Il existe une limite de personnes avec qui l'on peut avoir une relation

Proposé par
Invité
le
dans

Le nombre de Dunbar est le nombre maximum d'individus avec lesquels il est possible simultanément d'avoir une relation stable. Ce nombre, lié au fonctionnement de notre cerveau, et notamment du néocortex, est estimé à 150 personnes en moyenne. Il a été défini en 1992 par l'anthropologue Robin Dunbar et des études réalisées depuis l'avènement des réseaux sociaux l'a confirmé.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Cela n'a aucun sens. Les termes "relation stable" et "amitié" ne sont pas définis, donc on peut dire n'importe quoi à leur sujet.
Voir par ex. thefutureorganization.com/why-dunbars-number-is-irrelevant/
Des personnes aussi différentes que l'abbé Pierre et Coluche avaient combien de relations stables?
Je pense que relation stable veut dire :
- se rappeller du prénom
- se rappeller du comportement de l'autre interlocuteur, enclencher la discussion avec des événements qu'il t'a raconte.
- se rappeller des noms de certaines personnes de sa famille, son humour, son ton, son humeur...

Pour moi, ce nombre me paraît pas dénudé de sens.

a écrit : Je dois avoir l'esprit relativement mal placé, j'ai osé penser à une relation disons... plus coquine , et c'est en arrivant à 150 que je me suis dit que c'était extremement obsène... Il ne s'agit aucunement de relations sexuelles. Avoir eu 150 partenaires dans sa vie prouve que l'on n'était satisfait d'aucun(e) et est considéré maintenant par les psychiatres comme une addiction, comme au tabac, l'alcool, la cocaïne, le jeu d'argent, etc..
Le néocortex est justement le moins responsable, cela se passe au niveau interne du cerveau et par le jeu d'hormones.
Source: mes cours de psychiatrie et de neurosience.

a écrit : Cela n'a aucun sens. Les termes "relation stable" et "amitié" ne sont pas définis, donc on peut dire n'importe quoi à leur sujet.
Voir par ex. thefutureorganization.com/why-dunbars-number-is-irrelevant/
Des personnes aussi différentes que l'abbé Pierre et Coluche avaient combien de relations stables?
1 - Tu penses bien qu'en science comme en philosophie on définit les termes au préalable sinon rien n'aurait de sens.
2 - Je ne crois pas que toi ou la personne qui a rédigés ta source aient bien compris la signification du nombre de Dunbar. Il s'agit du nombre d'individu avec qui il est possible d'entretenir des relations stables dans le cadre d'une société. Pour simplifier c'est la taille maximum d'une société pour laquelle il est possible de vivre sans gouvernement ou règles écrites, avec un fonctionnement tacite si tu préfères. Ca n'a absolument rien avoir avec le nombre de bon copains que tu as, tu peux avoir une relation stable avec une personne que tu détestes.
3 - Le fait que ta source parle de relation faible enrichissante est intéressant mais n'a rien à voir et ne s'oppose en rien au nombre de Dunbar. L'auteur de cette source à juste voulu faire du putaclick en se posant à tort en grand penseur qui démonte une théorie.


Tous les commentaires (41)

Je dois avoir l'esprit relativement mal placé, j'ai osé penser à une relation disons... plus coquine , et c'est en arrivant à 150 que je me suis dit que c'était extremement obsène...

Posté le

windowsphone

(10)

Répondre

a écrit : Je dois avoir l'esprit relativement mal placé, j'ai osé penser à une relation disons... plus coquine , et c'est en arrivant à 150 que je me suis dit que c'était extremement obsène... Bof, une fois passer les 300, 150 ne semble plus si extravagant

a écrit : Cela n'a aucun sens. Les termes "relation stable" et "amitié" ne sont pas définis, donc on peut dire n'importe quoi à leur sujet.
Voir par ex. thefutureorganization.com/why-dunbars-number-is-irrelevant/
Des personnes aussi différentes que l'abbé Pierre et Coluche avaient combien de relations stables?
Je pense que relation stable veut dire :
- se rappeller du prénom
- se rappeller du comportement de l'autre interlocuteur, enclencher la discussion avec des événements qu'il t'a raconte.
- se rappeller des noms de certaines personnes de sa famille, son humour, son ton, son humeur...

Pour moi, ce nombre me paraît pas dénudé de sens.

a écrit : Je dois avoir l'esprit relativement mal placé, j'ai osé penser à une relation disons... plus coquine , et c'est en arrivant à 150 que je me suis dit que c'était extremement obsène... Il ne s'agit aucunement de relations sexuelles. Avoir eu 150 partenaires dans sa vie prouve que l'on n'était satisfait d'aucun(e) et est considéré maintenant par les psychiatres comme une addiction, comme au tabac, l'alcool, la cocaïne, le jeu d'argent, etc..
Le néocortex est justement le moins responsable, cela se passe au niveau interne du cerveau et par le jeu d'hormones.
Source: mes cours de psychiatrie et de neurosience.

a écrit : Cela n'a aucun sens. Les termes "relation stable" et "amitié" ne sont pas définis, donc on peut dire n'importe quoi à leur sujet.
Voir par ex. thefutureorganization.com/why-dunbars-number-is-irrelevant/
Des personnes aussi différentes que l'abbé Pierre et Coluche avaient combien de relations stables?
1 - Tu penses bien qu'en science comme en philosophie on définit les termes au préalable sinon rien n'aurait de sens.
2 - Je ne crois pas que toi ou la personne qui a rédigés ta source aient bien compris la signification du nombre de Dunbar. Il s'agit du nombre d'individu avec qui il est possible d'entretenir des relations stables dans le cadre d'une société. Pour simplifier c'est la taille maximum d'une société pour laquelle il est possible de vivre sans gouvernement ou règles écrites, avec un fonctionnement tacite si tu préfères. Ca n'a absolument rien avoir avec le nombre de bon copains que tu as, tu peux avoir une relation stable avec une personne que tu détestes.
3 - Le fait que ta source parle de relation faible enrichissante est intéressant mais n'a rien à voir et ne s'oppose en rien au nombre de Dunbar. L'auteur de cette source à juste voulu faire du putaclick en se posant à tort en grand penseur qui démonte une théorie.

a écrit : Il ne s'agit aucunement de relations sexuelles. Avoir eu 150 partenaires dans sa vie prouve que l'on n'était satisfait d'aucun(e) et est considéré maintenant par les psychiatres comme une addiction, comme au tabac, l'alcool, la cocaïne, le jeu d'argent, etc..
Le néocortex est justeme
nt le moins responsable, cela se passe au niveau interne du cerveau et par le jeu d'hormones.
Source: mes cours de psychiatrie et de neurosience.
Afficher tout
les psychiatres, nouveaux curés des temps modernes ...
Des curés en blouse blanche. Encore plus arrogants que les anciens ...

Quelqu'un qui n'a pas eu au moins 1000 partenaires sexuels différents dans toute sa vie (c'est un minimum), peut-on encore appeler çà une vie ?

a écrit : Je pense que relation stable veut dire :
- se rappeller du prénom
- se rappeller du comportement de l'autre interlocuteur, enclencher la discussion avec des événements qu'il t'a raconte.
- se rappeller des noms de certaines personnes de sa famille, son humour, son ton, son humeur...
/>
Pour moi, ce nombre me paraît pas dénudé de sens.
Afficher tout
J'étais pion dans un collège, avec plus de 300 élèves par an. Je les appelais tous par leur prénom, je connaissais leur comportement individuel et me rappelais des discussions passées. pour finir pour la plupart je connaissais des membres de leurs familles. J'avais donc une relation stable avec eux ???

a écrit : les psychiatres, nouveaux curés des temps modernes ...
Des curés en blouse blanche. Encore plus arrogants que les anciens ...
N'y a-t-il pas confusion entre psychiatrie, spécialité de la médecine hélas indispensable car le cerveau fonctionne parfois mal, appuyée en particulier par l'endocrinologie, et psychanalyse, sorte de magie qui n'a aucun fondement sérieux et est réfutée par les scientifiques comme un tissu de divagations?
Nota: la "profession" de psychanalyste n'est pas reconnue; n'importe qui peut mettre ça sur sa carte de visite aussi bien que "voyante extra-lucide".
Se confesser à Monsieur le Curé pouvait aussi être une cure psychologique qui accordait l'absolution, donc soulageait la conscience.

a écrit : Quelqu'un qui n'a pas eu au moins 1000 partenaires sexuels différents dans toute sa vie (c'est un minimum), peut-on encore appeler çà une vie ? Oui, il vaut mieux avoir eu quelques partenaires que l'on aimait, que mille de passage sur son tableau de chasse.
Les prostituées qui en ont eu encore bien plus sont-elles satisfaites (sauf du paiement de la passe)?

a écrit : les psychiatres, nouveaux curés des temps modernes ...
Des curés en blouse blanche. Encore plus arrogants que les anciens ...
Qui t'ont permis de poster ton com.

a écrit : Oui, il vaut mieux avoir eu quelques partenaires que l'on aimait, que mille de passage sur son tableau de chasse.
Les prostituées qui en ont eu encore bien plus sont-elles satisfaites (sauf du paiement de la passe)?
le désir sexuel doit forcément être associé à l'amour, dans le sens de amour-toujours ?

Ce serait bien qu’il y ait une petite parenthèse dans l’anecdote qui explique ce que c’est qu’est une « relation stable ». De la personne croisée régulièrement au travail sans plus d’affinités à l’âme sœur en passant par les personnes avec qui on entretiendrait des relations sexuelles stables,, il y a une sacrée amplitude dans ce qu’on peut appeler relation stable. Ce serait bien de donner des critères précis.

a écrit : le désir sexuel doit forcément être associé à l'amour, dans le sens de amour-toujours ? "amour-toujours", c'et très rare.
Que deux personnes qui se désirent mutuellement veuillent se faire plaisir, quel inconvénient?
À moins de trahir un(e) autre. Ou d'être en chasse de conquêtes passagères ou mensongères.
Au passage, j'ai bien ri du lapsus (enfin, je suppose), de Gguigui1, qui a écrit "dénudé" pour "denué".

a écrit : Oui, il vaut mieux avoir eu quelques partenaires que l'on aimait, que mille de passage sur son tableau de chasse.
Les prostituées qui en ont eu encore bien plus sont-elles satisfaites (sauf du paiement de la passe)?
Ça me rappelle une blague (je me demande si c'était pas dans un film) : une prostituée dit à son client qu'avec lui, la fois précédente, elle a joui deux fois, le client (tout fier) : "Ah bon ?!", et elle : "Oui : quand tu m'as payée et quand tu es parti...".

a écrit : J'étais pion dans un collège, avec plus de 300 élèves par an. Je les appelais tous par leur prénom, je connaissais leur comportement individuel et me rappelais des discussions passées. pour finir pour la plupart je connaissais des membres de leurs familles. J'avais donc une relation stable avec eux ??? Pour moi, oui. Et tu es dans la limite haute du nombre (entre 150 à 350). Une relation stable dit qu'elle dure dans le temps pour moi, rien d'autre.

PS : Bravo car 300 personnes, je trouve ça énorme.

Voilà pourquoi certaines personnes s'insultent dans les stades

a écrit : Ça me rappelle une blague (je me demande si c'était pas dans un film) : une prostituée dit à son client qu'avec lui, la fois précédente, elle a joui deux fois, le client (tout fier) : "Ah bon ?!", et elle : "Oui : quand tu m'as payée et quand tu es parti...". Ce qui aurait été plus flatteur, c'est "quand tu es parti [à ne pas prendre au sens propre, au contraire], puis m'as payée". ;)

En fait, il est très interessant de voir comment le nombre a été extrapolé.
A la base, il vient d'étude sur des grands singes, l'idée était de dire qu'un néocortex plus gros permettait d'avoir plus de relations, et c'est effectivement la tendance (du a des observation empiriques) qui a été trouvé. Un plus gros néocortex = plus de relation. Mais plus surprenant, cette relation semblait linéaire : un neocortex deux fois plus gros permettait d'avoir 2 fois plus de relation. L'étude a donc extrapolé le nombre de relation en fonction de la taille du néocortex humain, et est tombé sur 150.
Au passage, c'est aussi un nombre qui se justifie bien d'un point de vue évolutionniste, il représente probablement les tailles maximales des groupes écologiques dans lesquels nous avons pu évoluer jadis.
Mais à la base, le chiffre n'est qu'une extrapolation.