Des bataillons SS se sont mutinés

Proposé par
le
dans

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande n'a pas été à l'abri des mutineries. En 1943, un bataillon SS composé de Croates et de Bosniaques se retourna contre l'occupant allemand à Villefranche-de-Rouergue. L'armée allemande réagit très vite et écrasa le bataillon mal équipé, en à peine une journée. La plupart des survivants furent déportés et il existe depuis une "avenue des Croates" dans la ville.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Il faut savoir que la Wehrmacht (mais pas que eux) enrôlait parfois de force les populations conquises en son sein afin de les envoyer à l'autre bout du monde (en l'occurence de l'Europe) combattre. C'est une pratique qui fut bien plus courante qu'on ne le pense et qui est usitée depuis des millénaires.
www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-1-page-63.htm
Afficher tout
Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie.

Posté le

android

(110)

Répondre

a écrit : Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie. Premièrement, il ne faux pas confondre SS et Waffen-SS, qui est en quelque sorte l'armée des SS. Il existe d'autre branche des SS, comme la SS-Totenkopfverbände (les fameuses têtes de morts) s'occupant des camps.
SI la Waffen SS n’était a l'origine composé que de national-socialiste allemands, elle s’élargira de plus en plus : d'abord les Volksdeutsche (littéralement « Allemand par le peuple »), c'est à dire des gens issus de la "race germanique" mais n'ayant pas la nationalité allemande. les "Malgré-nous" sont les gens d'alsace-moselle ainsi incorporés a l'armée allemande, et entre autres aux waffenSS. Ils vont par la suite ratisser encore plus large, en enrôlant des gens n'ayant ni la "race" allemande, ni l'idéologie nazie.


Tous les commentaires (16)

a écrit : Il faut savoir que la Wehrmacht (mais pas que eux) enrôlait parfois de force les populations conquises en son sein afin de les envoyer à l'autre bout du monde (en l'occurence de l'Europe) combattre. C'est une pratique qui fut bien plus courante qu'on ne le pense et qui est usitée depuis des millénaires.
www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-1-page-63.htm
Afficher tout
Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie.

Posté le

android

(110)

Répondre

Tu as tout à fait raison fuust, concernant cette pratique présente "partout et depuis toujours".
Ce qui surprend est que des enrôlés de force soient SS. N'était-ce pas uniquement "l'élite idéologique" hitlérienne qui devait composer cesdits bataillons?

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie. Il me semble bien qu'au bout d'un moment ils ont fait ça même chez les SS :)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie. Premièrement, il ne faux pas confondre SS et Waffen-SS, qui est en quelque sorte l'armée des SS. Il existe d'autre branche des SS, comme la SS-Totenkopfverbände (les fameuses têtes de morts) s'occupant des camps.
SI la Waffen SS n’était a l'origine composé que de national-socialiste allemands, elle s’élargira de plus en plus : d'abord les Volksdeutsche (littéralement « Allemand par le peuple »), c'est à dire des gens issus de la "race germanique" mais n'ayant pas la nationalité allemande. les "Malgré-nous" sont les gens d'alsace-moselle ainsi incorporés a l'armée allemande, et entre autres aux waffenSS. Ils vont par la suite ratisser encore plus large, en enrôlant des gens n'ayant ni la "race" allemande, ni l'idéologie nazie.

a écrit : Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie. La SS a mis sur pieds des divisions dit de "volontaire" Ainsi ils y' avait la division SS Viking pour les danois/norvégiens , la SS Charlemagne pour le Benelux et la France ( qui envoya aussi le corps LVF en Russie).

Une fois n'est pas coutumes, anecdote dans l’anecdote :) :

Des milliers de prisonniers allemands s’enrôlèrent dans la légions étrangère française et combattirent en Indochine dont pas mal de Paras et de SS .Leurs expérience fut cruciale et 1600 d'entre furent déployer a Diên Biên Phu, dont la plupart ne revinrent pas.

a écrit : Pas dans la SS qui était une armée politique réservée à ceux qui voulaient en faire partie, d'où le caractère étonnant de cette mutinerie. Vers la fin du conflit, les soldats enrôlés dans les rangs SS n'étaient plus forcément des nazis confirmés mais plutôt des soldats d'élites. Le but était de maintenir la "grandeur" et puissance des SS au détriment d'une uniformité idéologique

Posté le

android

(9)

Répondre

C'est d'ailleurs le bataillon SS envoyé pour réprimer la mutinerie qui a commis (entre autres) le massacre d'Ouradour-sur-Glane au retour

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : La SS a mis sur pieds des divisions dit de "volontaire" Ainsi ils y' avait la division SS Viking pour les danois/norvégiens , la SS Charlemagne pour le Benelux et la France ( qui envoya aussi le corps LVF en Russie).

Une fois n'est pas coutumes, anecdote dans l’anecdote :) :

Des milliers de prisonniers allemands s’enrôlèrent dans la légions étrangère française et combattirent en Indochine dont pas mal de Paras et de SS .Leurs expérience fut cruciale et 1600 d'entre furent déployer a Diên Biên Phu, dont la plupart ne revinrent pas.
Afficher tout
C'est d'ailleurs la ss charlemagne qui "défendit" (si on peu dire ça comme ça...) le régime nazi moribond jusqu'à la fin

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Il faut savoir que la Wehrmacht (mais pas que eux) enrôlait parfois de force les populations conquises en son sein afin de les envoyer à l'autre bout du monde (en l'occurence de l'Europe) combattre. C'est une pratique qui fut bien plus courante qu'on ne le pense et qui est usitée depuis des millénaires.
www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-1-page-63.htm
Afficher tout
Les malgré-nous en font partie, ce sont à l'origine des alsaciens.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Vers la fin du conflit, les soldats enrôlés dans les rangs SS n'étaient plus forcément des nazis confirmés mais plutôt des soldats d'élites. Le but était de maintenir la "grandeur" et puissance des SS au détriment d'une uniformité idéologique Les soldats engagés par la waffen SS n'ont jamais été des soldats d'élites. D'une part, cette partie de la SS recrutait elle même les recrues et ne les choisissait pas dans les autres unités. D'autre part, les tactiques souvent simple de cet armée traduisent un niveau d'instruction et de compétence général plus faible que la Werhmacht. Si certaines divisions SS se sont bien comportée, leur appartenance à l'élite des armées allemandes n'a jamais été un fait acquis.

Posté le

android

(4)

Répondre

Une petite pensée aux Bosniaques qui n'ont pas eu leurs avenue...

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Il faut savoir que la Wehrmacht (mais pas que eux) enrôlait parfois de force les populations conquises en son sein afin de les envoyer à l'autre bout du monde (en l'occurence de l'Europe) combattre. C'est une pratique qui fut bien plus courante qu'on ne le pense et qui est usitée depuis des millénaires.
www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-1-page-63.htm
Afficher tout
Tout à fait
Je ramènerais même une preuve d'un ancien roi d'assyrie qui avait pour méthode une fois une ville ou un pays conquis de pratiquer systématiquement le "melting-pot "
C.-à-d. Le brassage des populations . Ce afin d'éviter toute velléité de rébellion .
En effet psychologiquement , un homme loin de sa patrie a du mal à fomenter une révolte puisqu'il n'est pas du coin

a écrit : C'est d'ailleurs le bataillon SS envoyé pour réprimer la mutinerie qui a commis (entre autres) le massacre d'Ouradour-sur-Glane au retour Des alsaciens...

Posté le

android

(0)

Répondre

Je sais plus où j'ai lu ça on appel Bosniens les personnes vivant en Bosnie, les Bosniaques sont ceux parmi eux qui sont de confession musulmane. La Bosnie Herzégovine regroupes des croates, serbes, bosniaque qui illustre trois grandes communautés du pays et tous sont des Bosniens.

Peut-être mal formulé. Si quelqu'un peut éventuellement corriger ajouter quelque chose.

a écrit : Les soldats engagés par la waffen SS n'ont jamais été des soldats d'élites. D'une part, cette partie de la SS recrutait elle même les recrues et ne les choisissait pas dans les autres unités. D'autre part, les tactiques souvent simple de cet armée traduisent un niveau d'instruction et de compétence général plus faible que la Werhmacht. Si certaines divisions SS se sont bien comportée, leur appartenance à l'élite des armées allemandes n'a jamais été un fait acquis. Afficher tout Pas une élite pour l'armée allemande certes mais une élite pour le régime et pour leurs opposant. Mais leurs faits d'arme, il est vrai sont dus aux fanatismes et a là cohésions de groupe ainsi qu'à de très nombreuses pertes.