Pour éviter la copie d'un bâtiment : crever les yeux des architectes !

Proposé par
le
dans

La cathédrale Sainte-Basile-le-Bienheureux fut construite à Moscou au XVIe siècle par Ivan le Terrible après la prise de la ville tatare de Kazan. Selon la légende, les architectes de cet édifice ont eu les yeux crevés après leur travail pour qu'ils ne puissent pas reproduire un tel monument ailleurs.

Aucune source n'est suffisamment certaine pour savoir qui étai(ent) le(s) architecte(s) de la cathédrale. L'une des thèses attribue à Postnik Yakovlev la réalisation de l'édifice. Toutefois, ce dernier n'ayant pas eu les yeux crevés puisqu'il continua d'exercer son métier, il est possible qu'un italien (au nom inconnu) soit le véritable architecte de la cathédrale.


Tous les commentaires (20)

Même en ce temps-là on ne savait pas récompenser nos créateurs et pire encore on leur enlevait leur don...

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Quelle manque de nuance ! Il ne faut pas confondre une anecdote qui prétend qu'un fait est réel et qui se base sur des sources non fiables et une anecdote qui raconte une légende (et potentiellement une anecdote sur une légende avec des sources peu fiables). Certes. Mais si on commence à publier des anecdotes qui racontent des légendes, on n'a pas fini. Rien qu'en restant dans le domaine des architectes, on pourrait parler de l'architecte de l'hôtel de ville de Bruxelles qui s'est "selon la légende" jeté du haut de son oeuvre, de l'architecte de l'horloge de la cathédrale de Strasbourg (déjà évoqué en commentaire) et sans doute bien d'autres. Et en sortant de ce domaine, on pourrait sortir des milliers d'anecdotes sur toutes les légendes d'ici et d'ailleurs...
Donc mieux vaut rester dans le concret et le prouvé.

Tous les fans de Terry Pratchett le savaient déjà ;) un malheureux artisan a subi le même sort dans La Huitième Couleur !

Posté le

android

(1)

Répondre

La plupart des anecdotes dans lesquelles on prétend que les artisans qui ont créé des édifices remarquables, qu'il s'agisse des tombeaux des rois égyptiens ou des horloges astronomiques en passant par les palais des empereurs chinois sont des légendes urbaines pour touristes auxquels les archéologues et les historiens accordent peu de foi. En effet, la formation de tels maîtres est souvent si longue que les souverains ne sont pas enclins à se débarrasser d'eux après la construction d'un seul chef-d'oeuvre. De plus, si ces légendes avaient été vraies, la plupart des grands artisans auraient refusé le boulot et fui le pays plutôt que de risquer la mort ou la mutilation. Enfin, la raison invoquée pour cette mise à mort ou cette mutilation, à savoir ne pas reproduire une oeuvre ou ne pas révéler les secrets, ne tient pas la route puisque la plupart de ces maîtres artisans ont transmis leur savoir-faire à leurs apprentis, qui ont à leur tour construit des oeuvres et transmis leurs connaissances.
Il faut ajouter à cela que ces architectes et artisans ne travaillaient pas seuls mais avec de nombreux contremaîtres et ouvriers. Pour empêcher à coup sûr la transmission des secrets de fabrication, il aurait fallu trucider ou mutiler toute l'équipe...
Ce genre de pratiques a peut-être eu lieu exceptionnellement au cours de l'histoire, mais il est plus vraisemblable que ces anecdotes aient été propagées pour souligner le caractère cruel et sans pitié de certains despotes...

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Pareil pour la cathédrale de Strasbourg et sa magnifique horloge astronomique du XVIeme siècle, où le concepteur a eut les yeux crevés pour qu'il ne puisse pas reproduire son oeuvre. Mais pour la cathédrale de Strasbourg, l'architecte a retiré une pièce de la grande horloge. Personne n'a réussi à la réparer; elle ne fonctionne que partiellement.