Une queue de cheval lui a peut-être fait perdre le titre mondial

Proposé par
le
dans

Lors de la finale de saut en longueur des mondiaux d'athlétisme en 2011, la Biélorusse Nastassia Mironchyk-Ivanova a terminé 4e, à 2 cm de la 3e place. Elle a surtout regretté sa coiffure : lors de son meilleur saut, sa queue de cheval laissa une marque en balayant le sable à sa réception. Alors que son troisième essai semblait valoir environ 6,9 m, qui aurait pu lui valoir le titre, les juges ont mesuré son bond à 6,74 m.

Finalement, elle a récupéré la médaille de bronze après la disqualification pour dopage de la Russe Olga Kucherenko.


Commentaires préférés (3)

Un maigre lot de consolation grâce si je puis dire à nos athlètes russes qui ont été contrôlés positif au dopage. Justice est faite.

Posté le

android

(99)

Répondre

La prochaine fois elle se fera une queue de poney !

Posté le

android

(67)

Répondre


Tous les commentaires (21)

Un maigre lot de consolation grâce si je puis dire à nos athlètes russes qui ont été contrôlés positif au dopage. Justice est faite.

Posté le

android

(99)

Répondre

La prochaine fois elle se fera une queue de poney !

Posté le

android

(67)

Répondre

a écrit : La prochaine fois elle se fera une queue de poney ! Très drole :) Un simple chignon aurait fait l'affaire !

C'est tout de même étonnant que ça ne soit qu'un cas d'école, et que ça n'arrive pas plus souvent

Je vois que ma blague de tout à l'heure a suscité des réactions variées, dont certaines m'ont bien fait rire.
Pour tenter de me racheter, je vais tâcher d'être sérieux. D'abord, je suis surpris que ce ne soit pas le point d'impact des talons qui compte. Ensuite, que l'aérodynamique ne soit pas considérée par les entraîneurs dans les tenues vestimentaires et capillaires.
La résistance globale R dépend de la masse volumique de l'air ρ (donc dépendant de la pression et de la température), de la surface frontale perpendiculaire au déplacement S, du coefficient de forme aérodynamique Cx (environ 0.40 pour un sauteur … ou une sauteuse), et de la vitesse relative Va: R= 0.5 *ρ*S*Cx*Va².
Il y a donc intérêt à présenter une surface la plus petite possible.
Mais il y a pire: le régime d'écoulement de l'air dans la chevelure, d'après l'équation de Navier-Stokes, est turbulent; il y a donc un freinage considérable lorsqu'elle vole au vent (très difficile à estimer, les paramètres me manquent).
Il n'est donc pas impossible de gagner quelques centimètres, en portant un foulard islamique et des vêtements collants (mais pas une burka!). ;-)

a écrit : C'est tout de même étonnant que ça ne soit qu'un cas d'école, et que ça n'arrive pas plus souvent Un "cas d'école" ne signifie pas une situation rare ou peu probable, mais au contraire un exemple illustrant parfaitement la théorie ou mettant en valeur ses failles.

C'est un peu tiré par les cheveux...
Si je peux me le permettre

a écrit : Un "cas d'école" ne signifie pas une situation rare ou peu probable, mais au contraire un exemple illustrant parfaitement la théorie ou mettant en valeur ses failles. Exact. Il faudrait plutôt parler d'un cas d'espèce.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je vois que ma blague de tout à l'heure a suscité des réactions variées, dont certaines m'ont bien fait rire.
Pour tenter de me racheter, je vais tâcher d'être sérieux. D'abord, je suis surpris que ce ne soit pas le point d'impact des talons qui compte. Ensuite, que l'aérodynamique n
e soit pas considérée par les entraîneurs dans les tenues vestimentaires et capillaires.
La résistance globale R dépend de la masse volumique de l'air ρ (donc dépendant de la pression et de la température), de la surface frontale perpendiculaire au déplacement S, du coefficient de forme aérodynamique Cx (environ 0.40 pour un sauteur … ou une sauteuse), et de la vitesse relative Va: R= 0.5 *ρ*S*Cx*Va².
Il y a donc intérêt à présenter une surface la plus petite possible.
Mais il y a pire: le régime d'écoulement de l'air dans la chevelure, d'après l'équation de Navier-Stokes, est turbulent; il y a donc un freinage considérable lorsqu'elle vole au vent (très difficile à estimer, les paramètres me manquent).
Il n'est donc pas impossible de gagner quelques centimètres, en portant un foulard islamique et des vêtements collants (mais pas une burka!). ;-)
Afficher tout
C'est pas les talons qu'il faudrait mesurer (si on tombe en arrière sur les fesses par exemple), mais la partie utile du corps la plus en arrière, là les cheveux c'est plus qu'anecdotique...

Posté le

android

(9)

Répondre

Ah les femmes et leur soucis de l esthetique en depit de la performance

Il est arrivé la même mésaventure à Rocco...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : C'est pas les talons qu'il faudrait mesurer (si on tombe en arrière sur les fesses par exemple), mais la partie utile du corps la plus en arrière, là les cheveux c'est plus qu'anecdotique... La partie utile du corps, en l'occurrence, me semble être le crâne, puisqu'elle tombée à la renverse. Les cheveux ne servent qu'à séduire les mâles et donc assurer la perpétuation de l'espèce.
Et si elle avait été une grosse boulotte tombant en avant et roulant sur plusieurs mètres avant de s'arrêter? ;-)

a écrit : Je vois que ma blague de tout à l'heure a suscité des réactions variées, dont certaines m'ont bien fait rire.
Pour tenter de me racheter, je vais tâcher d'être sérieux. D'abord, je suis surpris que ce ne soit pas le point d'impact des talons qui compte. Ensuite, que l'aérodynamique n
e soit pas considérée par les entraîneurs dans les tenues vestimentaires et capillaires.
La résistance globale R dépend de la masse volumique de l'air ρ (donc dépendant de la pression et de la température), de la surface frontale perpendiculaire au déplacement S, du coefficient de forme aérodynamique Cx (environ 0.40 pour un sauteur … ou une sauteuse), et de la vitesse relative Va: R= 0.5 *ρ*S*Cx*Va².
Il y a donc intérêt à présenter une surface la plus petite possible.
Mais il y a pire: le régime d'écoulement de l'air dans la chevelure, d'après l'équation de Navier-Stokes, est turbulent; il y a donc un freinage considérable lorsqu'elle vole au vent (très difficile à estimer, les paramètres me manquent).
Il n'est donc pas impossible de gagner quelques centimètres, en portant un foulard islamique et des vêtements collants (mais pas une burka!). ;-)
Afficher tout
Collants ou pas... et si l'athlète portait une sorte de cape à la batman pour "planer" ? :D
Ça donnerait quoi dans l'équation ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Collants ou pas... et si l'athlète portait une sorte de cape à la batman pour "planer" ? :D
Ça donnerait quoi dans l'équation ?
Il faut distinguer trois échelles de grandeur.
Macroscopiquement, les équations sont les mêmes, mais il apparaîtrait une portance significative (équation de Bernoulli) qui permettrait d'aller plus loin, surtout si le vent est de face. Néanmoins, il faudrait ne déployer ses ailes que lors de l'élan pour atteindre une vitesse comparable, en traînant les ailes repliées derrière soi.
Microscopiquement, l'écoulement deviendrait laminaire donc il y aurait moins de résistance. Les oiseaux se lissent soigneusement les plumes, les pilotes de planeurs savent que la moindre bruine diminue sérieusement les performances (pas à cause du poids de l'eau, mais parce l'écoulement passe de laminaire à turbulent), et j'ai entendu dire que les cyclistes professionnels se rasaient les jambes et portaient une casquette.
Nanoscopiquement, il y a des phénomènes partiellement expliqués par la physique quantique mais encore mal connus (la nanofluidique est une science récente), mais on sait fabriquer des combinaisons de substances spéciales qui améliorent considérablement les performances des nageurs. C'est à l'imitation des peaux de, par exemple, les dauphins, dont on comprend mal qu'ils puissent atteindre de pareilles vitesses.
Voilà, j'ai essayé de répondre sérieusement comme si je n'avais pas compris que c'était une blague. ;)

a écrit : Il faut distinguer trois échelles de grandeur.
Macroscopiquement, les équations sont les mêmes, mais il apparaîtrait une portance significative (équation de Bernoulli) qui permettrait d'aller plus loin, surtout si le vent est de face. Néanmoins, il faudrait ne déployer ses ailes que lors de l'élan pour
atteindre une vitesse comparable, en traînant les ailes repliées derrière soi.
Microscopiquement, l'écoulement deviendrait laminaire donc il y aurait moins de résistance. Les oiseaux se lissent soigneusement les plumes, les pilotes de planeurs savent que la moindre bruine diminue sérieusement les performances (pas à cause du poids de l'eau, mais parce l'écoulement passe de laminaire à turbulent), et j'ai entendu dire que les cyclistes professionnels se rasaient les jambes et portaient une casquette.
Nanoscopiquement, il y a des phénomènes partiellement expliqués par la physique quantique mais encore mal connus (la nanofluidique est une science récente), mais on sait fabriquer des combinaisons de substances spéciales qui améliorent considérablement les performances des nageurs. C'est à l'imitation des peaux de, par exemple, les dauphins, dont on comprend mal qu'ils puissent atteindre de pareilles vitesses.
Voilà, j'ai essayé de répondre sérieusement comme si je n'avais pas compris que c'était une blague. ;)
Afficher tout
Merci!

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : La partie utile du corps, en l'occurrence, me semble être le crâne, puisqu'elle tombée à la renverse. Les cheveux ne servent qu'à séduire les mâles et donc assurer la perpétuation de l'espèce.
Et si elle avait été une grosse boulotte tombant en avant et roulant sur plusieurs mètres avant de s'arrêter? ;-)
Le crâne fait partie de la partie utile du corps, contrairement aux cheveux. Tout ce que je veux dire, c'est qu'elle aurait fait le même saut si elle avait le crâne rasé, ses cheveux ne jouent pas dans la performance ^^
Et si elle était "boulotte" comme tu dis, elle aurait mieux fait de jouer au bowling ^^"

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est pas les talons qu'il faudrait mesurer (si on tombe en arrière sur les fesses par exemple), mais la partie utile du corps la plus en arrière, là les cheveux c'est plus qu'anecdotique... En fait, selon les règles de l'IAAF, "les sauts seront mesurés à partir de la marque la plus proche faite dans la zone de réception par une partie quelconque du corps".

a écrit : La partie utile du corps, en l'occurrence, me semble être le crâne, puisqu'elle tombée à la renverse. Les cheveux ne servent qu'à séduire les mâles et donc assurer la perpétuation de l'espèce.
Et si elle avait été une grosse boulotte tombant en avant et roulant sur plusieurs mètres avant de s'arrêter? ;-)
"Les cheveux ne servent qu'à séduire les mâles "
Relisez vous qu'elle ignorance alors pourquoi les hommes ont-ils aussi des cheveux ?????
Ensuite les cheveux ont surtout un rôle de protection