Il existe un télescope intégré à un avion

Proposé par
le
dans

SOFIA (Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy) est un appareil de la NASA basé sur un Boeing 747 lourdement modifié. Ce dernier est pourvu d'un système lui permettant en plein vol d'ouvrir son fuselage afin de sortir un télescope de 2,5 mètres de diamètre pour faire des observations à très haute altitude.


Commentaires préférés (3)

L'intérêt est de pouvoir s'affranchir d'une grande partie de l'atmosphère. Et donc d'avoir de meilleures images que venant d'un téléscope au sol sans passer par un téléscope spatial (Hubble, par exemple).

Posté le

android

(120)

Répondre

a écrit : L'intérêt est de pouvoir s'affranchir d'une grande partie de l'atmosphère. Et donc d'avoir de meilleures images que venant d'un téléscope au sol sans passer par un téléscope spatial (Hubble, par exemple). Tout a fait, dans ce cas, il s'agit surtout d'éviter la vapeur d'eau, qui absorbe l'infrarouge.

a écrit : Quand je pense télescope,je pense surtout quelque chose dans un bâtiment immobile donc l'avion fait il du sur place ou le télescope prend des photos comme Google map Le bâtiment n'est pas immobile, du a la rotation de la terre. Cela dit, les objets que l'on observe sont tellement lointain que cela n'a pas vraiment d’importance : quand tu est assis dans un train ou une voiture, l'herbe qui est de ton coté défilé très vite, et est flou. Les arbres un peu plus lointains bougent moins vite et sont plus net. La montagne au loin, elle, ne bouge presque pas est est très nette. en revanche, si on veut prendre une photo de qualité, le temps d'exposition doit être conséquent, il faut donc réajuster l'objectif pour qu'il fixe constamment l'objet visé, mais les ordinateurs gèrent très bien ça pour nous


Tous les commentaires (21)

L'intérêt est de pouvoir s'affranchir d'une grande partie de l'atmosphère. Et donc d'avoir de meilleures images que venant d'un téléscope au sol sans passer par un téléscope spatial (Hubble, par exemple).

Posté le

android

(120)

Répondre

Il a fallu résoudre d'énormes difficultés: vibrations de l'appareil, turbulences de l'air, et refroidissement préalable pour éviter un choc thermique.
La prouesse technique réside surtout dans les solutions, et l'avantage est que le téléscope peut être transporté n'importe où, au moment voulu, par exemple pour observer un transit en infra-rouge (comme l'atmosphère de Pluton passant devant une étoile) .

a écrit : L'intérêt est de pouvoir s'affranchir d'une grande partie de l'atmosphère. Et donc d'avoir de meilleures images que venant d'un téléscope au sol sans passer par un téléscope spatial (Hubble, par exemple). Tout a fait, dans ce cas, il s'agit surtout d'éviter la vapeur d'eau, qui absorbe l'infrarouge.

a écrit : Tout a fait, dans ce cas, il s'agit surtout d'éviter la vapeur d'eau, qui absorbe l'infrarouge. Exact, le gaz dit à effet de serre de loin primordial est l'eau (72%). Elle n'est visible que sous forme condensée dans les nuages, mais toujours présente.

Quand je pense télescope,je pense surtout quelque chose dans un bâtiment immobile donc l'avion fait il du sur place ou le télescope prend des photos comme Google map

a écrit : Quand je pense télescope,je pense surtout quelque chose dans un bâtiment immobile donc l'avion fait il du sur place ou le télescope prend des photos comme Google map Le bâtiment n'est pas immobile, du a la rotation de la terre. Cela dit, les objets que l'on observe sont tellement lointain que cela n'a pas vraiment d’importance : quand tu est assis dans un train ou une voiture, l'herbe qui est de ton coté défilé très vite, et est flou. Les arbres un peu plus lointains bougent moins vite et sont plus net. La montagne au loin, elle, ne bouge presque pas est est très nette. en revanche, si on veut prendre une photo de qualité, le temps d'exposition doit être conséquent, il faut donc réajuster l'objectif pour qu'il fixe constamment l'objet visé, mais les ordinateurs gèrent très bien ça pour nous

a écrit : Quand je pense télescope,je pense surtout quelque chose dans un bâtiment immobile donc l'avion fait il du sur place ou le télescope prend des photos comme Google map D'après mes souvenirs, il fait du «sur-place» dans la mesure où le trajet de l'avion prend en compte la rotation de la terre.
Ce qui veut dire que Sofia vole toujours dans le sens est-ouest et est ainsi quasi-statique pendant quelques minutes par rapport au soleil.

a écrit : D'après mes souvenirs, il fait du «sur-place» dans la mesure où le trajet de l'avion prend en compte la rotation de la terre.
Ce qui veut dire que Sofia vole toujours dans le sens est-ouest et est ainsi quasi-statique pendant quelques minutes par rapport au soleil.
Hum pas sûr qu'il puisse aller aussi vite pour compenser la rotation de la terre : circonférence à 45 degrés de latitude ça fait 28000km soit 28000km/24h ça fait plus de 1100km/h... possible pour un B747 ?

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Hum pas sûr qu'il puisse aller aussi vite pour compenser la rotation de la terre : circonférence à 45 degrés de latitude ça fait 28000km soit 28000km/24h ça fait plus de 1100km/h... possible pour un B747 ? Un avion de ligne ne peut pas voler aussi vite que la vitesse que tu as calculée car il n'est pas prévu pour s'approcher de la vitesse du son. Il peut voler à 950 km/h max environ. Mais cette vitesse max est par rapport à l'air dans lequel il se déplace et justement aux hautes altitudes l'air n'est pas complètement entraîné par la rotation de la terre et tourne moins vite. Un avion de ligne peut donc rester immobile par rapport au soleil au cours de son vol sans s'approcher dangereusement du "mur du son".

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Un avion de ligne ne peut pas voler aussi vite que la vitesse que tu as calculée car il n'est pas prévu pour s'approcher de la vitesse du son. Il peut voler à 950 km/h max environ. Mais cette vitesse max est par rapport à l'air dans lequel il se déplace et justement aux hautes altitudes l'air n';est pas complètement entraîné par la rotation de la terre et tourne moins vite. Un avion de ligne peut donc rester immobile par rapport au soleil au cours de son vol sans s'approcher dangereusement du "mur du son". Afficher tout Les avions de lignes peuvent dépasser les 1000km/h (selon modèle).
Mais effectivement, pas la vitesse du son.

Je ne sais pas, mais l'anecdote dit "lourdement modifié", donc cela concerne peut-être aussi sa puissance, et sa capacité à atteindre les 1100mk/h?

a écrit : Les avions de lignes peuvent dépasser les 1000km/h (selon modèle).
Mais effectivement, pas la vitesse du son.
La vitesse du son ? Peut-être, mais dans quel milieu ?
Je pense qu'il serait plus juste de dire que "Ces avions ne peuvent pas passer le MUR du son", ou que "Ces avions ne peuvent pas dépasser Mach 1".
La vitesse du son change en fonction de la densité du milieu : elle est par exemple plus importante dans l'eau que dans l'air, et elle est plus importante au sol qu'à 10.000 mètres d'altitude. Mais le vrai danger pour l'avion, ce sont les perturbations subies lors du dépassement de ce mur.
Le Mach, lui, exprime le rapport de la vitesse locale d'un fluide à la vitesse du son dans ce même fluide. Il ne désigne donc pas une vitesse fixe puisque cette vitesse change en fonction de la densité du fluide (tout comme le mur du son).
Pour les curieux :
fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Mach
fr.wikipedia.org/wiki/Mur_du_son
(Je pense, Kranholm, que vous êtes au courant vu les anecdotes que vous publiez, ce commentaire tatillon s'adresse plutôt aux autres :P)

Quid des vibrations générées par l'avion? Les images n'en pâtissent-t-elles pas? Ou bien y a-t-il un algorithme de correction?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : La vitesse du son ? Peut-être, mais dans quel milieu ?
Je pense qu'il serait plus juste de dire que "Ces avions ne peuvent pas passer le MUR du son", ou que "Ces avions ne peuvent pas dépasser Mach 1".
La vitesse du son change en fonction de la densité du milieu : elle est par exe
mple plus importante dans l'eau que dans l'air, et elle est plus importante au sol qu'à 10.000 mètres d'altitude. Mais le vrai danger pour l'avion, ce sont les perturbations subies lors du dépassement de ce mur.
Le Mach, lui, exprime le rapport de la vitesse locale d'un fluide à la vitesse du son dans ce même fluide. Il ne désigne donc pas une vitesse fixe puisque cette vitesse change en fonction de la densité du fluide (tout comme le mur du son).
Pour les curieux :
fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_Mach
fr.wikipedia.org/wiki/Mur_du_son
(Je pense, Kranholm, que vous êtes au courant vu les anecdotes que vous publiez, ce commentaire tatillon s'adresse plutôt aux autres :P)
Afficher tout
La vitesse du son dépend effectivement du milieu dans lequel il se propage et quand on dit qu'un avion ne peut pas la dépasser on ne parle pas bien sûr de la vitesse du son en général mais de la vitesse à laquelle le son se propage autour de l'avion en question. C'est donc la même chose que Mach 1. Quant au "mur du son", c'est une expression imagée pour les phénomènes physiques auxquels l'avion est confronté lorsqu'il approche de la vitesse du son et qui sont dus au fait qu'il rattrape son propre bruit et ses propres turbulences et que cette accumulation de bruit et de turbulences fait comme une explosion (c'est le "bang" qu'on entend depuis le sol) qui endommagerait un avion qui n'est pas conçu pour ça, comme un avion de ligne. J'en profite pour rappeler que ce bang caractéristique d'un avion qui vole à une vitesse supersonique (comme un avion de chasse qui, lui, est conçu pour ça) ne correspond pas au moment où il "passe du mur du son" mais est un phénomène continu qu'on entend une seule fois depuis le sol à un endroit donné mais qui accompagne l'avion pendant toute la durée de son vol supersonique et qu'on entendra donc depuis le sol à tous les endroits situés le long de son trajet au moment du passage de l'avion. Quant à savoir si un avion de ligne peut atteindre 950 ou 1000 ou 1050 km/h, il faut savoir que les phénomènes physiques du "mur du son" n'apparaissent pas brutalement lorsque l'avion atteint exactement la vitesse du son mais commencent à apparaître à des vitesses un peu inférieures à cause notamment des différentes vitesses d'écoulement de l'air autour de l'avion dont certaines peuvent attendre la vitesse du son sans que l'avion lui-même ne l'ait encore atteinte donc selon sa forme et sa solidité un avion pourra s'approcher plus ou moins de la vitesse du son.

Posté le

android

(3)

Répondre

A savoir que le scientifique a l'origine de se projet a eu cette idée original après avoir survécu à un accident d'avion. Il était passager d'un avion dont toute une partie du fuselage au dessus de sa tête avait disparu jusqu au plancher...

Posté le

android

(4)

Répondre

Le placard de rivet qu'ils ont rajouté ! Les efforts doivent être énorme sur la structure

a écrit : Un avion de ligne ne peut pas voler aussi vite que la vitesse que tu as calculée car il n'est pas prévu pour s'approcher de la vitesse du son. Il peut voler à 950 km/h max environ. Mais cette vitesse max est par rapport à l'air dans lequel il se déplace et justement aux hautes altitudes l'air n';est pas complètement entraîné par la rotation de la terre et tourne moins vite. Un avion de ligne peut donc rester immobile par rapport au soleil au cours de son vol sans s'approcher dangereusement du "mur du son". Afficher tout Sauf le concorde !

a écrit : Sauf le concorde ! Mon commentaire est rédigé au présent. Lol.

Posté le

android

(0)

Répondre

D'ailleurs je les ai déjà sur Twitter!!! Ils ont un compte officiel

Posté le

android

(0)

Répondre

Sinon y'a des satellite... si quelqu'un peu les prévenir, ils serons content :)

Posté le

android

(0)

Répondre