La dysmorphophobie : quand on est certain d'être hideux

Proposé par
le
dans

La dysmorphophobie est la phobie de la laideur. Les individus souffrant de ce trouble psychiatrique ont la certitude inébranlable d'avoir le visage ou une partie du corps monstrueux. Ils ont une image dégradée d'eux-mêmes et ont souvent recours à la chirurgie esthétique pour se soulager lorsqu'ils ne sont pas diagnostiqués.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Bizarre, j'ai l'image des Bogdanov qui me vient subitement en tête... Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté

Un doc très intéressant est passé à la télé il y a quelques années.
C'était une femme qui pensait que ses jambes ne faisaient pas partie d'elle et voulait se les faire amputer.
Je crois qu'à l'époque, il n'y avait qu'en Angleterre que l'opération était autorisée.

a écrit : Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté Je comprends alors leur grand succès chez les filles.


Tous les commentaires (33)

Bizarre, j'ai l'image des Bogdanov qui me vient subitement en tête...

Comme les frères Bogdanoff, sauf que ça n'a pas marché avec eux..

Posté le

android

(0)

Répondre

On peut dire dysmorphophobie ou bien dysmorphobie, les deux sont corrects.

a écrit : Bizarre, j'ai l'image des Bogdanov qui me vient subitement en tête... Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté

Un doc très intéressant est passé à la télé il y a quelques années.
C'était une femme qui pensait que ses jambes ne faisaient pas partie d'elle et voulait se les faire amputer.
Je crois qu'à l'époque, il n'y avait qu'en Angleterre que l'opération était autorisée.

a écrit : Un doc très intéressant est passé à la télé il y a quelques années.
C'était une femme qui pensait que ses jambes ne faisaient pas partie d'elle et voulait se les faire amputer.
Je crois qu'à l'époque, il n'y avait qu'en Angleterre que l'opération était autorisée.
J'imagine bien la tête du docteur à qui elle a demandé de lui amputer des jambes parfaitement fonctionnelles !

a écrit : Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté Je comprends alors leur grand succès chez les filles.

a écrit : Bizarre, j'ai l'image des Bogdanov qui me vient subitement en tête... Quand tu es déformé à cause d'une maladie, ce n'est pas cette phobie. La phobie est l'impression d'être laid alors qu'on ne l'ai pas. Si t'es arrosé d'acide, tu auras le visage défiguré et ce sera pas une phobie.

a écrit : Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté Genre... Tout leur membres ?

Mal orthographié dans l'anecdote, c'est dysmorphophobie ou body dismorphing disorder (BDD)en anglais.

Michael Jackson en était peut être atteint?

Posté le

android

(13)

Répondre

a écrit : Michael Jackson en était peut être atteint? Probablement, depuis tout petit, son père le surnommait "Big Nose"

a écrit : On peut dire dysmorphophobie ou bien dysmorphobie, les deux sont corrects. Si l'on s'en réfère a la construction étymologique du terme, il faut dire dismorphophobie. Dismorphobie est tronqué et n'a pas reelement de sens. (Ou alors il s'agit d'un néologisme ).

C’est un trouble qui n’est quand même pas très fréquent à l’état isolé. En effet, c’est plutôt la complication d’une pathologie cérébrale comme un accident vasculaire cérébrale.

a écrit : Si l'on s'en réfère a la construction étymologique du terme, il faut dire dismorphophobie. Dismorphobie est tronqué et n'a pas reelement de sens. (Ou alors il s'agit d'un néologisme ). Si l'on se réfère à la construction étymologique on devrait savoir écrire dysmorphophobie correctement avec un y car dys- est le préfixe grec qui veut dire mauvais (comme dans dyslexie ou dysfonctionnement) et ne pas l'écrire avec un i ce qui discrédite quand même un.peu ce commentaire portant justement sur l'étymologie (qui commençait déjà mal avec *s'en* réfère).

Tiens, j'ai écrit discréditer avec un i ! Alors dans ce cas c'est le préfixe latin dis- qui donne le sens contraire à son radical donc pour dire que c'est carrément le contraire, pas que c'est mauvais comme dys-.

C'est en effet la base de l'anorexie mentale, où les patientes bien que cachectiques sont persuadées d'être grosses et cherchent à maigrir toujours plus !

Étant psychiatre, je me permets d’apporter quelques précisions. Comme plusieurs commentaires le précisaient à juste titre, je confirme que l’on dit bien dysmorphoPHObie. De plus il s’agit plutôt d’un symptôme que d’un trouble à part entière.Néanmoins ce terme est assez galvaudé (pour en avoir parler avec des collègues) car l’exemple cité dans l’anecdote se décrirait plus comme une dysmorphESTHESIE (fait de percevoir son corps de façon anormal)
Ceci est d’autant plus vrai que d’un point de vue définition, la phobie est la peur irrationnelle de quelque chose et le patient arrive très bien à dire que c’est « absurde » alors que dans cet exemple, le patient est intimement persuadé d’être moche

a écrit : Les frères Bogdanov souffrent d'acromégalie il me semble : la croissance de leur visage et de leurs membres ne s'est pas arrêté à la fin de la puberté En fait les frères B. ne souffrent pas vraiment d’acromégalie, qui est une maladie se déclarant dans l’enfance et qui entraîne une croissance démesurée en raison d’une surproduction (par l’hypophyse) de GH / hormone de croissance. Comme ça s’est déclaré dans l’enfance avant que les cartilages de croissance ne disparaissent, il grandissent beaucoup (cf Jaws dans James Bond ou tous les mecs qui ont gagné le record de taille). Pour en revenir aux 2 jumeaux (qui sont de taille normale), il s’avère qu’il se font probablement des injections de GH dans le but de se « regenerer » pour avoir une peau moins ridée par exemple (ils ne sont pas tout jeunes) mais la prise de GH à long terme entraîne une déformation des os d’où le visage qui ressemble à celui d’un acromegale