Au Maroc, un père peut avoir à verser une pension à sa fille toute sa vie

Proposé par
le

Dans la plupart des pays, le père divorcé qui n'a pas la garde de ses enfants doit payer une pension jusqu’à leur majorité. Mais au Maroc, le cas de la fille aux parents divorcés est spécial : tant que celle-ci n’est pas mariée et est au chômage, le père est censé lui payer une pension alimentaire à vie, peu importe son âge. Il n'est libéré de cet engagement que si elle dispose de ressources suffisantes ou lorsqu'elle est mariée.


Commentaires préférés (3)

Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la naissance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?

a écrit : Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la nais
sance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?
Afficher tout
Je ne connaissez pas le concept de viduité, je me coucherais doublement moins bete.
selon la première source : "Trois mois pour celle qui n’a jamais été sujette au flux menstruel ou celle qui a atteint la ménopause. Si elle a ses menstrues avant la fin de la période de viduité, celle-ci est prolongée de trois périodes intermenstruelles"
Outre le problème du (re)mariage des enfants, je me pose une question : si la période de viduité est utilisé pour s'assurer que la femme n'est pas enceinte, pourquoi imposer un délai a celle qui n'ont pas de cycle, et donc, ne peuvent pas être enceinte ?

a écrit : Je ne connaissez pas le concept de viduité, je me coucherais doublement moins bete.
selon la première source : "Trois mois pour celle qui n’a jamais été sujette au flux menstruel ou celle qui a atteint la ménopause. Si elle a ses menstrues avant la fin de la période de viduité, celle-ci est prolongée de tro
is périodes intermenstruelles"
Outre le problème du (re)mariage des enfants, je me pose une question : si la période de viduité est utilisé pour s'assurer que la femme n'est pas enceinte, pourquoi imposer un délai a celle qui n'ont pas de cycle, et donc, ne peuvent pas être enceinte ?
Afficher tout
Parce qu'on sait jamais tout simplement...
Une femme ménopausée peut tomber enceinte pour divers raisons : Ménopause précoce, fausse ménopause, traitement médical...

J'avais lu le cas d'une femme (la cinquantaine), ménopausée, qui a perdu sa fille de 16 ans dans un accident de la route et qui s'est retrouvée avec à nouveaux des règles très abondantes comme lorsqu'elle avait elle-même 16 ans.
Naturellement elle faisait un transfert suite au décès de sa fille mais le fait est là : ménopausée, elle était à nouveau réglée...(donc pilule et tout le bazar)

En dehors de la ménopause, l'arrêt des menstruations peut avoir énormément de causes et je pense que c'est pour cela que la loi marocaine couvre tous les cas possibles.
De plus cette loi prend aussi en compte celles qui n'ont pas encore leurs menstrues.

Et je t'ai relu kepotx, mais il ne s'agit pas du remariage des enfants mais d'éviter le conflit sur les filiations paternelles en cas de séparations :
Genre, le couple divorce et la femme tombe enceinte d'un autre homme pendant la séparation : hop elle dit que c'est l'ex-mari le papa et Jackpot à elle les pensions alimentaires !!! :)


Tous les commentaires (27)

Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la naissance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?

a écrit : Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la nais
sance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?
Afficher tout
Je ne connaissez pas le concept de viduité, je me coucherais doublement moins bete.
selon la première source : "Trois mois pour celle qui n’a jamais été sujette au flux menstruel ou celle qui a atteint la ménopause. Si elle a ses menstrues avant la fin de la période de viduité, celle-ci est prolongée de trois périodes intermenstruelles"
Outre le problème du (re)mariage des enfants, je me pose une question : si la période de viduité est utilisé pour s'assurer que la femme n'est pas enceinte, pourquoi imposer un délai a celle qui n'ont pas de cycle, et donc, ne peuvent pas être enceinte ?

a écrit : Je ne connaissez pas le concept de viduité, je me coucherais doublement moins bete.
selon la première source : "Trois mois pour celle qui n’a jamais été sujette au flux menstruel ou celle qui a atteint la ménopause. Si elle a ses menstrues avant la fin de la période de viduité, celle-ci est prolongée de tro
is périodes intermenstruelles"
Outre le problème du (re)mariage des enfants, je me pose une question : si la période de viduité est utilisé pour s'assurer que la femme n'est pas enceinte, pourquoi imposer un délai a celle qui n'ont pas de cycle, et donc, ne peuvent pas être enceinte ?
Afficher tout
Parce qu'on sait jamais tout simplement...
Une femme ménopausée peut tomber enceinte pour divers raisons : Ménopause précoce, fausse ménopause, traitement médical...

J'avais lu le cas d'une femme (la cinquantaine), ménopausée, qui a perdu sa fille de 16 ans dans un accident de la route et qui s'est retrouvée avec à nouveaux des règles très abondantes comme lorsqu'elle avait elle-même 16 ans.
Naturellement elle faisait un transfert suite au décès de sa fille mais le fait est là : ménopausée, elle était à nouveau réglée...(donc pilule et tout le bazar)

En dehors de la ménopause, l'arrêt des menstruations peut avoir énormément de causes et je pense que c'est pour cela que la loi marocaine couvre tous les cas possibles.
De plus cette loi prend aussi en compte celles qui n'ont pas encore leurs menstrues.

Et je t'ai relu kepotx, mais il ne s'agit pas du remariage des enfants mais d'éviter le conflit sur les filiations paternelles en cas de séparations :
Genre, le couple divorce et la femme tombe enceinte d'un autre homme pendant la séparation : hop elle dit que c'est l'ex-mari le papa et Jackpot à elle les pensions alimentaires !!! :)

a écrit : Parce qu'on sait jamais tout simplement...
Une femme ménopausée peut tomber enceinte pour divers raisons : Ménopause précoce, fausse ménopause, traitement médical...

J'avais lu le cas d'une femme (la cinquantaine), ménopausée, qui a perdu sa fille de 16 ans dans un accident de la route
et qui s'est retrouvée avec à nouveaux des règles très abondantes comme lorsqu'elle avait elle-même 16 ans.
Naturellement elle faisait un transfert suite au décès de sa fille mais le fait est là : ménopausée, elle était à nouveau réglée...(donc pilule et tout le bazar)

En dehors de la ménopause, l'arrêt des menstruations peut avoir énormément de causes et je pense que c'est pour cela que la loi marocaine couvre tous les cas possibles.
De plus cette loi prend aussi en compte celles qui n'ont pas encore leurs menstrues.

Et je t'ai relu kepotx, mais il ne s'agit pas du remariage des enfants mais d'éviter le conflit sur les filiations paternelles en cas de séparations :
Genre, le couple divorce et la femme tombe enceinte d'un autre homme pendant la séparation : hop elle dit que c'est l'ex-mari le papa et Jackpot à elle les pensions alimentaires !!! :)
Afficher tout
Pour la première partie, je me doute bien qu'il peut y avoir des exception, ça m’étonne juste que ça soit assez courant pour que ça soit intégré dans la loi.
Pour la dernière partie, la période de viduité s'applique bien a la femme divorcée, et si il y a un cas pour les personnes n'ayant pas encore eu leurs règles (je suppose que le cas des majeurs n'ayant toujours pas leurs règles est rare), c'est bien que cette personne était marié et va se remarier, non ?

a écrit : Pour la première partie, je me doute bien qu'il peut y avoir des exception, ça m’étonne juste que ça soit assez courant pour que ça soit intégré dans la loi.
Pour la dernière partie, la période de viduité s'applique bien a la femme divorcée, et si il y a un cas pour les personnes n'ayant pas encor
e eu leurs règles (je suppose que le cas des majeurs n'ayant toujours pas leurs règles est rare), c'est bien que cette personne était marié et va se remarier, non ? Afficher tout
Oui elle était mariée et va certainement se remarier, mais le délai de viduité est là pour éviter les conflits de filiation. Après je comprends pas trop, désolé si je réponds à coté ;p

Concernant les cycles menstruels je pense que c'est tellement compliqué (ce n'est pas une machine) que pour éviter les "vides juridiques" la loi marocaine essaie de couvrir le plus de possibilité et voilà. (Menstruation tardive, absence de cycle ou cycle aléatoire, interruption de menstrues, arrêt puis reprise des menstrues etc etc etc)

a écrit : Oui elle était mariée et va certainement se remarier, mais le délai de viduité est là pour éviter les conflits de filiation. Après je comprends pas trop, désolé si je réponds à coté ;p

Concernant les cycles menstruels je pense que c'est tellement compliqué (ce n'est pas une machine) que pour év
iter les "vides juridiques" la loi marocaine essaie de couvrir le plus de possibilité et voilà. (Menstruation tardive, absence de cycle ou cycle aléatoire, interruption de menstrues, arrêt puis reprise des menstrues etc etc etc) Afficher tout
Je le voyais plutôt comme servant à éviter qu'un homme ne prenne à sa charge un enfant qui ne serait pas de lui.

a écrit : Je le voyais plutôt comme servant à éviter qu'un homme ne prenne à sa charge un enfant qui ne serait pas de lui. Oui c'est ça que j'explique en disant conflit de filiation, j'ai mis un exemple dans mon commentaire de 11:38
Il faut savoir que ce n'est pas des cas isolés, attention à vous messieurs ;o)

a écrit : Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la nais
sance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?
Afficher tout
Non, ça n'a pas été abrogé parce que ce n'était plus respecté mais tout simplement parce que maintenant, pour trouver la paternité d'un enfant, un test ADN suffit...

Je pense aussi que cela prouve que le divorce peut ne pas être justifié, car si il est prouvé par la période de viduité que la femme est enceinte, alors elle a put avoir un comportement colérique, irrationnel, détester son mari, voir même le violenter du fait du changement hormonal qui s’opère chez la femme en début de grossesse !! Donc si la femme n’a pas ses règles dans les trois mois alors elle peut être enceinte. Il devient (il me semble) interdit à son époux de la répudier !! Car son comportement (si c’est le motif du divorce) peut être expliqué par ce dérèglement hormonal !!

a écrit : Je pense aussi que cela prouve que le divorce peut ne pas être justifié, car si il est prouvé par la période de viduité que la femme est enceinte, alors elle a put avoir un comportement colérique, irrationnel, détester son mari, voir même le violenter du fait du changement hormonal qui s’opère chez la femme en début de grossesse !! Donc si la femme n’a pas ses règles dans les trois mois alors elle peut être enceinte. Il devient (il me semble) interdit à son époux de la répudier !! Car son comportement (si c’est le motif du divorce) peut être expliqué par ce dérèglement hormonal !! Afficher tout Pas en droit français ... En droit marocain peut être, je ne connais pas.

En France la pension alimentaire doit être versée tant que l'enfant ne peut subvenir à ses besoins (en travaillant...) ou bien jusqu'au RSA, soit 25 ans. Source: un ami huissier de justice.

En fait, l’explication est religieuse: Dans l’islam, toute femme veuve ou divorcée doit attendre un délai de trois mois (lunaires) avant de se remarier. Parce que c’est le délai à partir duquel une grossesse commence à être « visible ». C’est une loi religieuse vieille de 15 siècles...Le Maroc n’étant pas un pays laïc...
Par ailleurs, le Maroc est assez spécial puisque deux religions sont « officielles », l’islam et le judaisme. Du coup, il y’a aussi des tribunaux pour régir les droits familiaux (succession etc...) présidés par des hommes de loi juifs.

Et la loi marocaine qui disait que si on viole une jeune femme, et puis qu'on la demande en mariage, alors on ne va pas en prison, elle est toujours en vigueur ?... parce que ça règle facilement le problème de pension alimentaire... c'est odieux, mais les 2 lois mises côte à côte, c'est assez vertigineux...

a écrit : Anecdote très intéressante, en particulier la 1ère source qui pourrait presque refaire une anecdote autour du délai de viduité.

Abrogé en 2004 en France (car plus trop respectée j'imagine) ce délai de viduité restreignait les femmes au remariage afin d'éviter les conflits de filiation sur la nais
sance potentielle d'enfants pendant la séparation. Elle était fixée à 300 jours.

Au Maroc elle est calculée en nombre de menstruations (3 périodes intermenstruelles), c'est assez anecdotique pour le signaler :)
Si quelqu'un sait comment se fait ce contrôle ? Doit-elle amener des tampons usagés pour prouver le respect du délai de viduité ?
Afficher tout
Non tout simplement et en général on attend 3 mois (à peu près. Tu auras plus de précision sur Google) le délais de vuidite, permet (en espérant arranger) de savoir si la femme est enceinte de son mari (divorcé ou défunt). Si divorcé, ça permet une réconciliation peut être, dans les 2 cas l’enfant pourra réclamer une part d’héritage suite au décès du père.

a écrit : Et la loi marocaine qui disait que si on viole une jeune femme, et puis qu'on la demande en mariage, alors on ne va pas en prison, elle est toujours en vigueur ?... parce que ça règle facilement le problème de pension alimentaire... c'est odieux, mais les 2 lois mises côte à côte, c'est assez vertigineux... Gros problème la loi par rapport au viol au Maroc. Mais si vous connaissez un peu les mœurs, vous finirez par comprendre la position.
La loi marocaine interdit le viol, les relations sexuelle avant le mariage et hors mariage.
Quand un couple non marié a des relations et qu’un jour il se sépare, arrive un jour que la fille se retrouve enceinte...
Gros problème quand la loi et la famille n’accepte pas une naissance hors mariage... la réputation prend un coup.
Ajoutons aussi le grand courage du jeune garçon, qui n’avait pas l’idée de fonder une famille et qui prend ces jambe à son cou !
Donc la fille maligne déclare un viol. Ben oui ! Au moins la c’est plus la fille qui enfreint la règle mais une pauvre victime (je parle de certains cas ou le mensonge occupe une partie de l’histoire, je ne dis pas que le viol n’existe pas au Maroc, et je ne fais pas l’apologie du viol)...
Donc pour palier au problème de mœurs ou certaines femmes préféreront dire qu’elle ont subi un viol que de laisser entendre qu’elle a fait la p..e par son entourage, la justice donne le choix soit l’homme va en prison, soit il se mari. Donc si ces jeunes gens ne sont pas acteur de viol (coupable/victime) ils saisiront là meilleur opportunité.

Mais il faut savoir qu’un viol avec agression, s’il ne ressemble en rien à un consentement mutuel est passible de prison, le choix du mariage s’impose quand il y’a un doute sur la véracité des propos.

a écrit : Je pense aussi que cela prouve que le divorce peut ne pas être justifié, car si il est prouvé par la période de viduité que la femme est enceinte, alors elle a put avoir un comportement colérique, irrationnel, détester son mari, voir même le violenter du fait du changement hormonal qui s’opère chez la femme en début de grossesse !! Donc si la femme n’a pas ses règles dans les trois mois alors elle peut être enceinte. Il devient (il me semble) interdit à son époux de la répudier !! Car son comportement (si c’est le motif du divorce) peut être expliqué par ce dérèglement hormonal !! Afficher tout Elle est supprimé en France à cause (ou grâce sa dépend du point de vue) des tests ADN. Au Maroc c’est pas tout le monde qui peut se le payé.
Et la loi islamique se base sur des moyen simple et non onéreux pour éviter un ou plusieurs pb.

L’enfant du futur mari reconnu par l’ex ?
Pour que l’enfant réclame la part d’héritage qui ne lui reviens pas, n’est pas juste.

L’enfant de l’ex mari reconnu par le futur mari ? Pourquoi la responsabilité de l’enfant doit aller vers un inconnu, si le père peut le reconnaître.

Voilà ce sont ce genre de problème qui outre le fait qu’un couple ne s’entende pas il faut que la justesse et la justice soit égale à tout les protagonistes.

Ah le debat sur la mixite !!! Au maroc ils ont tranche les filles sont assistees par le pere qui les finance en attendant qu un autre homme (mariage) les finance.

a écrit : En fait, l’explication est religieuse: Dans l’islam, toute femme veuve ou divorcée doit attendre un délai de trois mois (lunaires) avant de se remarier. Parce que c’est le délai à partir duquel une grossesse commence à être « visible ». C’est une loi religieuse vieille de 15 siècles...Le Maroc n’étant pas un pays laïc...
Par ailleurs, le Maroc est assez spécial puisque deux religions sont « officielles », l’islam et le judaisme. Du coup, il y’a aussi des tribunaux pour régir les droits familiaux (succession etc...) présidés par des hommes de loi juifs.
Afficher tout
Le Maroc a une seule religion officielle c'est l'Islam qui est la religion de l'Etat. Le Roi (le commandeur des croyants) est la presonne qui veille au respect de l'Islam et de ses dispositions constitutionnelles... je ne vois pas d'où tu sors cette blague de religion officielle juive?!!!

a écrit : Le Maroc a une seule religion officielle c'est l'Islam qui est la religion de l'Etat. Le Roi (le commandeur des croyants) est la presonne qui veille au respect de l'Islam et de ses dispositions constitutionnelles... je ne vois pas d'où tu sors cette blague de religion officielle juive?!!! A te lire je me demande si la laïcite en France n est pas une erreur. Du coup en france nous avons toutes ces personnes qui fuient leur pays autoritaire mais une fois en france le communautarisme reprend de plus belle pour defendre les memes regles ou consequences de ces regles qu ils ont quittes librement (eux ou leurs descendants j entends)