Quelle différence entre un ambassadeur et un consul ?

Proposé par
le

Commentaires préférés (3)

C'est à nuancer.

Il y a le Consul général, mais aussi le chef de chancellerie, communément appelé le Consul.

Le Consul général est la haute autorité au sein d'un consulat, et bénéficie de la même immunité diplomatique que l'ambassadeur.
Il ne peut pas être arrêté par les autorités locales, entre autres.

Le Consul est la haute autorité de la section consulaire d'une ambassade, et bénéficie quant à lui d'une immunité quasi-similaire à l'ambassadeur.
Il peut être arrêté uniquement en cas de crime grave.

Et pour l'information, les deux sont des fonctionnaires consulaires, mais sont également officiellement des diplomates.

Source: Mon boulot de pauvre agent administratif en Consulat. :)

a écrit : Je n’ai jamais compris le principe de l’immunité diplomatique, surtout lors de délit ou quelconque infraction avérés ! À mon avis, l'immunité est un principe (réciproque) très utile.

Cela permet à un pays d'envoyer en toute sécurité ses émissaires à l'étranger, et en particulier dans un pays où on a l'habitude d'arrêter les gens sans motif et de les jeter en prison sans procès.

a écrit : Une ambassade est représentation officielle d'un pays dans un autre pays. Le territoire qu'occupe l'ambassade est considéré comme territoire propre du pays auquel appartient l'ambassade, et les lois du pays hôte ne s'y appliquent pas. Ce territoire est considéré comme inviolable, et un non respect de ce principe par le pays d'hôte serait en théorie une raison suffisante pour déclencher une guerre entre les deux pays. L'Ambassadeur et le personnel de l'ambassade bénéficient d'un statut spécial dans le pays, et d'une immunité diplomatique. Une ambassade est une réelle enclave d'un pays au sein d'un autre pays. Afficher tout Si le territoire de l'ambassade est protégé par les conventions internationales, de même que les véhicules, il ne bénéficie pas de l'extraterritorialité. Il appartient au pays hôte.


Tous les commentaires (16)

Je n’ai jamais compris le principe de l’immunité diplomatique, surtout lors de délit ou quelconque infraction avérés !

C'est à nuancer.

Il y a le Consul général, mais aussi le chef de chancellerie, communément appelé le Consul.

Le Consul général est la haute autorité au sein d'un consulat, et bénéficie de la même immunité diplomatique que l'ambassadeur.
Il ne peut pas être arrêté par les autorités locales, entre autres.

Le Consul est la haute autorité de la section consulaire d'une ambassade, et bénéficie quant à lui d'une immunité quasi-similaire à l'ambassadeur.
Il peut être arrêté uniquement en cas de crime grave.

Et pour l'information, les deux sont des fonctionnaires consulaires, mais sont également officiellement des diplomates.

Source: Mon boulot de pauvre agent administratif en Consulat. :)

a écrit : Je n’ai jamais compris le principe de l’immunité diplomatique, surtout lors de délit ou quelconque infraction avérés ! À mon avis, l'immunité est un principe (réciproque) très utile.

Cela permet à un pays d'envoyer en toute sécurité ses émissaires à l'étranger, et en particulier dans un pays où on a l'habitude d'arrêter les gens sans motif et de les jeter en prison sans procès.

a écrit : Je n’ai jamais compris le principe de l’immunité diplomatique, surtout lors de délit ou quelconque infraction avérés ! Je suis d'accord sur le principe, tous condamnables devant la loi quelque soit le statut.
Ceci dit l'immunité diplomatique permet d'éviter les accusations hasardeuses qui rendraient inconfortable la position d'un ambassadeur, et l'obligeraient à se démettre de ses fonctions. À tort ou à raison.
Si le délit ne concerne pas l'exercice de ses fonctions, il n'est plus immunisé.
Si les faits sont graves (crimes) et/ou avérés (blanchiment d'argent), idem.

Une ambassade est représentation officielle d'un pays dans un autre pays. Le territoire qu'occupe l'ambassade est considéré comme territoire propre du pays auquel appartient l'ambassade, et les lois du pays hôte ne s'y appliquent pas. Ce territoire est considéré comme inviolable, et un non respect de ce principe par le pays d'hôte serait en théorie une raison suffisante pour déclencher une guerre entre les deux pays. L'Ambassadeur et le personnel de l'ambassade bénéficient d'un statut spécial dans le pays, et d'une immunité diplomatique. Une ambassade est une réelle enclave d'un pays au sein d'un autre pays.

a écrit : Une ambassade est représentation officielle d'un pays dans un autre pays. Le territoire qu'occupe l'ambassade est considéré comme territoire propre du pays auquel appartient l'ambassade, et les lois du pays hôte ne s'y appliquent pas. Ce territoire est considéré comme inviolable, et un non respect de ce principe par le pays d'hôte serait en théorie une raison suffisante pour déclencher une guerre entre les deux pays. L'Ambassadeur et le personnel de l'ambassade bénéficient d'un statut spécial dans le pays, et d'une immunité diplomatique. Une ambassade est une réelle enclave d'un pays au sein d'un autre pays. Afficher tout Si le territoire de l'ambassade est protégé par les conventions internationales, de même que les véhicules, il ne bénéficie pas de l'extraterritorialité. Il appartient au pays hôte.

a écrit : Je suis d'accord sur le principe, tous condamnables devant la loi quelque soit le statut.
Ceci dit l'immunité diplomatique permet d'éviter les accusations hasardeuses qui rendraient inconfortable la position d'un ambassadeur, et l'obligeraient à se démettre de ses fonctions. À tort ou à
raison.
Si le délit ne concerne pas l'exercice de ses fonctions, il n'est plus immunisé.
Si les faits sont graves (crimes) et/ou avérés (blanchiment d'argent), idem.
Afficher tout
Comme on m'a dit plus haut, il n'y a pas d'extraterririoalité donc s'il y a crime, l'Etat hote ouvre une enquête et les lois internationales s'appliquent toujours.
Mais cela fonctionne aussi pour les personnes, si tu es poursuivi par la police dans un pays et que tu te réfugiés dans l'ambassade de France, elle te gardera certainement mais elle pourra t'exclure car l'ambassade n'est pas française.

a écrit : Une ambassade est représentation officielle d'un pays dans un autre pays. Le territoire qu'occupe l'ambassade est considéré comme territoire propre du pays auquel appartient l'ambassade, et les lois du pays hôte ne s'y appliquent pas. Ce territoire est considéré comme inviolable, et un non respect de ce principe par le pays d'hôte serait en théorie une raison suffisante pour déclencher une guerre entre les deux pays. L'Ambassadeur et le personnel de l'ambassade bénéficient d'un statut spécial dans le pays, et d'une immunité diplomatique. Une ambassade est une réelle enclave d'un pays au sein d'un autre pays. Afficher tout Absolument faux, l'ambassade appartient au pays hote. Par contre, le siège de l'ONU et de l'OTAN sont des zones extraterritoriales.

a écrit : Une ambassade est représentation officielle d'un pays dans un autre pays. Le territoire qu'occupe l'ambassade est considéré comme territoire propre du pays auquel appartient l'ambassade, et les lois du pays hôte ne s'y appliquent pas. Ce territoire est considéré comme inviolable, et un non respect de ce principe par le pays d'hôte serait en théorie une raison suffisante pour déclencher une guerre entre les deux pays. L'Ambassadeur et le personnel de l'ambassade bénéficient d'un statut spécial dans le pays, et d'une immunité diplomatique. Une ambassade est une réelle enclave d'un pays au sein d'un autre pays. Afficher tout Nous vous invitons cordialement à aller lire l'anecdote publiée il y a quelques semaines qui explique exactement le contraire.

a écrit : Je n’ai jamais compris le principe de l’immunité diplomatique, surtout lors de délit ou quelconque infraction avérés ! Le problème est la question de "avéré". Comment faire dans les dictatures où la justice est corrompue, et où il est facile pour le pouvoir en place de faire condamner sans preuves ou de fabriquer celle-ci? Comment faire dans les pays pauvre où les moyens d'enquête criminelle sont très limités. La seule solution reste de laisse le pouvoir au pays accréditant. Lui seul peut décider s'il estime que les preuves recueillies lui paraissent suffisantes pour lever l'immunité

a écrit : Le problème est la question de "avéré". Comment faire dans les dictatures où la justice est corrompue, et où il est facile pour le pouvoir en place de faire condamner sans preuves ou de fabriquer celle-ci? Comment faire dans les pays pauvre où les moyens d'enquête criminelle sont très limités. La seule solution reste de laisse le pouvoir au pays accréditant. Lui seul peut décider s'il estime que les preuves recueillies lui paraissent suffisantes pour lever l'immunité Afficher tout Il y a aussi le cas de tous les faits qui peuvent être considérés comme parfaitement normaux dans le pays du diplomate et ayant été érigés au rang de crime ou de délit dans le pays hôte pour des raisons sociales religieuses ou tout simplement par lubie du potentat local (habitudes alimentaires, pratiques sexuelles, impératifs vestimentaires, etc.)

a écrit : Il y a aussi le cas de tous les faits qui peuvent être considérés comme parfaitement normaux dans le pays du diplomate et ayant été érigés au rang de crime ou de délit dans le pays hôte pour des raisons sociales religieuses ou tout simplement par lubie du potentat local (habitudes alimentaires, pratiques sexuelles, impératifs vestimentaires, etc.) Afficher tout Les pratiques culturelles qui sont différentes des tiennes, tu appelles cela des "lubies" ??

T'es pas prêt de devenir diplomate.

a écrit : Les pratiques culturelles qui sont différentes des tiennes, tu appelles cela des "lubies" ??

T'es pas prêt de devenir diplomate.
Je n'ai pas écrit que les pratiques culturelles différentes des miennes étaient des lubies. En règle générale, il est préférable d'avoir correctement lu un texte et d'en avoir compris le sens avant de le commenter...

a écrit : Je n'ai pas écrit que les pratiques culturelles différentes des miennes étaient des lubies. En règle générale, il est préférable d'avoir correctement lu un texte et d'en avoir compris le sens avant de le commenter... J'ai forcé le trait , c'est vrai.

Mais il me semble que les habitudes sociales, les coutumes qui donnent lieu à des interdits (vêtements, alimentation...), eux-mêmes traduits dans les lois sont plutôt des produits de l'Histoire locale que le fruit de "lubies du potentat local".

a écrit : J'ai forcé le trait , c'est vrai.

Mais il me semble que les habitudes sociales, les coutumes qui donnent lieu à des interdits (vêtements, alimentation...), eux-mêmes traduits dans les lois sont plutôt des produits de l'Histoire locale que le fruit de "lubies du potentat local".
Déformer ce qu'écrit quelqu'un, je n'appelle pas ça forcer le trait. A moins qu'il n'y ait de votre part une méconnaissance de la signification de la conjonction "ou"...

a écrit : Déformer ce qu'écrit quelqu'un, je n'appelle pas ça forcer le trait. A moins qu'il n'y ait de votre part une méconnaissance de la signification de la conjonction "ou"... Dean corso, quand on est pointilleux comme tu l’es avec matter ( que je ne connais d’ailleurs pas du tout) ça devient lourd , suspicieux et comme une envie d’allumer des mèches , alors pour le site SCMB et ses

Merci d’arrêter la provoc à 2 balles !!!cordialementutilisateurs calme toi