Training Day a été tourné sur les territoires des gangs

Proposé par
Invité
le
dans

Commentaires préférés (3)

Comme dans Son's of Anarchy où certains acteur étaient de vrais membres des Hell's Angels, il y avait même un des fondateurs du légendaire MC

Posté le

android

(108)

Répondre

a écrit : Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple
négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?
Afficher tout
Le cinéma Hollywoodien ne cherche généralement pas à changer quoi que ce soit. Plus de réalisme des acteurs ca ameliore l'immersion du spectateur donc ca donne de meilleures critiques de la part du public et donc plus de recettes. Le moindre père de famille jardinier peut se mettre à tuer tout ce qui bouge donc le role d'exemple négatif à ne pas suivre c'est clairement pas leur priorité. Au contraire ils font meme passer ca pour des trucs cools

Posté le

android

(30)

Répondre

a écrit : Ils n'ont pas peur pour leurs matos ≧ω≦ Il n'y a pas meilleur moyen de sécuriser le matos que d'impliquer les gangs dans le tournage : ça deviens leur tournage, et garre à celui qui touche au matos.

Posté le

android

(122)

Répondre


Tous les commentaires (18)

Comme dans Son's of Anarchy où certains acteur étaient de vrais membres des Hell's Angels, il y avait même un des fondateurs du légendaire MC

Posté le

android

(108)

Répondre

a écrit : Comme dans Son's of Anarchy où certains acteur étaient de vrais membres des Hell's Angels, il y avait même un des fondateurs du légendaire MC Ils n'ont pas peur pour leurs matos ≧ω≦

Posté le

android

(0)

Répondre

Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple
négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?
Afficher tout
Le cinéma Hollywoodien ne cherche généralement pas à changer quoi que ce soit. Plus de réalisme des acteurs ca ameliore l'immersion du spectateur donc ca donne de meilleures critiques de la part du public et donc plus de recettes. Le moindre père de famille jardinier peut se mettre à tuer tout ce qui bouge donc le role d'exemple négatif à ne pas suivre c'est clairement pas leur priorité. Au contraire ils font meme passer ca pour des trucs cools

Posté le

android

(30)

Répondre

a écrit : Ils n'ont pas peur pour leurs matos ≧ω≦ Il n'y a pas meilleur moyen de sécuriser le matos que d'impliquer les gangs dans le tournage : ça deviens leur tournage, et garre à celui qui touche au matos.

Posté le

android

(122)

Répondre

J'ai tout de même tendance à penser que ce genre de choses n'apporte pas grand chose. Je ne suis pas persuadé que ça attire plus de gens au cinéma. J'ai l'impression que l'impact financier est minime et aucun intérêt artistiquement puisqu'il faut le savoir que ce sont de vraies membres d'un gang, ça ne se voit pas à l'écran. Et savoir cela ne doit pas aider plus que ça à l'immersion dans le film. Maintenant je suis pas cinéaste mais pour moi ça ressemble plus à un kiffe du réal comme les cameo (personne ne va aller voir un marvel avec comme raison première apercevoir Stan Lee).

Posté le

android

(3)

Répondre

C'est tout de même marrant car je ne trouve pas training day réaliste et sons of anarchy encore moins. Donc intérêt zéro.

a écrit : Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple
négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?
Afficher tout
ce qui est choquant c'est de mettre en lumière des membres de gangs.

a écrit : Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple
négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?
Afficher tout
Ta question est peu pertinente, le cinéma n'a aucun but social. Il est là pour divertir.

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Dans Libé, on apprend qu'Hollywood (et le cinéma en général) cherche(nt) toujours plus de réalisme et cela passe par des casting où l'acteur devant jouer un chef de gang s'avère être un ancien chef de gang etc.

D'un côté, c'est bien car cela permet de jouer un rôle d'exemple
négatif à ne pas suivre. De l'autre, j'ai l'impression que ce même système utilise cette réalité sociale et économique comme simple décors sans chercher à vouloir changer les choses.

Alors évidemment ça crée des emplois qui vont graviter autour de ça, mais en prenant le problème à l'envers, la vraie question serait : Pourquoi Hollywood est-il venu ici ? Pour démarrer une nouvelle économie sociale ou pour leur recherche de réalisme ?
Afficher tout
J'espère que la liste de Schindler n'est pas un exemple de cette pratique

C'est bien: ça sâoule de voir des gueules d'étudiant jouer les racailles dans les films. Ça fait fake. Là ils ont la tronche, l'intonation et le geste juste. Afiné. A point et au point.

Sacré film à voir pour ceux qui l'ont pas vu

J'ai aimé ce films je les vue des dizaines de fois.
Je ne savais pas qu'il avait été tourné avec l'aide de gangs, ceci dit des ex membres de gangs ont "percé" dans le cinéma donc pourquoi pas, c'est une découverte que de voir un films se tourner en bas de chez soit avec des gens de chez soit.

Posté le

android

(3)

Répondre

Le cinéma pourrait commencer par arrêter de faire jouer des jeunes femmes (majeures) pour des ados de 13 ou 15 ans. Ce n'est pas réaliste et ça file des complexes! On parle de la dictature de la beauté pour la mode mais je la trouve d'autant plus cruelle au cinéma

a écrit : Il n'y a pas meilleur moyen de sécuriser le matos que d'impliquer les gangs dans le tournage : ça deviens leur tournage, et garre à celui qui touche au matos. Surtout que les Hells peuvent aussi assurer la sécurité, ce qu'ils font à des concerts par exemple. Le studio a peut-être fait d'une pierre deux coups.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est tout de même marrant car je ne trouve pas training day réaliste et sons of anarchy encore moins. Donc intérêt zéro. Tout à fait d'accord!
D'autant plus qu'il y a assez d'acteurs au physique atypique et qui en plus sont d'excellents comédiens capables de jouer des personnages marginaux et être parfaitement crédibles.
Ex: Al Pacino dans "scarface" ou Robert de Niro en Al Capone dans "les incorruptibles" pour ne citer qu'eux.

Posté le

android

(0)

Répondre

En même temps, prendre dustin hoffman pour jouer un vatos locos c est chelou non ?

a écrit : ce qui est choquant c'est de mettre en lumière des membres de gangs. Et pourquoi ça ? Leurs noms ne sont pas cités, on ne les mets pas en lumières et de plus si le réalisateur avait choisi de caster des acteurs tu te serais sûrement plains du manque de réalisme. Puis au États-Unis on ne choisi pas d'être membre d'un gang ou non, tu habites tel quartier donc tu fais parti de tel gang point barre. Si tu refuses ou que tu t'en échappe c'est la mort pour toi ou ta famille (ou les 2). Si je suis ton raisonnement on devrais donc ne pas parler d'eux voir les dénigrer pour seule et unique raison qu'ils sont nés du mauvais côté de la ville. Je rajouterai aussi que malgré leur réputation sulfureuse ce sont quand même des personnes avec des problèmes, des sentiments et des principes, c'est d'ailleurs ce que le film nous montre. Puis je pense que c'est déjà assez dur de te lever en ne sachant pas si tu rentreras en vie le soir sans qu'en plus te faire fustiger par Jean-Quinoa & Co. Tu ne survivrais pas 1h dans un quartier comme celui montré dans ce film, alors oui ils méritent ce petit 1/4 de "gloire", et qui sait peut-être que certains ont pris goût au cinéma, peut-être que certains ont pût se dire : "Ce réalisateur blanc nous à traité comme des personnes normales, peut-être que je me suis trompé et qu'il y à une place pour moi dans la société", tu ne sais pas. Désolé pour le pavé mais ton commentaire, certes très court m'énerve au plus haut point. Se mettre à la place de l'autre est pour moi primordial si l'on veut arrêter de tirer notre monde vers le bas.

Posté le

android

(0)

Répondre