Un seul dignitaire nazi a été victime d'un attentat

Proposé par
le
dans

En 1942, trois résistants tendirent une embuscade à l'officier SS Reinhard Heydrich, l'un des hommes les plus puissants du IIIe Reich, surnommé le boucher de Prague. L'opération Anthropoid reste le seul attentat réussi d'un dignitaire nazi, mais la répression qui suivit fut terrible : soupçonné d'avoir abrité les résistants, le village de Lidice fut complètement détruit, tous les hommes au-delà de 16 ans fusillés, et les femmes et enfants déportés.

Avec l'aide d'un prêtre, les assaillants se réfugièrent pendant plusieurs semaines dans la crypte d'une église de Prague, jusqu'à ce que les soldats les découvrent après la trahison d'un des complices.


Commentaires préférés (3)

A noter qu'avant cet assassinat, la Tchéquie était plutôt bien considérée par le gouvernement nazi : il y avait du travail et de quoi bien se nourrir pour ceux qui n'étaient évidemment pas visés par les programmes d'épuration ethnique. Cependant, avec la mort de Heydrich, cette situation se dégrada énormément.

Posté le

android

(125)

Répondre

Le film "Anthropoid" (qui je trouve, est une reussite) raconte cet événement. Killian Murphy à l'affiche pour les intéressés.

Posté le

android

(87)

Répondre

Reinhard Heydrich est transporté d'urgence à l'Hôpital Bulkova tout proche, où il est opéré. Il se remet lentement, mais six jours plus tard, son état se dégrade subitement. Les medecins n'avaient pas vus les minuscules fibres de crin de cheval du rembourage du siège de la voiture qui avaient été projetés durant l'exolosion et qui s'étaient introduits dans les blessures. Atteint de septicémie Reinhard Heydrich sombre dans le coma le 3 juin et décède le lendemain. 

Donc il n'est pas mort sur le coup.

Posté le

android

(202)

Répondre


Tous les commentaires (31)

A noter qu'avant cet assassinat, la Tchéquie était plutôt bien considérée par le gouvernement nazi : il y avait du travail et de quoi bien se nourrir pour ceux qui n'étaient évidemment pas visés par les programmes d'épuration ethnique. Cependant, avec la mort de Heydrich, cette situation se dégrada énormément.

Posté le

android

(125)

Répondre

Le film "Anthropoid" (qui je trouve, est une reussite) raconte cet événement. Killian Murphy à l'affiche pour les intéressés.

Posté le

android

(87)

Répondre

a écrit : Le film "Anthropoid" (qui je trouve, est une reussite) raconte cet événement. Killian Murphy à l'affiche pour les intéressés. Cillian Murphy*

Posté le

android

(23)

Répondre

Reinhard Heydrich est transporté d'urgence à l'Hôpital Bulkova tout proche, où il est opéré. Il se remet lentement, mais six jours plus tard, son état se dégrade subitement. Les medecins n'avaient pas vus les minuscules fibres de crin de cheval du rembourage du siège de la voiture qui avaient été projetés durant l'exolosion et qui s'étaient introduits dans les blessures. Atteint de septicémie Reinhard Heydrich sombre dans le coma le 3 juin et décède le lendemain. 

Donc il n'est pas mort sur le coup.

Posté le

android

(202)

Répondre

a écrit : A noter qu'avant cet assassinat, la Tchéquie était plutôt bien considérée par le gouvernement nazi : il y avait du travail et de quoi bien se nourrir pour ceux qui n'étaient évidemment pas visés par les programmes d'épuration ethnique. Cependant, avec la mort de Heydrich, cette situation se dégrada énormément. Par soucis d'anachronisme on dira Tchécoslovaquie, et encore même ce terme est faux vu que la deuxième république tchécoslovaque disparaît en 1939. Mais bon ça c'est mon côté chieur d'historien.. :s

En effet après la première guerre mondiale le pays, qui s'est déclaré indépendant de l'Autriche-Hongrie, est composé à 25% d'Allemands qui vivent dans les Sudètes. Evidemment au nom du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" le Reich s'empresse d'intégrer les Sudètes à son empire lors du premier arbitrage de Vienne en novembre 1938. La Pologne en profite pour prendre la région industrialisée de Teschen et la Hongrie se voit doter de la région de la Ruthénie Subcarpathique, où se situe des populations hongroises.

Finalement le pays est totalement démantelé entre la république de Bohème-Moravie et de Slovaquie, qui sont toutes deux satelisées par l'Allemagne en mars 1939.

D'ailleurs le pays avait passé un pacte avec le royaume de Roumanie, la Pologne, la Yougoslovaquie et la France pour encercler les puissances Hongroises et, surtout, Allemandes qui avaient des revendications belliqueuses sur certaines régions. (sans doute à juste titre le découpage des territoires n'a pas été au mieux dans la région après 1918...

Cette alliance s’appelaient la Petite Entente, où l'Entente française. Du coup quand la Tchécoslovaquie est démembrée la France aurait du théoriquement se dresser contre l'Allemagne et la Hongrie (voir la Pologne), en répondant militairement. Mais le gouvernement Daladier n'a rien fait...

D'où la fameuse citation winstonienne: "Ils avaient le choix entre l'humiliation et la guerre. Ils ont choisis l’humiliation et auront la guerre."

a écrit : Reinhard Heydrich est transporté d'urgence à l'Hôpital Bulkova tout proche, où il est opéré. Il se remet lentement, mais six jours plus tard, son état se dégrade subitement. Les medecins n'avaient pas vus les minuscules fibres de crin de cheval du rembourage du siège de la voiture qui avaient été projetés durant l'exolosion et qui s'étaient introduits dans les blessures. Atteint de septicémie Reinhard Heydrich sombre dans le coma le 3 juin et décède le lendemain. 

Donc il n'est pas mort sur le coup.
Afficher tout
Qui a dit qu'il était mort sur le coup ? Par contre il est indiscutablement mort des suites de l'attentat.

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Par soucis d'anachronisme on dira Tchécoslovaquie, et encore même ce terme est faux vu que la deuxième république tchécoslovaque disparaît en 1939. Mais bon ça c'est mon côté chieur d'historien.. :s

En effet après la première guerre mondiale le pays, qui s'est déclaré indépendant de l&
#039;Autriche-Hongrie, est composé à 25% d'Allemands qui vivent dans les Sudètes. Evidemment au nom du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" le Reich s'empresse d'intégrer les Sudètes à son empire lors du premier arbitrage de Vienne en novembre 1938. La Pologne en profite pour prendre la région industrialisée de Teschen et la Hongrie se voit doter de la région de la Ruthénie Subcarpathique, où se situe des populations hongroises.

Finalement le pays est totalement démantelé entre la république de Bohème-Moravie et de Slovaquie, qui sont toutes deux satelisées par l'Allemagne en mars 1939.

D'ailleurs le pays avait passé un pacte avec le royaume de Roumanie, la Pologne, la Yougoslovaquie et la France pour encercler les puissances Hongroises et, surtout, Allemandes qui avaient des revendications belliqueuses sur certaines régions. (sans doute à juste titre le découpage des territoires n'a pas été au mieux dans la région après 1918...

Cette alliance s’appelaient la Petite Entente, où l'Entente française. Du coup quand la Tchécoslovaquie est démembrée la France aurait du théoriquement se dresser contre l'Allemagne et la Hongrie (voir la Pologne), en répondant militairement. Mais le gouvernement Daladier n'a rien fait...

D'où la fameuse citation winstonienne: "Ils avaient le choix entre l'humiliation et la guerre. Ils ont choisis l’humiliation et auront la guerre."
Afficher tout
J'ai dit Tchéquie pour préciser que c'était la région tchèque dont je parlais mais effectivement la situation était un poil plus complexe à ce moment là en raison de l'éclatement de la Tchécoslovaquie et l'existence de l'éphémère état de Bohême-Moravie. Merci des precisions :).

Posté le

android

(18)

Répondre

On comprend mieux pourquoi beaucoup de gens ne préféré pas résister aux allemands ! Quand on voit les répressions derrière ....

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On comprend mieux pourquoi beaucoup de gens ne préféré pas résister aux allemands ! Quand on voit les répressions derrière .... Le cas présenté est en plus particulier car la victime de l'attaque était particulièrement haut placée dans la hiérarchie anarchique du IIIe Reich.

Posté le

android

(6)

Répondre

Chaque jour nous en apprend toujours un peu plus sur le fait que les nazis n'avaient pas dû lire les "codes" déontologiques de la guerre (référence anecdote d'il y a deux jours)... Personne n'avait dû leur envoyer ;)... Encore un témoignage de l'horreur à son paroxysme... C'était quand même une belle bande d'enc...

a écrit : Le cas présenté est en plus particulier car la victime de l'attaque était particulièrement haut placée dans la hiérarchie anarchique du IIIe Reich. Anarchique?? Le IIIè Reich était exactement le contraire d'une société n'importe nawak en terme d'organisation, me semble-t-il. Toute la vision nazie de la vie civile était au contraire très organisée, ne laissant aucune place pour des revendications hors-normes... Sauf si tu as voulu dire autre choses que j'aurais mal compris, ou une méconnaissance du sujet de ma part...!

a écrit : Anarchique?? Le IIIè Reich était exactement le contraire d'une société n'importe nawak en terme d'organisation, me semble-t-il. Toute la vision nazie de la vie civile était au contraire très organisée, ne laissant aucune place pour des revendications hors-normes... Sauf si tu as voulu dire autre choses que j'aurais mal compris, ou une méconnaissance du sujet de ma part...! Afficher tout En apparence mais si je me rappelle bien de ce que disait mon prof d'histoire (ça date maintenant), il me semble que c'était un sacré bordel leur organisation. Ils avaient de grands stratèges militaires (pas le petit moustachu) mais a côté de ça...

a écrit : Anarchique?? Le IIIè Reich était exactement le contraire d'une société n'importe nawak en terme d'organisation, me semble-t-il. Toute la vision nazie de la vie civile était au contraire très organisée, ne laissant aucune place pour des revendications hors-normes... Sauf si tu as voulu dire autre choses que j'aurais mal compris, ou une méconnaissance du sujet de ma part...! Afficher tout L'organisation du IIIe Reich était anarchique car elle s'apparentait à des fiefs. L'armée, la SS, les groupes industriels en particulier se disputaient le pouvoir et des individus se taillaient des domaines politiques ce qui a fini par aboutir à une situation plus que complexe. D'apparence bien ordonné, l'Allemagne d'Hitler était en fait morcelée.

Posté le

android

(20)

Répondre

Notez que les Allemands ont mis une telle application à effacer Lidice de la surface de la surface de la Terre qu'une anecdote à été publiée à ce sujet.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Notez que les Allemands ont mis une telle application à effacer Lidice de la surface de la surface de la Terre qu'une anecdote à été publiée à ce sujet. En effet, je viens de regarder, merci ! Et bien qu'une personne du village décida de fuir et de rejoindre la Résistance, il ne fut jamais prouvé que Jan Kubiš et Josef Gabčík séjournèrent à Lidice.

Le roman "hhHh" de Laurent Binet raconte l'opération Anthropoid de manière originale, en nous faisant vivre les recherches qui lui permettent d'écrire son histoire.
Il y a des dialogues qu'il a inventé pour permettre la lecture, mais globalement il suit de très près ce que les deux parachutistes ont du vivre pour mener à bien cette opération.
Je le recommande donc à quiconque s'intéresse à ce qu'il s'est passé ce jour là, et comment ils ont réussi.

PS : hhHh pour "Himmlers Hirn heisst Heydrich" soit en français : "le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich"

a écrit : Le roman "hhHh" de Laurent Binet raconte l'opération Anthropoid de manière originale, en nous faisant vivre les recherches qui lui permettent d'écrire son histoire.
Il y a des dialogues qu'il a inventé pour permettre la lecture, mais globalement il suit de très près ce que les deux parac
hutistes ont du vivre pour mener à bien cette opération.
Je le recommande donc à quiconque s'intéresse à ce qu'il s'est passé ce jour là, et comment ils ont réussi.

PS : hhHh pour "Himmlers Hirn heisst Heydrich" soit en français : "le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich"
Afficher tout
C'est marrant pq les majuscules et minuscules sont inversées? Ton complément me fait penser aux néo-nazis qui se tatouent parfois le fameux 88 (ou HH) pour "Heil Hitler"

A noter aussi que c'est en "hommage" à Heydrich que le programme d'extermination des Juifs résidant à l'intérieur du Gouvernement général de Pologne fut baptisé Aktion Reinhardt.
Ça faisait même sens, dans la mesure où Heydrich plus que tout autre, a été l'exécutant sur le terrain du protocole de la Solution Finale. Belzec, Sobibor et Treblinka portent sa marque autant que celle d'Himmler.

a écrit : C'est marrant pq les majuscules et minuscules sont inversées? Ton complément me fait penser aux néo-nazis qui se tatouent parfois le fameux 88 (ou HH) pour "Heil Hitler" Merci de ta remarque. Je me suis trompée c'est exactement l'inverse !
Donc c'est : HHhH !
Excusez moi pour l'erreur, c'était mon premier commentaire, j'étais fière d'apporter quelque chose à scmb, et un peu trop pressée !