Hugh Jackman a vraiment blessé Mystique

Proposé par
Invité
le
dans

Lors du tournage du premier X-Men, Hugh Jackman poignarda accidentellement le double qui jouait Mystique lors d'une scène de combat. Il avait de véritables griffes en métal et elle oublia de retirer son bras durant un mouvement. Le bras en sang, mais pas choquée, elle déclara "Super, j'ai été poignardée par Wolverine !".


Commentaires préférés (3)

Souvent ce genre de scène reste au montage final. En témoigne Aragorn dans le seigneur des anneaux les deux tours qui, sur les trace de merry z pippin, se retrouve à fangorn, shoot dans un casque et se casse l'orteil, laissant échapper un cri de rage qui restera dans le montage final. De même pour Gandalf dans le premier volume qui se prend une poutre chez Bilbo dans le front. Innatendu mais gardé au montage.

Posté le

android

(246)

Répondre

Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit le batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^

Posté le

android

(240)

Répondre


Tous les commentaires (26)

Souvent ce genre de scène reste au montage final. En témoigne Aragorn dans le seigneur des anneaux les deux tours qui, sur les trace de merry z pippin, se retrouve à fangorn, shoot dans un casque et se casse l'orteil, laissant échapper un cri de rage qui restera dans le montage final. De même pour Gandalf dans le premier volume qui se prend une poutre chez Bilbo dans le front. Innatendu mais gardé au montage.

Posté le

android

(246)

Répondre

Dans le film Harry Potter et l'ordre du phénix, les trois personnage principaux n'ont pu ce retenir de rire pendant une scène.
Le réalisateur trouva la scène tellement naturel qu'il décida de ne pas la couper et del'intégrer au film

Posté le

android

(23)

Répondre

Heureusement que c'est pas arrivé dans le Silence des agneaux :
- Euh... les mecs j'ai accidentellement bouffé Clarisse Starling

Heureusement que ce n'était pas un film de type saw destination final ou autre ^^

Posté le

android

(2)

Répondre

Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit le batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^

Posté le

android

(240)

Répondre

a écrit : Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit l
e batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^
Afficher tout
+7
L'improvisation du sergent Hartman relève du génie !

Hartman: How tall are you, private? 
Private Cowboy: Sir, five-foot-nine, sir. 
Hartman: Five-foot-nine, I didn't know they stacked shit that high!

a écrit : Souvent ce genre de scène reste au montage final. En témoigne Aragorn dans le seigneur des anneaux les deux tours qui, sur les trace de merry z pippin, se retrouve à fangorn, shoot dans un casque et se casse l'orteil, laissant échapper un cri de rage qui restera dans le montage final. De même pour Gandalf dans le premier volume qui se prend une poutre chez Bilbo dans le front. Innatendu mais gardé au montage. Afficher tout Concernant Ian McKellen qui s'est pris la poutre, je me suis toujours demandé si c'était truqué ou accidentel. Un beau bruit en tout cas :D

a écrit : Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit l
e batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^
Afficher tout
Pour full métal jacket c'est pas vraiment une improvisation puisque l'acteur a réellement été sergent instructeur, il avait l'habitude de ce genre de propos

a écrit : Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit l
e batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^
Afficher tout
Je ne vois pas vraiment le rapport entre tous tes exemples qui sont des improvisations et des scènes accidentelles qui sont gardées au montage en fait

Posté le

android

(10)

Répondre

Au niveau musical, il y a la même chose chez Lynyrd Skynyrd avec Sweet Home Alabama. Pendant l enregistrement, Ronnie van Zant demanda au producteur de monter le son dans son casque. Ce "Turn it up" restera au mixage final, faisant partie intégrante de ce morceau mythique....

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Pour full métal jacket c'est pas vraiment une improvisation puisque l'acteur a réellement été sergent instructeur, il avait l'habitude de ce genre de propos Ça reste une improvisation. Il avait disons "bossé" son rôle en amont et ça a rendu son improvisation plus crédible.

je ne veux pas faire mon rabat-joie mais il y a une erreur dans l'anecdote. les griffes ne sont pas en métal mais en adamantium

Posté le

android

(3)

Répondre

À mon tour! Dans Django Unchained, Léonard DiCaprio éclate un verre sur une table et s'ouvre réellement la main. Une fois encore, le réalisme de la scène était tel que Tarantino la garda en l'état. La scène d'après montre DiCaprio se faisant bander la main...

a écrit : Heureusement que ce n'était pas un film de type saw destination final ou autre ^^ Ou autre ? Tu veux dire : "de la bouse" ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : je ne veux pas faire mon rabat-joie mais il y a une erreur dans l'anecdote. les griffes ne sont pas en métal mais en adamantium L'adamantium est un métal imaginaire, donc impossible que la scène ait été tournée avec des griffes en ce "matériel".
Et même si cela avait été le cas, la tournure de phrase aurait été bonne puisque c'est un métal...
Donc imprécis mais bon.

J'ai été griffé par Wolverine, ça en jette moins...

a écrit : Je ne vois pas vraiment le rapport entre tous tes exemples qui sont des improvisations et des scènes accidentelles qui sont gardées au montage en fait Rapport obvious : scènes non prévus/scriptées gardées au montage.


Dans Astérix mission cleopatre, le monologue du scribe, totalement improvisé, dura en réalité plus de 15min. Les meilleurs passages furent gardé pour donner une scène qui est maintenant culte pour beaucoup de gens.

a écrit : Le sens de la repartie à l'extrême ! au risque que l'on me prenne pour un ***, c'est sarcastique?

a écrit : Des tas d'exemples similaires se trouvent dans des filmographies de toutes sortes. C'est ce qui fait une grande différence dans la capacité d'improvisation d'un acteur.

Par exemple, la mythique scène dans "The Dark Knight" où le Joker (interprété par Heat Ledger) applaudit l
e batman.

Le monologue de Roy Batty (Rutger Hauer) dans "Blade Runner".

La scène de combat entre Indiana Jones (Harrison Ford) et le guerrier au sabre dans "les aventuriers de l'arche perdue" (demi improvisation, il était prévu à la base une longue scène d'action mais Ford était souffrant)

"Dumb et Dumber", la scène du son "le plus énervant du monde", complètement improvisé. En même temps, c'est du Jim Carrey et Jeff Daniels.

Le chat sur les genoux de Marlon Brando dans "le parrain" (il y a une anecdote à ce sujet il me semble)

La cuuuultissime scène de "Shining" où Johnny (Jack Nicholson) passe la tête par la porte qu'il vient de découper à la hache, improvisée. C'est un plan qui identifie le film entier à présent.

Et probablement une des improvisations les plus mémorables : le sergent instructeur Hatman (R. Lee Ermey) dans "Full Metal Jacket" qui rabaisse copieusement les nouvelles recrues. Jetez-y un oeil, ça vait le détour ^^
Afficher tout
Y a la scène dans Django ou Léonardo Dicaprio écrase un verre de colère sur la table et qu'il retire les morceaux la main en sang. C'est un vrai verre qu'il a pété sans le faire exprès, mais malgré la douleur, il a continué à jouer et a retirer les morceaux.

Posté le

android

(1)

Répondre