourquoi le nombre et la disposition des os de la main est similaire entre un grand nombre de vertébrés, que ce soit ceux de la main de l'homme, de la patte avant du chien, de l'aile de l'oiseau ou de la nageoire du dauphin, la similitude est tellement troublante qu'elle ne pourrait s'expliquer que par un ancêtre commun duquel ces espèces descendent toutes et à partir duquel elles auraient évolué... Mais alors comment expliquer que les os de notre pied ont une configuration proche de celle de notre main ? Notre pied ne descend pas de notre main, ni l'inverse ! A ma connaissance cette énigme n'a pas été résolue et elle illustre qu'il y a d'autres phénomènes qui ont décidé de notre aspect actuel que la seule théorie de l'évolution. Afficher tout Théorie de l'évolution pour s'adapter à notre environnement : Notre pied et notre main sont assez semblables car destinés à effectuer les même tâches a la base = marcher tel un quadripède ( la structure gouverne la fonction et la fonction détermine la structure ) . C'est plutôt la main de l'homme qui est en train de s'adapter à ses nouvelles fonctions en passant bipède ( théorie de l'évolution ) ( simple réflexion qui peut être discutée...)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Théorie de l'évolution pour s'adapter à notre environnement : Notre pied et notre main sont assez semblables car destinés à effectuer les même tâches a la base = marcher tel un quadripède ( la structure gouverne la fonction et la fonction détermine la structure ) . C'est plutôt la main de l'homme qui est en train de s'adapter à ses nouvelles fonctions en passant bipède ( théorie de l'évolution ) ( simple réflexion qui peut être discutée...) Afficher tout Si j'ai bien compris Darwin, rien ne "s'adapte". Il y a des modifications inopinés qui résiste mieux au temps que d'autres.
D'où la réflexion sur la similitude entre les os des pieds et des mains.

Posté le

android

(1)

Répondre

Les écosystèmes insulaires sont d'ailleurs très vulnérables, en particulier face aux espèces exotiques envahissantes. Les liens trophiques entre les espèces autochtones de ses îles sont souvent simplifiés, les espèces sont adaptées à ces interactions et la venu d'un prédateur exogène au sytème entraîne un effondrement local de la biodiversité, puisque les espèces n'ont jamais eu à faire à ce genre de menaces et n'ont donc aucune réponses face à ces dangers. Une récente étude à permis d'observer les réactions d'oiseaux marins nichant dans des terriers face à des attaques de souris (espèce exogène). On y voit la souris s'attaquer violemment à l'oiseau jusqu'au sang, sans que ce dernier démontre une quelconque réponse de défense, stupéfiant!
Sources : mes cours de master