Dans certains cas, les morts ne peuvent être vus avant l'enterrement

Proposé par
le

Si l'un de vos proches venait à mourir de la peste ou encore du choléra, vous ne pourriez pas vous recueillir sur sa dépouille. En effet, tout soin de conservation du corps est interdit par la loi et l'enterrement doit être immédiat. Jusqu'au 31 décembre 2017, cette mesure incluait aussi les victimes du VIH.


Commentaires préférés (3)

Il était possible d'aller se recueillir auprès de la dépouille pour les victimes du VIH cependant les thanatopracteurs (personne préparant le corps avant d’être inhumé) avait l'interdiction d'intervenir sur ces dépouilles. Imaginez donc un corps après 3 ou 4 jours, même en étant garder au frais cela laisse des marques et des odeurs pouvant profondément choquer l'entourage, d'où le refus certaines fois de présenter le corps aux proches.

a écrit : Le risque ne serait pourtant pas bien grand, si l'on est habillé comme un chirurgien. Thanatopracteur, tu peux toujours te blesser en enfonçant une sonde ou te couper en faisant une incision....
La décision d'absence de soins (et donc l'impossibilité de se recueillir qui en découle) me parait logique et sanitairement intelligente.

Bonjour,
J'exerce le métier de conseiller funéraire
Il y a quelques erreurs: dans les cas cités (entre autres) la mise en bière (En cercueil) est immédiate (sur ordre du médecin ) mais pas l'inhumation qui a lieu entre 24h et 6 jours ouvrables (délais imposés par la loi dans tous les cas, dérogation possible accordée par le prefet)

Il n'y avait pas de mise en bière immédiate en cas de VIH mais effectivement pas de soins.

Il n'y a pas de délais type pour ce qui est du processus naturel qui intervient après la mort. Il commence immédiatement mais ces effets peuvent être visibles très vite ou non. Cela dépend de l'environnement, des causes du décès, des traitements suivis avant le décès et de nombreux autres facteurs


Tous les commentaires (36)

Il était possible d'aller se recueillir auprès de la dépouille pour les victimes du VIH cependant les thanatopracteurs (personne préparant le corps avant d’être inhumé) avait l'interdiction d'intervenir sur ces dépouilles. Imaginez donc un corps après 3 ou 4 jours, même en étant garder au frais cela laisse des marques et des odeurs pouvant profondément choquer l'entourage, d'où le refus certaines fois de présenter le corps aux proches.

a écrit : Il était possible d'aller se recueillir auprès de la dépouille pour les victimes du VIH cependant les thanatopracteurs (personne préparant le corps avant d’être inhumé) avait l'interdiction d'intervenir sur ces dépouilles. Imaginez donc un corps après 3 ou 4 jours, même en étant garder au frais cela laisse des marques et des odeurs pouvant profondément choquer l'entourage, d'où le refus certaines fois de présenter le corps aux proches. Afficher tout Il me semble que le corps commence sa décomposition après 3 jours. Donc à ce moment ça va.

Par contre certains voyaient leur proche 10 jours après sa mort, avec toutes les marques que tu as décrit.

Il en est de même pour les personnes ayant une hépatite. Jusqu'au 31 décembre 2017 = interdiction de soin funéraire.

Le risque ne serait pourtant pas bien grand, si l'on est habillé comme un chirurgien.

a écrit : Le risque ne serait pourtant pas bien grand, si l'on est habillé comme un chirurgien. Thanatopracteur, tu peux toujours te blesser en enfonçant une sonde ou te couper en faisant une incision....
La décision d'absence de soins (et donc l'impossibilité de se recueillir qui en découle) me parait logique et sanitairement intelligente.

Bonjour,
J'exerce le métier de conseiller funéraire
Il y a quelques erreurs: dans les cas cités (entre autres) la mise en bière (En cercueil) est immédiate (sur ordre du médecin ) mais pas l'inhumation qui a lieu entre 24h et 6 jours ouvrables (délais imposés par la loi dans tous les cas, dérogation possible accordée par le prefet)

Il n'y avait pas de mise en bière immédiate en cas de VIH mais effectivement pas de soins.

Il n'y a pas de délais type pour ce qui est du processus naturel qui intervient après la mort. Il commence immédiatement mais ces effets peuvent être visibles très vite ou non. Cela dépend de l'environnement, des causes du décès, des traitements suivis avant le décès et de nombreux autres facteurs

a écrit : Et pour Ebola c'est bon ? Les fièvres hemorragiques requièrent également la mise en bière immédiate ^^

Notre ami Vinc29 a bien résumé. Je trouve que l anecdote est mal faite... il n y a pas que ces 2 maladies.
Le medecin constate le décès et remplit un certificat de décès ou il doit dire s il y a un risque de transmission d une maladie contagieuse grave citée dans un article de loi. Si oui il y a mise en bière immediate en chambre mortuaire et la famille ne pourra pas voir le defunt.

a écrit : Notre ami Vinc29 a bien résumé. Je trouve que l anecdote est mal faite... il n y a pas que ces 2 maladies.
Le medecin constate le décès et remplit un certificat de décès ou il doit dire s il y a un risque de transmission d une maladie contagieuse grave citée dans un article de loi. Si oui il y a mise en bière im
mediate en chambre mortuaire et la famille ne pourra pas voir le defunt. Afficher tout
Sache que la rédaction des anecdotes est limité en nombre de caractères, contrairement aux commentaires.

a écrit : Notre ami Vinc29 a bien résumé. Je trouve que l anecdote est mal faite... il n y a pas que ces 2 maladies.
Le medecin constate le décès et remplit un certificat de décès ou il doit dire s il y a un risque de transmission d une maladie contagieuse grave citée dans un article de loi. Si oui il y a mise en bière im
mediate en chambre mortuaire et la famille ne pourra pas voir le defunt. Afficher tout
Tout ce qui tu viens d'écrire est mentionné dans les sources. Que je t'invite à lire si le sujet t'intéresse réellement.

a écrit : Et pour Ebola c'est bon ? Oui, oui. Pareil pour les morsures de zombies.

a écrit : Thanatopracteur, tu peux toujours te blesser en enfonçant une sonde ou te couper en faisant une incision....
La décision d'absence de soins (et donc l'impossibilité de se recueillir qui en découle) me parait logique et sanitairement intelligente.
Concernant le VIH, une personne seropositive sous traitement est en général indetectable (99% des personnes sous traitement) et ne peuvent plus transmettre le virus (même par un contact sanguin, tant que celui ci n'est pas trop important genre transfusion).
Du coup très peu de risque avec une personne dont la seropositivité est connue.
Par contre oui risque avec une personne non traitée, mais dans ce cas c'est fréquemment une personne qui ignorait son statut, et dans ce cas le tanathopracteur effectue des soins sans le savoir.
Tout ça pour dire que le risque était déjà présent pour les tanathopracteurs mais on excluait de ces soins des personnes qui ne représentaient pas (ou très peu) de risque

Après... la peste et le cholera ne sont plus trop d’actualité en france...

a écrit : Concernant le VIH, une personne seropositive sous traitement est en général indetectable (99% des personnes sous traitement) et ne peuvent plus transmettre le virus (même par un contact sanguin, tant que celui ci n'est pas trop important genre transfusion).
Du coup très peu de risque avec une personne dont
la seropositivité est connue.
Par contre oui risque avec une personne non traitée, mais dans ce cas c'est fréquemment une personne qui ignorait son statut, et dans ce cas le tanathopracteur effectue des soins sans le savoir.
Tout ça pour dire que le risque était déjà présent pour les tanathopracteurs mais on excluait de ces soins des personnes qui ne représentaient pas (ou très peu) de risque
Afficher tout
Je ne parlais pas spécifiquement du VIH, je trouve d'ailleurs l'hépatite beaucoup plus facilement transmissible.
Je réagissais simplement sur le commentaire disant qu'en tenue de chirurgien cela était moins dangereux. J'ai personnellement constaté que, même pour des simples cas de gales ou tuberculose, le masque ou autre protection de chirurgien étaient vraiment limites et dans un usage normal (je ne parle pas justement si le patient tousse ou te saigne dessus :p )

De plus les thanatopracteurs étant amenés à opérer parfois à domicile (en particulier pour des raisons religieuses) est ce qu'ils ont la possibilité de se changer avec masque et tout ? Si un thanato passe par ici dites moi !

a écrit : Sache que la rédaction des anecdotes est limité en nombre de caractères, contrairement aux commentaires. Honnêtement j'ai pas regardé les sources. Je suis aide soignant en service de pneumologie/cancerologie et medecine polyvalente. Mon travail consiste aussi a m occuper des personnes qui viennent de décéder et d expliquer a la famille les démarches. J
Je voulais dire qu il n y a pas que ces maladies qui sont concernés.

Edit: en tout cas pour le VIH ce n'etait pas mis en pratique!

Bonjour, merci à tous les infos en commentaire. Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la mesure concernant le VIH a cessé ?

a écrit : Bonjour, merci à tous les infos en commentaire. Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi la mesure concernant le VIH a cessé ? Elle a cessé car comme je l'expliquais un peu plus haut, aujourd'hui une personne seropositive sous traitement (et indetectable) ne peut plus transmettre le virus.
Du coup il n'y a plus vraiment de risque pour le tanathopracteur à faire des soins funéraires.
Le risque existe toujours avec une personne qui n'était pas sous traitement, mais il s'agit généralement d'une personne qui ignorait son infection, et du coup déjà avant le 1er janvier le tanathopracteur effectuait des soins sans même savoir que la personne était porteuse.
Au final cette mesure excluait donc ceux qui représentaient le moins de risque

a écrit : Elle a cessé car comme je l'expliquais un peu plus haut, aujourd'hui une personne seropositive sous traitement (et indetectable) ne peut plus transmettre le virus.
Du coup il n'y a plus vraiment de risque pour le tanathopracteur à faire des soins funéraires.
Le risque existe toujours avec u
ne personne qui n'était pas sous traitement, mais il s'agit généralement d'une personne qui ignorait son infection, et du coup déjà avant le 1er janvier le tanathopracteur effectuait des soins sans même savoir que la personne était porteuse.
Au final cette mesure excluait donc ceux qui représentaient le moins de risque
Afficher tout
Oui. Le principale fléau du VIH et qui fait qu'il contamine chaque année n'est pas ceux qui l'ont, mais ceux qui l'ont et qui l'ignorent OU ne se soignent pas. Tu fais bien de préciser tout ça, beaucoup de gens ignore qu'un/e séropositif/ive peut coucher avec son partenaire sain sans préservatif sans lui refiler quoique ce se soit ou même avoir des enfants sans que le nouveau-né naisse infecté. À condition de prendre son traitement.

C’est surtout qu’une explosion nucléaire, c’est un truc absolument pas contrôlé.
Il n’y a qu’une part infime du réactif qui va réagir, le reste est dispersé par l’explosion avant d’être entré en fusion (ou fission)

Savoir qu’elle quantité exacte de réactif va réagir, ça se fait un peu au « doigt mouillé »
Le nucléaire, surtout dans les bombes, n’en déplaises aux spécialistes, ça reste surtout du bricolage d’apprentis sorcier.