L'album The Wall de Pink Floyd est une boucle

Proposé par
le
dans

L'album culte The Wall de Pink Floyd a la particularité de pouvoir se jouer en boucle. En effet, le premier morceau débute avec le prélude "...we came in ?" tandis que le dernier morceau se termine par "Isn't this where...". Le tout formant la phrase "Isn't this where we came in ?", qui peut d'ailleurs se traduire par "Ne serait-ce pas par ici que nous sommes arrivés ?". Ces deux morceaux de phrase sont sur un même fond musical pour compléter le raccord.


Commentaires préférés (3)

a écrit : La vraie question est de savoir s'ils ont aussi fait exprès que le reste du contenu de l'album soit en accord avec cette boucle. Le fait de se poser cette question est une "insulte" à l'excellente qualité des productions de Pink Floyd (musicales comme visuelles).

L'idee de l'album émergea dans l'esprit torturé du bassiste Roger Waters après le concert du 6 juillet 1977 au stade olympique de Montréal. Le public était tendu et bien éméché et durant le morceau "Pigs" un spectateur balance une bière sur scène ce qui rend Waters fou furieux. Il le fait alors monter sur scène pour le brimer et même lui cracher au visage. C'est à la fin du spectacle qu'il commença à rêver d'un mur entre la scène et le public qui permettrait au groupe de jouer sa musique sans être incommode: ce qui donna The Wall. A noter que lors de la tournée "In The Flesh", un véritable mir était construit durant toute la représentation du concept album. Un modèle réduit d'avion accroché à un câble venait même s'écraser sur scène après avoir survolé la foule. Les concerts de Floyd étaient vraiment dingues.

Pour ceux que ça intéresse, j'ai décortiqué pas mal d'albums de Floyd sur mon site : www.rockisalive.fr/

Merci !

C'est ce genre d'anecdote qui souligne l'importance et le charme des CD, les chansons sont dans un certain ordre qui jouent sur les rythmes, sons... ce qu'on ne retrouve pas sur YouTube ou autres plateforme :/


Tous les commentaires (45)

Comme tous les albums du monde, ils peuvent eux aussi se jouer en boucle.

La vraie question est de savoir s'ils ont aussi fait exprès que le reste du contenu de l'album soit en accord avec cette boucle.

a écrit : La vraie question est de savoir s'ils ont aussi fait exprès que le reste du contenu de l'album soit en accord avec cette boucle. Le fait de se poser cette question est une "insulte" à l'excellente qualité des productions de Pink Floyd (musicales comme visuelles).

L'idee de l'album émergea dans l'esprit torturé du bassiste Roger Waters après le concert du 6 juillet 1977 au stade olympique de Montréal. Le public était tendu et bien éméché et durant le morceau "Pigs" un spectateur balance une bière sur scène ce qui rend Waters fou furieux. Il le fait alors monter sur scène pour le brimer et même lui cracher au visage. C'est à la fin du spectacle qu'il commença à rêver d'un mur entre la scène et le public qui permettrait au groupe de jouer sa musique sans être incommode: ce qui donna The Wall. A noter que lors de la tournée "In The Flesh", un véritable mir était construit durant toute la représentation du concept album. Un modèle réduit d'avion accroché à un câble venait même s'écraser sur scène après avoir survolé la foule. Les concerts de Floyd étaient vraiment dingues.

Pour ceux que ça intéresse, j'ai décortiqué pas mal d'albums de Floyd sur mon site : www.rockisalive.fr/

Merci !

a écrit : La vraie question est de savoir s'ils ont aussi fait exprès que le reste du contenu de l'album soit en accord avec cette boucle. Bien entendu que c'était volontaire ^^

Moi je les ai vus sur scène... qui dit mieux?
The Wall est magnifique, mais The Dark Side of the Moon est fabuleux, quant à More, c'est trop fort

C'est ce genre d'anecdote qui souligne l'importance et le charme des CD, les chansons sont dans un certain ordre qui jouent sur les rythmes, sons... ce qu'on ne retrouve pas sur YouTube ou autres plateforme :/

a écrit : Moi je les ai vus sur scène... qui dit mieux?
The Wall est magnifique, mais The Dark Side of the Moon est fabuleux, quant à More, c'est trop fort
Mon ami Roger a passé 6 mois avec David gilmour en 66
Tu dis mieux ?

a écrit : C'est ce genre d'anecdote qui souligne l'importance et le charme des CD, les chansons sont dans un certain ordre qui jouent sur les rythmes, sons... ce qu'on ne retrouve pas sur YouTube ou autres plateforme :/ Tu peux tres bien avoir un album dematerialise donc avec une numerotation.

a écrit : C'est ce genre d'anecdote qui souligne l'importance et le charme des CD, les chansons sont dans un certain ordre qui jouent sur les rythmes, sons... ce qu'on ne retrouve pas sur YouTube ou autres plateforme :/ Bien évidemment qu'on peut écouter un album entier que n'importe quelle plate-forme, y compris YouTube et il y a même une fonction dédiée si tu veux l'écouter en boucle. Ces plateformes permettent de rendre la musique accessible à tout le monde, autant pour les artistes que pour les gens écoutent.
J'aime pas ces arguments du type "c'était mieux avant", en les écoutant on remonte au moyen âge.

a écrit : Bien évidemment qu'on peut écouter un album entier que n'importe quelle plate-forme, y compris YouTube et il y a même une fonction dédiée si tu veux l'écouter en boucle. Ces plateformes permettent de rendre la musique accessible à tout le monde, autant pour les artistes que pour les gens écoutent.
J'aime pas ces arguments du type "c'était mieux avant", en les écoutant on remonte au moyen âge. Afficher tout
Pour le coup, les vinyles étaient bien mieux que les CD. Pour X raisons que je n'exposerai pas ici car il faudrait des pages xD Mais pour résumer : analogique > numérique.

Et bienvenue, dans l'univers de la musique Progressive.

Où le "concept album" règne
(Scenes Out From a Memory, pour citer Dream Theater, qui raconte une histoire)

Complexité de mélodie et changement de signature rythmique => porte ouverte à toutes les singularités qui rende chaque groupe et chaque projet uniques.

a écrit : Pour le coup, les vinyles étaient bien mieux que les CD. Pour X raisons que je n'exposerai pas ici car il faudrait des pages xD Mais pour résumer : analogique > numérique. vas y fais toi plaisir. le peuple en jugera.

L’album The Dark Side of the Moon de Pink Floyd sorti en 1973 (6 ans avant the Wall) est aussi une boucle : on entend des bruits de coeurs au début et à la fin de l’album.

a écrit : Mon ami Roger a passé 6 mois avec David gilmour en 66
Tu dis mieux ?
mieux

a écrit : Pour le coup, les vinyles étaient bien mieux que les CD. Pour X raisons que je n'exposerai pas ici car il faudrait des pages xD Mais pour résumer : analogique > numérique. C'est pareil pour les voyages. Voyager en diligence c'était bien mieux : c'était une aventure alors que les voyages en train sont devenus tellement banals qu'on se plaint quand on arrive en retard. ;-)

a écrit : Comme tous les albums du monde, ils peuvent eux aussi se jouer en boucle. Pas du tout, 95% des albums ont des chansons qui ne se suivent pas et n’ont aucun rapport l’une avec l’autre. Écoutez cet album pr vous en rendre compte

a écrit : Comme tous les albums du monde, ils peuvent eux aussi se jouer en boucle. En fait t’as rien compris.