Les Lustucru étaient un groupe de révolutionnaires

Proposé par
le
dans

Avant d'être une marque de pâtes, les Lustucru étaient un groupe de révolutionnaires de Boulogne sur Mer qui se soulevèrent en 1662 contre la pression fiscale exercée par l'administration de Louis XIV. Le mot Lustucru, vient de "L'eusses-tu cru?" qui souligne l'incrédulité du peuple en ce pouvoir royal.

Le Tellier de Louvois, un des principaux ministres de Louis XIV envoya la garde royale réprimander cette rébellion, et pas moins de 594 personnes furent emprisonnées.


Commentaires préférés (3)

On veut la riz-volution !

Posté le

android

(145)

Répondre

a écrit : C'est Louis XIV (quatorze). Le Tellier de Louvois était ministre de Louis XIV (quatorze). Ah ça ne se prononce pas "croix-bâton-vé" ? Je me coucherai moins bête. ^^

a écrit : Même les SDF paieraient des impôts si le système de recettes fiscales avait été conservé Ha parce qu'ils ne paient pas la tva lorsqu'ils vont au magasin ?


Tous les commentaires (34)

On veut la riz-volution !

Posté le

android

(145)

Répondre

Il faudrait comparer la pression fiscale de l'époque avec celle de maintenant. Le résultat pourrait être surprenant.

Je suis pas du tout calé en histoire de la France. C'est Louis XIV ou XVI? Parce qu'il y a les deux dans l'annecdote.
Ou s'agit-il effectivement des deux?

Il a plutôt réprimé cette rébellion. Je doute qu'il se soit contenté de faire les gros yeux comme quand on réprimande un enfant turbulent...

Louis XIV ou Louis XVI. Petite erreur dans le texte je pense.

a écrit : Je suis pas du tout calé en histoire de la France. C'est Louis XIV ou XVI? Parce qu'il y a les deux dans l'annecdote.
Ou s'agit-il effectivement des deux?
La date ne correspond pas pour Louis XVI donc c'est sûrement Louis XIV

a écrit : Je suis pas du tout calé en histoire de la France. C'est Louis XIV ou XVI? Parce qu'il y a les deux dans l'annecdote.
Ou s'agit-il effectivement des deux?
C'est Louis XIV (quatorze). Le Tellier de Louvois était ministre de Louis XIV (quatorze).

a écrit : C'est Louis XIV (quatorze). Le Tellier de Louvois était ministre de Louis XIV (quatorze). Ah ça ne se prononce pas "croix-bâton-vé" ? Je me coucherai moins bête. ^^

a écrit : Il faudrait comparer la pression fiscale de l'époque avec celle de maintenant. Le résultat pourrait être surprenant. Même les SDF paieraient des impôts si le système de recettes fiscales avait été conservé

a écrit : Même les SDF paieraient des impôts si le système de recettes fiscales avait été conservé Ha parce qu'ils ne paient pas la tva lorsqu'ils vont au magasin ?

a écrit : Ah ça ne se prononce pas "croix-bâton-vé" ? Je me coucherai moins bête. ^^ Blague inconnue au bataillon ;-)

a écrit : Il faudrait comparer la pression fiscale de l'époque avec celle de maintenant. Le résultat pourrait être surprenant. Tout à fait, on a tous perdu des proches à cause de la misère due à la pression fiscale. Comparer une époque où la classe moyenne n'existait pas et où la majorité crevait la dalle tout en finançant le roi soleil avec aujourd'hui, il fallait quand même oser, félicitations ! (Et je ne citerai pas les tontons flingueurs à propos de ceux qui osent tout...)

D'ailleurs, quitte à tout mélanger, on pourrait aussi en profiter pour parler de Macron, de l'immigration, des jeunes...

a écrit : Il faudrait comparer la pression fiscale de l'époque avec celle de maintenant. Le résultat pourrait être surprenant. Il est assez ridicule de comparer les fiscalités des deux époques. Entre la "taille", réservée au Tiers-Etat (les pauvres) pour assurer leur protection, la "dîme" (pour le clergé) et la "gabelle" (sur le sel), il ne faisait pas bon être pauvre à l'époque ; ils étaient carrément "saignés à blanc"... Je serais assez curieux de voir la tête des français aujourd'hui, et surtout la tienne, si on revenait à ce type de fiscalité ;)

a écrit : Il est assez ridicule de comparer les fiscalités des deux époques. Entre la "taille", réservée au Tiers-Etat (les pauvres) pour assurer leur protection, la "dîme" (pour le clergé) et la "gabelle" (sur le sel), il ne faisait pas bon être pauvre à l'époque ; ils étaient carrément "saignés à blanc"... Je serais assez curieux de voir la tête des français aujourd'hui, et surtout la tienne, si on revenait à ce type de fiscalité ;) Afficher tout Hé bien sors les chiffres, j'attends.

a écrit : Blague inconnue au bataillon ;-) Sketch des "inconnus"

a écrit : Ah ça ne se prononce pas "croix-bâton-vé" ? Je me coucherai moins bête. ^^ Dans les inconnus c'est Louis Croix Vé Bâton, ça se passe pendant la révolution.

a écrit : Tout à fait, on a tous perdu des proches à cause de la misère due à la pression fiscale. Comparer une époque où la classe moyenne n'existait pas et où la majorité crevait la dalle tout en finançant le roi soleil avec aujourd'hui, il fallait quand même oser, félicitations ! (Et je ne citerai pas les tontons flingueurs à propos de ceux qui osent tout...)

D'ailleurs, quitte à tout mélanger, on pourrait aussi en profiter pour parler de Macron, de l'immigration, des jeunes...
Afficher tout
Il ne faut pas non plus tomber dans l'autre extrème. La France n'était pas uniquement peuplée de crevards d'un côté et de blindés de thune de l'autre. Il existait toute une classe de commerçants, d'artisans, d'industriels plus ou moins riches, certains ayant même les moyens de changer de statut social en s'achetant une charge royale.
De plus, la classe sociale n'était pas liée à l'argent, mais à la naissance (pour la noblesse) ou à l'appartenance à l'Eglise (pour le clergé). Ainsi, il existait des nobles et des prêtres qui n'avaient pas un rond et vivaient dans la misère (d'autant plus que leur statut social leur fermait de nombreux emplois) pendant que le Tiers-Etat comptait dans ses rangs de riches bourgeois...

a écrit : Sketch des "inconnus" D'où le jeux de mot :-),qui l'eut crû