Les abattoirs ambulants seraient mieux pour les animaux

Proposé par
le
dans

Il existe dans certains pays comme la Suède des abattoirs ambulants. Il s'agit de camions qui permettent d'abattre les animaux directement dans leur ferme. L'animal meurt ainsi là où il a vécu, moins stressé, satisfaisant ainsi une préoccupation éthique croissante dans le monde de l'élevage, en sus d'améliorer la qualité de la viande.

Cette pratique existante dans des pays comme la Suède, l'Allemagne, ou certains états nord-américains, n'est toutefois pas autorisée en France.


Commentaires préférés (3)

Le probleme récurrent des abattoirs n'est pas "où l'animal est tué" mais plutot "dans quelles conditions est-il tué"

Petit complément au complément de l'anecdote, tiré des sources : en France 2 personnes ont crée une entreprise afin d'importer l'idée de Suède. Justement la commission d’enquête parlementaire sur les abatoires préconise de tester ce dispositif. L'un des freins a sa mise en place serait un investissement nécessaire tres important pour l'éleveur, et si les solutions moins chers existes, elles auraient moins les faveurs de la comission d'enquete parlementaire... "Verdict" en septembre lorsque cette derniere rendra ses conclusions

a écrit : Le probleme récurrent des abattoirs n'est pas "où l'animal est tué" mais plutot "dans quelles conditions est-il tué" Le "où" fait partie du "comment" ! Par exemple, si on les tue sur place, il n'y a pas besoin de les séparer de leurs petits ! La plupart des animaux d'élevage y sont très sensibles et sont bien moins stressés si ils ont leur progéniture à leurs côtés ! Ça aussi c'est important !

Posté le

android

(83)

Répondre


Tous les commentaires (66)

Le probleme récurrent des abattoirs n'est pas "où l'animal est tué" mais plutot "dans quelles conditions est-il tué"

mourir entouré de sa famille... ça donne presque envie
ou pas

Petit complément au complément de l'anecdote, tiré des sources : en France 2 personnes ont crée une entreprise afin d'importer l'idée de Suède. Justement la commission d’enquête parlementaire sur les abatoires préconise de tester ce dispositif. L'un des freins a sa mise en place serait un investissement nécessaire tres important pour l'éleveur, et si les solutions moins chers existes, elles auraient moins les faveurs de la comission d'enquete parlementaire... "Verdict" en septembre lorsque cette derniere rendra ses conclusions

a écrit : Le probleme récurrent des abattoirs n'est pas "où l'animal est tué" mais plutot "dans quelles conditions est-il tué" Le "où" fait partie du "comment" ! Par exemple, si on les tue sur place, il n'y a pas besoin de les séparer de leurs petits ! La plupart des animaux d'élevage y sont très sensibles et sont bien moins stressés si ils ont leur progéniture à leurs côtés ! Ça aussi c'est important !

Posté le

android

(83)

Répondre

a écrit : Le "où" fait partie du "comment" ! Par exemple, si on les tue sur place, il n'y a pas besoin de les séparer de leurs petits ! La plupart des animaux d'élevage y sont très sensibles et sont bien moins stressés si ils ont leur progéniture à leurs côtés ! Ça aussi c'est important ! Effectivement, sous cet angle, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Il y a également l'élevage des saumons en Norvège qui ce fait de la même façon.


Si être stressé diminue la qualité de la viande, je commence à avoir pitié envers les cannibales...

Le verbe "seraient " dans le titre me fait tristement sourire , même une fourmi fuit face à un danger , on considère les animaux comme des meubles, petite anecdote qui vous mettra en appétit: l éleveur pas loin de chez moi m avoue dernièrement que il envoi certaines de ses vaches atteintes d un cancer généralisé a l abattoir et elle passe comme une lettre à la poste, vous y repenserez en allant au Mac do , bon appétit bien sûr ...

a écrit : Le "où" fait partie du "comment" ! Par exemple, si on les tue sur place, il n'y a pas besoin de les séparer de leurs petits ! La plupart des animaux d'élevage y sont très sensibles et sont bien moins stressés si ils ont leur progéniture à leurs côtés ! Ça aussi c'est important ! Regarde petit veau, c'est ce qui bientôt t'arriver ! Les animaux entrent dans le camion, ils sont don légèrement séparés de leurs petits(beaucoup moins que lorsqu'ils vont à l'abattoir,c'est sur)

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Le verbe "seraient " dans le titre me fait tristement sourire , même une fourmi fuit face à un danger , on considère les animaux comme des meubles, petite anecdote qui vous mettra en appétit: l éleveur pas loin de chez moi m avoue dernièrement que il envoi certaines de ses vaches atteintes d un cancer généralisé a l abattoir et elle passe comme une lettre à la poste, vous y repenserez en allant au Mac do , bon appétit bien sûr ... Afficher tout Je ne sais pas si un cancer généralisé atteint les muscles (partie que l'on mange), peut-on m'éclairer là dessus ?

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Le probleme récurrent des abattoirs n'est pas "où l'animal est tué" mais plutot "dans quelles conditions est-il tué" Je tien à préciser que les conditions d'abattage ne son pas exclusivement comme dis au informations

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Le verbe "seraient " dans le titre me fait tristement sourire , même une fourmi fuit face à un danger , on considère les animaux comme des meubles, petite anecdote qui vous mettra en appétit: l éleveur pas loin de chez moi m avoue dernièrement que il envoi certaines de ses vaches atteintes d un cancer généralisé a l abattoir et elle passe comme une lettre à la poste, vous y repenserez en allant au Mac do , bon appétit bien sûr ... Afficher tout Excuse moi mais ton anecdote n'a pas beaucoup d'intérêt, un cancer n'est absolument pas contagieux, ni par la nourriture ni par quoique ce soit d'autre. Les produits cancérigènes ne sont pas de la viande d'animal qui avait le cancer mais plutôt des additifs chimiques dangereux, des pesticides ou autres joyeusetés.

Sur le reportage d'Arte que j'avais vu (France ou Allemagne je ne sais plus), les éleveurs étaient aussi vraiment rassurés de ne pas voir leurs bêtes se retrouver dans un endroit plus que glauque ou le stress et la peur accompagnent la mort de l'animal aimé (oui ils aimaient vraiment leur vaches).
Ils préféraient largement un camion ou la personne, véridique, passait 5 à 10 minutes avec l'animal à lui parler et la carresser avant l'acte.

Posté le

android

(9)

Répondre

de l'art d'ergoter sur tout, pour éviter de parler de l'essentiel : la cruauté de l'abattage des animaux

a écrit : Le verbe "seraient " dans le titre me fait tristement sourire , même une fourmi fuit face à un danger , on considère les animaux comme des meubles, petite anecdote qui vous mettra en appétit: l éleveur pas loin de chez moi m avoue dernièrement que il envoi certaines de ses vaches atteintes d un cancer généralisé a l abattoir et elle passe comme une lettre à la poste, vous y repenserez en allant au Mac do , bon appétit bien sûr ... Afficher tout En soi un cancer ne pose pas de problème. Ce n'est pas contagieux et c'est tout à fait légal. On peut même légalement envoyé à l'abbatoir des animaux malades, tant que la maladie n'est pas transmissible à l'humain.
Faut admettre que c'est pas très ragoutant

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : de l'art d'ergoter sur tout, pour éviter de parler de l'essentiel : la cruauté de l'abattage des animaux La viande comme les fruits et légumes sont des cadeaux de la terre, et les refuser serait renier notre nature. Manger ce qu'elle nous offre,c'est le cycle de la vie. Il faut seulement Que la mort de l'animal soit elle aussi la plus naturelle possible

a écrit : de l'art d'ergoter sur tout, pour éviter de parler de l'essentiel : la cruauté de l'abattage des animaux Dixit celui qui doit, sans aucun doute, s'envoyer un peu de barback de temps à autre!

"Cette pratique existantE dans des pays..." Et allez, vous vous réveillerez plus bêtes mes amis

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : mourir entouré de sa famille... ça donne presque envie
ou pas
Tout est noir dans tes commentaires, ne vois tu que ça ?

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Le "où" fait partie du "comment" ! Par exemple, si on les tue sur place, il n'y a pas besoin de les séparer de leurs petits ! La plupart des animaux d'élevage y sont très sensibles et sont bien moins stressés si ils ont leur progéniture à leurs côtés ! Ça aussi c'est important ! Tuer un veau sans le séparer de sa mère ? Qu'elle douce attention.
Un peu le même débat de savoir si il faut mieux appliquer la peine de mort par chaise électrique ou par injection létale. Mais qui passe la question de la nature de la peine en elle-même.
Ou bien le débat des armes de guerre interdites et celles autorisées.. Bref ! L'essentiel échappe toujours au débat.

Posté le

android

(8)

Répondre

Team vegan ? Qui est là?

Posté le

android

(10)

Répondre