Les Soviétiques ont lancé des satellites nucléaires

Proposé par
le
dans

Les RORSAT sont 32 satellites militaires soviétiques de reconnaissance des océans lancés entre 1970 et 1988 qui présentent la particularité d’être pourvus d'un petit réacteur nucléaire. Deux d'entre eux ont fait une rentrée atmosphérique (au Canada et dans l’océan Atlantique), dispersant du matériel radioactif.

Gravitant en orbite basse ils doivent rehausser leur altitude en fin de vie à plus de 1000 km afin de retarder leur rentrée atmosphérique. La durée d'utilisation du satellite est de 72 jours avant de le placer sur cette orbite de parking pendant 600 ans, de quoi laisser le temps à la radioactivité de décroître avant que le satellite ne se consume dans l’atmosphère.


Commentaires préférés (3)

Il faut croire que deux d'entre eux n'avaient pas de quoi payer la place de parking pour 600 ans..

a écrit : Peut-être que dans 600 ans on aurait une technologie suffisamment avancée pour aller les chercher directement dans leur orbite. Quel intérêt, puisque la radioactivité de présentera plus de risques dans 600 ans ? Autant les laisser se consumer dans l’atmosphère.

a écrit : Quel intérêt, puisque la radioactivité de présentera plus de risques dans 600 ans ? Autant les laisser se consumer dans l’atmosphère. À côté des satellites en fonction proprement dit, on trouve des débris de lanceurs (étages entiers ou composants), des satellites hors d'usage ou des débris de satellite. Il existe aujourd'hui :
•environ 12 500 débris d'une taille supérieure à 10 cm qui sont tous répertoriés par
•environ 35 millions de débris d'une taille comprise entre 1 mm et 1 cm.
C'est un réel problème pour les collisions avec les satellites encore en fonctionnement. Il faut mettre en place des manœuvres d'évitements, des blindages...
Le nombres de débris en orbite ne cesse d'augmenter et des restrictions ne tarderons pas à apparaitre.


Tous les commentaires (32)

Il faut croire que deux d'entre eux n'avaient pas de quoi payer la place de parking pour 600 ans..

Peut-être que dans 600 ans on aurait une technologie suffisamment avancée pour aller les chercher directement dans leur orbite.

a écrit : Peut-être que dans 600 ans on aurait une technologie suffisamment avancée pour aller les chercher directement dans leur orbite. Quel intérêt, puisque la radioactivité de présentera plus de risques dans 600 ans ? Autant les laisser se consumer dans l’atmosphère.

a écrit : Il faut croire que deux d'entre eux n'avaient pas de quoi payer la place de parking pour 600 ans.. Nop, c'est un parking gratuit. Descriptions des évènements ayant conduit à l'entrée prématurée de deux des satellites dans l'atmosphère dans les sources:
www.svengrahn.pp.se/trackind/RORSAT/RORSAT.html#Kosmos-951%20&

a écrit : Quel intérêt, puisque la radioactivité de présentera plus de risques dans 600 ans ? Autant les laisser se consumer dans l’atmosphère. À côté des satellites en fonction proprement dit, on trouve des débris de lanceurs (étages entiers ou composants), des satellites hors d'usage ou des débris de satellite. Il existe aujourd'hui :
•environ 12 500 débris d'une taille supérieure à 10 cm qui sont tous répertoriés par
•environ 35 millions de débris d'une taille comprise entre 1 mm et 1 cm.
C'est un réel problème pour les collisions avec les satellites encore en fonctionnement. Il faut mettre en place des manœuvres d'évitements, des blindages...
Le nombres de débris en orbite ne cesse d'augmenter et des restrictions ne tarderons pas à apparaitre.

a écrit : À côté des satellites en fonction proprement dit, on trouve des débris de lanceurs (étages entiers ou composants), des satellites hors d'usage ou des débris de satellite. Il existe aujourd'hui :
•environ 12 500 débris d'une taille supérieure à 10 cm qui sont tous répertoriés par
•environ 3
5 millions de débris d'une taille comprise entre 1 mm et 1 cm.
C'est un réel problème pour les collisions avec les satellites encore en fonctionnement. Il faut mettre en place des manœuvres d'évitements, des blindages...
Le nombres de débris en orbite ne cesse d'augmenter et des restrictions ne tarderons pas à apparaitre.
Afficher tout
Bha c'est justement l'intérêt de cette orbites "parking" elle se situe sur une orbite ou il n'y a aucun satelite en activité.
Aujourd'hui tout les satelite doivent justement rejoindre ce genre d'orbite ou rentré sur terre.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Bha c'est justement l'intérêt de cette orbites "parking" elle se situe sur une orbite ou il n'y a aucun satelite en activité.
Aujourd'hui tout les satelite doivent justement rejoindre ce genre d'orbite ou rentré sur terre.
Il y a des satellites qui ont besoin de dépasser les 1000km, comme les géostationnaires, et doivent par conséquent traverser ce "parking"

Posté le

android

(14)

Répondre

La radioactivité risque d'etre nocive pour des milliers d'années
600 c'est pas du tout à la même échelle

Petit plus pour l'anecdote:

Ces satellites avaient pour but de localiser les navires de l'Otan pour guider les missiles lancés depuis les navires, avions ou sous-marins soviétiques.

Ils ont été mis en service pour remplacer des avions et hélicoptères équipés de radars vulnérables face à la défense anti-aérienne Américaine.

Source: wikipedia

Posté le

android

(14)

Répondre

De nombreux satellites et sondes possèdes des générateurs thermo-électriques à radio-isotopes (RTG en Anglais) qu'il est plus prudent de laisser en orbite haute car le blindage des générateurs résiste généralement à la rentrée atmosphérique.
L'intérêt de ces générateurs est de produire de la puissance utile sur du long terme, ce que n'arrive pas à faire les batteries actuelles (alors à l'époque...)
Pour exemple les sondes Voyager lancées il y a un peu plus de 40 ans, équipées de RTG continuent d'émettre malgré l'affaiblissement du combustible, sur une durée estimé jusqu'à environ 2015 .

a écrit : La radioactivité risque d'etre nocive pour des milliers d'années
600 c'est pas du tout à la même échelle
La radioactivité en elle même n'est pas nocive.
C'est comme le feu. Mettez votre main une demie seconde au dessus d'un briquet, vous n'aurez pas de brûlure. Mettez là un dixième de seconde au dessus d'un puissant chalumeau, vous allez avoir une belle cloque. Mais dire que le feu est nocif n'a pas de sens. Ou alors tout est nocif... Vous pouvez vous noyer dans de l'eau, vous faire écraser par une voiture, etc...
La radioactivité, c'est pareil. Ce sont la quantité de radiations par seconde mesurée en Becquerels (puissance de la flamme d'un briquet, chalumeau) et la durée d'exposition qui peuvent être dangereuses.
Il y a des éléments qui sont radioactifs pendant des milliards d'années !! Le Tellure est radioactif pendant 1000 milliards d'années, mais pas "dangereux" puisqu'il n’émets que 1300 Becquerels par secondes. Votre corps, lui, émets 8000 Becquerels par seconde pendant 100 ans. A l'échelle d'une vie, vous êtes donc plus nocif que le Tellure...
Et dans le cas précis des RORSAT, les physiciens ont estimé la durée de radioactivité à 600 ans, en fonction des différents composants radioactifs présent dans le réacteur nucléaire des satellites. Jusqu'à preuve du contraire, ce satellite n'est pas dans votre jardin et ne sera dangereux pour personne avant un bon bout de temps.
J'espère m'être fait comprendre :)

On s'en fout

Dans 600 ans on vivra ,je dis "on" mais ce seront nos descendants qui vivront sur Mars grâce à Elon Musk

Et tout le monde sera heureux , Mars est vraiment accueillante

Pour la petite histoire... Un de ces satellites russes, le "cosmos-954", est le 1er incident spatial nucléaire (1978). Alors que le "traité de l'espace" de 1967 interdisait l'usage du nucléaire dans l'espace, les russes avaient développé des générateurs au combustible radioactif. Quand "cosmos-954" a modifié sa course, les américains s'en sont rendu compte et ont prévenu les autorités russes, qui ont avoué alors (2 jours après) que les générateurs étaient radioactifs... De nombreux débris radioactifs sont tombés sur le Canada ; les USA ont proposé leur aide technique au Canada et ont déclenché des recherches sur 40 000 km2 pour les retrouver ; cela a duré 6 mois. Coût : 12 millions de dollars canadiens (pour l'époque c'est quelque chose), que le Canada a réclamé aux russes, ceci conformément à la "convention sur la responsabilité internationale sur dommages causés par les objets spéciaux"... Les russes ont accepté de payer 3 millions de dollars.

Ceci dit ,c'est incroyable le nombre déchet se trouvant sur orbite terrestre

Le terme d orbite de parking est completement faux. Je ne sais pas d où ça vient mais certainement pas du CNES.

Posté le

android

(0)

Répondre

Pourquoi ne pas les expédier vers le soleil ?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pourquoi ne pas les expédier vers le soleil ? Car il faudrait embarquer une énorme quantité de carburant afin de libérer définitivement le satellite de l'attraction terrestre !
Qui dit plus de carburant dans le satellite, dit masse du satellite plus importante, donc il faut aussi plus de carburant dans la fusée qui met ce satellite en orbite, donc la fusée est elle même plus lourde et doit embarquer du carburant qui va servir à monter son propre surplus de carburant qui permet lui-même à la fusée d'emporter une charge plus importante, etc...
On tourne en rond...
Envoyer de lourdes charges dans l'espace est un problème très complexe. Les masses des composants embarqués dans une fusée sont calculées au milligramme près afin de trouver un équilibre parfait.
C'est, je pense, le frein le plus important à la conquête spatiale. Le jour où nous arriveront à mettre en orbite des stations spatiales à moindre coût, nous pourrons envisager de bâtir des colonies sur d'autres mondes.

a écrit : Pourquoi ne pas les expédier vers le soleil ? Prenez l'image sur mon avatar. C'est une photo de la fusée Saturn V, le plus puissant engin conçu par l'Homme utilisé dans le programme Apollo.
Ce gros pétard de l'espace pèse près de 3000 tonnes, et toute cette masse à pour unique but de pousser 50 petites tonnes de matériel sur la Lune !
Vous voyez un peut le rapport charge utile / masse totale ? On est sur du 1,6% !