Mieux vaut rester à terre lors d'une explosion de grenade

Proposé par
le
dans

A distance égale, les grenades sont plus mortelles dans l'eau que sur terre. En effet, l'eau étant quasiment incompressible, l'onde de choc sous-marine va se propager plus vite, plus loin et moins atténuée que dans l'air, jusqu'à la première chose compressible : vos poumons.

L'eau a juste l'avantage de ralentir par rapport à l'air les éléments solides qui pourraient être propulsés à grande vitesse par l'explosion.


Commentaires préférés (3)

Pour éviter le pire , face à une explosion imminente d'une grenade à fragmentation , il est conseillé de se jeter au sol le plus loin possible , les talons orientés vers l'engin . À choisir , cette option est la moins risquée ....si j'ose dire.

a écrit : quelqu un peut il m expliquer l effet sur les poumons ? Les effets sont encore mal compris. Mais il semble que la compression chauffe le gaz et provoque des brûlures qui detruisent les cellules et les rendent impermeables à l'air. Le poumon est donc inutilisable. Après il y a les effets de choc à proprement parler : ecaillage (rupture liée au passage de l'onde de choc), cavitation (expansion puis implosion des liquides) et beaucoup d'autres. Les organes étant des objets complexes, leur étude est difficile et toutes les interactions ne sont pas bien comprises.

Posté le

android

(183)

Répondre

a écrit : C'est certainement vrai pour les grenades offensives. Par contre les grenades défensives tuent avec les éclats propulsés qui sont grandement attenués par l'eau. Oui bien sûr. Si on te jette une grenade dégoupillée, tu prendras bien le temps de l'analyser pour savoir ce que tu dois faire avant qu'elle n'explose.

Pour ma part, j'adopterai plutôt la méthode de memeMETAL, si la panique ne me fige pas sur place... ;-)

Posté le

android

(112)

Répondre


Tous les commentaires (67)

C'est certainement vrai pour les grenades offensives. Par contre les grenades défensives tuent avec les éclats propulsés qui sont grandement attenués par l'eau.

Posté le

android

(22)

Répondre

L'incompressibilité de l'eau... un effet qui fait bien rire quand on lâche une "grenade" dans son bain. Un peu plus embarrassant quand c'est dans une piscine ;)

quelqu un peut il m expliquer l effet sur les poumons ?

Posté le

windowsphone

(17)

Répondre

Pour éviter le pire , face à une explosion imminente d'une grenade à fragmentation , il est conseillé de se jeter au sol le plus loin possible , les talons orientés vers l'engin . À choisir , cette option est la moins risquée ....si j'ose dire.

a écrit : quelqu un peut il m expliquer l effet sur les poumons ? Les effets sont encore mal compris. Mais il semble que la compression chauffe le gaz et provoque des brûlures qui detruisent les cellules et les rendent impermeables à l'air. Le poumon est donc inutilisable. Après il y a les effets de choc à proprement parler : ecaillage (rupture liée au passage de l'onde de choc), cavitation (expansion puis implosion des liquides) et beaucoup d'autres. Les organes étant des objets complexes, leur étude est difficile et toutes les interactions ne sont pas bien comprises.

Posté le

android

(183)

Répondre

a écrit : C'est certainement vrai pour les grenades offensives. Par contre les grenades défensives tuent avec les éclats propulsés qui sont grandement attenués par l'eau. Oui bien sûr. Si on te jette une grenade dégoupillée, tu prendras bien le temps de l'analyser pour savoir ce que tu dois faire avant qu'elle n'explose.

Pour ma part, j'adopterai plutôt la méthode de memeMETAL, si la panique ne me fige pas sur place... ;-)

Posté le

android

(112)

Répondre

C'est très bien expliqué dans les sources: les fragments sont peu freinés dans l'air, mais l'onde de choc, peu atténuée, heurte les poumons, oreilles, et intestins dans l'eau, car ils sont compressibles tandis que l'eau ne l'est presque pas.

Maintenant, plaisanterie classique, si une blonde vous envoie une grenade, vous lui renvoyez, mais après l'avoir dégoupillée.

Je vous conseil au cas où vous vous retrouvez face à une grande de quelque type que ce sois, grenade offensive grenade défensive, grenade à fragmentation, grenade flashbang, et toute matière explosive que ce sois
Déjà ce protéger est indispensable même derrière un arbre vous êtes protéger
Boucher vous les oreilles et ouvrez la bouche afin d'éviter que la déflagration ne vous fasse Peter les dents, cela ne vaux qu'à une certaine distance! En dessous de 20 mètre..prier

a écrit : Oui bien sûr. Si on te jette une grenade dégoupillée, tu prendras bien le temps de l'analyser pour savoir ce que tu dois faire avant qu'elle n'explose.

Pour ma part, j'adopterai plutôt la méthode de memeMETAL, si la panique ne me fige pas sur place... ;-)
Bah tu sais ShaeGal , face à un danger mortel imminent , il te faut penser à la chose qui te motive le plus à courir très vite . Pour ma part je pense à ma belle-mère ......ça marche assez bien ... ;)

a écrit : Pour éviter le pire , face à une explosion imminente d'une grenade à fragmentation , il est conseillé de se jeter au sol le plus loin possible , les talons orientés vers l'engin . À choisir , cette option est la moins risquée ....si j'ose dire. Tout d'abord, merci de tes renseignements forts utiles. Cependant, faut se positionner sur le ventre ou sur le dos ?
N.B. : Je pense que c'est sur le ventre mais sait-on jamais !

Posté le

android

(29)

Répondre

a écrit : Je vous conseil au cas où vous vous retrouvez face à une grande de quelque type que ce sois, grenade offensive grenade défensive, grenade à fragmentation, grenade flashbang, et toute matière explosive que ce sois
Déjà ce protéger est indispensable même derrière un arbre vous êtes protéger
Boucher vous le
s oreilles et ouvrez la bouche afin d'éviter que la déflagration ne vous fasse Peter les dents, cela ne vaux qu'à une certaine distance! En dessous de 20 mètre..prier Afficher tout
La deflagration ne fait pas peter les dents. Ouvrir la bouche permet d eviter les dégâts dûs à une difference de pression entre le milieu exterieur et l interieur de ton organisme

Posté le

android

(42)

Répondre

a écrit : Les effets sont encore mal compris. Mais il semble que la compression chauffe le gaz et provoque des brûlures qui detruisent les cellules et les rendent impermeables à l'air. Le poumon est donc inutilisable. Après il y a les effets de choc à proprement parler : ecaillage (rupture liée au passage de l'onde de choc), cavitation (expansion puis implosion des liquides) et beaucoup d'autres. Les organes étant des objets complexes, leur étude est difficile et toutes les interactions ne sont pas bien comprises. Afficher tout Pour rebondir sur la question du don d'organe qui a été soulevé par une autre anecdote récemment, et plus précisement la question du don du corps à la science : est-ce qu'on effectue des essais sur des corps, ou des organes seuls, pour mieux comprendre comment ces explosions agissent ?

Parce que c'est pas tout de faire des grenades pour tout casser, encore faut-il savoir comment c'est qu'on casse, et éventuellement développer de meilleurs méthodes de soins d'urgence, etc, pour les victimes d'explosion.

a écrit : Oui bien sûr. Si on te jette une grenade dégoupillée, tu prendras bien le temps de l'analyser pour savoir ce que tu dois faire avant qu'elle n'explose.

Pour ma part, j'adopterai plutôt la méthode de memeMETAL, si la panique ne me fige pas sur place... ;-)
La panique te digérait probablement sur place en cas de danger imminent, Hors ce n'est pas le cas avec une grenade, en revanche ton temps de réaction peut être fatal...
Se laquer au sol est un acte réflexe qui s'apprend (dans les armées notamment)

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : Tout d'abord, merci de tes renseignements forts utiles. Cependant, faut se positionner sur le ventre ou sur le dos ?
N.B. : Je pense que c'est sur le ventre mais sait-on jamais !
Tout à fait Henri2002 , c'est bien sur le ventre. L'objectif est de réduire ta surface corporelle au maximum ,face à la dispersion chaotique des projectiles. Tes organes vitaux sont donc , en principe , moins exposés dans cette configuration . Maintenant , dis toi qu'à la suite d'une course pour la survie , tu tombera machinalement dans cette position . Les talons , quant à eux , feront "écran " face à l'explosion. Les risques sont , évidemment , toujours présents hein...restons lucide.

Pour moi l'eau n'est pas compressible du tout quand elle est liquide

a écrit : Pour moi l'eau n'est pas compressible du tout quand elle est liquide Erreur, elle l'est, mais bien moins qu'un gaz, évidemment.
Son coefficient de compressibilité isotherme est : χ T = -(1/V) dV/dP = 4.4.10^-10 / Pa.
Ça ne fait pas beaucoup, c'est pour cela que les cris des baleines, par exemple, peuvent être entendus à 1000 km par leurs semblables.

a écrit : La panique te digérait probablement sur place en cas de danger imminent, Hors ce n'est pas le cas avec une grenade, en revanche ton temps de réaction peut être fatal...
Se laquer au sol est un acte réflexe qui s'apprend (dans les armées notamment)
Si ça s'apprend, ce n'est donc pas un réflexe, mais une formation?

C'est pour ça (entre autres) que pêcher à la grenade ou au lance roquette est formellement interdit car un grand nombre de poissons dans un immense rayon sont tués par l'onde de choc. Ceux qui survivent à l'explosion meurent d'hémorragie interne quelques heures plus tard.

Posté le

android

(36)

Répondre

a écrit : Oui bien sûr. Si on te jette une grenade dégoupillée, tu prendras bien le temps de l'analyser pour savoir ce que tu dois faire avant qu'elle n'explose.

Pour ma part, j'adopterai plutôt la méthode de memeMETAL, si la panique ne me fige pas sur place... ;-)
Il n'a jamais prétendu qu'il se poserait 5 secondes pour identifier quel type de grenade a été jetée non plus... Des fragments se propageront moins vite dans l'air que dans l'eau de toute façon.

a écrit : C'est pour ça (entre autres) que pêcher à la grenade ou au lance roquette est formellement interdit car un grand nombre de poissons dans un immense rayon sont tués par l'onde de choc. Ceux qui survivent à l'explosion meurent d'hémorragie interne quelques heures plus tard. Faut vraiment être un peu fou pour le faire, quand même...
Ce message s'adresse aussi à ceux qui recourent à l'électropêche au-dessus d'un certain voltage. (me rappelle plus de la tension maximale autorisée,par contre)