Une cigogne blessée a fait comprendre la migration

Proposé par
Invité
le

Commentaires préférés (3)

Chose amusante, les allemands ont un mot spécialement conçu pour désigner une cigogne revenant d'Afrique et blessée par flèche, Pfeilstorch.

Et comment on a su que les bébés étaient apportés par les cigognes ?
J'aimerais des sources fiables car j'ai du mal à y croire. Merci

Ce qui me paraît fou, c'est qu'une cigogne ait pu faire le voyage d'Afrique avec une flèche dans le cou.


Tous les commentaires (44)

Alors là j'adore cette anecdote !
Le truc de fou étant que ce n'est pas arrivé qu'une fois et qu'à ce jour 25 cigognes ont été recensées.
Merci pour l'anecdote :)

Chose amusante, les allemands ont un mot spécialement conçu pour désigner une cigogne revenant d'Afrique et blessée par flèche, Pfeilstorch.

Et comment on a su que les bébés étaient apportés par les cigognes ?
J'aimerais des sources fiables car j'ai du mal à y croire. Merci

Ce qui me paraît fou, c'est qu'une cigogne ait pu faire le voyage d'Afrique avec une flèche dans le cou.

a écrit : Ce qui me paraît fou, c'est qu'une cigogne ait pu faire le voyage d'Afrique avec une flèche dans le cou. Elle l'a suivait ... la flèche.. ;-)

Anecdote très intéressante ! Elle est parue sur SCMB Image, allez-y jeter un coup d'œil, ça permet de voir à quoi ça ressemble en vrai !

a écrit : Ce qui me paraît fou, c'est qu'une cigogne ait pu faire le voyage d'Afrique avec une flèche dans le cou. Regarde l'histoire du pilote japonais Saburo SAKAI, encore plus incroyable dans le genre !

a écrit : Chose amusante, les allemands ont un mot spécialement conçu pour désigner une cigogne revenant d'Afrique et blessée par flèche, Pfeilstorch. C'est largement exagèré. Certes les Allemands ont des mots pour beaucoup de choses étant donné que la langue allemande permet d'agglutiner des mots plutôt qu'utiliser des prépositions entre les mots comme en français. En l'occurrence ce mot est composé de Pfeil qui veut dire flèche et Storch qui veut dire cigogne donc ça veut dire tout simplement "cigogne à flèche". Ce mot ne dit pas si elle revient d'Afrique. Je crois que la palme des noms longs et compliqués en allemand revient aux administrations car leurs noms sont composés avec la juxtaposition de tous les mots différents qu'on aurait utilisés en Français dans leur titre pour d'écrire leur fonction.

"-Quelle est la vitesse moyenne d'une hirondelle non chargée ?
-Une hirondelle africaine ou européenne ?"

a écrit : Regarde l'histoire du pilote japonais Saburo SAKAI, encore plus incroyable dans le genre ! Ouais il est devenu footballeur après la guerre depuis il joue à Marseille ;)

J'ai vu a Bangkok des fils électriques ployer sous le poids des oiseaux migrateurs venus du nord. Il y a dans les rues des employés municipaux munis de grandes perches qui vont d'un poteau à l'autre pour les chasser, car il y a eu de nombreuses coupures d’électricité à cause de ces oiseaux
Par contre, je n'ai vu aucun archer...


==============>[]

Et un grand merci aux tribus africaines qui ont fait avancer la science !
( Avec leurs flèches. Excusez du peu ! ^^ )

A une époque on croyait même que les hirondelles passait l'hiver sous l'eau !! oO

a écrit : Chose amusante, les allemands ont un mot spécialement conçu pour désigner une cigogne revenant d'Afrique et blessée par flèche, Pfeilstorch. Les allemands ont toujours des mots pour tout. Ca doit être vachement pratique, j'aimerais être un auteur allemand haha

Fallait être une flèche pour arriver à cette déduction...

a écrit : C'est largement exagèré. Certes les Allemands ont des mots pour beaucoup de choses étant donné que la langue allemande permet d'agglutiner des mots plutôt qu'utiliser des prépositions entre les mots comme en français. En l'occurrence ce mot est composé de Pfeil qui veut dire flèche et Storch qui veut dire cigogne donc ça veut dire tout simplement "cigogne à flèche". Ce mot ne dit pas si elle revient d'Afrique. Je crois que la palme des noms longs et compliqués en allemand revient aux administrations car leurs noms sont composés avec la juxtaposition de tous les mots différents qu'on aurait utilisés en Français dans leur titre pour d'écrire leur fonction. Afficher tout Le nom le plus long utilisé par une administration allemande a été:
RindFleischEtikettierungsÜberwachungsAufgabenÜbertragungsGesetz (loi sur le transfert des obligations de surveillance de l'étiquetage de la viande bovine - mais le titre a finalement été tronçonné).
De ses 63 lettres il dépasse largement le mot anglais le plus long figurant dans le dictionnaire d'Oxford:
pneumonoultramicroscopicsilicovolcanoconiosis (en clair: silicosis).
Et de même le français du dictionnaire de l'Académie:
intergouvernementalisations, 27 lettres, qui devance anticonstitutionnellement (25).

Bien entendu, les termes utilisés en chimie organique peuvent dépasser de loin ces records, le plus long a 200000 lettres.
Pour les noms de ville, les Gallois se défendent bien:
Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch, en anglais Saint Mary's Church in the hollow of the white hazel near a rapid whirlpool and the Church of St. Tysilio of the red cave. Le terme originel est imprononçable pour un Anglais ordinaire.

Source (partiellement périmée): europeisnotdead.com/europe-is-not-deadfr/disco/mots-europeens/mots-europeens-les-plus-longs/

On apprend aussi par la même occasion que certains bouffe des cigognes...

a écrit : Chose amusante, les allemands ont un mot spécialement conçu pour désigner une cigogne revenant d'Afrique et blessée par flèche, Pfeilstorch. Tu trouves ça drole ? Y a rien d amusant dans l etymologie de ce mots.

a écrit : A une époque on croyait même que les hirondelles passait l'hiver sous l'eau !! oO Oui il y a meme des gravures représentant cette croyance

Il y a une chose dont personne ne s'est étonné mais qui me tracasse. Le trajet des cigognes passe soit par Gibraltar, soit par le Bosphore. En effet, les cigognes ne pourraient voler au-dessus de la Méditerranée, il leur faut les ascendances thermiques au-dessus des collines et des villes, et les jeunes apprennent et retiennent leur route remarquablement bien, guidés par les anciens lors de leur première migration.

Qu'Aristote ait écrit n'importe quoi, rien d'étonnant, c'était son habitude de "penser" selon une métaphysique et non la physique (au sens large). Mais comment les observateurs scrupuleux de la nature qu'étaient les Anciens n'ont-ils pas observé leur passage? Ni dans la péninsule ibérique et la France, ni en Europe centrale.
Surtout depuis l'invention de la lunette. Elles sont pourtant incapables de voler très haut.
Merci, si quelqu'un(e) peut m'expliquer.