Picasso n'a pas fait Guernica

Proposé par
le

Picasso était un peintre de talent qui possédait également une excellente répartie. Durant l'occupation, il reçut la visite de l'ambassadeur nazi Otto Abetz et d'officiers allemands qui lui demandèrent devant une photo de la toile Guernica si c'était lui qui avait fait cela. Picasso répondit : "non, c'est vous".

La ville de Guernica avait en effet été bombardée en 1937 par des bombardiers de la Luftwaffe escortés par des chasseurs italiens.


Commentaires préférés (3)

Un grand homme, simple et sans en rajouter

Cette guerre avait des airs de guerre froide, d'un côté la gauche et l'extrême gauche soutenue par l'URSS et les nationalistes par l'Allemagne et l'Italie. Ce fut un terrain de test et d'entraînement notamment pour les unités de la légion condor. Première utilisation opérationnelle du bombardier he111, côté allemand il y a eu en plus de cette fameuse force aérienne des opérations de la Kriegsmarine dont l'intervention de U-boat.

a écrit : Il me semble que cette réplique eu lieu pendant l'exposition universelle de Paris.
Si quelqu'un veut bien confirmé..
Oui je confirme, mais pas à l'exposition universelle, mais l'exposition internationale "des arts et techniques de la vie moderne".
Cette œuvre que je rappelle tres grande 7m50 sur 3m50 fut placé dans le pavillon des arts espagnols et a été très critiqué négativement surtout par les communistes.


Tous les commentaires (31)

Un grand homme, simple et sans en rajouter

Cette guerre avait des airs de guerre froide, d'un côté la gauche et l'extrême gauche soutenue par l'URSS et les nationalistes par l'Allemagne et l'Italie. Ce fut un terrain de test et d'entraînement notamment pour les unités de la légion condor. Première utilisation opérationnelle du bombardier he111, côté allemand il y a eu en plus de cette fameuse force aérienne des opérations de la Kriegsmarine dont l'intervention de U-boat.

Cette guerre a en effet servi de terrain d'essai pour les grossses puissances. Du côté nationalistes, les allemands testèrent les Pz1, leurs avions et navires et les italiens principalement leurs avions également. Les soviétiques, du côté "républicain", mirent à l'essai leurs blindés. De manière générale, les républicains étaient mieux armés mais leur conduite des opérations fut désastreuse.

Posté le

android

(10)

Répondre

Il me semble que cette réplique eu lieu pendant l'exposition universelle de Paris.
Si quelqu'un veut bien confirmé..

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Il me semble que cette réplique eu lieu pendant l'exposition universelle de Paris.
Si quelqu'un veut bien confirmé..
Oui je confirme, mais pas à l'exposition universelle, mais l'exposition internationale "des arts et techniques de la vie moderne".
Cette œuvre que je rappelle tres grande 7m50 sur 3m50 fut placé dans le pavillon des arts espagnols et a été très critiqué négativement surtout par les communistes.

a écrit : Oui je confirme, mais pas à l'exposition universelle, mais l'exposition internationale "des arts et techniques de la vie moderne".
Cette œuvre que je rappelle tres grande 7m50 sur 3m50 fut placé dans le pavillon des arts espagnols et a été très critiqué négativement surtout par les communistes.
L'oeuvre représente le massacre de Guernica, une petite ville tout ce qu'il y a de plus banale, par l'aviation ultramoderne de l'époque. Tout y est passé, même les fermes en rase-campagne n'ont pas étés épargnées.

Correcte pour l info je l ai lu sur un de mes livres de pierre bellemare

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui je confirme, mais pas à l'exposition universelle, mais l'exposition internationale "des arts et techniques de la vie moderne".
Cette œuvre que je rappelle tres grande 7m50 sur 3m50 fut placé dans le pavillon des arts espagnols et a été très critiqué négativement surtout par les communistes.
pourquoi a t elle été tres critiquée ?

Posté le

windowsphone

(2)

Répondre

a écrit : Cette guerre avait des airs de guerre froide, d'un côté la gauche et l'extrême gauche soutenue par l'URSS et les nationalistes par l'Allemagne et l'Italie. Ce fut un terrain de test et d'entraînement notamment pour les unités de la légion condor. Première utilisation opérationnelle du bombardier he111, côté allemand il y a eu en plus de cette fameuse force aérienne des opérations de la Kriegsmarine dont l'intervention de U-boat. Afficher tout Il y a des factions dans toutes les guerres, c'est plutôt la guerre froide qui avait des airs de guerre, d'où son nom.

Posté le

android

(6)

Répondre

Cette oeuvre est formidable à étudier. Elle est truffée de références symboliques.
Le taureau, en premier lieu, qui fixe le spectateur, est impassible à l'horreur qui l'entoure. Il symbolise la violence et fait référence à la tauromachie, thème récurrent chez l'artiste.
Le cheval, quant à lui, s'apparente au peuple qui souffre, qui agonise, une lance plantée dans les flancs, tel le Christ.
La lumière, au sommet, qui éclaire la scène, prend la forme d'un oeil, un oeil qui fait la lumière sur l'événement, ou qui propose un point de vue: celui de Picasso ?
Et l'épée brisée qui évoque la paix quand la fragile fleur annonce un espoir....
De nombreuses autres interprétations existent quand aux nombreux éléments figurant dans cette scène...

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : Cette guerre avait des airs de guerre froide, d'un côté la gauche et l'extrême gauche soutenue par l'URSS et les nationalistes par l'Allemagne et l'Italie. Ce fut un terrain de test et d'entraînement notamment pour les unités de la légion condor. Première utilisation opérationnelle du bombardier he111, côté allemand il y a eu en plus de cette fameuse force aérienne des opérations de la Kriegsmarine dont l'intervention de U-boat. Afficher tout Malheureusement, guerre pas si froide que ça pour nos compatriotes juifs...

(À lire sur un ton mi-amusé, mi-triste)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : pourquoi a t elle été tres critiquée ? Pour plusieurs raisons aussi bien artistiques que politiques.
En premier lieu guernica illustre parfaitement les convictions du peintre (lutte contre le totalitarisme).
En outre artistiquement le courant cubiste est novateur : on ne représente pas un fait on l'interprète et on le peind sous tous ses angles (c'est le cas de le dire). Cela a value à G. Braque (le "Picasso français " qui associait à ses peintures des collages) de fortes critiques que subira de facto son compère espagnol. A celà la peinture "engagée" n'était pas forcément habituelle.
Aujourd'hui il est amusant de voir que le peintre fait quasiment l'unanimité. Qui sait, peut-être que dans 70 ans l'art contemporain sera admiré ^^

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Cette guerre avait des airs de guerre froide, d'un côté la gauche et l'extrême gauche soutenue par l'URSS et les nationalistes par l'Allemagne et l'Italie. Ce fut un terrain de test et d'entraînement notamment pour les unités de la légion condor. Première utilisation opérationnelle du bombardier he111, côté allemand il y a eu en plus de cette fameuse force aérienne des opérations de la Kriegsmarine dont l'intervention de U-boat. Afficher tout Les républicains contre la dictature, tout simplement. Si être pour la liberté c'est être de gauche...quoique

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Malheureusement, guerre pas si froide que ça pour nos compatriotes juifs...

(À lire sur un ton mi-amusé, mi-triste)
Juifs, personnes handicapées, allemands qui n'étaient pas d'accord avec le regime nazi, .... Ne les oublions pas :(

a écrit : Cette oeuvre est formidable à étudier. Elle est truffée de références symboliques.
Le taureau, en premier lieu, qui fixe le spectateur, est impassible à l'horreur qui l'entoure. Il symbolise la violence et fait référence à la tauromachie, thème récurrent chez l'artiste.
Le cheval, quant à l
ui, s'apparente au peuple qui souffre, qui agonise, une lance plantée dans les flancs, tel le Christ.
La lumière, au sommet, qui éclaire la scène, prend la forme d'un oeil, un oeil qui fait la lumière sur l'événement, ou qui propose un point de vue: celui de Picasso ?
Et l'épée brisée qui évoque la paix quand la fragile fleur annonce un espoir....
De nombreuses autres interprétations existent quand aux nombreux éléments figurant dans cette scène...
Afficher tout
Perso, je vois une mécanique monstrueuse qui écrase tout, des visages la dirigeant, le soleil au dessus qui se fout comme de l'an 40 de ce qui est en dessous et le taureau, l'homme, qui voit ce qui se passe et s’apprête à foutre le camp avant de se faire écraser lui aussi...
où sinon, un rouleau compresseur. Un bête rouleau compresseur.
Ah l'art et ses interprétations, il y a fort à parier que j'aurai été recalé dans les grandes écoles, mais c'est comme ça que je voit ce tableau.

En tout cas votre vision de l'oeuvre est prenante.

a écrit : Oui je confirme, mais pas à l'exposition universelle, mais l'exposition internationale "des arts et techniques de la vie moderne".
Cette œuvre que je rappelle tres grande 7m50 sur 3m50 fut placé dans le pavillon des arts espagnols et a été très critiqué négativement surtout par les communistes.
Que les communistes lui reprochaient ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Juifs, personnes handicapées, allemands qui n'étaient pas d'accord avec le regime nazi, .... Ne les oublions pas :( Mais aussi tsiganes, homosexuels, communistes et pour faire court, tous ceux qui ne correspondaient pas aux critères soi disant scientifiques déterminés par les dirigeants nazis. N'oublions jamais. Et souvenons nous qu'Hitler a été élu au suffrage universel.

a écrit : Mais aussi tsiganes, homosexuels, communistes et pour faire court, tous ceux qui ne correspondaient pas aux critères soi disant scientifiques déterminés par les dirigeants nazis. N'oublions jamais. Et souvenons nous qu'Hitler a été élu au suffrage universel. Hitler n'a pas été élu pais nommé chancelier par Hindenburg qui pensait pouvoir le maîtriser.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Perso, je vois une mécanique monstrueuse qui écrase tout, des visages la dirigeant, le soleil au dessus qui se fout comme de l'an 40 de ce qui est en dessous et le taureau, l'homme, qui voit ce qui se passe et s’apprête à foutre le camp avant de se faire écraser lui aussi...
où sinon, un rouleau compres
seur. Un bête rouleau compresseur.
Ah l'art et ses interprétations, il y a fort à parier que j'aurai été recalé dans les grandes écoles, mais c'est comme ça que je voit ce tableau.

En tout cas votre vision de l'oeuvre est prenante.
Afficher tout
J'aime penser que la première vision est celle de l'oeuvre telle qu'elle a été faite. La seconde vision celle de l'oeuvre telle qu'elle est vue.
Je ne vois pas de quel droit les grandes écoles se permettraient de trancher.

a écrit : Malheureusement, guerre pas si froide que ça pour nos compatriotes juifs...

(À lire sur un ton mi-amusé, mi-triste)
la on parle de la Guerre Civile d'Espagne et vous faites allusion à la Seconde Guerre Mondiale. Malgré que cela soit une blague, il faut faire attention a ne pas tout mélanger. derniere infos: la Guerre Civile d'Espagne dure de 1936 à 1939 la Seconde Guerre Mondiale est de 1939 a 1945 et la Guerre froide a duré de 1947 a 1991 dsl de jouer au rabat joie, mais ainsi il n'y'aura pas de confusion

Posté le

windowsphone

(5)

Répondre