Le prix Goncourt est surtout honorifique

Proposé par
le

Recevoir un prix Goncourt n'est pas directement une bonne opération financière. En effet, l'académie récompense le lauréat par un chèque de 10€,que les auteurs n'encaissent généralement pas mais font encadrer ! Toutefois, le gagnant peut compter sur la notoriété que cela va donner à son livre, qui bénéficiera d'une visibilité médiatique importante.


Tous les commentaires (28)

a écrit : Gregori Perelman a refusé les 2 prix. Il a démontré la conjecture de Poincarré en 2003. En 2006, cette démonstration a été validée par l'attribution d'une médaille Fields qu'il a refusée (ainsi que le million qui allait avec) ; de plus, en mars 2010, l'institut Clay lui a officiellement décerné le prix correspondant, prix qu'il a également refusé, en raison d'un « désaccord avec les décisions de la communauté mathématique ».
fr.m.wikipedia.org/wiki/Conjecture_de_Poincaré
Afficher tout
Le prix pour la médaille Fields, c'est 15000 dollars canadiens.
C'est indiqué dans le lien Wikipedia que tu as mentionné.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Tu vas me faire croire que l'éditeur fait ça dans son coin sans en parler à l'auteur?
Et le jour où sa sort il met un chapeau pointu et crie surprise aussi :)
Non, l'éditeur s'en met plein les fouilles.

Ce mec alors, un défilé de clown en ce moment sur le site, c'est incroyable.

a écrit : Si il y avait quelque chose de drôle, je n'ai pas compris quoi... Sérieux ?!!!

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est peut-être pas un chèque tout simple où seul le nom de l'émetteur indique que c'est le prix Goncourt. Un chèque n'est pas forcément du modèle habituellement fourni par les banques. Il faut seulement respecter un certain nombre de mentions obligatoires (nom, date, montant, lieu où il est payable, et signature et je crois que c'est tout) pour qu'un chèque soit valable. Donc l'Académie Goncourt peut faire réaliser des chèques avec dorures et toutes sortes de décorations... Afficher tout J'en suis parfaitement conscient, mais la somme n'étant pas astronomique et de surcroît, le chèque n'étant pas encaissé on peut transposer le possible habillage du chèque à un titre façon diplôme.

Que le chèque soit beau ou pas, ça reste un chèque. C'est surtout ça qui me perturbe.

a écrit : Bah le radin saute sur l'occasion et préfère faire un chèque qui ne sera pas encaissé plutôt que filer le pognon...

Au passage grand respect à Romain Gary qui est le seul à avoir réussi à gratter 2 chèques au Goncourt !
Ah ok, j'avais pas capté car je pensais que la blague parlait de livres... à lire (pour rester dans le thème de l'anecdote)...

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : J'avais lu un fois (je me souvient plus où) un commentateur qui disais que le prix Goncourt était à double tranchant : Certaines personnes ne lirons jamais d'un auteurs que le livre ayant reçu le prix, alors que d'autre ne lirons jamais un auteur parce qu'il a reçu le prix !

Pour ceux q
ui se demande pourquoi la valeur du prix est si faible, c'est en raison du capital de départ ayant été placé par les frères Goncourt après leur morts, qui devait donc servir à décerner les récompenses. La somme avait été placé sous forme d'obligation d'Etat, qui n'étaient pas indexée sur l'inflation. Les dévaluations successives ayant à terme réduit cette somme à peau de chagrin. Voir wikipédia.

EDIT : Ha bha Wikipédia, justement :
S'il suscite encore la convoitise, l'attribution du Prix Goncourt peut être ressentie par certains lauréats comme une forme de cadeau empoisonné. Sept ans après avoir reçu le prix, Jean-Louis Bory écrit : « La première conséquence du Goncourt a été de planter une date dans ma mémoire, comme une écharde. (...) Depuis, je vieillis. (...) Le Goncourt, c'est automatique, vous attire le grand public. Il vous aliène, c'est aussi automatique, les "connaisseurs", aux yeux de qui le Goncourt est une maladie assez honteuse, un peu dégoûtante, qui se tient entre le lupus et la blennorragie. (...) Résultat : le grand public lit votre livre pour l'unique raison qu'il a eu le Goncourt, mais ne lit pas vos livres suivants, pour la bonne raison qu'ils ne l'auront pas. (...) Les connaisseurs ne liront pas votre livre parce qu'il a eu le Goncourt, et ne liront pas les suivants parce que le premier a eu le Goncourt »
Afficher tout
"un commentateur qui disais"
"certaines personnes ne lirons"
"pour ceux qui se demande"
"la somme avait été placé"

Certaines personnes ont effectivement l'air d'être fâchées avec la lecture ^_^

a écrit : "un commentateur qui disais"
"certaines personnes ne lirons"
"pour ceux qui se demande"
"la somme avait été placé"

Certaines personnes ont effectivement l'air d'être fâchées avec la lecture ^_^
Le relecture, certes.


Je sais que tu as vu. héhé.

a écrit : J'avais lu un fois (je me souvient plus où) un commentateur qui disais que le prix Goncourt était à double tranchant : Certaines personnes ne lirons jamais d'un auteurs que le livre ayant reçu le prix, alors que d'autre ne lirons jamais un auteur parce qu'il a reçu le prix !

Pour ceux q
ui se demande pourquoi la valeur du prix est si faible, c'est en raison du capital de départ ayant été placé par les frères Goncourt après leur morts, qui devait donc servir à décerner les récompenses. La somme avait été placé sous forme d'obligation d'Etat, qui n'étaient pas indexée sur l'inflation. Les dévaluations successives ayant à terme réduit cette somme à peau de chagrin. Voir wikipédia.

EDIT : Ha bha Wikipédia, justement :
S'il suscite encore la convoitise, l'attribution du Prix Goncourt peut être ressentie par certains lauréats comme une forme de cadeau empoisonné. Sept ans après avoir reçu le prix, Jean-Louis Bory écrit : « La première conséquence du Goncourt a été de planter une date dans ma mémoire, comme une écharde. (...) Depuis, je vieillis. (...) Le Goncourt, c'est automatique, vous attire le grand public. Il vous aliène, c'est aussi automatique, les "connaisseurs", aux yeux de qui le Goncourt est une maladie assez honteuse, un peu dégoûtante, qui se tient entre le lupus et la blennorragie. (...) Résultat : le grand public lit votre livre pour l'unique raison qu'il a eu le Goncourt, mais ne lit pas vos livres suivants, pour la bonne raison qu'ils ne l'auront pas. (...) Les connaisseurs ne liront pas votre livre parce qu'il a eu le Goncourt, et ne liront pas les suivants parce que le premier a eu le Goncourt »
Afficher tout
Toi si tu écris un livre il te faudra faire appel à un correcteur parce que la conjugaison c'est pas ton truc.

Posté le

android

(0)

Répondre