Des cheveux humains peuvent servir à faire un additif de boulangerie

Proposé par
le
dans

La cystéine est un acide aminé ajouté à de nombreux produits de boulangerie sous le nom d'E920, extrait notamment de plumes ou de cheveux humains dissous dans de l'acide chlorhydrique. Ce dernier mode de production a été interdit en France puisque considéré comme du « recyclage intra-espèce », mais il est difficile à vérifier car il est quasiment impossible de savoir comment elle a été produite.


Commentaires préférés (3)

Ce qui gêne, c'est un peu le côté "cannibalisme" de la chose, non ? Mais y'a toujours quelque chose qui me taraude: dans quelle mesure on peut considérer qu'une molécule spécifique est "humaine" ou non ? Par là, je veux dire, quelle est la limite d'utilisation de cette molécule, dans la mesure où sa provenance est humaine ? Puisqu'elle est produite par d'autres espèces, en soi, elle n'est pas proprement humaine, et on est très éloigné d'un produit directement issu de l'homme. Du genre, de la viande, des cheveux, des ongles.

Si quelqu'un peut me proposer son point de vue éthique sur la chose, ça m'aiderait à y réfléchir. :)

Posté le

android

(82)

Répondre

a écrit : Je ne vois pas là de cannibalisme mais si on peut trouver ailleurs cet acide aminé, autant éviter la polémique. Cependant, en médecine on utilise des cellules humaines à but curatif ne serait ce qu'en cas de transfusion sanguine. Et sans être médecin, je sais que l'on utilise des protéines humaines pour le traitement de nombreuses pathologies. Afficher tout Tu parles de produit pharmaceutiques, l'anecdote parle de nourriture en boulangerie. Y a une légère différence.

Posté le

android

(62)

Répondre


Tous les commentaires (43)

Ok donc si ça se trouve on est cannibale en mangeant du pain.

Posté le

android

(7)

Répondre

Ce qui gêne, c'est un peu le côté "cannibalisme" de la chose, non ? Mais y'a toujours quelque chose qui me taraude: dans quelle mesure on peut considérer qu'une molécule spécifique est "humaine" ou non ? Par là, je veux dire, quelle est la limite d'utilisation de cette molécule, dans la mesure où sa provenance est humaine ? Puisqu'elle est produite par d'autres espèces, en soi, elle n'est pas proprement humaine, et on est très éloigné d'un produit directement issu de l'homme. Du genre, de la viande, des cheveux, des ongles.

Si quelqu'un peut me proposer son point de vue éthique sur la chose, ça m'aiderait à y réfléchir. :)

Posté le

android

(82)

Répondre

a écrit : Ce qui gêne, c'est un peu le côté "cannibalisme" de la chose, non ? Mais y'a toujours quelque chose qui me taraude: dans quelle mesure on peut considérer qu'une molécule spécifique est "humaine" ou non ? Par là, je veux dire, quelle est la limite d'utilisation de cette molécule, dans la mesure où sa provenance est humaine ? Puisqu'elle est produite par d'autres espèces, en soi, elle n'est pas proprement humaine, et on est très éloigné d'un produit directement issu de l'homme. Du genre, de la viande, des cheveux, des ongles.

Si quelqu'un peut me proposer son point de vue éthique sur la chose, ça m'aiderait à y réfléchir. :)
Afficher tout
Qu'il soit produit par d'autres espèces ne change pas grand chose d'après moi. Ce qui est interdit c'est d'utiliser cet ingrédient quand il provient de cheveux humains, tout comme il est interdit de manger de la viande humaine. Même si celle-ci a les mêmes apports qu'une viande animal il a fallu l'extraire d'un humain pour l'avoir.

L'anecdote laisse penser que le produit n'est pas interdit lorsqu'il vient de plumes ou autre. Il y a marqué "recyclage intra-espèce" donc utiliser de l'humain pour nourrir de l'humanité, ou utiliser du bovin pour nourrir du bovin (cause de la vache folle).

Posté le

android

(24)

Répondre

a écrit : Ce qui gêne, c'est un peu le côté "cannibalisme" de la chose, non ? Mais y'a toujours quelque chose qui me taraude: dans quelle mesure on peut considérer qu'une molécule spécifique est "humaine" ou non ? Par là, je veux dire, quelle est la limite d'utilisation de cette molécule, dans la mesure où sa provenance est humaine ? Puisqu'elle est produite par d'autres espèces, en soi, elle n'est pas proprement humaine, et on est très éloigné d'un produit directement issu de l'homme. Du genre, de la viande, des cheveux, des ongles.

Si quelqu'un peut me proposer son point de vue éthique sur la chose, ça m'aiderait à y réfléchir. :)
Afficher tout
Quand de l'ADN humain fait parti des substances utilisées , je pense que là il y a un probleme d'ethique

Posté le

android

(15)

Répondre

quand on prend la quantité d'eau disponible, qu'on la compare à une estimation de ce qui a vécu sur la planète, on constate que toute l'eau est passée par les reins d'au moins 5 organismes vivants...
et si on parlait du phosphore, indispensable à la vie cellulaire, qui est disponible en si faible quantité qu'il faut envisager de recycler les cadavres d'ici une centaine d'années, pour éviter sa pénurie?
par contre, bouffer des cheveux... ça ne me plait pas trop

Je ne vois pas là de cannibalisme mais si on peut trouver ailleurs cet acide aminé, autant éviter la polémique. Cependant, en médecine on utilise des cellules humaines à but curatif ne serait ce qu'en cas de transfusion sanguine. Et sans être médecin, je sais que l'on utilise des protéines humaines pour le traitement de nombreuses pathologies.

Posté le

android

(2)

Répondre

Mais sérieusement il y a des mecs qui sont prêts à vendre un produit obtenu d'une source humaine pour qu'il soit mangé ? Et ils les trouvent où les cheveux d'ailleurs ?!

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Je ne vois pas là de cannibalisme mais si on peut trouver ailleurs cet acide aminé, autant éviter la polémique. Cependant, en médecine on utilise des cellules humaines à but curatif ne serait ce qu'en cas de transfusion sanguine. Et sans être médecin, je sais que l'on utilise des protéines humaines pour le traitement de nombreuses pathologies. Afficher tout Tu parles de produit pharmaceutiques, l'anecdote parle de nourriture en boulangerie. Y a une légère différence.

Posté le

android

(62)

Répondre

a écrit : Mais sérieusement il y a des mecs qui sont prêts à vendre un produit obtenu d'une source humaine pour qu'il soit mangé ? Et ils les trouvent où les cheveux d'ailleurs ?! Dans les poubelles des coiffeurs, j'imagine... Berk...

Le vrai problème c'est le mélange à l'acide. On s'en fout que se soit une plume ou un cheveu humain! C'est comme le colorant caramel du coca ET du vinaigre E150d un savant mélange de soude et de sucre !

Posté le

android

(9)

Répondre

Je porte maintenant un regard différent sur mon cher coiffeur

Posté le

android

(3)

Répondre

Sinon y'a que moi qui ait envie de vomir? *repose sa tartine*

Bientôt pour être boulanger il faudra un doctorat en chimie.
Non mais blague à part, les industriels jouent vraiment de plus en plus aux apprentis sorciers. Pour un simple produit comme le pain il y a une liste à rallonge d'ingrédients aux noms plus que douteux. A cette allure le film "soleil vert" deviendra une réalité.

Posté le

android

(21)

Répondre

C'est surtout les exigences des consommateurs qui poussent les boulangers et industriels à balancer plein de produits chimiques dans la pâte. . Je me souviens quand j'étais boulanger que mettre la main dans l'additif sous forme de poudre te fesais avoir des démangeaisons.. Et ça aller dans le pain..

Posté le

android

(15)

Répondre

Comment a-t-on pu si longtemps manger du pain sans cheveux humains dissous dans de l'acide chlorhydrique ? Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour que quelqu'un aie cette idée géniale, pourtant évidente et frappée au coin du bon sens ?

soleil vert... à ceux qui ne voient pas le problème.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Ce qui gêne, c'est un peu le côté "cannibalisme" de la chose, non ? Mais y'a toujours quelque chose qui me taraude: dans quelle mesure on peut considérer qu'une molécule spécifique est "humaine" ou non ? Par là, je veux dire, quelle est la limite d'utilisation de cette molécule, dans la mesure où sa provenance est humaine ? Puisqu'elle est produite par d'autres espèces, en soi, elle n'est pas proprement humaine, et on est très éloigné d'un produit directement issu de l'homme. Du genre, de la viande, des cheveux, des ongles.

Si quelqu'un peut me proposer son point de vue éthique sur la chose, ça m'aiderait à y réfléchir. :)
Afficher tout
Je me demande si ce n'est pas plutôt une question "d'exploitation du corps humain". Je met le terme entre guillemet car il est peut-être trop fort. On pourrait par exemple fabriquer du cuir à partir de peau humaine : ce n'est pas destiné à la consommation, malgré tout on pourrait se poser la question d'utiliser un morceau de corps humain.

(En plus, il ya une anecdote qui parle de vieux livres de médecine dont la couverture est en cuir humain ^^
secouchermoinsbete.fr/9176-la-peau-humaine-en-couverture )

a écrit : Mais sérieusement il y a des mecs qui sont prêts à vendre un produit obtenu d'une source humaine pour qu'il soit mangé ? Et ils les trouvent où les cheveux d'ailleurs ?! Il font le ménage chez les coiffeurs ????

Sinon il sert à quoi cet acide aminé ?