Une secte russe a eu pour principe de castrer

Proposé par
le
dans

Les Scoptes, ou Scoptzy, furent une secte chrétienne russe entre le XVIIIe et le XXe siècle ayant pour particularité d'utiliser la castration sur ses membres. Ils pensaient qu’Ève et Adam utilisèrent le fruit défendu pour se constituer des organes sexuels. Ils copiaient ainsi le Messie qui se serait châtré selon eux avec ses apôtres.

Il existait deux types de castrations que l'on appelle "petit" et "grand" sceau. Le petit sceau consistait pour les hommes à se faire retirer les testicules et pour les femmes les seins. Le grand sceau châtrait en plus les hommes de leur pénis et les femmes de leurs grandes lèvres. La castration n'était pas pratiquée par tous les membres de la secte.


Commentaires préférés (3)

Une chose est sure, on ne pouvait pas mettre leur foi en doute !
On peut dire par contre "qu'il fallait en avoir" pour rentrer dans leur secte.
Ou pas...

Ce qui est intéressant avec ces différentes sectes et courants religieux c'est qu'on remarque bien que chacun a une interprétation plus ou moins vraie/faussée du livre religieux qu'il met en avant.

Par exemple, il y a un miracle de Jésus (après vérification il s'agit du chapitre 14 de l'évangile de Matthieu) qui s'appelle la "multiplication des pains".

Voici l'extrait : «Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit : Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. »

Dans cette "épisode", Jésus est reparti avec plus de pain qu'il n'avait au départ : il les a donc multiplié (interprétation 1) ou alors il n'a pas pu surveillé 5000 personnes et certains ont apporté du pain par eux-mêmes (interprétation 2).

C'est donc une autre interprétation du texte religieux qui a conduit à la secte de l'anecdote.

Avec plus de sérieux, la mauvaise interprétation d'un texte peut avoir des conséquences désastreuses : Monsieur Merah a commis ces actes suite à la mauvaise interprétation des textes religieux qu'il disait. Son avocat lui a demandé si il avait lu lesdits textes. Ce a quoi il aurait répondu "non. Des interprétations sur Internet".

Voilà pour ce long commentaire qui peut prêter à débat.

Posté le

android

(193)

Répondre


Tous les commentaires (73)

Une chose est sure, on ne pouvait pas mettre leur foi en doute !
On peut dire par contre "qu'il fallait en avoir" pour rentrer dans leur secte.
Ou pas...

Au moins ça empechait certains membres de se reproduire.

Posté le

android

(15)

Répondre

Il manque une information essentielle dans les sources.
Cette secte s'est exportée sur l'ile de Westeros, Ramsay Bolton y était le gourou et Theon Greyjoy/Reek y était son plus grand fidèle...

Ce qui est intéressant avec ces différentes sectes et courants religieux c'est qu'on remarque bien que chacun a une interprétation plus ou moins vraie/faussée du livre religieux qu'il met en avant.

Par exemple, il y a un miracle de Jésus (après vérification il s'agit du chapitre 14 de l'évangile de Matthieu) qui s'appelle la "multiplication des pains".

Voici l'extrait : «Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit : Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. »

Dans cette "épisode", Jésus est reparti avec plus de pain qu'il n'avait au départ : il les a donc multiplié (interprétation 1) ou alors il n'a pas pu surveillé 5000 personnes et certains ont apporté du pain par eux-mêmes (interprétation 2).

C'est donc une autre interprétation du texte religieux qui a conduit à la secte de l'anecdote.

Avec plus de sérieux, la mauvaise interprétation d'un texte peut avoir des conséquences désastreuses : Monsieur Merah a commis ces actes suite à la mauvaise interprétation des textes religieux qu'il disait. Son avocat lui a demandé si il avait lu lesdits textes. Ce a quoi il aurait répondu "non. Des interprétations sur Internet".

Voilà pour ce long commentaire qui peut prêter à débat.

Posté le

android

(193)

Répondre

Ils n'allaient pas assez loin pour se limiter à un des cinq membres avec lesquels on peut pécher.
Par exemple, ils auraient dû aussi couper les mains avec lesquelles on peut voler, et aussi crever les yeux avec lesquels on peut convoiter.
Et pourquoi pas, couper la tête avec laquelle on peut avoir de mauvaises pensées.

a écrit : Ce qui est intéressant avec ces différentes sectes et courants religieux c'est qu'on remarque bien que chacun a une interprétation plus ou moins vraie/faussée du livre religieux qu'il met en avant.

Par exemple, il y a un miracle de Jésus (après vérification il s'agit du chapitre 14 de
l'évangile de Matthieu) qui s'appelle la "multiplication des pains".

Voici l'extrait : «Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit : Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. »

Dans cette "épisode", Jésus est reparti avec plus de pain qu'il n'avait au départ : il les a donc multiplié (interprétation 1) ou alors il n'a pas pu surveillé 5000 personnes et certains ont apporté du pain par eux-mêmes (interprétation 2).

C'est donc une autre interprétation du texte religieux qui a conduit à la secte de l'anecdote.

Avec plus de sérieux, la mauvaise interprétation d'un texte peut avoir des conséquences désastreuses : Monsieur Merah a commis ces actes suite à la mauvaise interprétation des textes religieux qu'il disait. Son avocat lui a demandé si il avait lu lesdits textes. Ce a quoi il aurait répondu "non. Des interprétations sur Internet".

Voilà pour ce long commentaire qui peut prêter à débat.
Afficher tout
J'ai une 3ème interprétation: les textes de Évangiles ont été écrits au plus tôt au IIème siècle, à une époque où beaucoup étaient crédules, où tous les témoins oculaires étaient partis dans un autre monde, et cette histoire (qui, si l'on y réfléchit bien, ne tient pas debout) est une fumisterie.

a écrit : Ce qui est intéressant avec ces différentes sectes et courants religieux c'est qu'on remarque bien que chacun a une interprétation plus ou moins vraie/faussée du livre religieux qu'il met en avant.

Par exemple, il y a un miracle de Jésus (après vérification il s'agit du chapitre 14 de
l'évangile de Matthieu) qui s'appelle la "multiplication des pains".

Voici l'extrait : «Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit : Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. »

Dans cette "épisode", Jésus est reparti avec plus de pain qu'il n'avait au départ : il les a donc multiplié (interprétation 1) ou alors il n'a pas pu surveillé 5000 personnes et certains ont apporté du pain par eux-mêmes (interprétation 2).

C'est donc une autre interprétation du texte religieux qui a conduit à la secte de l'anecdote.

Avec plus de sérieux, la mauvaise interprétation d'un texte peut avoir des conséquences désastreuses : Monsieur Merah a commis ces actes suite à la mauvaise interprétation des textes religieux qu'il disait. Son avocat lui a demandé si il avait lu lesdits textes. Ce a quoi il aurait répondu "non. Des interprétations sur Internet".

Voilà pour ce long commentaire qui peut prêter à débat.
Afficher tout
Pourquoi « Monsieur » Merah? Monsieur est une marque de déférence. Il est usage d’appeler les criminels par leur prénom et leur nom de famille. Montrer de la déférence envers un assassin d’enfants (entre autres) est au mieux très maladroit, au pire très douteux (j’opte bien évidemment pour la première option)

J'ai dans l'idée que l'hypothèse, reprise par Dan Brown dans le Da Vinci Code, selon laquelle Jésus aurait fricoté avec Marie Madeleine ne leur aurait pas trop plu...

a écrit : J'ai une 3ème interprétation: les textes de Évangiles ont été écrits au plus tôt au IIème siècle, à une époque où beaucoup étaient crédules, où tous les témoins oculaires étaient partis dans un autre monde, et cette histoire (qui, si l'on y réfléchit bien, ne tient pas debout) est une fumisterie. Ce que vous dites n'est pas une interprétation du texte.

Je ne remettais pas en cause non plus l'a véracité ou non des textes ni l'époque dans laquelle ils ont été écrits.

Simplement, le fait que "l'histoire" que ça raconte est sujette aux différentes interprétations en fonction de l'époque dans laquelle on lit les textes en question.

Un peu comme le mythe de Jeanne d'Arc si vous voulez :
- jusqu'au 19eme siècle, le mythe était un symbole de patriotisme
- alors que jusqu'à la fin du 20ème (année 70-80), c'était plutôt repris par le mouvement féministe (une femme comme l'égale des hommes)

Pour les textes religieux, c'est pareil : les interprétations sont différentes d'une époque et d'un lieu à un(e) autre.

@roweb : j'avais simplement oublié son prénom. Et je n'aime pas appeler les gens par leur nom de famille comme je n'aime pas qu'on m'appelle par mon nom.

Posté le

android

(23)

Répondre

a écrit : J'ai dans l'idée que l'hypothèse, reprise par Dan Brown dans le Da Vinci Code, selon laquelle Jésus aurait fricoté avec Marie Madeleine ne leur aurait pas trop plu... Nous sortons quelque peu du sujet, mais il ne faut pas oublier qu'il y a eu au moins une centaine d'Évangiles de rédigés vers les II-IIIèmes siècles, certains très gênants, dont quatre seulement ont été retenus comme pas trop contradictoires. Le texte originel de St-Marc ne mentionne pas la Résurrection, il a été complété après.
Effectivement, dans celui de St-Jacques, Jésus déclare que Marie-Madeleine est sa femme. Comme les autres, il est "caché au loin", signification du mot "apocryphe" (qui n'a jamais signifié "faux").
Mais le Da Vinci Code est une escroquerie publicitaire de plus, qui ne résiste pas à l'examen.

et l'interprétation aberrante que le catholicisme fait du mythe du jardin d'Eden ? A aucun moment, dans ce mythe, il n'est fait allusion à quoi que ce soit de sexuel. Adam et Eve goûtent du fruit de l'arbre de la connaissance, auquel Dieu leur avait interdit de toucher, parce qu'il conférerait aux humains la puissance divine. Rien à voir avec le sexe. Et pourtant, probablement sous l'effet de la névrose paulinienne, le catholicisme va faire de ce premier pêché, le pêché originel, un pêché sexuel ! Et depuis 2000 ans, toute la chrétienté est soumise à un interdit issu d'une erreur d'interprétation !

a écrit : Au moins ça empechait certains membres de se reproduire. Oui, une bonne méthode pour éviter la propagation de la secte ! Et en plus, dans ce genre de mouvement, on peut difficilement accuser le gourou d'abuser sexuellement de ses adeptes !

a écrit : Ce qui est intéressant avec ces différentes sectes et courants religieux c'est qu'on remarque bien que chacun a une interprétation plus ou moins vraie/faussée du livre religieux qu'il met en avant.

Par exemple, il y a un miracle de Jésus (après vérification il s'agit du chapitre 14 de
l'évangile de Matthieu) qui s'appelle la "multiplication des pains".

Voici l'extrait : «Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu'elle aille dans les villages, pour s'acheter des vivres. Jésus leur répondit : Ils n'ont pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit : Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l'herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. »

Dans cette "épisode", Jésus est reparti avec plus de pain qu'il n'avait au départ : il les a donc multiplié (interprétation 1) ou alors il n'a pas pu surveillé 5000 personnes et certains ont apporté du pain par eux-mêmes (interprétation 2).

C'est donc une autre interprétation du texte religieux qui a conduit à la secte de l'anecdote.

Avec plus de sérieux, la mauvaise interprétation d'un texte peut avoir des conséquences désastreuses : Monsieur Merah a commis ces actes suite à la mauvaise interprétation des textes religieux qu'il disait. Son avocat lui a demandé si il avait lu lesdits textes. Ce a quoi il aurait répondu "non. Des interprétations sur Internet".

Voilà pour ce long commentaire qui peut prêter à débat.
Afficher tout
Il n'y a pas besoin de s'appeller Jésus pour ça. Sylvestre, Arnold, Jason et Jean-Claude pratiquent eux aussi la multiplication des pains...

a écrit : et l'interprétation aberrante que le catholicisme fait du mythe du jardin d'Eden ? A aucun moment, dans ce mythe, il n'est fait allusion à quoi que ce soit de sexuel. Adam et Eve goûtent du fruit de l'arbre de la connaissance, auquel Dieu leur avait interdit de toucher, parce qu'il conférerait aux humains la puissance divine. Rien à voir avec le sexe. Et pourtant, probablement sous l'effet de la névrose paulinienne, le catholicisme va faire de ce premier pêché, le pêché originel, un pêché sexuel ! Et depuis 2000 ans, toute la chrétienté est soumise à un interdit issu d'une erreur d'interprétation ! Afficher tout Au fait, comment Caïn et Abel ont-ils eu une descendance? Ce ne pouvait être qu'en "connaissant", au sens biblique, leurs sœurs, non mentionnées car insignifiantes puisque femelles.
Abomination!
Mais puisque Dieu le Père a eu un Fils, on se demande de qui, et une Colombe en prime, tout est permis.

On s'éloigne du sujet.

a écrit : Ce que vous dites n'est pas une interprétation du texte.

Je ne remettais pas en cause non plus l'a véracité ou non des textes ni l'époque dans laquelle ils ont été écrits.

Simplement, le fait que "l'histoire" que ça raconte est sujette aux différentes interpréta
tions en fonction de l'époque dans laquelle on lit les textes en question.

Un peu comme le mythe de Jeanne d'Arc si vous voulez :
- jusqu'au 19eme siècle, le mythe était un symbole de patriotisme
- alors que jusqu'à la fin du 20ème (année 70-80), c'était plutôt repris par le mouvement féministe (une femme comme l'égale des hommes)

Pour les textes religieux, c'est pareil : les interprétations sont différentes d'une époque et d'un lieu à un(e) autre.

@roweb : j'avais simplement oublié son prénom. Et je n'aime pas appeler les gens par leur nom de famille comme je n'aime pas qu'on m'appelle par mon nom.
Afficher tout
Je ne suis aucunement historien de profession, mais pense que les professionnels devraient déterminer ce qu'il peut y avoir comme fondement réel dans un document, et pour le reste laisser le travail aux psychologues et psychiatres, ou du moins aux littéraires.

Pour Jeanne d'Arc, elle a été oubliée pendant toute la période classique (merci à qui me signalerait une référence, je n'en ai trouvé aucune), et miraculeusement béatifiée puis canonisée à l'époque où la France avait besoin d'un symbole unificateur (guerre de 1870, affaire Dreyfus). En effet, elle a fait deux miracles (condition nécessaire et suffisante), coup sur coup, sur deux religieuses qui avaient une maladie que personne ne pouvait vérifier, car très intime.
Elle avait été réhabilitée juste pour un vice de forme: il était impossible de changer la décision d'un tribunal ecclésiastique, alors on a trouvé qu'elle n'aurait pas due être enfermée dans une prison pour hommes. Ça change tout ...

a écrit : Au fait, comment Caïn et Abel ont-ils eu une descendance? Ce ne pouvait être qu'en "connaissant", au sens biblique, leurs sœurs, non mentionnées car insignifiantes puisque femelles.
Abomination!
Mais puisque Dieu le Père a eu un Fils, on se demande de qui, et une Colombe en prime, tout est pe
rmis.

On s'éloigne du sujet.
Afficher tout
Pourtant le christianisme en general fait l'eloge d'une femmelle "Marie" et l invoque meme par son prénom, lui adressant prières et adorations. Ce n'est donc pas une femmelle insignifiante. Adam et Eve ont eu beaucoup d autres enfants males et femmelles qui ne sont pas connu. Cain et Abel sont les plus connus du fait de leur histoire, les autres n'ayant pas forcément une histoire particulière (d'où on pourrait tiré des leçons par exemple) sont restés dans l'ombre. Tout cela pour dire qu'il n'y a aucun rapport avec "femmelles" et "insignifiantes" sinon pourquoi parler d'Eve? De Marie? Et d'autres femmes??

a écrit : Pourtant le christianisme en general fait l'eloge d'une femmelle "Marie" et l invoque meme par son prénom, lui adressant prières et adorations. Ce n'est donc pas une femmelle insignifiante. Adam et Eve ont eu beaucoup d autres enfants males et femmelles qui ne sont pas connu. Cain et Abel sont les plus connus du fait de leur histoire, les autres n'ayant pas forcément une histoire particulière (d'où on pourrait tiré des leçons par exemple) sont restés dans l'ombre. Tout cela pour dire qu'il n'y a aucun rapport avec "femmelles" et "insignifiantes" sinon pourquoi parler d'Eve? De Marie? Et d'autres femmes?? Afficher tout Double aveu d'incohérences.
L'humanité tout entière descend donc de commerces incestueux; c'est sans doute pour cela qu'elle est tarée.
On peut invoquer la Sainte-Vierge pour intercéder; alors Dieu sait-il ce qu'Il veut ou non, puisqu'Il peut changer d'avis?
En fait, le christianisme, du moins le catholicisme, est polythéiste.
Tout le contraire, malgré les apparences de l'hindouisme, où tous les dieux ne sont que des manifestations diverses d'un Dieu.

Nous voilà un peu loin du sujet, non?

a écrit : Il manque une information essentielle dans les sources.
Cette secte s'est exportée sur l'ile de Westeros, Ramsay Bolton y était le gourou et Theon Greyjoy/Reek y était son plus grand fidèle...
Putain le spoiler. Merci pour rien