Picasso s'est trahi auprès de sa femme avec un tableau

Proposé par
Invité
le
dans

Le tableau "La lecture" de Picasso montre une femme nue endormie avec un livre sur les genoux. Ce tableau lui coûta cher, car sa femme de l'époque, Olga Khokhlova, se rendit compte que ce n'était pas elle qui était représentée, mais celle qui était en réalité sa maitresse, Marie-Thérèse Walter. Elle divorça peu de temps après.


Commentaires préférés (3)

Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso...

Posté le

android

(402)

Répondre

En même temps, il faut y aller pour reconnaître qui que ce soit sur un tableau comme celui-ci! J'aurais d'ailleurs pas rechigner sur une photo pour compléter l'anecdote.

Posté le

android

(183)

Répondre

Quand on voit le tableau (cf source), je ne sais pas si on peut appeler ça une preuve d'amour que de voir une quelconque ressemblance entre soi et le tableau.

Toujours est-il que la femme de Picasso n'a pas reconnu certains traits qui lui étaient pourtant caractéristiques dans les oeuvres précédentes de son mari, la représentant.

Aussi, Picasso était connu pour être un homme à femmes. Mais là ce qui aurait dérangé c'est l'âge de Marie-Thérèse Walter, sa maîtresse. En effet, en 1927 (date supposée de leur rencontre d'après les sources) elle avait 17 ans et lui...... 46 !

Pour finir, après j'arrête le pavé, promis.... Après que sa femme l'aie quittée, Picasso aurait utilisé M-T Walter pour des tableaux comme "Le rêve", peint qlq mois après la rupture du peintre avec sa femme.... Il a pas perdu de temps le bougre ^^

Bonne journée à tous !

Posté le

android

(227)

Répondre


Tous les commentaires (21)

Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso...

Posté le

android

(402)

Répondre

En même temps, il a pas été très inspiré sur ce coup. "Marie-Thérèse, notre relation doit rester secrète. Mais je vais quand même te peindre en train de lire et je vais montrer ça à ma femme."

Posté le

android

(45)

Répondre

a écrit : Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso... Pas tant que ça, on la voit à la fois de face et de profil.
Il faut savoir que le cubisme, fondé par Braque, résulte de la lecture de livres mathématiques concernant les projections d'un volume à n dimensions sur un plan.
Avec un peu d'habitude, on reconstitue très bien un volume en 3D à partir de ses projections.

En même temps, il faut y aller pour reconnaître qui que ce soit sur un tableau comme celui-ci! J'aurais d'ailleurs pas rechigner sur une photo pour compléter l'anecdote.

Posté le

android

(183)

Répondre

Quand on voit le tableau (cf source), je ne sais pas si on peut appeler ça une preuve d'amour que de voir une quelconque ressemblance entre soi et le tableau.

Toujours est-il que la femme de Picasso n'a pas reconnu certains traits qui lui étaient pourtant caractéristiques dans les oeuvres précédentes de son mari, la représentant.

Aussi, Picasso était connu pour être un homme à femmes. Mais là ce qui aurait dérangé c'est l'âge de Marie-Thérèse Walter, sa maîtresse. En effet, en 1927 (date supposée de leur rencontre d'après les sources) elle avait 17 ans et lui...... 46 !

Pour finir, après j'arrête le pavé, promis.... Après que sa femme l'aie quittée, Picasso aurait utilisé M-T Walter pour des tableaux comme "Le rêve", peint qlq mois après la rupture du peintre avec sa femme.... Il a pas perdu de temps le bougre ^^

Bonne journée à tous !

Posté le

android

(227)

Répondre

On se demande bien comme elle a pu savoir que c'était pas elle...

a écrit : Pas tant que ça, on la voit à la fois de face et de profil.
Il faut savoir que le cubisme, fondé par Braque, résulte de la lecture de livres mathématiques concernant les projections d'un volume à n dimensions sur un plan.
Avec un peu d'habitude, on reconstitue très bien un volume en 3D à partir de ses projections.
Tout à fait. De même la Grande Arche de la Défense est l'évidente, du moins pour un matheux, projection en 3D d'un hypercube à quatre dimensions (tesseract).

Une explication assez simple: Olga était noireaude alors que Marie-Thérèse était blonde.
Ce "trait caractéristique" se conserve très bien dans une oeuvre cubiste.

a écrit : Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso... Mais si, c'est facile : Olga avait deux seins, la femme du tableau n'en a qu'un seul.

a écrit : Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso... Au contraire, c'est évident pour celui qui en sait un peu sur les représentations en projection.
La géométrie descriptive est réputée avoir été inventée par Monge, mais pour construire la coupole de Sainte-Sophie à Istanbul, un escalier en colimaçon ou un encorbellement au Moyen-âge et tailler les pierres correctement, il faut une maîtrise des représentations planes d'un volume.

Mais enfin ma chérie, c'est un club de lecture, c'est tout.. Ouais un club de lecture naturiste, ouais.. Nan tu peux pas venir, nan..

Peut-être que sa femme avait 2 seins, elle...

Posté le

android

(8)

Répondre

Commentaire supprimé Et sinon l'anecdote ? Non parce que les discussions informatiques, comment dire...

Pour en revenir au sujet, je ne vois effectivement pas comment on peut reconnaître quelqu'un sur ce tableau, même si je l'apprécie. C'est la fameuse intuition féminine, une femme connaît son mari.

a écrit : Diablement physionomiste, la Olga, pour reconnaître quelqu'un dans un portrait de Picasso... Vive l'idée reçu!!! Picasso n'a pas toujours fait de l'abstrait, il a commencé en faisant beaucoup de portraits qui étaient très réalistes. Il y a le musée Picasso a Paris qui suis le cheminement de son travail. Des portraits très réaliste aux debut, puis de l'abstrait et enfin, des oeuvres beaucoup plus enfantine a la fin de sa vie. (Gros resumé)

a écrit : Vive l'idée reçu!!! Picasso n'a pas toujours fait de l'abstrait, il a commencé en faisant beaucoup de portraits qui étaient très réalistes. Il y a le musée Picasso a Paris qui suis le cheminement de son travail. Des portraits très réaliste aux debut, puis de l'abstrait et enfin, des oeuvres beaucoup plus enfantine a la fin de sa vie. (Gros resumé) Afficher tout Certes, mais le tableau dont il est question ici n'a rien de réaliste.

a écrit : Quand on voit le tableau (cf source), je ne sais pas si on peut appeler ça une preuve d'amour que de voir une quelconque ressemblance entre soi et le tableau.

Toujours est-il que la femme de Picasso n'a pas reconnu certains traits qui lui étaient pourtant caractéristiques dans les oeuvres précéde
ntes de son mari, la représentant.

Aussi, Picasso était connu pour être un homme à femmes. Mais là ce qui aurait dérangé c'est l'âge de Marie-Thérèse Walter, sa maîtresse. En effet, en 1927 (date supposée de leur rencontre d'après les sources) elle avait 17 ans et lui...... 46 !

Pour finir, après j'arrête le pavé, promis.... Après que sa femme l'aie quittée, Picasso aurait utilisé M-T Walter pour des tableaux comme "Le rêve", peint qlq mois après la rupture du peintre avec sa femme.... Il a pas perdu de temps le bougre ^^

Bonne journée à tous !
Afficher tout
Le tableau "le rêve" date de la même période . Il y a en fait deux tableaux présentés le même mois . La lecture 1932 et le Rêve de 1932 aussi . D'où l'agacement de la femme de Picasso alors que dans la lecture Picasso se représente au dessus du visage de sa maîtresse . Dans le rêve il peint carrément un phallus, posé sur le visage de sa maîtresse . Ça commence à faire un peu trop pour madame Picasso ...Parceque les pic-assiettes elle. Elle a jamais pu les encadrer ^^

Moralité : la pédophilie peut rapporter gros.

Posté le

android

(0)

Répondre

Contrairement à ce qu'on croit, les portraits de Picasso étaient très ressemblants. Il a reçu un enseignement académique.