Lors des guerres fleuries, on cherchait à capturer pour faire des sacrifices

Proposé par
le
dans

Comme leurs noms ne le laissent pas penser, les guerres fleuries, qui ont opposé les Aztèques aux cités voisines, étaient menées dans un but atypique. L'objectif n'était pas de tuer un maximum d'adversaires ou de conquérir des territoires mais de faire des prisonniers pour les sacrifier aux dieux par la suite. Les combats eux-mêmes étaient originaux puisque les guerriers (opposés en duel) essayaient d'attraper les cheveux de l'adversaire pour le ramener dans leur camps.


Commentaires préférés (3)

Selon une autre source, pour avoir une chance d'attraper les chauves, ceux-ci combattaient cul nu.

Posté le

android

(160)

Répondre

a écrit : Alors pourquoi ne pas se raser avant de partir au combat ?
Ne plus avoir de cheveux ou risquer de se faire sacrifier le choix est vite fait.
L'honneur des guerriers résidait dans leurs coiffes, se couper les cheveux illustrait donc un acte de lâcheté.
La comparaison vaut ce qu'elle vaut mais c'est un peu comme si tu tirais sur ton adversaire avant la fin du compte à rebour lors d'un duel : solution facile mais tu y perd ton honneur.

Posté le

android

(157)

Répondre

a écrit : Les sacrifices servaient essentiellement, à ma connaissance, à nourrir le Dieu soleil : Huitzilopochtli. Le nourrir pour lui donne assez de force, qu'il puisse se lever le matin et éclairer le monde de son éclat. Autrement dire si on le nourrit pas il va mourir et ne pas se lever, plongeant le monde dans le noir...
Le culte du soleil a une place majeure dans la mythologie Aztèque si bien qu'une ville entière lui est consacrée : Technoctiltan, plus connu sous le nom de Mexico aujourd'hui.

Pour résumé heureusement qu'en Méso-amérique on pratiquait les sacrifices pour tout le monde parce qu'en Europe on en avait carrément rien à battre de Huitzilopchtli.
Afficher tout
Ça concorde avec mes vieux souvenirs... Ce qui m'avait le plus marqué en lisant sur ce sujet, c'est que ces guerres étaient vraiment voulues des deux côtés, les autres cités voulant également de la chair à sacrifice...

D'après quelques sources, cela ressemblait plus à un longue ligne de duels qu'à une mêlée, et il était inconcevable pour les guerriers d'aider leurs voisins en difficulté.
C'est vraiment étrange, ca me fait penser aux cours d'escrime, où l'on s'entraîne deux par deux, en ligne. Sauf qu'on y laisse sa vie.

Posté le

android

(96)

Répondre


Tous les commentaires (33)

Guerres fleuries, fleurie parce qu'ils ne sacrifiaient pas les nobles. Quand cela était le cas <<la guerre n'était plus des fleurs>>.
Wikipedia.

Posté le

android

(2)

Répondre

Selon une autre source, pour avoir une chance d'attraper les chauves, ceux-ci combattaient cul nu.

Posté le

android

(160)

Répondre

Donc être chauve fut un avantage ?

Posté le

android

(3)

Répondre

Alors pourquoi ne pas se raser avant de partir au combat ?
Ne plus avoir de cheveux ou risquer de se faire sacrifier le choix est vite fait.

a écrit : Alors pourquoi ne pas se raser avant de partir au combat ?
Ne plus avoir de cheveux ou risquer de se faire sacrifier le choix est vite fait.
L'honneur des guerriers résidait dans leurs coiffes, se couper les cheveux illustrait donc un acte de lâcheté.
La comparaison vaut ce qu'elle vaut mais c'est un peu comme si tu tirais sur ton adversaire avant la fin du compte à rebour lors d'un duel : solution facile mais tu y perd ton honneur.

Posté le

android

(157)

Répondre

Tu connais le jeu "Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette" ? Sacré changement... Il y a eu du sacrifice de fait pour rendre le jeu meilleur. ^^
Ça me fais penser au shifumi, quelqu'un connaît l'origine du jeu ? J'espère en tous cas que les fins n'était pas les mêmes, c'est moins équitable un shifumi ^^ (bien que je pense qu'il n'y ai aucuns rapports entre les 2 à part l'aspect ludique)

Posté le

android

(1)

Répondre

Les sacrifices servaient essentiellement, à ma connaissance, à nourrir le Dieu soleil : Huitzilopochtli. Le nourrir pour lui donne assez de force, qu'il puisse se lever le matin et éclairer le monde de son éclat. Autrement dire si on le nourrit pas il va mourir et ne pas se lever, plongeant le monde dans le noir...
Le culte du soleil a une place majeure dans la mythologie Aztèque si bien qu'une ville entière lui est consacrée : Technoctiltan, plus connu sous le nom de Mexico aujourd'hui.

Pour résumé heureusement qu'en Méso-amérique on pratiquait les sacrifices pour tout le monde parce qu'en Europe on en avait carrément rien à battre de Huitzilopchtli.

a écrit : Selon une autre source, pour avoir une chance d'attraper les chauves, ceux-ci combattaient cul nu. Cette histoire me parait tirée par les cheveux

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Les sacrifices servaient essentiellement, à ma connaissance, à nourrir le Dieu soleil : Huitzilopochtli. Le nourrir pour lui donne assez de force, qu'il puisse se lever le matin et éclairer le monde de son éclat. Autrement dire si on le nourrit pas il va mourir et ne pas se lever, plongeant le monde dans le noir...
Le culte du soleil a une place majeure dans la mythologie Aztèque si bien qu'une ville entière lui est consacrée : Technoctiltan, plus connu sous le nom de Mexico aujourd'hui.

Pour résumé heureusement qu'en Méso-amérique on pratiquait les sacrifices pour tout le monde parce qu'en Europe on en avait carrément rien à battre de Huitzilopchtli.
Afficher tout
Ça concorde avec mes vieux souvenirs... Ce qui m'avait le plus marqué en lisant sur ce sujet, c'est que ces guerres étaient vraiment voulues des deux côtés, les autres cités voulant également de la chair à sacrifice...

D'après quelques sources, cela ressemblait plus à un longue ligne de duels qu'à une mêlée, et il était inconcevable pour les guerriers d'aider leurs voisins en difficulté.
C'est vraiment étrange, ca me fait penser aux cours d'escrime, où l'on s'entraîne deux par deux, en ligne. Sauf qu'on y laisse sa vie.

Posté le

android

(96)

Répondre

"L'objectif n'était pas de faire un maximum de victimes"
Donc les personnes sacrifiés n'était pas tués???
Perso sacrifice d'humain=victime

a écrit : "L'objectif n'était pas de faire un maximum de victimes"
Donc les personnes sacrifiés n'était pas tués???
Perso sacrifice d'humain=victime
Faut les tuer lors de sacrifices... Une mort simple ne nourrit pas les Dieux sinon les morts naturelles quotidiennes seraient suffisantes ;)

a écrit : L'honneur des guerriers résidait dans leurs coiffes, se couper les cheveux illustrait donc un acte de lâcheté.
La comparaison vaut ce qu'elle vaut mais c'est un peu comme si tu tirais sur ton adversaire avant la fin du compte à rebour lors d'un duel : solution facile mais tu y perd ton honneur.
Ouais de mon point de vue, l'honneur c'est quand même quelque chose de surfait. Les gens sont prêts à mourir ou à tuer pour l'honneur. Ça va parfois beaucoup trop loin. Avoir du respect pour soi-même ou de la dignité, ok mais quand on te préfère mort que vivant, c'est exagéré. Que ce soit le hara-kiri, les duels, le japonais survivant du Titanic qui a été considéré comme un lâche parce qu'il survécu, l'anglais prisonnier de guerre qui est revenu dans sa cellule parce qu'il avait donné sa parole... je ne vois pas en quoi la mort est préférable. L'honneur va quand même contre l'instinct de survie. Je ne porte pas de jugement, je trouve simplement que l'on accorde trop d'importance et ce dans toutes les cultures à une chose qui n'apporte que de la satisfaction personnelle. Pour finir je citerais "l'honneur a fait des millions de victimes mais n'a jamais sauvé personne" (bon ça vient du 5ème élément mais le propos est juste selon moi :-))

Posté le

android

(35)

Répondre

Un film sur le sujet : Apocalypto

Posté le

windowsphone

(15)

Répondre

Les guerres fleuries sont une grande part du roman "Azteca" de Gary Jennings. C'est un pavé, mais passionnant et historiquement (plutôt) correct. Pour ceux qui aiment la lecture...

Posté le

android

(10)

Répondre

Ces guerres étaient l'occasion pour les roturiers d'accéder à la noblesse : après un certain nombre de prisonniers, on changeait en effet de caste.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : "L'objectif n'était pas de faire un maximum de victimes"
Donc les personnes sacrifiés n'était pas tués???
Perso sacrifice d'humain=victime
L'objectif n'était effectivement pas de faire le plus grand nombre de victimes, chaque fête religieuse nécessitait un nombre de sacrifié convenu (pas au mec près mais quand même), quand le ratio était atteint, les affrontements s’arrêtaient.

Source : Azteca de Gary Jennings

a écrit : Un film sur le sujet : Apocalypto Apocalypto, n'est absolument pas sur les guerres fleuries, qui sont des conflits consentie entre deux "pays" pour se fournir en sacrifiés sans piocher dans sa propre population (histoire de se la garder dans la poche).
Le film quand à lui parle d'une autre pratique, qui consiste à capturer (pour le même but certes), des sacrifié(e)s dans les tribus que les Aztèques et autres civilisations dominantes de la vallée de Mexico considéraient comme sauvages et inférieures et donc utilisable à merci (oui, en vrai, ils avaient de nombreux point commun avec les conquistadores).

a écrit : Ouais de mon point de vue, l'honneur c'est quand même quelque chose de surfait. Les gens sont prêts à mourir ou à tuer pour l'honneur. Ça va parfois beaucoup trop loin. Avoir du respect pour soi-même ou de la dignité, ok mais quand on te préfère mort que vivant, c'est exagéré. Que ce soit le hara-kiri, les duels, le japonais survivant du Titanic qui a été considéré comme un lâche parce qu'il survécu, l'anglais prisonnier de guerre qui est revenu dans sa cellule parce qu'il avait donné sa parole... je ne vois pas en quoi la mort est préférable. L'honneur va quand même contre l'instinct de survie. Je ne porte pas de jugement, je trouve simplement que l'on accorde trop d'importance et ce dans toutes les cultures à une chose qui n'apporte que de la satisfaction personnelle. Pour finir je citerais "l'honneur a fait des millions de victimes mais n'a jamais sauvé personne" (bon ça vient du 5ème élément mais le propos est juste selon moi :-)) Afficher tout Certes, mais il faut oublier notre vision européanisée des choses. Dans beaucoup de cités l'honneur déterminait ton droit à la parole (les actes appelaient les paroles, aujourd'hui les paroles n'appellent pas forcément les actes), assurait un avenir à tes enfants, te donnait le droit de vivre dans une belle demeure et, à l'instar de nos sociétés modernes, t'apportait la reconnaissance de tes pairs et faisait passer ton nom à la postérité.
En bref l'honneur avait une véritable utilité et te permettait d'obtenir ce que l'or lui même ne pouvait acheter.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Certes, mais il faut oublier notre vision européanisée des choses. Dans beaucoup de cités l'honneur déterminait ton droit à la parole (les actes appelaient les paroles, aujourd'hui les paroles n'appellent pas forcément les actes), assurait un avenir à tes enfants, te donnait le droit de vivre dans une belle demeure et, à l'instar de nos sociétés modernes, t'apportait la reconnaissance de tes pairs et faisait passer ton nom à la postérité.
En bref l'honneur avait une véritable utilité et te permettait d'obtenir ce que l'or lui même ne pouvait acheter.
Afficher tout
Je comprends bien et je ne jette pas la pierre aux personnes pour qui l'honneur est important. Je ne doute pas un seul instant que dans certaines civilisations être déshonoré est un calvaire à vivre, le regard des gens, la honte, les attaques personnelles ou contre sa famille. Je constate simplement que dans beaucoup de société il passe avant d'autres choses nettement plus importante telles que ses enfants, ses parents, ou même sa propre vie. Et je trouve qu'il vaut mieux vivre déshonoré que mourir. L'honneur ne vaut pas plus que la vie.

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Je comprends bien et je ne jette pas la pierre aux personnes pour qui l'honneur est important. Je ne doute pas un seul instant que dans certaines civilisations être déshonoré est un calvaire à vivre, le regard des gens, la honte, les attaques personnelles ou contre sa famille. Je constate simplement que dans beaucoup de société il passe avant d'autres choses nettement plus importante telles que ses enfants, ses parents, ou même sa propre vie. Et je trouve qu'il vaut mieux vivre déshonoré que mourir. L'honneur ne vaut pas plus que la vie. Afficher tout Ce qu'il voulait dire, c'est que l'"honneur" assurait justement un meilleur destin et une meilleure vie à tes proches ou à ta famille.
Dans notre société c'est plutôt l'argent qui assure ta place et tes privilèges, pour toi et tes héritiers, si j'ai bien compris dans la leur c'était leur honneur.

L' "honneur" entre guillemets, car je n'apprécie pas l'idée qu'on puisse imposer aux autres leur vision de l'honneur et de la dignité. Et je te rejoins ici, aller jusqu'à forcer les gens à mourir/se suicider car ils ne partagent pas leur vision de la chose n'est pas défendable.

En revanche il n'empêche que je respecte grandement les personnes qui sont prêtes à mourir/user de leur vie/une partie de leur vie pour des choses plus grandes qu'eux, comme certains humanitaire/associatifs/ ancien résistant/soldat/pompiers/policier/tout ce que tu veux.
Il ne faut pas non plus faire passer son instinct de survie avant tout.

En soit, respecte la dignité et la vision de l'honneur de chacun, sans chercher à leur imposer la tienne :)

Posté le

android

(12)

Répondre