Une partie d'échecs potentiellement mortelle

Proposé par
Invité
le
dans

Le maître d'échecs Ossip Bernstein a joué sa peau au sens propre lors d'une partie : condamné à mort en 1918 par les Bolchéviks, et alors qu'il faisait face au peloton d'exécution, un officier voyant son nom dans la liste lui proposa de prouver son identité en remportant une partie face à lui. Il la gagna effectivement rapidement et put repartir libre.


Tous les commentaires (37)

a écrit : Euh, je ne crois pas que ce soit la partie dont parle l'anecdote.
Celle du lien a été jouée contre Jacques Mieses, un autre grand joueur d'échec.
Quelqu'un peut m'expliquer où est l'échec et mat ? Je ne connais que les bases mais je ne vois pas pourquoi la partie est terminée... Merci ^^

a écrit : C'est bizarre mais à aucun moment je vois un échec et mat. Les 2 fois peuvent encore bouger pour fuir Je ne sais pas s'il s'agit de la bonne partie (c'est possible que Bernstein ait fait la même ouverture, et que les mouvements ensuite n'aient pas beaucoup changé), mais que les rois puissent bouger ne veut pas dire que la partie n'est pas finie. J'ai regardé l'ensemble des coups joués, et la position finale des pièces, les blancs gagnent et les noirs ne peuvent rien n'y opposer. Ils abandonnent donc, je suppose. De toute façon encore quelques coups et il est mat, quoiqu'il fasse. Il a enfermé son fou en plus, c'était une petite erreur (de plus) selon moi. Mais durant toute la partie il n'a pratiquement que subi. Beau jeu des blancs en tout cas (et c'est bizarre sa prise en passant, me semblait qu'il ne fallait pas qu'il y ait qu'un mouvement entre toutes les étapes, or là il déplace son pion, noir fait mvt, *puis blanc déplace une autre pièce*, puis le pion noir vient à son niveau, et là il fait la prise en passant ; peut-être la règle de la prise en passant a changé entre-temps).

Je n'ai pas compris pourquoi prouver son identité l'a sauvé de la mort..? Quelqu'un pour m'éclairer?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Croisons fort les doigts pour que personne ne fasse un film à 4G€ de budget et fracasse toute l'histoire à coup de stars et d'effets spéciaux Mettez des effets spéciaux pour une partie d'échecs semble improbable...

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Dommage elle est pas complète mais c'est dingue les placements faits Elle est complète car le pion va à dame et les noirs ont perdu

a écrit : Je n'ai pas compris pourquoi prouver son identité l'a sauvé de la mort..? Quelqu'un pour m'éclairer? C'est comme si l'officier avait reconnu Einstein dans le peloton. Il admire tellement l'homme qu'il ne peut se résoudre à l'exécuter. Si il s'agit bel et bien de lui.

C'est bizarre, pourquoi j'ai du mal à croire à cette histoire?
On dirait une fable tout droit sortie d'un article de Marc Twain du temps où il etait "journaliste".
Au final, quand on lit les sources, on voit qu il s'agit simplement de propos rapportés d'une anecdote racontée par... Bernstein lui-même

Posté le

android

(0)

Répondre

Je salue la perspicacité de l'officier qui a regardé les noms et qui l'a reconnu !!

Posté le

android

(0)

Répondre

S'il a joué sa peau au sens propre du terme, ca ne voudrait pas plutôt dire que s'il perd la partie il sera dépecé? Sauver sa peau c'est du sens figuré il me semble pas du sens propre car il s'agit d'une image pas de sa vraie peau

a écrit : J'aurai plutôt dit que les échecs lui ont sauvé la vie car il devait mourir sinon... Exact

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Croisons fort les doigts pour que personne ne fasse un film à 4G€ de budget et fracasse toute l'histoire à coup de stars et d'effets spéciaux 4G€ ? à mon avis 40€ suffiront

Posté le

android

(0)

Répondre

Super anecdote, mais si je peux faire l'exigeant Bernstein a joué sa peau au sens figuré et non au sens propre. Sauf si les Bolchéviques lui avaient réservé une méthode d'exécution particulièrement barbare.

a écrit : Ce n'est pas la bonne partie. 1904. Mais c'est une partie de fou. Au tour 34, le roi est en tête. Mon attitude est peut être cavalière mais je dois absolument souligner qu’ il ne manque plus que le pion dans l’arène pour retrouver toutes les pièces du jeu d’echec dans nos deux commentaires.