On ne sait pas encore s'il faut ouvrir la plus vieille bouteille du monde

Proposé par
le

La bouteille de vin de Spire, datant du IVe siècle, est aujourd'hui considérée comme étant la plus vieille bouteille de vin non ouverte du monde. Elle a été retrouvée en 1867 dans la tombe d'un noble romain. Aujourd'hui encore aucune technique n'est considérée assez sûre pour ouvrir la bouteille sans prendre le risque de dégrader son contenu.


Commentaires préférés (3)

L'intérêt de son ouverture serait plutôt archéologique que gustative.

a écrit : L'intérêt de son ouverture serait plutôt archéologique que gustative. Très certainement. Avant l'invention de la chaptalisation les vins étaient plutôt dégueu à ce qu'il paraît, et à l'époque romaine on les parfumait au miel ou au sapin notamment pour les rendre à peu près buvables, avant d'y ajouter une bonne quantité d'eau.

a écrit : Très certainement. Avant l'invention de la chaptalisation les vins étaient plutôt dégueu à ce qu'il paraît, et à l'époque romaine on les parfumait au miel ou au sapin notamment pour les rendre à peu près buvables, avant d'y ajouter une bonne quantité d'eau. En effet, mais c'est plutôt le vin que l'on rajoutait à l'eau.
Comme il n'y avait pas encore de technologie d'assainissement de l'eau et que certaines villes romaines étaient très polluées, on ajoutait du vin à l'eau afin que l'alcool la stérilise et la rende buvable. D'ailleurs leurs vin étaient très puissants en alcool, aux alentours de 18 degrés .


Tous les commentaires (15)

L'intérêt de son ouverture serait plutôt archéologique que gustative.

Moi je suis curieux... Je veux bien être volontaire pour goûter :-) Cela dit je n'imagine même pas le prix du verre !!!

a écrit : L'intérêt de son ouverture serait plutôt archéologique que gustative. Très certainement. Avant l'invention de la chaptalisation les vins étaient plutôt dégueu à ce qu'il paraît, et à l'époque romaine on les parfumait au miel ou au sapin notamment pour les rendre à peu près buvables, avant d'y ajouter une bonne quantité d'eau.

Il suffit de voir la photo dans les sources pour comprendre que de toute manière,personne ne la boira! L’intérêt sera seulement de l’analyser à des fins de connaissance sur le vin de l’époque

Cela pourrait nous documenter sur les épices présentes dedans, le cépage, peut être le climat aussi selon sa composition. C'est très intéressant.

a écrit : Très certainement. Avant l'invention de la chaptalisation les vins étaient plutôt dégueu à ce qu'il paraît, et à l'époque romaine on les parfumait au miel ou au sapin notamment pour les rendre à peu près buvables, avant d'y ajouter une bonne quantité d'eau. En effet, mais c'est plutôt le vin que l'on rajoutait à l'eau.
Comme il n'y avait pas encore de technologie d'assainissement de l'eau et que certaines villes romaines étaient très polluées, on ajoutait du vin à l'eau afin que l'alcool la stérilise et la rende buvable. D'ailleurs leurs vin étaient très puissants en alcool, aux alentours de 18 degrés .

Même si les fouilles qui ont amenés a la decouverte de cette bouteille ont un caractère archéologique, je trouve toujours ça choquant de fouiller des tombeaux et surtout d'en extraire les objets appartenants aux defunts pour moi c'est de la profanation.

La bouteille me parle : elle a donné naissance à une série de bouteilles utilisées par le Cellier de Ramatuelle (côtes de Provence) dans les années 90.
J'en ai encore quelques-unes qui servent à mettre du vin d'orange, leur design ne passe pas inaperçu !

a écrit : Même si les fouilles qui ont amenés a la decouverte de cette bouteille ont un caractère archéologique, je trouve toujours ça choquant de fouiller des tombeaux et surtout d'en extraire les objets appartenants aux defunts pour moi c'est de la profanation. Alors oui et non. Je comprends ton idée mais à partir d’une certaine période de toute façon les ossements sont extraits des tombes et mis en fausses communes.
D’ailleurs en france on ne voit que rarement des tombes remontant à + de 250 ans. Tout ce qu’il y a eu avant a dû soit disparaitre, soit être enfoui, soit justement être fouillé pour les mettre en fausse commune et les piller soit pr son propre gain soit pr l’Histoire.

Alors en 2018 on maîtrise l'intelligence artificielle, mais on sait pas ouvrir une bouteille de pinard. Bravo les gars, vous avez un bon sens des priorités...

J’avais vu un reportage dans un restaurant où ils utilisaient un appareil muni d’une aiguille qui permettait de passer à travers le bouchon pour prélever l’equivalent d’un verre sans pour autant ouvrir la bouteille.

a écrit : Alors oui et non. Je comprends ton idée mais à partir d’une certaine période de toute façon les ossements sont extraits des tombes et mis en fausses communes.
D’ailleurs en france on ne voit que rarement des tombes remontant à + de 250 ans. Tout ce qu’il y a eu avant a dû soit disparaitre, soit être enfoui, soit
justement être fouillé pour les mettre en fausse commune et les piller soit pr son propre gain soit pr l’Histoire. Afficher tout
J'ajouterai que si on avait gardé tous les cimetières depuis l'aube de la sédentarisation de l'homme, ca prendrait un peu beaucoup de place vu que 99% des homo-sapiens qui ont foulé la terre sont morts ^^ (à 6 mètres carrés la tombe, ca ferait environ 4 millions de kilomètres carrés... 7 fois la surface de la France! ^^ )
Je comprends le commentaire de Devaloche, il soulève un point important, mais si c'est pour la connaissance, cela ne me choquerait absolument pas qu'on déterre ma carcasse dans 1000 ans, après tout, c'est pas pire que le don d'organes.
Et puis quel est le descendant qui va porter plainte au bout de 1000 ans? ^^

a écrit : J’avais vu un reportage dans un restaurant où ils utilisaient un appareil muni d’une aiguille qui permettait de passer à travers le bouchon pour prélever l’equivalent d’un verre sans pour autant ouvrir la bouteille. Il y a toujours un danger de contamination.
Le souci c'est de prélever un échantillon avec 100% de chances que quelquechose n'entre pas dans la bouteille.
C'est un peu le même problème que l'on retrouve avec le lac Vostok, pris sous les glaces depuis des centaines de milliers d'années (peut être des millions), on aimerait forer pour aller voir ce qui se passe dedans, mais on ne sait pas encore le faire sans risquer de contaminer le milieu, donc on attends qu'une technologie le permette.

a écrit : Alors en 2018 on maîtrise l'intelligence artificielle, mais on sait pas ouvrir une bouteille de pinard. Bravo les gars, vous avez un bon sens des priorités... Dès lors que tu prélèves une partie du contenu il va forcément devoir été remplacé par autre chose (question de pression), dans le cas du prélèvement par l'aiguille il s'agirait vraisemblablement de l'air ambiant ou d'un autre gaz ce qui modifierait inévitablement le contenu étant donné que ne connaît pas la composition du gaz à l'intérieur de la bouteille.

Un peu comme quand tu ouvres une bouteille de jus de fruit, de l'air rentre et même si tu la refermes ensuite le contenu va s'altérer très rapidement, si bien qu'après quelques jours il devient imbuvable.

a écrit : Dès lors que tu prélèves une partie du contenu il va forcément devoir été remplacé par autre chose (question de pression), dans le cas du prélèvement par l'aiguille il s'agirait vraisemblablement de l'air ambiant ou d'un autre gaz ce qui modifierait inévitablement le contenu étant donné que ne connaît pas la composition du gaz à l'intérieur de la bouteille.

Un peu comme quand tu ouvres une bouteille de jus de fruit, de l'air rentre et même si tu la refermes ensuite le contenu va s'altérer très rapidement, si bien qu'après quelques jours il devient imbuvable.
Afficher tout
Ils utilisent des gaz inertes justement pour cette raison il me semble.