Certains hommes sont allergiques au sexe

Proposé par
Invité
le
dans

Un homme peut être allergique au sexe. Une étude a mis en évidence chez une cinquantaine de patients des symptômes similaires à la grippe et à une allergie (yeux qui piquent et fièvre) après l'orgasme et pouvant durer jusqu'à une semaine. Les auteurs pensent que ce syndrome rare, baptisé "Post-Orgasmic Illness Syndrome" est sous-diagnostiqué.


Commentaires préférés (3)

J'ai imaginé le cas de figure ou dame nature se serait amusé à faire en sorte que ça soit, en plus, une MST... :) ô joie

a écrit : Telle que je comprends l'anecdote, ça ne touche que les hommes (avec un petit h donc). Du coup, peut-être que les causes de cette allergie peuvent être plus facilement identifiables ?
Si l'on sait si ça touche les femmes possédant un pénis, les hommes avec phallo-plastie (avec et sans hystérectomie), c
eux qui prennent de la testostérone, etc. etc., on peut éliminer certaines causes et corréler des données, pour déterminer plus aisément si ça provient du taux d'hormones (plus de testostérone chez les hommes), de la prostate, du sperme, de tout l'organe reproducteur, des chromosomes peut-être, de l'organe sexuel seulement, ou plusieurs de ces causes ou d'autres choses encore... Et donc également ce qui fait que les femmes n'ont pas l'air d'en être victimes ?
Bref, ça a piqué ma curiosité !

Après j'ai pas pu lire les sources et peut-être que c'est déjà précisé, dans ce cas je m'excuse du post inutile

Comme dit avant moi, même s'il ne faut pas oublier ceux qui en souffrent, soyons heureux que ce ne soit effectivement pas une IST, c'est déjà un problème de moins haha :)
Afficher tout
Dans le rapport de l'étude (menée par l'université de médecine de la Nouvelle Orléans), il est précisé que les causes pourraient être multiples mais la "maladie" est aujourd'hui inexpliquée : "The autoimmune-allergy hypothesis is the most accepted hypothesis explaining the pathogenesis of POIS" (selon l'étude)

Toutefois, l'étude en question date d'il y a quelques mois (août 2017), les résultats demandent donc d'être appréciés par d'autres études avant d'amener des conclusions hâtives et d'apporter des réponses à vos questions.

Édit : je viens de cogiter sur qqch. Dans les sources il y est écrit l'apparition des symptômes quelques minutes/heures après l'éjaculation. Mais dans ce cas, en plus de ne pas acter, les sujets ne pourraient pas se masturber non plus. Je trouve ça bizarre qu'on ne se rende compte de cette "maladie" qu'après les premiers ébats et pas pendant l'adolescence ...


Tous les commentaires (44)

J'ai imaginé le cas de figure ou dame nature se serait amusé à faire en sorte que ça soit, en plus, une MST... :) ô joie

Telle que je comprends l'anecdote, ça ne touche que les hommes (avec un petit h donc). Du coup, peut-être que les causes de cette allergie peuvent être plus facilement identifiables ?
Si l'on sait si ça touche les femmes possédant un pénis, les hommes avec phallo-plastie (avec et sans hystérectomie), ceux qui prennent de la testostérone, etc. etc., on peut éliminer certaines causes et corréler des données, pour déterminer plus aisément si ça provient du taux d'hormones (plus de testostérone chez les hommes), de la prostate, du sperme, de tout l'organe reproducteur, des chromosomes peut-être, de l'organe sexuel seulement, ou plusieurs de ces causes ou d'autres choses encore... Et donc également ce qui fait que les femmes n'ont pas l'air d'en être victimes ?
Bref, ça a piqué ma curiosité !

Après j'ai pas pu lire les sources et peut-être que c'est déjà précisé, dans ce cas je m'excuse du post inutile

Comme dit avant moi, même s'il ne faut pas oublier ceux qui en souffrent, soyons heureux que ce ne soit effectivement pas une IST, c'est déjà un problème de moins haha :)

a écrit : Telle que je comprends l'anecdote, ça ne touche que les hommes (avec un petit h donc). Du coup, peut-être que les causes de cette allergie peuvent être plus facilement identifiables ?
Si l'on sait si ça touche les femmes possédant un pénis, les hommes avec phallo-plastie (avec et sans hystérectomie), c
eux qui prennent de la testostérone, etc. etc., on peut éliminer certaines causes et corréler des données, pour déterminer plus aisément si ça provient du taux d'hormones (plus de testostérone chez les hommes), de la prostate, du sperme, de tout l'organe reproducteur, des chromosomes peut-être, de l'organe sexuel seulement, ou plusieurs de ces causes ou d'autres choses encore... Et donc également ce qui fait que les femmes n'ont pas l'air d'en être victimes ?
Bref, ça a piqué ma curiosité !

Après j'ai pas pu lire les sources et peut-être que c'est déjà précisé, dans ce cas je m'excuse du post inutile

Comme dit avant moi, même s'il ne faut pas oublier ceux qui en souffrent, soyons heureux que ce ne soit effectivement pas une IST, c'est déjà un problème de moins haha :)
Afficher tout
Dans le rapport de l'étude (menée par l'université de médecine de la Nouvelle Orléans), il est précisé que les causes pourraient être multiples mais la "maladie" est aujourd'hui inexpliquée : "The autoimmune-allergy hypothesis is the most accepted hypothesis explaining the pathogenesis of POIS" (selon l'étude)

Toutefois, l'étude en question date d'il y a quelques mois (août 2017), les résultats demandent donc d'être appréciés par d'autres études avant d'amener des conclusions hâtives et d'apporter des réponses à vos questions.

Édit : je viens de cogiter sur qqch. Dans les sources il y est écrit l'apparition des symptômes quelques minutes/heures après l'éjaculation. Mais dans ce cas, en plus de ne pas acter, les sujets ne pourraient pas se masturber non plus. Je trouve ça bizarre qu'on ne se rende compte de cette "maladie" qu'après les premiers ébats et pas pendant l'adolescence ...

" Comme cure, mon médecin m'a conseillé d'entrer dans les ordres."

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Dans le rapport de l'étude (menée par l'université de médecine de la Nouvelle Orléans), il est précisé que les causes pourraient être multiples mais la "maladie" est aujourd'hui inexpliquée : "The autoimmune-allergy hypothesis is the most accepted hypothesis explaining the pathogenesis of POIS" (selon l'étude)

Toutefois, l'étude en question date d'il y a quelques mois (août 2017), les résultats demandent donc d'être appréciés par d'autres études avant d'amener des conclusions hâtives et d'apporter des réponses à vos questions.

Édit : je viens de cogiter sur qqch. Dans les sources il y est écrit l'apparition des symptômes quelques minutes/heures après l'éjaculation. Mais dans ce cas, en plus de ne pas acter, les sujets ne pourraient pas se masturber non plus. Je trouve ça bizarre qu'on ne se rende compte de cette "maladie" qu'après les premiers ébats et pas pendant l'adolescence ...
Afficher tout
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre ! C'est vrai que j'avais pas réalisé que l'étude était si récente, effectivement, évitons les conclusions trop rapides :)

Concernant votre cogitation : C'est vrai que c'est étrange, je ne m'y connais absolument pas en maladies auto-immunes alors je vais peut-être dire des bêtises mais si elles peuvent être déclenchées par un phénomène extérieur*, peut-être qu'il existe un paramètre qui déclenche les symptômes seulement lors des ébats (pure supposition) ?

Du coup j'ai pensé à d'autres paramètres à prendre en compte : une éjaculation ça arrive aussi sans jouir, ce qui voudrait dire selon les résultats que les symptômes sont déclenchés soit seulement par l'acte d'éjaculer, soit aussi à cause des hormones libérées lors de l'orgasme. Mais ça n'explique pas pourquoi on ne s'en rend pas compte dès la première masturbation "aboutie" (avec orgasme).

J'ai pensé aussi que c'était peut-être la nature du liquide séminal qui était problématique chez ces personnes, mais même chez les bébés du liquide s'écoule parfois, donc on devrait le remarquer avant. Ceci dit, c'est produit en moins grande quantité que lors d'une réelle éjaculation "d'adulte", et ce n'est peut-être pas exactement la même composition, ce qui pourrait expliquer pourquoi les symptômes apparaissent seulement après une "vraie" éjaculation une fois la puberté entamée, mais pas pourquoi on ne remarque les symptômes qu'après les premiers ébats...

Une autre hypothèse pourrait être que les femmes sont, pour une certaine raison, porteuses saines du truc qui déclenche les symptômes chez les hommes, mais que c'est comme une ist et comme n'importe quelle ist ça se transmet, et ainsi même si on est un homme et même si nos rapports sont exclusivement homosexuels, on peut tout à fait se le voir transmettre quand même à notre premier rapport et le transmettre à notre tour.. Peut-être aussi que ça se transmettrait via la salive, donc la capote ne protègerait pas contre ça ?
Ou alors, et ça expliquerait pourquoi on ne s'en rend pas compte avant les premiers ébats, c'est le préservatif lui-même qui déclenche la "maladie", et même par la suite sans capote les symptômes apparaissent quand même une fois la maladie "contractée" (c'est sûrement pas le bon mot, mais je trouve pas celui qui convient) pour une raison à déterminer ?
J'avais aussi pensé à une raison sociologique du style "les gens n'osent pas dire qu'ils se masturbent et donc que les symptômes apparaissent aussi lors de la masturbation", mais ça me semble pas très pertinent d'une part parce qu'il serait étonnant qu'AUCUN n'ose le dire, d'autre part parce que peu de gens considèrent encore comme honteux le fait de se masturber, et très peu ne l'ont jamais fait, donc si les allergiques/malades disent que ça n'arrive pas pendant la masturbation on peut supposer que c'est une donnée sûre (après je suis pas sociologue non plus)

Enfin après les chercheurs sont plus expérimentés que moi et ont déjà dû se poser toutes ces questions, mais c'est vrai que ça m'interroge beaucoup !

*EDIT : j'ai fait une recherche rapide, et ce sont plutôt les allergies qui sont déclenchées par un phénomène extérieur. Les maladies auto-immunes c'est envers les constituants normaux de l'organisme. Du coup mes hypothèses tombent un peu à l'eau si, comme les chercheurs le pensent, il s'agit bien d'une maladie auto-immune. Mais comme l'étude est très récente, on sait jamais... Puis si quelqu'un a les mêmes idées que moi, ça peut servir x)

Oh la mauvaise excuse pour ne plus "faire l'amour" avec le ou la conjoint(e) qui n'offre plus le même attrait physique qu'avant le mariage (doux euphémisme !) !

a écrit : Oh la mauvaise excuse pour ne plus "faire l'amour" avec le ou la conjoint(e) qui n'offre plus le même attrait physique qu'avant le mariage (doux euphémisme !) ! B quoi elles ont leur migraines nous ont à notre allergie :)

Mais c'est quoi ces histoires, bande d'hystéro! Couvrez-vous aprés avoir joui, au lieu de gésir comme une vieille baleine échouée. Evidemment vous prenez froid si vous vous couvrez pas après avoir joui, vous avez plus 20 ans quand-même. Et mettez-vous une dent d'ail dans le fion ça fera supo antibiotique (anecdote scmb). Ou plutôt que madame vous la mette, c'est plus sympa! Allergique à l'éjaculation nan mais ce qui faut pas lire, des fois! J't'en ficherai moi des allergies! Et pis si c'est madame que vous aimez plus et bin fermez les yeux ou divorcez, chais pas moi..

a écrit : Telle que je comprends l'anecdote, ça ne touche que les hommes (avec un petit h donc). Du coup, peut-être que les causes de cette allergie peuvent être plus facilement identifiables ?
Si l'on sait si ça touche les femmes possédant un pénis, les hommes avec phallo-plastie (avec et sans hystérectomie), c
eux qui prennent de la testostérone, etc. etc., on peut éliminer certaines causes et corréler des données, pour déterminer plus aisément si ça provient du taux d'hormones (plus de testostérone chez les hommes), de la prostate, du sperme, de tout l'organe reproducteur, des chromosomes peut-être, de l'organe sexuel seulement, ou plusieurs de ces causes ou d'autres choses encore... Et donc également ce qui fait que les femmes n'ont pas l'air d'en être victimes ?
Bref, ça a piqué ma curiosité !

Après j'ai pas pu lire les sources et peut-être que c'est déjà précisé, dans ce cas je m'excuse du post inutile

Comme dit avant moi, même s'il ne faut pas oublier ceux qui en souffrent, soyons heureux que ce ne soit effectivement pas une IST, c'est déjà un problème de moins haha :)
Afficher tout
"Femmes possédant un pénis" ???

Une vie sans sexe c'est troooooooop dur

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : " Comme cure, mon médecin m'a conseillé d'entrer dans les ordres." Bienvenue à la cure alors mon père !!! ;-)

a écrit : Dans le rapport de l'étude (menée par l'université de médecine de la Nouvelle Orléans), il est précisé que les causes pourraient être multiples mais la "maladie" est aujourd'hui inexpliquée : "The autoimmune-allergy hypothesis is the most accepted hypothesis explaining the pathogenesis of POIS" (selon l'étude)

Toutefois, l'étude en question date d'il y a quelques mois (août 2017), les résultats demandent donc d'être appréciés par d'autres études avant d'amener des conclusions hâtives et d'apporter des réponses à vos questions.

Édit : je viens de cogiter sur qqch. Dans les sources il y est écrit l'apparition des symptômes quelques minutes/heures après l'éjaculation. Mais dans ce cas, en plus de ne pas acter, les sujets ne pourraient pas se masturber non plus. Je trouve ça bizarre qu'on ne se rende compte de cette "maladie" qu'après les premiers ébats et pas pendant l'adolescence ...
Afficher tout
D'apres ce que j'ai vu, ça serait une allergie au sperme. En cas d'orgasme sans ejaculation, ils n'en souffrent pas mais quand on leur injecte leur propre sperme en sous cutané, des reactions allergiques se font sentir. Ca serait dû à une proteine du liquide seminal. Les femmes aussi en sont victime. Ce qui est insolite, c'est qu'un homme puisse être allergique à une substance qu'il a lui même sécrété.

a écrit : "Femmes possédant un pénis" ??? Oui, on associe souvent un sexe biologique et un genre, ce qu'on fait qu'on les confond, mais y'a une différence :
Le genre c'est une construction sociale (c'est une notion qui n'existe pas, à ma connaissance, chez les animaux) comme il en existe plein, plus ou moins forte et qui change selon l'époque, le milieu social et les cultures. C'est pas *forcément* quelque chose de mauvais une construction sociale, faut juste avoir conscience qu'elle existe, qu'elle est pas innée et qu'elle est modifiable
Le sexe (biologique donc) c'est une addition de plusieurs choses : les chromosomes + différents taux d'hormones + organes reproducteurs + organe sexuel. Alors forcément que tout ne peut pas correspondre à chaque fois à une construction de genre assigné, même si c'est pas toujours visible x)

(C'est des définitions simplifiées hein, c'est pas le sujet de l'anecdote donc je fais court, mais ça me semble important quand même)

Y'a aussi des femmes assignées hommes à la naissance à cause de leur pénis qui souhaitent le garder, ça fait d'elles des femmes à pénis, comme il y a des hommes à vagin pour la même raison :)

a écrit : J'ai imaginé le cas de figure ou dame nature se serait amusé à faire en sorte que ça soit, en plus, une MST... :) ô joie Ici On parle des yeux qui piquent et non pas du sexe qui pique

Une masturbation et hop en arrêt de travail pour la semaine!

Je voudrais apporter un autre point de vu a cela : et si nous essayions de voir les choses dans leur causes plutôt que dans les conséquences ? On sous estime souvent la puissance de la somatisation dans le corps par les pensées.. on peut sans doute résumer cela a des énergies négatives qui s'accumulent dans l'organisme, et qui font souvent écho à un mal moral : Il n'est pas rare de voir apparaître un ulcère chez quelqu'un pour qui quelque chose "lui est resté sur l'estomac", davoir des problèmes d'intestin parcequil "n'a pas digérer quelque chose", etc.
J'aimerai que l'on cesse a tout bout de champ de compartimenter et mettre des étiquettes sur chaque "symptôme", car en plus de donner une certaine valeur médicale (par la confiance qu'on lui fait) au yeux du "malade", fait que l'on a tendance à oublier d'être à l'écoute de soi-même, de sonder son corps, qui la plupart du temps veut simplement nous envoyer un signal, nous prévenir d'un mal moral, qui n'a pas besoin d'être soigné par des pilules. Vous n'avez pas remarqué que l'on nous sort chaque jour de nouveau nom de maladie ? C'est comme le scandale du cholestérol, ça ne sert qu'à faire ramasser beaucoup d'argent à la big pharma.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : D'apres ce que j'ai vu, ça serait une allergie au sperme. En cas d'orgasme sans ejaculation, ils n'en souffrent pas mais quand on leur injecte leur propre sperme en sous cutané, des reactions allergiques se font sentir. Ca serait dû à une proteine du liquide seminal. Les femmes aussi en sont victime. Ce qui est insolite, c'est qu'un homme puisse être allergique à une substance qu'il a lui même sécrété. Afficher tout "A trial of hyposensitization therapy with autologous semen was successful"
...
La fameuse désensibilisation sublinguale ??
Pour les acariens on mets le patient en contact avec un concentré d'acariens sous la langue ...
Mais la ... J'ai peur de comprendre ><

a écrit : Je voudrais apporter un autre point de vu a cela : et si nous essayions de voir les choses dans leur causes plutôt que dans les conséquences ? On sous estime souvent la puissance de la somatisation dans le corps par les pensées.. on peut sans doute résumer cela a des énergies négatives qui s'accumulent dans l9;organisme, et qui font souvent écho à un mal moral : Il n'est pas rare de voir apparaître un ulcère chez quelqu'un pour qui quelque chose "lui est resté sur l'estomac", davoir des problèmes d'intestin parcequil "n'a pas digérer quelque chose", etc.
J'aimerai que l'on cesse a tout bout de champ de compartimenter et mettre des étiquettes sur chaque "symptôme", car en plus de donner une certaine valeur médicale (par la confiance qu'on lui fait) au yeux du "malade", fait que l'on a tendance à oublier d'être à l'écoute de soi-même, de sonder son corps, qui la plupart du temps veut simplement nous envoyer un signal, nous prévenir d'un mal moral, qui n'a pas besoin d'être soigné par des pilules. Vous n'avez pas remarqué que l'on nous sort chaque jour de nouveau nom de maladie ? C'est comme le scandale du cholestérol, ça ne sert qu'à faire ramasser beaucoup d'argent à la big pharma.
Afficher tout
Des énergies négatives ...?

L'histoire de l'ulcère de stress ... C'est une croyance populaire, le stress psychologique ne cause pas d'ulcère !
Ce qu'on appelle ulcère de stress c'est le stress subit par le corps chez les patients en réanimation, c'est lié à la défaillance d'organe.

Un ulcère nécessite absolument (c'est pas une urgence vitale mais on va voir pourquoi c'est important) un traitement médicale ...
Entre les risques de complications brutale (perforation, hémorragie, ...), le risque de cancérisation d'un ulcère gastrique à Helicobacter pylori ...

Dire "C'est rien c'est juste Freud qui t'envoie un message" ... C'est risquer la vie des gens juste...

Donc je veux bien le discours sur la psyché qui règlerait tous les problème ... Mais le psychosomatique, c'est le diagnostic d'élimination, on l'évoque quand on a éliminé les problème de santé à risque pour la santé du patient ... On évite de l'évoquer en première ligne !

Sur ce ... Bonne énergies negatives ;)