Beaucoup d'eau se perd avant d'arriver au consommateur

Proposé par
Invité
le

Commentaires préférés (3)

Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^

Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoir un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé

Posté le

android

(181)

Répondre

a écrit : Outre le coût pour les sociétés (on s en tape, ils se gavent assez) c est triste car c est une denrée de plus en plus rare même en France. Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA

Posté le

android

(139)

Répondre


Tous les commentaires (68)

Outre le coût pour les sociétés (on s en tape, ils se gavent assez) c est triste car c est une denrée de plus en plus rare même en France.

Posté le

android

(2)

Répondre

Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^

Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoir un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé

Posté le

android

(181)

Répondre

a écrit : Outre le coût pour les sociétés (on s en tape, ils se gavent assez) c est triste car c est une denrée de plus en plus rare même en France. Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA

Posté le

android

(139)

Répondre

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ Dans les 20%... une bonne partie va aller arroser les plantes. Puis ça s'évapore, fais une nuage... retombe en pluie etc. On n'est pas non plus dans le sael. Hormis quelques endroits en de rares occasions dans l'année... on manque rarement de flotte.

Si cette eau n'avait pas été dans le réseaux de distribution, elle aurait été directement dans la mer et n'aurait servi à personne.

Il faut donc relativiser ce "gaspillage"... donc normal de raisonner avant tout en terme de pertes financières pour les compagnies de distribution

a écrit : Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA
Afficher tout
Une question que je me permet de poser, l'eau qui est absorbé par la terre, si elle ne rencontre pas de couche de pierre imperméable qui la feront ruisselé pour ressortir quelque part, lorsqu'elle s'enfouis sous terre elle atteint le manteau de magma elle remonte sous forme de vapeur ou bien elle reste emprisonnés et forme des nappes phréatique ..?

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ Tu m'expliques en quoi de l'eau qui fuis dans le sol est un problème écologique ? C'est juste un problème de gros sous pour la société d'eau.... Et que bien sûr ils font payer leurs incompétence aux usagers ..

a écrit : Outre le coût pour les sociétés (on s en tape, ils se gavent assez) c est triste car c est une denrée de plus en plus rare même en France. "Les sociétés (on s'en tape, ils se gavent assez)".
Si les société n'existaient pas, ils n'y aurait pas de travailleur donc pas de salaire sous forme monétaire. Tu ferait comment? Tu ferais du troc comme dans le temps en fonction de tes compétence... Eleveur de chevre ? Mdr.
Une société à besoin d'être rentable pour être pérenne et pour embaucher et donc avoir un salaire donc en fait on s'en tape pas du tout !!

a écrit : Tu m'expliques en quoi de l'eau qui fuis dans le sol est un problème écologique ? C'est juste un problème de gros sous pour la société d'eau.... Et que bien sûr ils font payer leurs incompétence aux usagers .. Apparement t'expliquer une évidence ne servirait à rien. Reste donc comme tu es, tu nous amuses bien.

Pour rester dans la perte, d'argent cette fois ci, un rapport de l'OCDE à classé la France en deuxième position mondiale en matière de prélèvements obligatoires. Comme quoi il n'y a pas que les fuites d'eau qu'il faut colmater.

a écrit : Apparement t'expliquer une évidence ne servirait à rien. Reste donc comme tu es, tu nous amuses bien. Pas besoin d’être désagréable. Ça ne doit pas être aussi évident que ça, parce que je ne comprends pas non plus le problème écologique dans une fuite d’eau. Ça embête les sociétés qui s’en occupent parce qu’elles perdent de l’argent, mais la terre, ça ne change rien pour elle. Ça serait une fuite de produits chimiques là oui je comprendrais, mais de l’eau ?
Non si tu veux bien nous expliquer au lieu d’être condescendant, ça serait plus utile, merci.

a écrit : Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA
Afficher tout
20% c'est la moyenne haute, ça tourne plus autour de 15% pour des panneaux solaires lambdas

a écrit : Apparement t'expliquer une évidence ne servirait à rien. Reste donc comme tu es, tu nous amuses bien. Commentaire condescendant qui n'a pas sa place ici...
As tu lu l'ensemble des commentaires précédents ? Plusieurs personnes ont déjà expliqué que cette eau n'est pas perdue...
Je rajouterais d'ailleurs qu'elle à été extrêmement bien dépolluée, il n'y reste (le plus souvent) qu'une infime part de chlore.
Enfin le coût n'est pas répercuté sur le client, il y a bien un compteur d'eau chez chacun d'entre nous (c'est d'ailleurs a partir de ces compteurs et des compteurs de sortie d'usine qu'est calculé ce taux de perte), et la perte est nette pour les producteur d'eau, ils doivent la déclarer justement pour verifier qu'ils ne la répercutent pas.
Ça va faire long mais j'ai failli oublier d'ajouter que dans ces 20% de perte sont comptés les vols d'eau (branchements illégaux, trafficage de compteurs,...) ainsi que l'utilisation des poteaux incendie (essai de verification, feux bien sûr, et parfois nettoyage des voiries).

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
Tout simplement que l'installation pour récupérer les eaux pluviales coûte cher et n'est pas toujours rentable ...

En faite, faire de la récupération d'eau pluviales pour les toilettes est une installation coûteuse.
Il faut créer tout le système de collecte des eaux pluviales (de la toiture à la cuve).
Créer le système de stockage, créer un système de distribution spécifique. Car l'eau pluviale et dans la catégorie des eau non potable.
De créer un système de recharge (filtration, pompes, robinetteries etc ...), et oui quand la cuve des eaux pluviales est vide, il faut la remplir avec de l'eau de ville.
Outre le coût d'installation, il y à le coût d'exploitation et de maintenance.

Ensuite la rentabilité n'est pas du tout la même entre une installation à Marseille ou Lille, car pas les même précipitations.

Et il faut aussi prendre en compte l'utilisation du bâtiment (Hôtel, Logement etc ...)

Tous ces exemples sont pour de l'utilisation pour les WC.

Pour un particulier cela peux être plus intéressant si il combine les WC et de l'arrosage effectivement.
En gros il faut réaliser une étude pour dimensionner une installation d'eau pluviale, si le retour sur investissement est supérieur à 30ans pas vraiment d’intérêt ...

a écrit : Une question que je me permet de poser, l'eau qui est absorbé par la terre, si elle ne rencontre pas de couche de pierre imperméable qui la feront ruisselé pour ressortir quelque part, lorsqu'elle s'enfouis sous terre elle atteint le manteau de magma elle remonte sous forme de vapeur ou bien elle reste emprisonnés et forme des nappes phréatique ..? Afficher tout Il y a deux options :
soit elle remonte sous forme de source (froide, gazeuse, chaude) ou geyser
Soit elle rentre dans les nappes phréatiques un gros moment et remonte plus tard naturellement sous forme de source ou bien artificiellement par des pompes

a écrit : Pas besoin d’être désagréable. Ça ne doit pas être aussi évident que ça, parce que je ne comprends pas non plus le problème écologique dans une fuite d’eau. Ça embête les sociétés qui s’en occupent parce qu’elles perdent de l’argent, mais la terre, ça ne change rien pour elle. Ça serait une fuite de produits chimiques là oui je comprendrais, mais de l’eau ?
Non si tu veux bien nous expliquer au lieu d’être condescendant, ça serait plus utile, merci.
Afficher tout
Parce que l'eau est généralement pompée dans des nappes a proximité de cours d'eau (nappes alluviales) ou dans des nappes captives en profondeur (qui ne communiquent pas avec la surface, ni dans un sens ni dans l'autre).
Dans le premier cas, des volumes excessifs pompés peuvent altérés le débit et le fonctionnement du cours d'eau. Là où je travaillais (dans la restauration de milieux aquatiques dans le Nord), certains pompages à proximité de petits cours d'eau entrainent une diminution de plusieurs centaines de mètres, voir plusieurs kilomètres, de la longueur du cours d'eau en assechant les sources. Cela détruit aussi toutes les annexes hydrauliques telles les marais, tourbières ; les zones humides en général (qui sont d'une importance écologique et économique colossalle, souvent passée sous silence ... ).
Pour les nappes captives en profondeur, elles ne se rechargent pas (ou très très lentement) par définition. Donc puiser dans cette eau à outrance détruit nos réserves et hypothèque l'avenir, en obligeant à augmenter encore plus les prélèvements des nappes de surface.

Désolé pour le pavé, voilà un début d'explication. Il faut avoir conscience que cette surconsommation d'eau (agricole, urbaine, pertes..) a des conséquences écologiques et économiques qui dépassent largement les pertes financières des sociétés exploitantes. Il est vrai que l'anecdote aurait dû y faire allusion...

Ps : pour ceux qui se demandent où va l'eau perdue, et bien ca dépend où elle est perdue. L'eau peut circuler dans le sol (lentement) en suivant les courbes de niveau et tant qu'elle ne rencontre pas de couches imperméables (argiles). Néanmoins les eaux "perdues" dans des environnements urbains ou agricoles mettront du temps à rejoindre, le cas échéant, les nappes ou cours d'eau où elles auraient du se trouver. Et lors de leur parcours, elles auront probablement emmenées nitrates, pesticides ou métaux lourds, sels et hydrocarbures avec elles..

a écrit : Une question que je me permet de poser, l'eau qui est absorbé par la terre, si elle ne rencontre pas de couche de pierre imperméable qui la feront ruisselé pour ressortir quelque part, lorsqu'elle s'enfouis sous terre elle atteint le manteau de magma elle remonte sous forme de vapeur ou bien elle reste emprisonnés et forme des nappes phréatique ..? Afficher tout Pose ta question ! Elle est intéressante.
Oui et non.
L'eau ne descendra pas tout droit, elle ruisselera autour d'obstacles, que ce soient du roc ou de l'argile imperméable. Au final, elle finira par ressurgir plus bas dans un ruisseau ou un lac, voire la mer, ou même simplement sous la forme d'une source, purifiée par les mètres de terre qui l'auront filtré.

Une petite partie descendra plus bas à l'aide de fissures, mais elle ne descendra certainement pas jusqu'au magma, seulement jusqu'à ce qu'elle soit chauffée jusqu'à son point d'ébullition. À ce moment, elle est transformée en vapeur d'eau, ce qui fait augmenter la pression, et la fait remonter, sous la forme d'une source chaude/thermale, voire dans les cas extrêmes d'un geyser.
Voilà !!!

Edit : c'est moi où j'ai vraiment mal lu ton commentaire ??? Autant pour moi... Ça m'apprendra à faire l'intelligent face à quelqu'un qui connait déjà la réponse '^^
Les nappes phréatiques, c'est juste une zone (de terre) saturée en eau, il ne faut pas imaginer ça comme une poche. Les lacs sont ainsi juste une expression extérieure d'une nappe phréatique intérieure.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ rien ne se perd tout se transforme

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ Une fuite d'eau, ça ne pose aucun problème écologique ! L'eau retourne dans le sol, où elle ira alimenter une nappe phréatique, et c'est tout...

a écrit : "Les sociétés (on s'en tape, ils se gavent assez)".
Si les société n'existaient pas, ils n'y aurait pas de travailleur donc pas de salaire sous forme monétaire. Tu ferait comment? Tu ferais du troc comme dans le temps en fonction de tes compétence... Eleveur de chevre ? Mdr.
Une soc
iété à besoin d'être rentable pour être pérenne et pour embaucher et donc avoir un salaire donc en fait on s'en tape pas du tout !! Afficher tout
L eau ne doit pas etre un bien privatisé à mon avis.
Je parlais des sociétés qui se font un.fric fou grâce à l eau potable.
Ce n est qu un avis mais je pense que l eau pour la consommation personnelle devrait être gratuite.
Et je suis éleveur de chèvres donc je ne suis pas contre effectivement.

Posté le

android

(0)

Répondre